Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

L’effet du spectateur en psychologie

2 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Messages à retenir

    • L’effet de spectateur est un phénomène psychologique social selon lequel les individus sont moins susceptibles d’aider une victime en présence d’autres personnes. Les facteurs comprennent la diffusion de la responsabilité et la nécessité de se comporter de manière correcte et socialement acceptable.
    • L’exemple le plus fréquemment cité de l’effet « spectateur » concerne une jeune femme, Kitty Genovese, qui a été assassinée dans le Queens, à New York, en 1964, sous les yeux de plusieurs de ses voisins. Personne n’est intervenu avant qu’il ne soit trop tard.
    • Latané et Darley (1970) ont proposé un modèle de décision d’aide en cinq étapes, au cours desquelles les spectateurs peuvent décider de ne rien faire :
      1. Prévenir de l’événement (ou être pressé et ne pas le remarquer).
      2. Interpréter la situation comme une urgence (ou supposer que puisque les autres n’agissent pas, ce n’est pas une urgence).
      3. Assumer la responsabilité (ou supposer que les autres vont le faire).
      4. Savoir quoi faire (ou ne pas avoir les compétences nécessaires pour aider).
      5. Décider d’aider (ou s’inquiéter du danger, de la législation, de l’embarras, etc.).
    • Latané et Darley (1970) ont identifié trois processus psychologiques différents qui pourraient empêcher un spectateur d’aider une personne en détresse : (i) la diffusion de la responsabilité ; (ii) l’appréhension de l’évaluation (la peur d’être jugé publiquement) ; et (iii) l’ignorance pluraliste (la tendance à se fier aux réactions manifestes des autres pour définir une situation ambiguë).
    • La diffusion de la responsabilité fait référence à la tendance à diviser subjectivement la responsabilité personnelle d’aider par le nombre de spectateurs présents. Les spectateurs sont moins susceptibles d’intervenir dans des situations d’urgence lorsque la taille du groupe augmente et qu’ils se sentent moins responsables.
    Concept de l'effet des spectateurs. Figurines en bois et au milieu se trouve une figurine rouge.
    L’effet spectateur peut amener quelqu’un à hésiter et à s’abstenir d’agir ou d’offrir son aide dans une situation, en supposant que d’autres interviendront ou en se sentant moins responsable lorsqu’il voit d’autres personnes présentes.
    Apprenez des meilleurs mentors

    Qu’est-ce que l’effet spectateur ?

    Le terme  » effet spectateur  » fait référence à la tendance des gens à être inactifs dans des situations à haut risque en raison de la présence d’autres spectateurs (Darley & Latané, 1968 ; Latané & Darley, 1968, 1970 ; Latané & Nida, 1981).

    Grâce à une série d’expériences menées à partir des années 1960 et 1970, le phénomène de l’effet de proximité a été mieux compris.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Kitty Genovese

    Le matin du 13 mars 1964, Kitty Genovese est rentrée à son appartement à 3 heures du matin, après avoir terminé son service dans un bar du quartier.

    Tandis qu’elle marchait, elle a remarqué une silhouette au bout du terrain. Elle a changé de direction et s’est dirigée vers une autre rue, mais l’homme l’a suivie et l’a saisie.

    Alors qu’elle criait, les voisins de l’immeuble se sont mis à la fenêtre et ont regardé l’homme la poignarder. Un homme de l’immeuble a crié : « Laissez cette fille tranquille ! » (New York Times, 1964).

    Après cela, l’agresseur semble être parti, mais une fois que les lumières des appartements se sont éteintes, il est revenu et a poignardé Kitty Genovese à nouveau. Une fois de plus, les lumières se sont allumées et les fenêtres se sont ouvertes, éloignant l’agresseur de la scène.

    Malheureusement, l’agresseur est revenu et a poignardé Catherine Genovese pour la dernière fois. Quand on a demandé aux voisins pourquoi ils n’étaient pas intervenus ou n’avaient pas appelé la police plus tôt, ils ont répondu : « Je ne voulais pas m’impliquer », « Franchement, nous avions peur », « J’étais fatigué, je suis retourné me coucher ». Je suis retourné me coucher (New York Times, 1964).

