Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce que la théorie de la dissonance cognitive ?

6 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    La dissonance cognitive fait référence à une situation impliquant des attitudes, des croyances ou des comportements contradictoires.

    Cette situation produit un sentiment d’inconfort mental qui conduit à modifier l’une des attitudes, croyances ou comportements pour réduire l’inconfort et rétablir l’équilibre.

    Par exemple, lorsqu’une personne fume (comportement) alors qu’elle sait que fumer provoque le cancer (cognition), elle se trouve dans un état de dissonance cognitive.

    La théorie de la dissonance cognitive, proposée par Leon Festinger, postule que les individus éprouvent un malaise lorsqu’ils ont des croyances ou des attitudes contradictoires. Ce malaise les incite à réduire l’incohérence.
    Apprenez des meilleurs mentors

    La théorie de la dissonance cognitive

    La dissonance cognitive a été étudiée pour la première fois par Leon Festinger, à partir d’une étude d’observation participante portant sur une secte qui croyait que la terre allait être détruite par un déluge, et sur ce qu’il est advenu de ses membres – en particulier les plus engagés, qui avaient abandonné leur maison et leur emploi pour travailler pour la secte – lorsque le déluge ne s’est pas produit.

    Alors que les membres marginaux étaient plus enclins à reconnaître qu’ils s’étaient ridiculisés et à « mettre cela sur le compte de l’expérience », les membres engagés étaient plus enclins à réinterpréter les preuves pour montrer qu’ils avaient raison depuis le début (la terre n’a pas été détruite à cause de la fidélité des membres de la secte).

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Comment s’opère le changement d’attitude

    La théorie de la dissonance cognitive de Festinger (1957) suggère que nous avons une pulsion intérieure qui nous pousse à maintenir toutes nos attitudes et tous nos comportements en harmonie et à éviter la disharmonie (ou dissonance). C’est ce que l’on appelle le principe de cohérence cognitive.

    Lorsqu’il existe une incohérence entre des attitudes ou des comportements (dissonance), il faut changer quelque chose pour éliminer la dissonance.

    Il est à noter que la théorie de la dissonance n’affirme pas que ces modes de réduction de la dissonance fonctionneront réellement, mais seulement que les individus en état de dissonance cognitive prendront des mesures pour réduire l’ampleur de leur dissonance.

    La théorie de la dissonance cognitive a fait l’objet de nombreuses recherches dans un certain nombre de situations afin de développer plus en détail l’idée de base, et divers facteurs susceptibles de jouer un rôle important dans le changement d’attitude ont été identifiés.

    Quelles sont les causes de la dissonance cognitive ?

    Nous examinerons les principales conclusions tirées dans chaque domaine.

    Comportement de conformité forcée

    Lorsqu’une personne est contrainte de faire (publiquement) quelque chose qu’elle ne veut vraiment pas faire (en privé), une dissonance se crée entre sa cognition (je ne voulais pas faire cela) et son comportement (je l’ai fait).

    La conformité forcée se produit lorsqu’un individu effectue une action qui n’est pas conforme à ses croyances. Le comportement ne peut pas être modifié puisqu’il était déjà dans le passé, de sorte que la dissonance devra être réduite en réévaluant l’attitude de l’individu à l’égard de ce qu’il a fait. Cette prédiction a été testée expérimentalement :

    Dans une expérience intrigante, Festinger et Carlsmith (1959 ) ont demandé à des participants d’effectuer une série de tâches ennuyeuses (comme tourner des chevilles dans un tableau pendant une heure). Comme vous pouvez l’imaginer, l’attitude des participants à l’égard de cette tâche était très négative.

    Exemple de dissonance cognitive

    But

    Festinger et Carlsmith (1959) ont cherché à savoir si le fait d’obliger des personnes à effectuer une tâche ennuyeuse pouvait créer une dissonance cognitive par le biais d’un comportement de conformité forcée.

    Méthode

    Dans leur expérience de laboratoire, ils ont fait participer 71 étudiants de sexe masculin à une série de tâches ennuyeuses (comme tourner des chevilles dans un tableau pendant une heure).

    Ils ont ensuite été payés 1 ou 20 dollars pour dire à un participant qui attendait (un confédéré) que les tâches étaient vraiment intéressantes. Presque tous les participants ont accepté de se rendre dans la salle d’attente et de persuader le confrère que l’expérience ennuyeuse serait amusante.

    Résultats

    Lorsqu’on a demandé aux participants d’évaluer l’expérience, ceux qui n’avaient reçu qu’un dollar ont jugé la tâche fastidieuse plus amusante et plus agréable que ceux qui avaient reçu 20 dollars pour mentir.

    Conclusion

    Le fait de n’être payé qu’un dollar n’est pas une incitation suffisante pour mentir et les participants qui ont reçu un dollar ont donc ressenti une dissonance. Ils n’ont pu surmonter cette dissonance qu’en finissant par croire que les tâches étaient réellement intéressantes et agréables. Le fait d’être payé 20 dollars donne une raison de tourner les chevilles, et il n’y a donc pas de dissonance.

