AccueilÉpanouissement personnelPsychologieQu’est-ce que la pression des pairs ?

Qu’est-ce que la pression des pairs ?

Écrit par MentorShow
Le 21 November 2023 | 6 minutes de lecture

La pression des pairs est le processus par lequel les membres d’un même groupe social influencent d’autres membres à faire des choses auxquelles ils pourraient être réticents ou qu’ils ne choisiraient pas de faire autrement. Les pairs sont des personnes qui font partie du même groupe social. Le terme “pression des pairs” fait donc référence à l’influence que les pairs peuvent avoir les uns sur les autres.

En général, le terme “pression des pairs” est utilisé lorsque l’on parle de comportements qui ne sont pas considérés comme socialement acceptables ou souhaitables, tels que l’expérimentation de l’alcool ou des drogues.

Bien que la pression des pairs ne soit généralement pas utilisée pour décrire des comportements socialement souhaitables, comme faire de l’exercice ou étudier, elle peut avoir des effets positifs dans certains cas.

Types de pression des pairs

En réalité, la pression des pairs peut être une influence positive ou négative qu’un pair, ou un groupe de pairs, exerce sur une autre personne. Les six termes suivants sont souvent utilisés pour décrire les types de pression exercée par les pairs.

Pression des pairs parlée ou non parlée

Comme son nom l’indique, la pression verbale des pairs se produit lorsque quelqu’un influence verbalement une autre personne à faire quelque chose. Par exemple, un adolescent peut inciter son ami à fumer une cigarette en lui disant : “Allez, une cigarette, ça ne fait pas de mal”

Même si personne ne dit à l’adolescent de fumer une cigarette dans l’exemple ci-dessus, il peut se sentir poussé par ses pairs à prendre part à cette activité parce qu’il semble que tout le monde le fait.

Pression directe ou indirecte des pairs

On parle de pression directe des pairs lorsqu’une personne utilise des indices verbaux ou non verbaux pour persuader quelqu’un de faire quelque chose. L’exemple mentionné ci-dessus d’un adolescent tendant une cigarette à un autre adolescent est également un exemple de pression directe par les pairs, car l’adolescent qui la reçoit doit décider sur-le-champ de la manière dont il va réagir.

Dans le cas de la pression indirecte des pairs, personne ne vous prend à partie, mais l’environnement dans lequel vous vous trouvez peut vous inciter à faire quelque chose. Si vous êtes à une fête où tout le monde boit, par exemple, vous pouvez vous sentir poussé à boire même si personne ne vous le demande.

Pression positive ou négative des pairs

Enfin, la pression des pairs peut être décrite comme positive ou négative. On parle de pression positive lorsqu’une personne est influencée par les autres pour adopter un comportement bénéfique ou productif.

La pression négative des pairs est l’influence qu’une personne subit pour faire quelque chose qu’elle ne ferait pas normalement ou qu’elle ne veut pas faire, afin de s’intégrer dans un groupe social. Les gens subissent souvent une pression négative de la part de leurs pairs pour boire de l’alcool, se droguer ou avoir des relations sexuelles.

Exemples de pression exercée par les pairs

La pression des pairs pousse les gens à faire des choses qu’ils ne feraient pas autrement dans l’espoir de s’intégrer ou d’être remarqués.

Les choses que les gens peuvent être amenés à faire sous la pression de leurs pairs comprennent :

  • Action agressive (fréquente chez les hommes)
  • Intimidation
  • Consommer des drogues
  • S’habiller d’une certaine façon
  • Boire de l’alcool
  • S’adonner au vandalisme ou à d’autres activités criminelles
  • Avoir des relations sexuelles
  • Se battre physiquement
  • Ne fréquenter qu’un certain groupe

Selon le National Institute on Drug Abuse for Kids, la pression des pairs ou le désir d’impressionner ses pairs peut l’emporter sur la peur de prendre des risques chez un adolescent ou un pré-adolescent. Les comportements à risque liés aux drogues et/ou à l’alcool peuvent avoir les conséquences suivantes :

