Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

La théorie de la psychologie individuelle et de la personnalité d’Alfred Adler

4 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Principales conclusions

    • La psychologie individuelle d’Alfred Adler postule que les êtres humains sont principalement motivés par les liens sociaux et la recherche de la supériorité ou de la réussite. Les interactions précoces avec les membres de la famille, les pairs et les adultes aident à déterminer le rôle de l’infériorité et de la supériorité dans la vie.
    • Adler pensait que l’ordre de naissance avait un impact significatif et prévisible sur la personnalité d’un enfant et sur son sentiment d’infériorité.
    • Tout comportement humain est orienté vers un but et motivé par la recherche d’une supériorité. Une réaction naturelle et saine à l’infériorité est la compensation : des efforts pour surmonter l’infériorité réelle ou imaginaire en développant ses propres capacités.
    • Si les gens ne peuvent pas compenser les sentiments normaux d’infériorité, ils développent un complexe d’infériorité.
    • L’objectif principal de la psychothérapie adlérienne est d’aider le patient à surmonter ses sentiments d’infériorité.

    Portrait d'Alfred Adler dans la bibliothèque avec ses propres livres. Illustration dessinée à la main.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Psychologie individuelle

    L’école de psychologie individuelle d’Alfred Adler a créé un gouffre dans le domaine de la psychologie, qui avait été dominé par la psychanalyse de Freud.

    Alors que Freud se concentrait uniquement sur les processus internes – principalement les conflits sexuels – qui affectent la psychologie d’une personne, Adler était catégorique sur le fait que pour comprendre pleinement une personne, un psychologue devait également prendre en compte d’autres facteurs internes et externes.

    C’est pourquoi il a nommé son école de psychologie individu ; le mot est censé évoquer un sens d’indivisibilité, dérivé du latin individuum (Mosak et al…, 1999, p. 6).

    La théorie de la psychologie individuelle d’Alfred Adler postule que les individus sont principalement motivés par des intérêts sociaux et un désir de supériorité ou d’amélioration de soi.

    Les expériences de l’enfance, en particulier les sentiments d’infériorité, motivent ce désir, mais chez un individu sain, il se manifeste sous la forme d’un désir de contribuer au bien-être des autres.

    Des comportements inadaptés apparaissent lorsque ce désir devient égocentrique ou lorsque les sentiments d’infériorité sont accablants. Adler a mis l’accent sur le caractère unique de l’individu et sur le rôle des liens sociaux dans la formation du comportement.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Compensation, surcompensation et complexes

    Adler pensait que l’élément psychologique de base de la névrose était un sentiment d’infériorité et que les individus souffrant des symptômes de ce phénomène passaient leur vie à essayer de surmonter ces sentiments sans jamais être en contact avec la réalité (White, 1917)

    Compensation des faiblesses

    Selon Adler (2013b), tous les nourrissons éprouvent un sentiment d’infériorité et d’inadéquation dès qu’ils commencent à faire l’expérience du monde.

    Ces expériences précoces, comme le besoin de gagner l’attention des parents, façonnent les objectifs inconscients et fictifs de l’enfant. Elles donnent à l’enfant le besoin de s’efforcer de rectifier cette infériorité – le besoin de compenser sa faiblesse en développant d’autres points forts.

    La quête de compensation de l’enfant peut avoir plusieurs conséquences. Tout d’abord, si l’enfant reçoit une éducation et des soins adéquats, il peut accepter ses difficultés et apprendre qu’elles peuvent être surmontées par un travail acharné. Ainsi, l’enfant se développe « normalement » et acquiert le « courage d’être imparfait » (Lazarsfeld, 1966, pp. 163-165).

    Surcompensation

    Toutefois, il arrive que le processus de compensation dérape. Cela se produit notamment lorsque le sentiment d’infériorité devient trop intense et que l’enfant commence à avoir l’impression qu’il n’a aucun contrôle sur ce qui l’entoure. Il s’efforcera très vigoureusement de compenser, au point que la compensation n’est plus satisfaisante.

    Cela culmine dans un état de surcompensation, où l’accent mis par l’enfant sur l’atteinte de son objectif est exagéré et devient pathologique.