    Après ce premier rapport, l’affaire a été portée à l’attention de tout le pays, divers dirigeants commentant l’apparente « décadence morale » du pays.

    En réponse à ces affirmations, Darley et Latané se sont mis à la recherche d’une autre explication.

    Le modèle de décision de l’aide

    Latané et Darley (1970) ont formulé un modèle en cinq étapes pour expliquer pourquoi les spectateurs dans les situations d’urgence offrent parfois de l’aide et parfois non.

    A chaque étape du modèle, la réponse « non » entraîne l’absence d’aide, tandis que la réponse « oui » rapproche l’individu de l’offre d’aide.

    Cependant, ils ont fait valoir que les réponses d’aide peuvent être inhibées à n’importe quelle étape du processus. Par exemple, le spectateur peut ne pas remarquer la situation ou la situation peut être ambiguë et ne pas être facilement interprétée comme une urgence.

    Les cinq étapes sont :

    1. Le spectateur doit remarquer que quelque chose ne va pas.
    2. Le spectateur doit définir cette situation comme une urgence.
    3. Le spectateur doit évaluer dans quelle mesure il se sent personnellement responsable.
    4. Le spectateur doit décider de la meilleure façon d’offrir son aide.
    5. Le spectateur doit agir en fonction de cette décision.

    Figure 1.Modèle de décision d’aide de Latané et Darley (1970).

    Pourquoi l’effet de spectateur se produit-il ?

    Latané et Darley (1970) ont identifié trois processus psychologiques différents susceptibles d’interférer avec l’accomplissement de cette séquence.

    Diffusion de la responsabilité

    Le premier processus est une diffusion de la responsabilité, qui fait référence à la tendance à diviser subjectivement la responsabilité personnelle d’aider par le nombre de spectateurs.

    La diffusion de la responsabilité se produit lorsqu’un devoir ou une tâche est partagé entre un groupe de personnes plutôt qu’entre une seule personne.

    Lorsqu’il y a une situation d’urgence dans laquelle plus d’une personne est présente, il y a une diffusion de la responsabilité. Trois idées permettent de catégoriser ce phénomène :

    1. L’obligation morale d’aider n’incombe pas à une seule personne mais à tout le groupe qui est témoin de l’urgence.
    2. Le blâme pour ne pas avoir aidé peut être partagé au lieu de reposer sur une seule personne.
    3. La croyance qu’un autre spectateur dans le groupe offrira de l’aide.

    Darley et Latané (1968) ont testé cette hypothèse en créant une situation d’urgence et en mesurant le temps nécessaire aux participants pour obtenir de l’aide.

    Des étudiants ont été conduits dans une pièce isolée en ayant l’impression qu’une conversation centrée sur l’apprentissage dans un « environnement urbain très stressant » allait s’ensuivre.

    Cette discussion s’est déroulée avec d' »autres participants » qui se trouvaient également dans leur propre pièce (les autres participants n’étaient que des disques en train de jouer). Après un tour de table, l’un des participants faisait une « crise » au milieu de la discussion ; on mesurait le temps qu’il fallait à l’étudiant pour obtenir de l’aide de l’assistant de recherche qui se trouvait à l’extérieur de la pièce. Si l’étudiant n’obtenait pas d’aide après six minutes, l’expérience était interrompue.

    Darley et Latané (1968) pensaient que plus il y avait de « personnes » dans la discussion, plus les sujets mettraient de temps à obtenir de l’aide.

    Les résultats allaient dans le sens de cette hypothèse. Plus le groupe était petit, plus la « victime » était susceptible de recevoir de l’aide à temps.

    Toutefois, ceux qui n’ont pas reçu d’aide ont montré des signes de nervosité et d’inquiétude pour la victime. Les chercheurs estiment que ces signes de nervosité montrent que les étudiants participants étaient probablement encore en train de décider de la meilleure ligne de conduite à adopter, ce qui contraste avec les dirigeants de l’époque qui pensaient que l’inaction était due à l’indifférence.

    Cette expérience a mis en évidence l’effet de la diffusion de la responsabilité sur l’effet bystander.

