Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

7 erreurs à éviter dans la communication non verbale

6 minutes de lecture
Communication non verbale

Sommaire

    Sommaire

    La communication non verbale, qui représente environ 70 % de nos échanges, a un impact important sur nos relations interpersonnelles. Les erreurs non verbales entraînent des malentendus et peuvent donc, à notre insu, affecter la crédibilité de notre message. 

    Identifier et corriger ces erreurs est de ce fait essentiel pour adopter un langage non verbal convaincant et pour déchiffrer celui de son interlocuteur.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Erreur 1 : Ne pas tenir compte de l’effet Halo

    Effet Halo, kesako ?

    L’effet Halo, biais cognitif, influence nos jugements sur autrui selon nos premières impressions, attribuant ainsi des qualités positives ou négatives. De premières impressions favorables entraînent des suppositions de qualités supplémentaires. Ce biais affecte notre perception de la communication non verbale.

    Pour éviter de se laisser influencer par l’effet Halo dans la communication non verbale, il est important d’être conscient de ce biais et de prendre des mesures pour le contrer. 

    Comment éviter de se laisser influencer par nos premières impressions ?

    Une fois que vous aurez pris des mesures pour contrer l’effet Halo, vous serez mieux à même de percevoir et d’interpréter correctement la communication non verbale des autres. Ainsi, vos compétences en matière de communication s’en trouveront améliorées.

    Voici quelques suggestions pour éviter de tomber dans le piège de l’effet Halo :

    1. Prenez le temps d’observer : Ne vous précipitez pas pour juger une personne sur la base de vos premières impressions. Prenez le temps d’observer attentivement son comportement non verbal et d’écouter ce qu’elle dit.
    2. Soyez ouvert aux nouvelles informations : Lorsque vous interagissez avec une personne, restez ouvert aux nouvelles informations qui pourraient remettre en question ou compléter votre première impression. Ne laissez pas vos premières impressions dicter entièrement votre perception de l’autre.
    3. Questionnez vos propres jugements : Interrogez-vous sur les raisons pour lesquelles vous attribuez certaines qualités à une personne. Est-ce que je me base sur des preuves tangibles, ou simplement de mes premières impressions ?
    4. Faites preuve d’empathie : Essayez de vous mettre à la place de la personne avec laquelle vous communiquez. Cela vous aidera à comprendre son point de vue et à éviter de juger trop rapidement.
    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Erreur 2 : Négliger l’importance de l’apparence vestimentaire

    L’influence de l’apparence sur la communication

    L’apparence vestimentaire impacte significativement la communication non verbale. En effet, elle transmet des messages sur notre personnalité, statut social et professionnalisme. Négliger cette dimension peut donner une impression négative, tandis qu’une tenue soignée et adaptée renforce la confiance et facilite les interactions.

    Conseils pour adapter sa tenue en fonction des situations

    En adaptant les 5 conseils suivants, vous pourrez avoir un impact positif sur votre auditoire et donner une meilleure (première) impression.

    1. Comprendre le contexte : Il est essentiel de connaître le contexte de la situation pour choisir une tenue appropriée. Par exemple, une tenue formelle sera plus appropriée pour un entretien d’embauche, tandis qu’une tenue décontractée sera plus adaptée pour une réunion entre amis.
    2. Respecter les codes vestimentaires : Chaque environnement a ses propres codes vestimentaires. Que ce soit au travail, lors d’événements sociaux ou culturels, il est important de les respecter pour éviter de se sentir mal à l’aise ou d’offenser les autres.
    3. Soigner son apparence : Une apparence soignée et propre donne une impression positive et montre que vous accordez de l’importance à l’image que vous véhiculez. Cela inclut le choix des vêtements, la propreté, le repassage et l’ajustement de la tenue.
    4. Exprimer sa personnalité : Il est important de se sentir à l’aise dans sa tenue et de choisir des vêtements qui reflètent notre personnalité. Cela permet de se sentir plus authentique dans nos interactions et d’améliorer notre communication.
    5. Faire attention aux accessoires : Les accessoires tels que les bijoux, les montres, et les lunettes peuvent également influencer la perception des autres. Il est important de les choisir avec soin et de les adapter à la situation pour éviter de donner une impression erronée.
    Homme en costume

    Erreur 3 : Envoyer des signaux contradictoires

    Les gestes et expressions faciales contradictoires

    L’envoi de signaux contradictoires est une erreur courante en communication non verbale, résultant souvent de gestes et expressions incohérents avec le message verbal. Ces contradictions, comme un sourire forcé en exprimant la déception, sèment confusion et diminuent la crédibilité du message.

    En harmonisant votre communication non verbale, vous améliorez la clarté et l’efficacité des échanges, renforçant ainsi les relations avec vos interlocuteurs.