    La prise de décision

    La vie est remplie de décisions, et les décisions (en règle générale) suscitent la dissonance.

    Supposons par exemple que vous deviez décider d’accepter un emploi dans une région absolument magnifique du pays ou de le refuser pour pouvoir être près de vos amis et de votre famille.

    Dans les deux cas, vous éprouveriez une dissonance. Si vous acceptiez le poste, vos proches vous manqueraient ; si vous refusiez le poste, vous regretteriez les beaux ruisseaux, les montagnes et les vallées.

    Les deux solutions ont leurs avantages et leurs inconvénients. Le problème, c’est qu’en prenant une décision, vous vous privez de la possibilité de profiter des avantages de la solution non choisie, mais vous êtes assuré de devoir accepter les inconvénients de la solution choisie.

    Exemple de dissonance cognitive

    Brehm (1956) a été le premier à étudier la relation entre la dissonance et la prise de décision.

    Méthode

    Des femmes ont été informées qu’elles participeraient à une étude financée par plusieurs fabricants. Les participantes ont également été informées qu’elles recevraient l’un des produits à la fin de l’expérience en compensation de leur temps et de leurs efforts.

    Les femmes ont ensuite évalué la désirabilité de huit produits ménagers dont le prix variait entre 15 et 30 dollars. Les produits comprenaient une cafetière automatique, un gril à sandwich électrique, un grille-pain automatique et une radio portable.

    Les participants du groupe de contrôle ont simplement reçu l’un des produits. Comme ces participants n’ont pas pris de décision, ils n’avaient pas de dissonance à réduire. Les personnes du groupe à faible dissonance ont choisi entre un produit désirable et un produit classé 3 points plus bas sur une échelle de 8 points
    sur une échelle de 8 points.

    Les participants du groupe à forte dissonance ont choisi entre un produit hautement désirable et un produit dont la note est inférieure d’un point seulement sur une échelle de 8 points. Après avoir lu les rapports sur les différents produits, les participants ont à nouveau évalué les produits.

    Résultats

    Les participants à la condition de forte dissonance ont beaucoup plus écarté les alternatives que les participants aux deux autres conditions.

    En d’autres termes, ils étaient plus susceptibles que les participants des deux autres conditions d’augmenter l’attrait de l’alternative choisie et de diminuer l’attrait de l’alternative non choisie.

    Effort

    Il semble également que nous accordions plus d’importance aux objectifs ou aux éléments dont la réalisation a demandé un effort considérable.

    Cela s’explique probablement par le fait qu’une dissonance se produirait si nous consacrions beaucoup d’efforts à la réalisation de quelque chose et que nous l’évaluions ensuite de manière négative.

    Nous pourrions, bien sûr, consacrer des années d’efforts à la réalisation d’une chose qui s’avère être un tas d’inepties et, pour éviter la dissonance qui en résulte, essayer de nous convaincre que nous n’avons pas vraiment consacré des années d’efforts, que l’effort était en fait très agréable ou qu’il ne représentait pas vraiment beaucoup d’efforts.

    En fait, il semble que nous trouvions plus facile de nous persuader que ce que nous avons accompli en vaut la peine, et c’est ce que la plupart d’entre nous font, en évaluant hautement quelque chose dont l’accomplissement nous a coûté cher – que d’autres personnes pensent ou non que c’est un bon coup !

    Cette méthode de réduction de la dissonance est connue sous le nom de « justification de l’effort »

    Si nous consacrons des efforts à une tâche que nous avons choisi d’accomplir et que cette tâche se solde par un échec, nous ressentons une dissonance. Pour réduire cette dissonance, nous sommes motivés pour essayer de penser que la tâche s’est bien déroulée.

    Exemple de dissonance cognitive

    Une expérience classique de dissonance menée par Aronson et Mills (1959) illustre l’idée de base.

    Objectif

    Étudier la relation entre la dissonance et l’effort.

    Méthode

    Des étudiantes se sont portées volontaires pour participer à une discussion sur la psychologie du sexe. Dans la condition « embarras léger », les participantes ont lu à haute voix à un expérimentateur masculin une liste de mots liés au sexe tels que « vierge » et « prostituée »

    Dans la condition « embarras sévère », ils ont dû lire à haute voix des mots obscènes et un passage sexuel très explicite.

    Dans la condition « contrôle », ils sont passés directement à l’étude principale. Dans toutes les conditions, ils ont ensuite entendu une discussion très ennuyeuse sur le sexe chez les animaux inférieurs. On leur a demandé d’évaluer dans quelle mesure ils avaient trouvé la discussion intéressante et dans quelle mesure ils avaient trouvé les personnes impliquées dans cette discussion intéressantes.

    Résultats

    Les participants de la condition « embarras sévère » ont donné l’évaluation la plus positive.

    Conclusion

    Si une expérience volontaire qui a coûté beaucoup d’efforts tourne mal, la dissonance est réduite en redéfinissant l’expérience comme intéressante. Cela justifie l’effort fourni.

    Comment réduire la dissonance cognitive

    La dissonance peut être réduite de trois manières : a) en modifiant les croyances existantes, b) en ajoutant de nouvelles croyances ou c) en réduisant l’importance des croyances.