    Appréhension de l’évaluation

    Le deuxième processus est l’appréhension de l’évaluation, qui fait référence à la peur d’être jugé par les autres lorsqu’on agit en public.

    Les individus peuvent craindre d’être supplantés par une aide supérieure, d’offrir une aide non désirée ou d’être confrontés aux conséquences juridiques d’une aide de qualité inférieure et éventuellement dangereuse.

    Les individus peuvent décider de ne pas intervenir dans des situations critiques s’ils ont peur d’être supplantés par une aide supérieure, d’offrir une aide non désirée ou d’être confrontés aux conséquences juridiques d’une aide inférieure et éventuellement dangereuse.

    Ignorance pluraliste

    Le troisième processus est l’ignorance pluraliste, qui résulte de la tendance à se fier aux réactions manifestes des autres pour définir une situation ambiguë.

    Deborah A. Prentice cite un exemple de ce phénomène. Bien qu’ils soient dans une classe difficile, les étudiants peuvent ne pas lever la main lorsque le professeur pose des questions.

    C’est souvent parce qu’ils croient que tout le monde comprend la matière, et par peur de paraître inadéquat, personne ne pose de questions de clarification.

    C’est ce type de raisonnement qui explique l’effet de l’ignorance pluraliste sur l’effet de spectateur. L’idée maîtresse est l’incertitude et la perception. Si la situation est claire (pour l’exemple de la salle de classe : une personne déclarant qu’elle ne comprend pas), l’ignorance pluraliste ne s’appliquerait pas (puisque la personne sait que quelqu’un d’autre est d’accord avec sa pensée).

    C’est l’ambiguïté et l’incertitude qui conduisent à des perceptions incorrectes qui catégorisent l’ignorance pluraliste.

    Rendsvig (2014) propose un processus en onze étapes pour expliquer ce phénomène.

    Ces étapes suivent la perspective d’un spectateur (que nous appellerons spectateur A) au milieu d’un groupe d’autres spectateurs dans une situation d’urgence.

    1. Le spectateur A est présent dans un endroit spécifique. Il ne s’est rien passé.
    2. Une situation ambiguë se produit (on n’est pas certain de ce qui s’est passé ou des ramifications de l’événement) et le spectateur A le remarque.
    3. Le spectateur A pense qu’il s’agit d’une situation d’urgence mais ne sait pas comment les autres spectateurs perçoivent la situation.
    4. Un plan d’action est mis en place. Il peut s’agir de plusieurs choses, comme foncer dans la situation ou appeler la police, mais dans l’ignorance pluraliste, le spectateur A choisit d’en savoir plus sur la situation en regardant autour de lui et en observant les réactions des autres.
    5. Lorsque l’observation a lieu, le spectateur A n’est pas conscient que les autres spectateurs peuvent faire la même chose. Ainsi, lorsqu’il observe les réactions des autres, le spectateur A  » perçoit mal  » l’observation de la situation par les autres spectateurs comme une inaction délibérée.
    6. Alors que le spectateur A note la réaction des autres, le spectateur A place la réaction des autres spectateurs dans son contexte.
    7. Le spectateur A croit alors que l’inaction des autres est due à leur conviction qu’il n’y a pas de situation d’urgence.
    8. Ainsi, le spectateur A croit qu’il y a un accident, mais il croit aussi que les autres ne perçoivent pas la situation comme une urgence. Le spectateur A modifie alors sa croyance initiale.
    9. Le spectateur A croit maintenant qu’il n’y a pas d’urgence.
    10. Le spectateur A a une autre occasion d’aider.
    11. Le passant A choisit de ne pas aider parce qu’il croit qu’il n’y a pas d’urgence.

    L’ignorance pluraliste repose sur l’hypothèse que tous les autres passants passent également par ces onze étapes.

    Ils choisissent donc tous de ne pas apporter leur aide en raison de la perception erronée des réactions des autres face à la même situation.

