Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Vue d’ensemble de la dépression résistante au traitement

6 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    La dépression est généralement prise en charge par des médicaments, une thérapie ou une combinaison des deux, et les symptômes disparaissent généralement avec le traitement. Mais parfois, les symptômes ne s’améliorent pas avec le traitement habituel.

    Bien que les définitions puissent varier, lorsque deux tentatives de traitement ou plus, d’une durée et d’une dose adéquates, n’apportent pas le soulagement escompté, le trouble peut être considéré comme une « dépression résistante au traitement »

    La dépression résistante au traitement peut être complexe. Les symptômes de la dépression, tels que les troubles du sommeil et de l’appétit, peuvent persister malgré l’observance du traitement par le patient. Dans d’autres cas, les symptômes disparaissent brièvement avant de réapparaître.

    Il est important de se rappeler que même si la dépression ne répond pas aux deux premiers traitements, cela ne signifie pas qu’elle ne peut pas être traitée. Mais elle peut nécessiter une approche différente du traitement. Vous devez collaborer avec votre médecin pour surveiller vos symptômes et votre réaction au traitement afin de trouver une option qui vous convienne.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Prévalence

    Des études ont montré que 30 à 40 % des personnes ne connaissent qu’une rémission partielle de leurs symptômes dépressifs après avoir pris des antidépresseurs. Environ 10 à 15 % des personnes ne répondent pas du tout aux traitements antidépresseurs.

    Les conséquences pour les personnes souffrant de dépression résistante au traitement peuvent être importantes. Elle est associée à un mauvais fonctionnement social, à une comorbidité médicale et à une mortalité accrue.

    Les personnes souffrant de dépression non traitée ont un risque de suicide de 2 % à 15 % au cours de leur vie.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Symptômes

    La dépression résistante au traitement peut se manifester par :

    • Une absence de réponse aux traitements médicamenteux ou psychothérapeutiques
    • Une réponse insuffisante aux traitements standard de la dépression
    • De brèves améliorations suivies d’un retour des symptômes dépressifs

    Comme les traitements standard ne fonctionnent pas bien ou pas du tout, les personnes atteintes peuvent commencer à ressentir un profond désespoir. Les symptômes peuvent persister pendant des mois sans que l’on ressente de soulagement ou d’amélioration de l’humeur.

    Symptômes de dépression clinique

    Causes

    Les médecins et les chercheurs ne sont pas tout à fait sûrs des causes de la dépression résistante au traitement. Voici quelques théories :

    • Génétique : Les chercheurs pensent que les caractéristiques héréditaires peuvent jouer un rôle dans la façon dont l’organisme réagit aux différents antidépresseurs. Bien que certains gènes aient été associés à la dépression résistante au traitement, d’autres recherches sont nécessaires pour identifier les biomarqueurs génétiques.
    • Misdiagnostic : Une mauvaise réponse aux traitements classiques de la dépression peut également survenir lorsque le diagnostic de dépression est erroné. Alors qu’elles peuvent présenter les symptômes d’un trouble dépressif majeur, elles peuvent en réalité souffrir d’une affection différente, telle qu’un trouble bipolaire.
    • Anomalies métaboliques: Certaines recherches ont suggéré que les troubles métaboliques et les carences nutritionnelles peuvent jouer un rôle dans la dépression résistante au traitement. Une étude a montré, par exemple, que la carence en folate (vitamine B9) était plus fréquente chez les personnes souffrant de dépression résistante au traitement. D’autres recherches dans ce domaine sont nécessaires pour déterminer l’impact exact des conditions métaboliques.

    Diagnostic

    Si vous avez été traité pour une dépression mais que vos symptômes ne se sont pas améliorés, vous devriez en parler à votre médecin. La dépression résistante au traitement n’est pas un diagnostic officiel figurant dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) et n’est pas non plus définie de manière cohérente. Certains experts suggèrent qu’elle est définie comme ayant fait l’objet de deux essais différents d’antidépresseurs sans soulagement, tandis que d’autres suggèrent qu’il peut falloir jusqu’à quatre traitements différents avant que la dépression ne soit identifiée comme résistante.

    Dans tous les cas, vous devriez toujours parler à votre médecin de vos symptômes et de vos préoccupations. Si vous ne ressentez aucun soulagement, un soulagement minime ou une réapparition complète des symptômes, il se peut que vous ayez besoin d’un autre type d’antidépresseur ou d’autres approches pour votre traitement.