    Comment harmoniser sa communication non verbale

    1. Prendre conscience de ses propres gestes et expressions : La première étape pour harmoniser sa communication non verbale consiste à prendre conscience de ses propres gestes et expressions. Essayez par exemple de vous observer dans un miroir ou de vous enregistrer en vidéo pour identifier les signaux non verbaux que vous émettez inconsciemment.
    2. S’aligner avec son message verbal : Assurez-vous que vos gestes et expressions faciales sont en accord avec le message que vous communiquez verbalement. Par exemple, si vous souhaitez exprimer de la sympathie, évitez de croiser les bras et adoptez plutôt une posture ouverte et bienveillante.
    3. Pratiquer l’écoute active : L’écoute active implique de prêter attention à la fois au contenu verbal et non verbal de la communication. En pratiquant l’écoute active, vous serez plus à même de détecter les signaux non verbaux de votre interlocuteur et d’ajuster votre propre communication en conséquence.
    4. Adapter sa communication à son interlocuteur : Chaque individu a des préférences et des habitudes de communication différentes. Dans le but d’établir une connexion plus profonde, adaptez alors votre communication non verbale à votre interlocuteur en observant ses réactions et en ajustant votre comportement pour
    5. S’entraîner régulièrement : Comme pour toute compétence, la maîtrise de la communication non verbale nécessite de la pratique. Par conséquent, prenez le temps de vous entraîner régulièrement, en situation réelle ou à travers des simulations, pour améliorer votre capacité à harmoniser votre communication non verbale avec votre message verbal.

    Erreur 4 : Ne pas adapter sa posture et sa distance corporelle

    L’influence de la posture sur la communication

    Le language corporel est un élément crucial dans la communication non verbale, car il transmet des messages sur notre confiance en nous, notre ouverture et notre attitude envers les autres. Une posture droite et ouverte peut donner l’impression que nous sommes confiants et engagés, tandis qu’une posture fermée ou avachie peut suggérer que nous sommes timides, désintéressés ou sur la défensive.

    Posture ouverte versus posture fermée

    1. Une posture ouverte, où les bras et les jambes ne sont pas croisés et où le corps est tourné vers l’interlocuteur, montre une attitude positive et accueillante. En revanche, une posture fermée, avec les bras ou les jambes croisés et le corps tourné à l’opposé de l’interlocuteur, peut envoyer des signaux négatifs, tels que le désintérêt, la méfiance ou le rejet.

    Confiance et crédibilité

    1. Adopter une posture droite et assurée peut renforcer notre crédibilité et notre autorité auprès des autres. Les personnes ayant une posture confiante sont souvent perçues comme étant plus compétentes et dignes de confiance que celles ayant une posture timide ou avachie.

    L’importance de la distance corporelle dans les interactions sociales

    La distance corporelle, ou la proxémie, est un autre aspect essentiel de la communication non verbale. La distance à laquelle nous nous tenons de nos interlocuteurs peut influencer notre relation avec eux et la qualité de notre communication.

    Pour une communication efficace, adaptez votre posture et respectez les distances corporelles, augmentant ainsi l’impact non verbal et renforçant les relations interpersonnelles.

    Les différentes zones de distance corporelle

    1. Les distances corporelles varient selon le contexte culturel et sont généralement classées en quatre zones : 
    • intime (jusqu’à 45 cm), 
    • personnelle (45 cm à 1,2 m), 
    • sociale (1,2 à 3,6 m) 
    • et publique (plus de 3,6 m).

    Chaque zone reflète un niveau de confort et de familiarité avec l’interlocuteur, respectant ainsi l’espace vital de chacun.
    Une étude d’Edward T. Hall, anthropologue, souligne l’importance de ces zones dans les interactions sociales et la communication efficace.

    Adapter la distance en fonction du contexte et de la relation

    1. Il est important d’adapter la distance corporelle en fonction du contexte et de la relation avec l’interlocuteur.

      Se tenir trop près d’une personne que nous venons de rencontrer peut être perçu comme une intrusion dans son espace personnel, tandis que se tenir trop loin peut donner l’impression de froideur ou de désintérêt.

    Erreur 5 : Utiliser des gestes trop agressifs

    L’impact des gestes agressifs sur la communication

    Les gestes agressifs entravent la communication et créent alors des incompréhensions et des impressions négatives telles que la colère, l’hostilité ou le manque de respect. Ces comportements créent une notamment une atmosphère tendue, rendant la communication moins productive. Éviter les mouvements brusques et menaçants améliore la qualité de la communication.

    Comment modérer ses gestes pour une communication efficace

    Afin d’améliorer la communication non verbale, prenez conscience de vos comportements. Soyez également d’une écoute active et adoptez une posture ouverte, tout en respectant l’espace personnel d’autrui.

