Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce qu’une hallucination ?

4 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Les hallucinations sont la perception d’un objet ou d’un événement inexistant et des expériences sensorielles qui ne sont pas causées par la stimulation des organes sensoriels concernés. Le mot « hallucination » vient du latin et signifie « errer mentalement »

    En termes simples, les hallucinations consistent à entendre, voir, sentir ou même goûter des choses qui ne sont pas réelles. Les hallucinations auditives, qui consistent à entendre des voix ou d’autres sons qui n’ont pas de source physique, sont les plus courantes.

    Les hallucinations sont fréquentes chez les personnes souffrant de troubles psychiatriques, notamment de schizophrénie et de troubles bipolaires. Cependant, il n’est pas nécessaire de souffrir d’une maladie mentale pour avoir des hallucinations. Quelle que soit la cause des hallucinations, elles doivent être prises au sérieux.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Types

    Il existe cinq types d’hallucinations, dont :

    • Hallucinations auditives : entendre des voix ou des sons que personne d’autre ne peut entendre (type d’hallucination le plus courant)
    • Hallucinations visuelles : voir des personnes, des couleurs, des formes ou des objets qui ne sont pas réels (deuxième type d’hallucination le plus courant)
    • Hallucinations tactiles : Sensations (comme des insectes qui rampent sous la peau) ou impression d’être touché alors que ce n’est pas le cas
    • Hallucinations olfactives : Sentir quelque chose qui n’a pas de source physique (moins fréquent que les hallucinations visuelles et auditives)
    • Hallucinations gustatives : Avoir un goût dans la bouche qui n’a pas de source (type d’hallucination le plus rare)
    • Hallucinations de présence : Sensation que quelqu’un est à proximité ou dans la pièce avec vous alors qu’il n’y a personne
    • Hallucinations proprioceptives : Sensation que votre corps bouge ou que vos membres sont séparés de votre corps, alors que ni l’un ni l’autre ne se produit

    Certaines personnes ont des hallucinations la nuit ou le matin. Ces types d’hallucinations sont les suivants

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Symptômes

    Les hallucinations peuvent présenter une série de symptômes, en fonction du type, notamment :

    • Sensations dans le corps (comme une sensation de reptation sur la peau ou un mouvement)
    • Entendre des sons (comme de la musique, des bruits de pas ou des coups de porte)
    • Entendre des voix (peut inclure des voix positives ou négatives, (par exemple, une voix qui vous ordonne de vous faire du mal ou d’en faire à d’autres)
    • Voir des objets, des êtres, des motifs ou des lumières
    • Sentir une odeur (agréable ou nauséabonde, dans une ou deux narines)
    • Déguster quelque chose (souvent un goût métallique)

    Exemples d’hallucinations

    • Vous voyez quelqu’un dans votre chambre et vous l’entendez vous parler (hallucination visuelle et auditive)
    • Vous voyez des lumières clignotantes devant votre fenêtre, mais personne d’autre ne les voit (hallucination visuelle)

    Diagnostic

    La page d’accueil de la rubrique « Diagnostic » est affichée

    Après vous avoir interrogé sur vos symptômes, vos antécédents médicaux et vos habitudes de vie, votre médecin procédera probablement à un examen physique et à quelques tests pour tenter d’écarter les causes médicales ou neurologiques de vos hallucinations. Les tests diagnostiques peuvent inclure :

    • Les analyses de sang pour rechercher des causes métaboliques ou toxiques
    • L’électroencéphalogramme (EEG) pour rechercher une activité électrique anormale dans votre cerveau et pour vérifier la présence de crises
    • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour rechercher des problèmes cérébraux structurels tels qu’une tumeur cérébrale ou un accident vasculaire cérébral

    Malheureusement, les études montrent que les gens ne déclarent pas suffisamment leurs hallucinations. Lorsque vous parlez à un médecin, il est important d’être honnête au sujet de la durée et de la fréquence ainsi que des symptômes spécifiques associés à vos hallucinations.

    Causes

    Les hallucinations sont le plus souvent associées à la schizophrénie, une maladie mentale caractérisée par des pensées et des comportements désordonnés. Cependant, elles peuvent également être une caractéristique du trouble bipolaire.

    Dans le trouble bipolaire I, les hallucinations sont possibles à la fois en cas de manie et de dépression. Dans le trouble bipolaire II, les hallucinations peuvent survenir uniquement pendant la phase dépressive. Un trouble bipolaire qui se manifeste par des hallucinations et/ou des délires peut également conduire à un diagnostic de trouble bipolaire avec caractéristiques psychotiques.