    Autres explications

    Bien que ces trois explications soient les plus connues, d’autres théories pourraient également jouer un rôle. Par exemple, la confusion des responsabilités se produit lorsqu’un spectateur craint qu’en aidant, il ne fasse croire à d’autres qu’il est l’auteur de l’acte. Cette crainte peut inciter les gens à ne pas agir dans des situations critiques. L’amorçage se produit lorsqu’une personne reçoit des indices qui influenceront ses actions futures. Par exemple, si l’on donne à une personne une liste de mots associés à la décoration intérieure et aux meubles et qu’on lui demande ensuite de donner un mot de cinq lettres, des réponses comme chaise ou table seraient plus probables que pâtes.

    Dans les situations sociales, Garcia et al. ont constaté que le simple fait de penser à l’appartenance à un groupe pouvait entraîner des taux plus faibles d’aide dans les situations d’urgence. Cela s’explique par le fait que les groupes sont souvent associés au fait « d’être perdu dans une foule, d’être désindividué et d’avoir un sens réduit de la responsabilité personnelle » (Garcia et al., 2002, p. 845).

    Les auteurs soutiennent donc que la façon dont une personne a été amorcée pourrait également influencer sa capacité à aider. Ces théories alternatives soulignent le fait que l’effet du spectateur est un phénomène complexe qui englobe une variété d’idéologies.

    Expériences sur les spectateurs

    Dans l’une des premières expériences de ce type, Latané & Darley (1968) ont demandé à des participants de s’asseoir seuls dans une pièce et de remplir un questionnaire sur les pressions de la vie urbaine.

    De la fumée (en fait de la vapeur) a commencé à se déverser dans la pièce par une petite bouche d’aération murale. Au bout de deux minutes, 50 % des participants avaient agi, et 75 % avaient agi au bout de six minutes lorsque l’expérience a pris fin.

    Dans les groupes de trois participants, 62 % ont continué à travailler pendant toute la durée de l’expérience.

    Lors des entretiens qui ont suivi, les participants ont déclaré qu’ils hésitaient à montrer leur anxiété, et qu’ils cherchaient donc des signes d’anxiété dans le regard des autres. Mais comme tout le monde essayait de paraître calme, ces signes n’étaient pas évidents, et ils ont donc pensé qu’ils avaient dû mal interpréter la situation et la redéfinir comme « sûre ».

    Il s’agit là d’un exemple clair d’ignorance pluraliste, qui peut affecter la réponse à l’étape 2 du modèle de décision de Latané et Darley ci-dessus.

    L’ambiguïté réelle peut également affecter le processus de prise de décision. Shotland et Straw (1976) ont mené une expérience intéressante qui illustre ce phénomène.

    Ils ont émis l’hypothèse que les gens seraient moins disposés à intervenir dans une situation de violence domestique (où une relation existe entre les deux personnes) que dans une situation de violence impliquant deux étrangers. Ils ont montré à des participants masculins une scène de bagarre entre un homme et une femme.

    Dans une condition, la femme criait : « Je ne te connais même pas », tandis que dans une autre, elle criait : « Je ne sais même pas pourquoi je t’ai épousé ».

    Trois fois plus d’hommes sont intervenus dans la première condition que dans la seconde. Ces résultats soutiennent à nouveau le modèle de décision en ce qui concerne les décisions prises à l’étape 3 du processus.

    Les gens sont moins susceptibles d’intervenir s’ils pensent que l’incident n’exige pas leur responsabilité personnelle.

    Évaluation critique

    Alors que l’effet bystander est devenu une théorie cimentée en psychologie sociale, le récit original du meurtre de Catherine Genovese a été remis en question. En jetant le doute sur le cas original, les implications de la recherche de Darley et Latané sont également remises en question.

    Manning et al. (2007) l’ont fait dans leur article « The Kitty Genovese murder and the social psychology of helping, The parable of the 38 witnesses » (Le meurtre de Kitty Genovese et la psychologie sociale de l’aide, la parabole des 38 témoins). En examinant les documents du tribunal et les procédures judiciaires de l’affaire, les auteurs ont trouvé trois points qui s’écartent de l’histoire traditionnelle racontée.