    Par exemple, Adler (1917) utilise le personnage grec antique Démosthène, qui avait un terrible bégaiement, mais qui a fini par devenir le  » plus grand orateur de la Grèce  » (p. 22).

    Démosthène a commencé par se sentir inférieur à cause de son bégaiement et a surcompensé en ne se contentant pas de surmonter son bégaiement, mais en exerçant une profession qui aurait normalement été impossible pour un bègue.

    Complexe d’infériorité

    La surcompensation peut entraîner le développement d’un complexe d’infériorité. Selon Adler (2013a), le complexe d’infériorité se caractérise par le fait que « les personnes s’efforcent toujours de trouver une situation dans laquelle elles excellent » (p. 74). Cette pulsion est due à leur sentiment d’infériorité écrasant.

    Il existe deux composantes à ce sentiment d’infériorité : primaire et secondaire. L’infériorité primaire est le « sentiment originel et normal » d’infériorité qu’entretient un enfant (Stein & Edwards, 2002, p. 23). L’infériorité secondaire, en revanche, est le sentiment d’infériorité qui se manifeste chez l’adulte lorsque l’enfant développe un sentiment d’infériorité exagéré (p. 23). Ces sentiments chez l’adulte sont ce qui est nuisible, et ils constituent le complexe d’infériorité.

    Complexe de supériorité

    Le complexe de supériorité se produit lorsqu’une personne a besoin de prouver qu’elle est plus supérieure qu’elle ne l’est vraiment. Adler (2013a) donne l’exemple d’un enfant souffrant d’un complexe de supériorité, qui est  » impertinent, arrogant et pugnace  » (p. 82).

    Lorsque cet enfant est traité dans le cadre d’une thérapie adlérienne, il est révélé que l’enfant se comporte de manière impatiente parce qu’il se sent inférieur.

    Adler (2013a) affirme que les complexes de supériorité naissent des complexes d’infériorité ; ils sont  » l’un des moyens qu’une personne souffrant d’un complexe d’infériorité peut utiliser pour échapper à ses difficultés  » (p.

    La typologie de la personnalité ou les styles de vie

    Adler n’approuvait pas le concept des types de personnalité ; il pensait que cette pratique pouvait conduire à négliger le caractère unique de chaque individu.

    Cependant, il reconnaissait des schémas qui se formaient souvent dans l’enfance et qui pouvaient être utiles pour traiter les patients qui s’y retrouvaient. Il a appelé ces modèles des styles de vie.

    Adler (2013a) a affirmé qu’une fois qu’un psychologue connaît le style de vie d’une personne, « il est possible de prédire son avenir parfois simplement en lui parlant et en lui demandant de répondre à des questions » (p. 100)

    Adler et ses disciples analysent le style de vie d’une personne en le comparant à  » l’être humain socialement ajusté  » (p. 101).

    Ordre de naissance

    Le terme ordre de naissance fait référence à l’ordre dans lequel les enfants d’une famille sont nés. Adler (2013b, pp. 150-155) estime que l’ordre de naissance a un impact significatif et prévisible sur la personnalité de l’enfant :

    Premier né

    Les enfants nés en premier ont des avantages inhérents dus au fait que leurs parents les reconnaissent comme  » les plus grands, les plus forts, les plus âgés « . »Cela leur confère les traits d’un « gardien de la loi et de l’ordre » Ces enfants disposent d’un grand pouvoir personnel et ils apprécient le concept de pouvoir avec révérence.

    Second-né

    Les enfants de second rang sont constamment dans l’ombre de leurs frères et sœurs plus âgés. Si le deuxième né est encouragé et soutenu, il pourra lui aussi accéder au pouvoir, et lui et l’aîné travailleront ensemble.

    Le plus jeune enfant

    Les plus jeunes enfants fonctionnent dans un état constant d’infériorité. Selon Adler, il existe deux types d’enfants les plus jeunes.

    Le type qui réussit le mieux « surpasse tous les autres membres de la famille et devient le membre le plus compétent de la famille ».

    Un autre type d’enfant le plus jeune, plus malheureux, n’excelle pas parce qu’il n’a pas la confiance en soi nécessaire. Cet enfant devient fuyant et évitant le reste de la famille.