  • Accidents
  • Dépendance
  • Empoisonnement à l’alcool ou à la drogue
  • Asphyxie
  • Conduite sous influence (de l’alcool ou d’autres drogues)
  • Overdose
  • Maladies sexuellement transmissibles

Addiction comportementale

Les gens peuvent également ressentir une pression interne qui les pousse à participer à des activités et à des comportements qu’ils pensent être ceux de leurs pairs, ce qui peut les exposer aux dépendances comportementales suivantes :

Dans le cas des adolescents, les parents s’inquiètent rarement de la pression exercée par leurs pairs sur leurs enfants pour qu’ils fassent du sport ou de l’exercice, car ces activités sont généralement considérées comme des comportements sociaux sains. Cela ne pose pas de problème, tant que l’exercice ou le sport ne devient pas un moyen malsain de faire face à la situation, qu’il n’est pas excessif au point de nuire à la santé ou qu’il n’est pas dangereux (comme dans le cas des sports dangereux).

Ce qui est au départ une pression positive des pairs peut devenir une pression négative si elle conduit une personne à s’identifier excessivement au sport, par exemple en plaçant l’exercice et la compétition au-dessus de tout.

S’ils sont poussés à l’extrême, ils peuvent développer une dépendance à l’exercice, les amenant à négliger leur travail scolaire et leurs activités sociales et, en fin de compte, à utiliser l’exercice et la compétition sportive comme principal moyen de faire face au stress de la vie. Cela peut également avoir de nombreuses conséquences sur la santé.

Exemples d’influence positive par les pairs

Nous avons tendance à entendre parler des effets potentiellement négatifs de la pression des pairs. Mais en réalité, la pression des pairs peut être positive. Par exemple, deux amis peuvent exercer une pression positive l’un sur l’autre pour aller ensemble à la salle de sport et rester responsables de leurs objectifs de remise en forme.

Les adolescents qui font du bénévolat au sein de leur communauté peuvent se motiver mutuellement à participer. Cette participation peut permettre aux adolescents d’être exposés à des modèles de comportement et, à terme, de devenir eux-mêmes des modèles de comportement positifs.

À son tour, votre ami pourrait reconsidérer les critiques formulées à l’encontre des personnes en fonction de leur apparence. En adhérant simplement à vos propres valeurs et en les partageant avec un ami, vous pouvez exercer une pression positive sur lui pour qu’il réfléchisse avant de faire un commentaire négatif.

Influence parentale vs. pression des pairs

Bien que les parents s’inquiètent de l’influence des pairs, dans l’ensemble, ils peuvent aussi avoir une grande influence sur le fait que les enfants succombent ou non à la pression négative des pairs.

Plutôt que de s’inquiéter des effets des amitiés de leurs enfants, les parents feraient mieux de se concentrer sur la création d’un environnement familial positif et favorable. Ainsi, même si votre enfant est poussé par ses pairs à faire quelque chose qu’il ne veut pas faire, il se sentira à l’aise de venir vous en parler en premier.

Donner l’exemple d’une bonne autorégulation émotionnelle peut également aider votre enfant à s’en tenir à ses propres valeurs lorsqu’il s’agit de la pression des pairs. L’autorégulation implique la capacité de contrôler les pensées, les émotions et les comportements afin de gérer le comportement actuel et d’atteindre des objectifs à long terme.