    Alors qu’il a été initialement affirmé que trente-huit personnes ont été témoins de ce crime, en réalité, seules quelques personnes ont physiquement vu Kitty Genovese et son agresseur ; les autres ont simplement entendu les cris de Kitty Genovese.

    En outre, parmi les personnes qui pouvaient voir, aucune n’a réellement été témoin de l’agression au couteau (bien que l’une des personnes qui a témoigné ait vu une action violente de la part de l’agresseur.enfin, le deuxième coup de couteau qui a entraîné la mort de Catherine Genovese s’est produit dans une cage d’escalier qui n’était pas à la vue de la plupart des témoins initiaux, ce qui diffère de l’article original qui indiquait que le meurtre avait eu lieu sur Austin Street à New York, à la vue d’au moins 38 personnes.

    Cela signifie qu’elles n’auraient pas été en mesure de voir physiquement le meurtre se produire. Le rapport potentiellement inexact du cas initial n’a pas complètement annulé l’effet passant, mais il a remis en question son applicabilité et la nature incomplète de la recherche le concernant.

    Limites du modèle d’aide à la décision

    Schroeder et al. (1995) estiment que le modèle d’aide à la décision fournit un cadre précieux pour comprendre l’intervention des passants.

    Bien qu’il ait été principalement développé pour expliquer les situations d’urgence, il a été appliqué à d’autres situations, comme empêcher quelqu’un de conduire en état d’ébriété ou décider de donner un rein à un parent.

    Toutefois, le modèle de décision ne fournit pas une image complète. Il n’explique pas pourquoi des décisions négatives sont prises à chaque étape de l’arbre de décision. Le modèle de décision ne prend pas en compte les facteurs émotionnels tels que l’anxiété ou la peur, et ne se concentre pas non plus sur les raisons pour lesquelles les gens aident ; il se concentre principalement sur les raisons pour lesquelles les gens n’aident pas.

    Piliavin et al. (1969, 1981) ont proposé le modèle d’éveil coût-récompense comme alternative majeure au modèle de décision et implique l’évaluation des conséquences de l’aide ou de la non-aide.

    La décision d’aider ou non dépend du résultat de l’évaluation des coûts et des récompenses de l’aide. Les coûts de l’aide comprennent l’effort, le temps, la perte de ressources, le risque de préjudice et la réaction émotionnelle négative.

    Les récompenses de l’aide comprennent la notoriété, la gratitude de la victime et de ses proches, et la satisfaction personnelle découlant de l’acte d’aider. Il est reconnu que les coûts peuvent être différents selon les personnes et peuvent même varier d’une occasion à l’autre pour la même personne.

    Les indices de responsabilité

    Selon Bommel et al. (2012), le compte rendu négatif des conséquences de l’effet bystander sape les aspects positifs potentiels. L’article « Be aware to care : Public self-awareness leads to a reversal of the bystander effect » détaille comment la foule peut effectivement augmenter l’aide apportée à une victime dans certaines circonstances.

    L’un des problèmes des spectateurs dans les situations d’urgence est la capacité à diviser la responsabilité (diffusion de la responsabilité).

    Pourtant, lorsqu’il y a des « indices de responsabilité », les gens ont tendance à aider davantage. Les indices de responsabilité sont des marqueurs spécifiques qui indiquent au spectateur que ses actions sont observées ou mises en évidence, comme le ferait une caméra. Dans une série d’expériences, les chercheurs ont testé si l’effet de spectateur pouvait être inversé en utilisant ces indices.

    Un forum en ligne centré sur l’aide aux personnes souffrant de « détresse émotionnelle grave » (Bommel et al…, les participants à l’étude ont répondu à des messages spécifiques de visiteurs du forum et ont ensuite évalué leur degré de visibilité sur le forum.

    Les chercheurs ont postulé qu’en l’absence d’indices de responsabilité, les gens ne donneraient pas autant d’aide et ne s’estimeraient pas très visibles sur le forum ; en présence d’indices de responsabilité (utilisation d’une webcam et mise en évidence du nom du visiteur du forum), non seulement davantage de personnes aideraient, mais elles s’estimeraient également plus présentes sur le forum.