    Votre médecin peut :

    • Revoyez les traitements que vous avez essayés jusqu’à présent
    • Considérez le type de réponse que vous avez manifesté aux traitements
    • Évaluez votre santé physique actuelle et considérez les conditions médicales sous-jacentes
    • Considérez un diagnostic d’autres troubles psychiatriques
    • Évaluez les autres médicaments et suppléments que vous prenez actuellement

    Si votre médecin pense que vous souffrez d’une dépression résistante au traitement, il peut vous recommander une posologie, un médicament ou une approche thérapeutique différents. Votre médecin peut également vous adresser à un consultant psychiatrique pour obtenir des conseils et des options de traitement supplémentaires.

    Traitement

    Bien que les estimations varient, on estime que 30 à 50 % des patients souffrant de dépression ne répondent pas à un antidépresseur donné. Avant qu’un médecin ou un psychiatre ne considère un médicament comme un échec thérapeutique, il se posera les questions suivantes :

    • Combien de temps le médicament a-t-il été administré ? La plupart des antidépresseurs mettent quatre à six semaines pour produire leur plein effet. Avant de déclarer qu’un traitement n’est pas efficace, les prestataires voudront s’assurer que le médicament a été pris suffisamment longtemps pour être efficace.
    • Dans quelle mesure le patient a-t-il respecté la prescription ? Une ordonnance n’est généralement considérée comme « respectée » que si elle est prise conformément à la prescription un pourcentage important du temps. L’oubli d’une dose peut avoir un impact considérable sur l’efficacité d’un médicament. Par conséquent, avant de déterminer si un médicament est un échec, le médecin voudra savoir si le patient a été fidèle à son traitement. Parfois, les médecins comptent le nombre de pilules ou prennent d’autres mesures pour surveiller le traitement d’un patient.
    • Le médicament est-il administré à une dose thérapeutique ? Certaines fois, les médicaments sont administrés à faible dose pour minimiser les risques ou les effets secondaires. Lorsqu’il est toléré, le dosage peut être augmenté lentement. Un médecin voudra s’assurer que le dosage est à un niveau thérapeutique avant de déterminer si le traitement est un échec.

    Médicaments

    Si un psychiatre détermine que votre traitement actuel est un échec, il existe d’autres options thérapeutiques qui agissent sur la chimie du cerveau d’une manière différente. Ces options sont les suivantes :

    • Prescrire un autre antidépresseur de la même classe : Ce n’est pas parce qu’un antidépresseur ne fonctionne pas qu’il n’y a pas d’autres options médicamenteuses. Il arrive que les médecins changent de médicament au sein d’une même classe, par exemple en passant du Prozac (fluoxétine) au Zoloft (sertraline) pour voir si un autre médicament a l’effet désiré.
    • Changer de type d’antidépresseur: Il est parfois utile de passer d’une classe d’antidépresseurs à une autre. Passer d’un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) à un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO) ou au Wellbutrin (bupropion), par exemple, peut s’avérer utile parce qu’ils agissent différemment sur la chimie du cerveau
    • Ajouter un autre type de médicament: Si les antidépresseurs ne fonctionnent pas, votre médecin peut ajouter un deuxième médicament (appelé augmentation). Certains anticonvulsivants ou anxiolytiques, par exemple, peuvent être utilisés en conjonction avec un antidépresseur. Certains médecins peuvent prescrire des antipsychotiques. Cependant, des recherches suggèrent que le mélange d’un antidépresseur et d’un antipsychotique atypique, comme Abilify (aripiprazole), Seroquel (quétiapine) et Zyprexa (olanzapine), est associé à un risque accru de décès.

    Comment savoir quel antidépresseur vous convient le mieux

    Thérapie par la parole

    Si vous ne suivez pas déjà une psychothérapie, vous pouvez être orienté vers un professionnel de la santé mentale qui la propose.

    Bien que de nombreux types de psychothérapies se soient révélés bénéfiques pour la dépression, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) a fait l’objet de données qui l’ont jugée efficace pour les dépressions résistantes au traitement

    Les patients qui suivent une TCC peuvent acquérir diverses compétences pour gérer leurs symptômes et améliorer leur fonctionnement.

    Les objectifs de la TCC consistent souvent à recadrer les pensées négatives, à résoudre les problèmes, à accroître les interactions sociales et à augmenter le niveau d’activité. La TCC peut également contribuer à réduire les problèmes de sommeil.

    D’autres types de thérapie peuvent également s’avérer utiles, notamment la thérapie interpersonnelle, la thérapie comportementale dialectique et la thérapie psychodynamique, tant en individuel qu’en groupe.