    Changez une ou plusieurs attitudes, comportements, croyances, etc., pour que la relation entre les deux éléments soit consonante.

    Lorsque l’un des éléments dissonants est un comportement, l’individu peut modifier ou éliminer ce comportement.

    Toutefois, ce mode de réduction de la dissonance pose souvent des problèmes, car il est souvent difficile de modifier des comportements bien appris (par exemple, arrêter de fumer).

    C’est souvent très difficile, car les gens ont souvent recours à toute une série de manœuvres mentales.

    Acquérir de nouvelles informations qui l’emportent sur les croyances dissonantes.

    Par exemple, le fait de penser que le tabagisme provoque le cancer du poumon entraînera une dissonance si la personne fume.

    Toutefois, de nouvelles informations telles que « la recherche n’a pas prouvé de manière certaine que fumer provoque le cancer du poumon » peuvent réduire la dissonance.

    Réduire l’importance des cognitions (c’est-à-dire des croyances, des attitudes).

    Un moyen courant de réduire la dissonance consiste à augmenter l’attrait de la solution choisie et à diminuer l’attrait de la solution rejetée. C’est ce que l’on appelle « écarter les alternatives »

    Une personne pourrait se convaincre qu’il vaut mieux « vivre aujourd’hui » que « faire des économies pour demain »

    En d’autres termes, elle pourrait se dire qu’une courte vie remplie de cigarettes et de plaisirs sensuels vaut mieux qu’une longue vie dépourvue de ces joies. Il diminuerait ainsi l’importance de la cognition dissonante (fumer est mauvais pour la santé).

    Évaluation critique

    La dissonance cognitive a fait l’objet de nombreuses recherches qui ont abouti à des résultats intéressants et parfois inattendus.

    Il s’agit d’une théorie aux applications très larges, qui montre que nous recherchons la cohérence entre les attitudes et les comportements et que nous n’utilisons pas forcément des méthodes très rationnelles pour y parvenir. Elle présente l’avantage de pouvoir être testée par des moyens scientifiques (c’est-à-dire des expériences).

    Cependant, un problème se pose d’un point de vue scientifique, car nous ne pouvons pas observer physiquement la dissonance cognitive, et nous ne pouvons donc pas la mesurer objectivement (cf. behaviorisme). Par conséquent, le terme de dissonance cognitive est quelque peu subjectif.

    Il existe également une certaine ambiguïté (c’est-à-dire un flou) concernant le terme « dissonance » lui-même. S’agit-il d’une perception (comme le suggère le terme « cognitive »), d’un sentiment ou d’un sentiment à propos d’une perception ? La révision par Aronson de l’idée de dissonance en tant qu’incohérence entre l’idée qu’une personne se fait d’elle-même et la connaissance qu’elle a de son comportement semble indiquer que la dissonance n’est en fait rien d’autre que de la culpabilité.

    Il existe également des différences individuelles dans le fait que les gens agissent ou non comme le prévoit cette théorie. Les personnes très anxieuses sont plus susceptibles de le faire. De nombreuses personnes semblent capables de faire face à une dissonance considérable et de ne pas ressentir les tensions prévues par la théorie.

    Enfin, bon nombre des études étayant la théorie de la dissonance cognitive ont une faible validité écologique. Par exemple, tourner des chevilles (comme dans l’expérience de Festinger) est une tâche artificielle qui n’existe pas dans la vie de tous les jours.

    En outre, la majorité des expériences ont été réalisées avec des étudiants, ce qui pose le problème de la partialité de l’échantillon. Peut-on généraliser les résultats de ces expériences ?

    Quelle est la différence entre la théorie de la dissonance cognitive et la théorie de l’équilibre ?

    La théorie de la dissonance cognitive, proposée par Festinger, se concentre sur l’inconfort ressenti lorsque l’on a des croyances ou des attitudes contradictoires, ce qui conduit les individus à rechercher la cohérence.

    La théorie de l’équilibre de Heider, quant à elle, met l’accent sur le désir de relations équilibrées entre des triades d’entités (comme les personnes et les attitudes), les déséquilibres entraînant des changements d’attitude pour rétablir l’équilibre. Les deux théories traitent de la cohérence cognitive, mais dans des contextes différents.

    Références

    Aronson, E. et Mills, J. (1959). The effect of severity of initiation on liking for a group. The Journal of Abnormal and Social Psychology, 59(2), 177.

    Brehm, J. W. (1956). Postdecision changes in the desirability of alternatives. The Journal of Abnormal and Social Psychology, 52(3), 384.

    Festinger, L. (1957). A Theory of cognitive dissonance. Stanford, CA : Stanford University Press.

    Festinger, L. (1959). Some attitudinal consequences of forced decisions. Acta Psychologica, 15, 389-390.

    Festinger, L. (Ed.). (1964). Conflict, decision, and dissonance (Vol. 3). Stanford University Press.

    Festinger, L. et Carlsmith, J. M. (1959). Cognitive consequences of forced compliance. The Journal of Abnormal and Social Psychology, 58(2), 203.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?