    Comme on pouvait s’y attendre, les résultats ont été conformes à ces théories. Ainsi, le fait de cibler sa réputation à l’aide d’indices de responsabilité pourrait augmenter la probabilité d’aider. Les chercheurs ont examiné les régions du cerveau qui étaient actives lorsqu’un participant était témoin d’une situation d’urgence. Ils ont remarqué que l’activité était moindre dans les régions qui facilitent l’aide : le gyrus pré- et postcentral et le cortex préfrontal médian (Hortensius et al., 2018).

    Ainsi, la réponse biologique initiale d’une personne à une situation d’urgence est l’inaction en raison de sa peur personnelle. Après cette peur initiale, la sympathie survient, ce qui incite à aller au secours de la victime. Ces deux systèmes fonctionnent en opposition ; celui qui l’emporte sur l’autre détermine l’action qui sera entreprise

    Si la sympathie est supérieure à la détresse personnelle, le participant apportera son aide. Ainsi, ces chercheurs soutiennent que la décision d’aider n’est pas « réfléchie » mais « réflexive » (Hortensius et al, 2018).

    Dans cette optique, les chercheurs plaident en faveur d’une vision plus personnalisée qui tienne compte de la personnalité et de la disposition d’une personne à être plus sympathique plutôt que d’utiliser une généralisation générale.

    Références

    Darley, J. M., & Latané’, B. (1968). Bystander intervention in emergencies : Diffusion of responsibility. Journal of Personality and Social Psychology, 8, 377-383.

    Garcia, Stephen M, Weaver, Kim, Moskowitz, Gordon B, & Darley, John M. (2002). Crowded Minds. Journal of Personality and Social Psychology, 83 (4), 843-853.

    Hortensius, Ruud, & De Gelder, Beatrice. (2018). De l’empathie à l’apathie : l’effet du spectateur revisité. Current Directions in Psychological Science, 27 (4), 249-256.

    Latané’, B., & Darley, J. M. (1968). Group inhibition of bystander intervention in emergencies. Journal of Personality and Social Psychology, 10, 215-221.

    Latané’, B., & Darley, J. M. (1970). Le spectateur qui ne réagit pas : Pourquoi n’aide-t-il pas ? New York, NY : Appleton-Century-Croft.

    Latané’, B., & Darley, J. M. (1976). Aide en cas de crise : Bystander response to an emergency . Morristown, NJ : General Learning Press.

    Latané’, B., & Nida, S. (1981). Dix ans de recherche sur la taille des groupes et l’aide. Psychological Bulletin, 89, 308 -324.

    Manning, R., Levine, M., & Collins, A. (2007). Le meurtre de Kitty Genovese et la psychologie sociale de l’aide : The parable of the 38 witnesses. American Psychologist, 62, 555-562.

    Prentice, D. (2007). Pluralistic ignorance. In R. F. Baumeister & K. D. Vohs (Eds.), Encyclopedia of social psychology (Vol. 1, pp. 674-674). Thousand Oaks, CA : SAGE Publications, Inc.

    Rendsvig, R. K. (2014). Pluralistic ignorance in the bystander effect : Informational dynamics of unresponsive witnesses in situations calling for intervention. Synthese (Dordrecht), 191 (11), 2471-2498.

    Shotland, R. L., & Straw, M. K. (1976). Bystander response to an assault : When a man attacks a woman. Journal of Personality and Social Psychology, 34 (5), 990.

    Siegal, H. A. (1972). The Unresponsive Bystander : Pourquoi n’aide-t-il pas ? 1(3), 226-227.

    Van Bommel, Marco, Van Prooijen, Jan-Willem, Elffers, Henk, & Van Lange, Paul A.M. (2012). Être conscient pour se préoccuper : La conscience publique de soi conduit à un renversement de l’effet bystander. Journal of Experimental Social Psychology, 48 (4), 926-930.

    Informations complémentaires

    Latané, B., & Nida, S. (1981). Dix ans de recherche sur la taille des groupes et l’aide. Bulletin psychologique, 89, 308 -324.

    BBC Radio 4 Case Study : Kitty Genovese

    Étude du métro Piliavin

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?