    Enfant unique

    Les enfants uniques, d’après Adler, sont également un cas malheureux.

    En raison du fait qu’il est le seul objet de l’attention de ses parents, l’enfant unique devient « dépendant à un haut degré, attend constamment que quelqu’un lui montre le chemin, et recherche un soutien à tout moment. »Comme toutes les approches psychodynamiques de la psychologie humaine, la psychologie individuelle adlérienne est critiquée pour son manque de scientificité et sa difficulté à être prouvée empiriquement. Bien que les théories d’Adler soient difficiles à prouver de manière définitive, les neurosciences récentes ont apporté un certain soutien.

    Une étude récente résumant les preuves neuroscientifiques modernes et leur lien avec la psychologie adlérienne a confirmé une déclaration faite par Maslow en 1970:

    « Adler devient de plus en plus correct d’une année à l’autre. Au fur et à mesure que les faits se présentent, ils soutiennent de plus en plus son image de l’homme  » (Miller & Dillman Taylor, 2016, p. 125).

    En ce qui concerne la thérapie adlérienne, l’attitude moderne est que, bien que la pratique soit simple et facile à comprendre pour le profane, elle est défectueuse parce qu’elle n’est pas fondée sur des données empiriques.

    La forme de conseil d’Adler est critiquée pour son manque de profondeur, notamment son absence de fondement qui traite de questions non liées à des concepts tels que l’ordre de naissance et les premiers souvenirs (Capuzzi & Stauffer, 2016, p. 142).

    En quoi Adler était-il en désaccord avec Freud ?

    Aspect Sigmund Freud Alfred Adler
    Motivation du comportement Pulsions biologiques internes (sexe et agression) Influence sociale et quête de supériorité
    Le choix dans le développement de la personnalité Les gens n’ont pas le choix Les gens sont responsables de ce qu’ils sont
    Influence sur le comportement Le comportement actuel est causé par le passé (par exemple, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour, l’amour et l’amour).g. l’enfance) Le comportement actuel est façonné par l’avenir (orientation vers des objectifs)
    Conscience Accent sur les processus inconscients Les gens sont conscients de ce qu’ils font et pourquoi
    Structure de la personnalité Séparée en composantes (id, ego, superego) Étudiée dans son ensemble (holisme)
    Relations primaires Relations avec le parent du même sexe Relations familiales plus larges, y compris avec les frères et sœurs

    Références

    Adler, A. (2013a). La science de la vie (Psychology Revivals).Routledge.

    Adler, A. (2013b). Compréhension de la nature humaine (Psychology Revivals). Routledge.

    Adler, A., Jelliffe, S. Ely. (1917). Étude de l’infériorité organique et de sa compensation psychique : Une contribution à la médecine clinique. New York : Nervous and Mental Disease Publishing Company.

    Capuzzi, D. & Stauffer, M. D. (2016). Conseil et psychothérapie : Théories et interventions. Allemagne : Wiley.

    Lazarsfeld, S. (1966). Le courage de l’imperfection. American Journal of Individual Psychology, 22 (2).

    Miller, R. & Dillman Taylor, D. (2016). La théorie adlérienne résiste-t-elle à l’épreuve du temps ? Examiner la psychologie individuelle d’un point de vue neuroscientifique. The Journal of Humanistic Counseling, 55 : 11-128. doi:10.1002/john.12028

    Mosak, H. H., Maniacci, M., Maniacci, M. P. (1999). Un abécédaire de la psychologie adlérienne : La psychologie analytique, comportementale et cognitive d’Alfred Adler. Royaume-Uni : Brunner/Mazel.

    Stein, H. T. & Edwards, M. E. (2002). Adlerian psychotherapy. In Herson, M. & Sledge, M. H. (1st Ed.), Encyclopedia of Psychotherapy (Vol. 1, pp. 23-31). Pays-Bas : Elsevier Science.

    White, W. A. (1917). Les théories de Freud, Jung et Adler : III. Le concept adlérien des névroses. The Journal of Abnormal Psychology, 12 (3), 168.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?