Votre enfant apprendra ainsi à résoudre les problèmes de manière positive et à faire face aux sentiments désagréables, plutôt que d’essayer de s’échapper en faisant des choses pour s’intégrer à la foule. La pression exercée par les pairs pour que l’enfant prenne des risques potentiellement dangereux peut être contrebalancée par le fait que les parents veillent à fixer des limites appropriées, à apporter leur soutien et à aider l’enfant à éviter les risques. Quelques exemples :

  • Venez chercher votre enfant lors d’événements où de l’alcool ou des drogues ont pu être consommés.
  • Fournissez des informations équilibrées et véridiques sur des questions telles que la consommation d’alcool et de drogues.
  • Restez impliqué dans la vie de votre enfant. Croyez-le ou non, vous êtes l’une de leurs plus grandes influences et ils vous écoutent lorsque vous leur parlez.
  • Insistez sur l’importance de réfléchir avant d’agir. Apprenez aux adolescents à se poser des questions telles que : Cela pourrait-il me blesser ou blesser quelqu’un d’autre ? Est-ce que cela mettra ma santé ou ma sécurité en danger ? Est-ce légal ? Quelles sont les conséquences à long terme pour ma santé, ma famille, mon éducation et mon avenir ?

Pression des pairs au-delà de l’enfance

Les adolescents sont particulièrement vulnérables à la pression des pairs parce qu’ils se trouvent à un stade de leur développement où ils se détachent de plus en plus de l’influence de leurs parents, mais n’ont pas encore établi leurs propres valeurs ou leur propre compréhension des relations humaines ou des conséquences de leur comportement.

Ils recherchent généralement l’acceptation sociale et sont plus enclins à adopter des comportements contraires à leur bon sens pour être acceptés.

Cependant, les adultes sont également vulnérables à la pression de leurs pairs. Ils sont nombreux à boire trop parce que leurs amis le font, ou à faire passer leur travail avant leur famille parce qu’ils sont en concurrence avec d’autres personnes de leur bureau pour une promotion.

En résumé : Être conscient de l’influence de ses pairs et la choisir avec soin pour vivre des expériences saines et heureuses est un processus qui dure toute la vie.

Comment gérer la pression des pairs

Il peut être difficile de faire face à la pression des pairs, mais voici quelques moyens d’y remédier.

Prenez votre temps

Au lieu d’accepter rapidement de faire quelque chose que vous préféreriez ne pas faire, faites une pause et respirez profondément. Si quelqu’un attend votre réponse, dites-lui que vous devez prendre quelques jours pour y réfléchir. Il est plus facile de résister à la pression lorsque vous mettez un peu de temps et d’espace entre vous et la situation.

Réfléchissez à vos raisons

Lorsque vous êtes confronté à un choix, demandez-vous quelles sont les raisons qui vous poussent à faire quelque chose. Si c’est parce que tous vos amis le font et que vous avez peur qu’ils ne vous parlent plus si vous ne les rejoignez pas, vous devriez peut-être reconsidérer la question.

Vous méritez de vous entourer de personnes qui vous soutiennent et qui respectent vos décisions, et non pas de personnes qui vous poussent à faire quelque chose qui ne vous convient pas.

Fixez des limites

Les personnes qui vous soutiennent sont des personnes qui respectent vos décisions

Il peut être difficile de dire “non”, mais il est nécessaire de fixer des limites saines dans les relations. Si quelqu’un vous pousse constamment à faire quelque chose, vous pouvez essayer de lui dire comment cela vous affecte.

Par exemple, vous pourriez dire quelque chose comme : “Cela me dérange que vous m’offriez une cigarette alors que vous savez que je ne fume pas. Je ne pourrai pas continuer à traîner avec toi si tu ne respectes pas ma réponse

Proposer une alternative

Il est possible qu’un ami qui vous met la pression veuille simplement passer plus de temps avec vous ou se rapprocher de vous, mais qu’il ne sache pas comment vous le demander.

S’il vous pousse à faire des shots avec lui au bar alors que vous n’avez pas bu, par exemple, vous pouvez suggérer que vous alliez tous les deux sur la piste de danse à la place. Vous pouvez aussi prévoir une randonnée ou une sortie au cinéma la prochaine fois que vous vous verrez. De cette façon, vous répondez à vos besoins respectifs d’une manière mutuellement bénéfique.

Laissez-nous un commentaire