    Autres options thérapeutiques

    Lorsque les médicaments et la thérapie ne parviennent pas à réduire la dépression, votre médecin peut décider de recourir à d’autres options thérapeutiques. Voici quelques procédures supplémentaires qui peuvent s’avérer efficaces en cas de dépression résistante au traitement :

    • Thérapie électroconvulsive (ECT): Le traitement le plus efficace de la dépression résistante est sans doute l’ECT. L’ECT est une procédure administrée sous anesthésie générale. Des courants électriques traversent le cerveau et déclenchent une brève crise d’épilepsie. Cela semble provoquer des changements dans la chimie du cerveau qui peuvent réduire la dépression (et inverser les symptômes d’autres maladies mentales). Bien qu’elle soit généralement considérée comme sûre, elle peut avoir des effets secondaires tels que des pertes de mémoire à court terme et des effets secondaires physiques. L’ECT est souvent administré initialement deux à trois fois par semaine. La durée du traitement peut varier, mais un total de six à douze séances est courant
    • Stimulation du nerf vague (SNV): La SNV est une procédure chirurgicale qui consiste à implanter un dispositif semblable à un stimulateur cardiaque dans le corps. Ce dispositif est relié à un fil de stimulation qui est enfilé le long du nerf vague, dont on pense qu’il influence une zone du cerveau qui régule l’humeur. Une fois implanté, le dispositif envoie des impulsions régulières au cerveau via le nerf vague. Les effets peuvent mettre plusieurs mois à se faire sentir.
    • Stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr): La SMTr consiste à utiliser un aimant pour stimuler certaines zones du cerveau. Elle est utilisée depuis 1985 et est de plus en plus utilisée, mais il n’y a pas beaucoup de données disponibles sur le taux de réussite à long terme dans les dépressions résistantes au traitement.
    • Kétamine:Un type d’agent anesthésique administré par voie intraveineuse, la kétamine s’est avérée être un agent potentiellement efficace rapidement qui peut entraîner une amélioration des symptômes dépressifs. Des questions subsistent quant à la manière de maintenir son effet à long terme.
    • Spravato (eskétamine) spray nasal: La dernière option approuvée par la FDA pour le traitement de la dépression résistante est un spray nasal à action rapide appelé eskétamine. Il s’agit de l’une des deux molécules qui composent la kétamine. Comme la kétamine, elle doit être administrée sous la surveillance étroite d’un médecin.

    Faire face

    Il peut être difficile de faire face à une dépression résistante au traitement pour un certain nombre de raisons. Non seulement vous devez faire face à des symptômes persistants de dépression, mais vous êtes également confronté à la difficulté de traiter votre maladie.

    Quelques-unes des choses que vous pouvez faire et qui peuvent vous aider :

    • Suivez votre plan de traitement. Même si vous avez l’impression que votre état ne s’améliore pas, il est important de prendre vos médicaments tels qu’ils sont prescrits et d’assister aux séances de thérapie recommandées. La thérapie et les antidépresseurs mettent du temps à agir.
    • Trouve des moyens de gérer ton stress. La tristesse et le stress qui découlent de certains aspects de ta vie comme les relations, le travail, l’école et les finances peuvent également contribuer à des sentiments de dépression. Les techniques de gestion du stress telles que la méditation, la tenue d’un journal, la relaxation musculaire progressive et le yoga peuvent apporter certains bienfaits et un soulagement.
    • Évitez les drogues et l’alcool. La consommation de substances peut non seulement aggraver les symptômes de la dépression, mais aussi provoquer des interactions avec vos médicaments antidépresseurs. Parlez toujours à votre médecin des substances, des autres médicaments ou même des suppléments naturels que vous prenez.
    • Prenez soin de vous. Bien que cela puisse être difficile à faire lorsque vous vous sentez déprimé, prendre soin de vous en mangeant sainement, en dormant suffisamment et en faisant de l’exercice régulièrement peut vous aider à mieux gérer vos symptômes.

    Si vous ou un proche êtes en danger immédiat, composez le 112.

    Un mot de MentorShow

    La santé mentale est une question de santé publique.

    Si vous ou l’un de vos proches souffrez de dépression et que les médicaments n’agissent pas, n’abandonnez pas. Parlez à votre médecin ou à votre psychiatre des autres options de traitement. Il vous faudra peut-être plusieurs tentatives avant de trouver un traitement qui vous convienne, mais il est important de continuer à essayer afin de soulager vos symptômes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?