    Les hallucinations ne surviennent pas seulement dans le cadre de troubles mentaux tels que la schizophrénie et le trouble bipolaire, mais également dans le cadre des troubles physiques et psychologiques suivants :

      • Utilisation et/ou sevrage d’alcool ou de drogues
      • Maladie du nerf auditif
      • Trouble dissociatif de l’identité (TDI)
      • Epilepsie
      • Glaucome
      • Utilisation d’hallucinogènes
      • Troubles de la personnalité
      • Troubles de la personnalité
      • Hallucinogène l’utilisation d’hallucinogènes
      • Conditions métaboliques
      • Maladies de l’oreille moyenne ou interne
      • Migraine
      • Narcolepsie
      • Troubles neurologiques
      • Maladies ophtalmiques
      • Troubles de stress post-traumatique (TSPT)
      • Troubles de l’anxiété
      • stress post-traumatique (SSPT)
      • Trouble schizoaffectif
      • Privation de sommeil
      • Accident vasculaire cérébral

      Traitement

      Le traitement des hallucinations dépend du type d’hallucination, de la cause sous-jacente et de votre état de santé général. En général, cependant, votre médecin recommandera probablement une approche multidisciplinaire comprenant des médicaments, une thérapie et un soutien social.

      Psychothérapie

      La psychothérapie des hallucinations consiste à susciter la curiosité du patient pour les détails des symptômes, à lui fournir une psycho-éducation, à explorer les « raisons plausibles » des hallucinations et à normaliser l’expérience.

      Aide à l’autonomie

      Les stratégies d’auto-assistance suivantes peuvent aider les patients à faire face aux hallucinations auditives :

      • Exercice
      • Frapper ou chanter une chanson plusieurs fois (comme « Joyeux anniversaire »)
      • Ignorer les voix
      • Écouter de la musique
      • Lire (en avant et en arrière)
      • Parler avec d’autres personnes

      Médicaments

      Les antipsychotiques sont souvent efficaces pour traiter les hallucinations, soit en éliminant ou en réduisant leur fréquence, soit en ayant un effet calmant qui les rend moins pénibles.

      Nuplazid (pimavanserine)est le premier médicament approuvé pour traiter les hallucinations associées à la psychose associée à la maladie de Parkinson.

      Autres traitements

      La stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr), une procédure relativement non invasive qui consiste à placer un petit dispositif magnétique directement sur le crâne, a fourni des preuves préliminaires de sa capacité à réduire la fréquence et la gravité des hallucinations auditives chez certaines personnes atteintes de schizophrénie.

      Coping

      Pour aider un proche qui souffre d’hallucinations, il est important de le rassurer sur l’existence d’un traitement. Voici quelques conseils pratiques pour aider votre proche à faire face à ses hallucinations.

      Prêtez attention à l’environnement

      L’environnement peut jouer un rôle important dans les perceptions erronées et l’aggravation des hallucinations. Par exemple, une pièce mal éclairée et un environnement bruyant et chaotique peuvent augmenter la probabilité d’une hallucination.

      Restez calmes

      Bien qu’il puisse être effrayant et inconfortable de voir un proche souffrir d’hallucinations, il est important de faire de son mieux pour réagir de manière calme et encourageante. Par exemple, vous pouvez dire « Je sais que c’est effrayant pour toi » ou « Ne t’inquiète pas, je suis là »

      Utiliser la distraction

      Selon la gravité de l’hallucination, le fait de toucher ou de caresser doucement votre proche peut servir de distraction et réduire l’hallucination. D’autres distractions possibles sont la conversation, la musique ou le déplacement dans une autre pièce.

      Soyez honnêtes

      Même si vous ne voulez pas contrarier votre proche ou vous engager dans une dispute, vous devez être honnête et l’assurer que vous ne rejetez pas ses préoccupations. S’il vous demande : « Tu as entendu ça ? » Pensez à dire : « Je sais que tu as entendu quelque chose, mais je ne l’ai pas entendu »

      Maintenir les routines

      En conservant des habitudes quotidiennes normales et fiables, votre proche risque moins de s’éloigner de la réalité et d’être victime d’hallucinations. Pensez à noter les moments où les hallucinations se produisent et les circonstances dans lesquelles elles se produisent.

      Si vous ou un proche êtes aux prises avec des hallucinations, communiquez avec la ligne d’assistance nationale de la Substance Abuse and Mental Health Services Administration (SAMHSA) au 1-800-662-4357 pour obtenir de l’information sur les établissements de soutien et de traitement dans votre région

      Pour plus de ressources en matière de santé mentale, consultez notre base de données nationale des services d’assistance téléphonique.

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Web-conférence gratuite
      Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?