    1. Prendre conscience de ses gestes : La première étape pour modérer ses gestes consiste à prendre conscience de ses propres comportements. Faites un effort pour observer vos gestes et ceux des autres afin de mieux comprendre leur impact sur la communication.
    2. Pratiquer l’écoute active : L’écoute active implique de se concentrer sur l’autre personne et de lui accorder toute votre attention. En écoutant activement, vous serez moins susceptible d’utiliser des gestes agressifs et vous montrerez à votre interlocuteur que vous êtes engagé dans la conversation.
    3. Adopter une posture ouverte : Essayez de maintenir une posture ouverte en évitant de croiser les bras ou les jambes. Gardez vos mains visibles et utilisez des gestes doux pour souligner vos propos. Cela contribuera à créer une atmosphère plus détendue et accueillante.
    4. Contrôler sa proximité : Veillez à respecter l’espace personnel de votre interlocuteur en maintenant une distance appropriée. Se tenir trop près de quelqu’un peut être perçu comme un geste agressif ou envahissant.
    5. S’entraîner à modérer ses gestes : Comme pour toute compétence, la pratique est essentielle pour améliorer sa communication non verbale. Entraînez-vous à utiliser des gestes modérés et appropriés dans différentes situations et observez les réactions des autres pour ajuster votre comportement en conséquence.

    Erreur 6 : Maintenir un contact visuel trop intense

    Les conséquences d’un contact visuel trop soutenu

    Le contact visuel, élément clé de la communication non verbale, établit une connexion et montre l’intérêt, mais trop d’intensité peut nuire à la communication.

    Parmi les conséquences d’un contact visuel trop soutenu, on peut citer :

    1. L’inconfort : Un contact visuel trop prolongé peut mettre mal à l’aise votre interlocuteur, lui donnant l’impression d’être scruté ou jugé. Cela peut entraver le dialogue et provoquer un sentiment d’insécurité.
    2. La perception d’agressivité : Un contact visuel trop soutenu peut être perçu comme une forme d’agression ou de défi, rendant la communication plus conflictuelle et moins productive.
    3. La perte de concentration : Si vous fixez intensément votre interlocuteur, il est probable qu’il se sente déstabilisé et ait du mal à se concentrer sur le contenu de la conversation, ce qui nuit à la qualité de l’échange.

    Trouver un équilibre entre maintenir le contact visuel et éviter l’inconfort

    Il est essentiel d’équilibrer le contact visuel pour maintenir une connexion sans créer de gêne, afin d’éviter les conséquences négatives d’un contact visuel trop intense.

    Voici 4 conseils pour y parvenir :

    1. Adopter la règle du 50/70 : Essayez de maintenir un contact visuel environ 50% du temps lorsque vous parlez et 70% du temps lorsque vous écoutez. Cela permet d’établir une connexion tout en laissant suffisamment d’espace pour que l’autre personne se sente à l’aise.
    2. Varier la direction du regard : Ne fixez pas constamment les yeux de votre interlocuteur. N’hésitez pas à déplacer légèrement votre regard vers d’autres parties de son visage, comme le front ou la bouche, ou à regarder brièvement ailleurs avant de revenir à ses yeux.
    3. Utiliser le langage corporel pour montrer votre intérêt : En plus du contact visuel, utilisez d’autres formes de communication non verbale pour montrer que vous êtes engagé dans la conversation. Par exemple, inclinez légèrement la tête, hochez la tête pour marquer votre accord ou souriez pour montrer que vous êtes réceptif.
    4. Être à l’écoute des réactions de l’autre : Soyez attentif aux signes que votre interlocuteur se sent mal à l’aise, tels que le recul, les sourcils froncés ou les bras croisés. Si vous remarquez ces signes, ajustez votre contact visuel en conséquence pour éviter de mettre l’autre personne sur la défensive.

    Erreur 7 : Utiliser des expressions faciales trop dramatiques et s’agiter excessivement

    Les expressions faciales excessives peuvent nuire à la communication en distrayant l’interlocuteur et en transmettant des impressions négatives.

    L’effet des expressions faciales exagérées sur la communication

    1. Les expressions faciales jouent un rôle crucial dans la transmission des émotions et des intentions. Elles permettent à notre interlocuteur de mieux comprendre notre état d’esprit et notre réaction face à une situation.

    2. Toutefois, des expressions faciales trop dramatiques ou exagérées peuvent nuire à la qualité de la communication. Elles peuvent distraire l’interlocuteur, le rendre mal à l’aise ou même lui donner une impression d’insincérité.

    3. De plus, les expressions faciales exagérées peuvent donner l’impression que l’on est émotionnellement instable ou qu’on manque de maîtrise de soi.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?