AccueilBien-êtreÉmotionsLe changement climatique nuit à votre santé mentale ? Comment faire face à l’éco-anxiété ?

Le changement climatique nuit à votre santé mentale ? Comment faire face à l’éco-anxiété ?

Écrit par MentorShow
Le 19 January 2024 | 8 minutes de lecture

Il y a longtemps que nous ne pouvons plus considérer les signes de changement climatique comme une simple phase du cycle normal de réchauffement et de refroidissement de la planète. L’action de l’homme a modifié le climat de la Terre et ses effets sont de plus en plus visibles.

La plupart des gens se rendent compte que le changement climatique peut affecter la santé physique par le biais de la pollution, de la propagation des maladies et de la pénurie alimentaire. Les professionnels de la santé mentale soulignent également une conséquence grave pour la santé mentale : l’éco-anxiété.

L’éco-anxiété désigne des inquiétudes persistantes quant à l’avenir de la Terre et de la vie qu’elle abrite.

Les termes connexes – “détresse liée au changement climatique”, “écotraumatisme”, “angoisse écologique” et “chagrin écologique”, pour n’en citer que quelques-uns – reconnaissent que cette préoccupation s’accompagne souvent de symptômes qui dépassent ceux de la seule anxiété.

Est-ce normal ?

L’anxiété survient lorsque votre corps réagit à des menaces perçues en faisant appel à son instinct de survie de lutte, de fuite et d’immobilisation. Souvent, nous pensons que ces menaces perçues sont enracinées dans des peurs farfelues et irrationnelles.

Mais le changement climatique est une menace réelle, même si l’issue peut sembler lointaine. Dans ce contexte, il est possible de considérer l’éco-anxiété comme un cas rare où l’anxiété fonctionne comme prévu. Elle fonctionne comme une motivation pour la survie, une réponse émotionnelle unique qui pousse l’humanité à chercher des solutions aux dommages climatiques.


Ce que l’on ressent

Si l’idée de changements permanents de la température, du temps et des habitats animaux et humains vous inquiète, cette crainte est parfaitement raisonnable. Peut-être vous sentez-vous, comme beaucoup d’autres, profondément traumatisé par les dommages déjà causés à certains milieux naturels et à certaines espèces.

Un sentiment accru de désespoir face aux changements de la planète n’est qu’une des manifestations possibles de l’éco-anxiété.

D’autres symptômes potentiels incluent :

  • la colère ou la frustration, en particulier à l’égard des personnes qui ne reconnaissent pas le changement climatique ou des générations plus anciennes qui ne font pas plus de progrès
  • la pensée fataliste
  • la peur existentielle
  • la culpabilité ou la honte liées à votre propre empreinte carbone
  • le stress post-traumatique après avoir subi les effets du changement climatique
  • les sentiments de dépression, d’anxiété ou de panique
  • deuil et tristesse face à la perte d’environnements naturels ou de populations d’animaux sauvages
  • pensées obsessionnelles sur le climat

Ces sentiments peuvent contribuer à des problèmes secondaires, tels que :

  • problèmes de sommeil
  • changements d’appétit
  • difficultés de concentration

Un stress accru peut également alimenter des tensions dans les relations avec les amis, les partenaires romantiques ou la famille, en particulier si vous ne partagez pas les mêmes points de vue sur le changement climatique.

Les inquiétudes liées au changement climatique peuvent devenir si accablantes que vous vous lancez dans des distractions pour éviter ces craintes. Cependant, ces distractions ne sont pas forcément utiles lorsqu’elles vous empêchent de faire face à vos sentiments ou qu’elles impliquent des stratégies d’adaptation moins idéales, comme la consommation d’alcool ou d’autres substances.

D’où ça vient

Le changement climatique est une préoccupation mondiale, mais aussi personnelle. Vous ne passez peut-être pas beaucoup de temps à réfléchir activement à votre lien avec la planète, mais ce lien existe pour tout le monde.

Vous avez certainement entendu parler de la Terre nourricière – il y a du vrai derrière ce nom. La Terre est le foyer originel, le fournisseur originel de ressources.

Bien que vous puissiez vous sentir assez éloigné de cette réalité, sans la Terre, vous n’existeriez pas. Il est tout à fait naturel d’éprouver du chagrin en voyant la planète se transformer rapidement.

Voici un aperçu des autres facteurs à l’origine de l’éco-anxiété.

Expérience vécue

Entendre parler des effets à long terme du changement climatique est une chose, les vivre en est une autre. Vivre ces effets en est une autre.

Vous avez peut-être vécu des moments difficiles lorsque des ouragans ou des incendies de forêt vous ont chassé de votre maison ou l’ont entièrement détruite. Peut-être avez-vous perdu des êtres chers dans ces mêmes catastrophes – des vies qui, contrairement aux maisons, ne peuvent jamais être remplacées.

Les effets graduels, tels que les chaleurs extrêmes et l’augmentation des précipitations, ne sont peut-être pas immédiatement remarqués, mais cela n’enlève rien à leur importance. Ils peuvent tout de même vous affecter, par exemple :

  • En plus d’augmenter le stress et l’irritabilité, les températures élevées posent un danger pour les personnes prenant des médicaments psychiatriques qui affectent la régulation de la température corporelle.
  • Plus de pluie (ou d’air dense et enfumé, selon l’endroit où vous vous trouvez) signifie moins de soleil. La lumière du soleil favorise la production de sérotonine, une hormone liée à la réduction de l’anxiété et de la dépression et à l’amélioration du bien-être général. Sans soleil, vous risquez davantage de souffrir de symptômes liés à l’humeur, y compris la dépression saisonnière.

Expansion de la couverture médiatique

D’un côté, la multiplication des reportages sur le changement climatique est un signe de progrès, car une plus grande prise de conscience peut inciter davantage de personnes à agir.

Toutefois, le catastrophisme et le sentiment de ne pas pouvoir échapper aux nouvelles sur le changement climatique ne motivent pas toujours le changement.

Le barrage constant d’articles sur le rétrécissement des forêts tropicales, la destruction des récifs coralliens et la diminution des espèces à deux chiffres (ou à un chiffre) peut aggraver votre choc et votre chagrin.

Ce profond désespoir peut, dans certains cas, rendre difficile l’adoption d’une quelconque mesure.

Le regret de votre propre impact

Il est facile de se juger sévèrement pour des pratiques de vie qui contribuent au changement climatique, comme :

  • utiliser du plastique et du polystyrène
  • faire fonctionner votre climatiseur
  • avoir une alimentation riche en viande

Les sentiments de culpabilité et de honte pour votre impact peuvent aller de pair avec des sentiments d’impuissance, motivés par le tic-tac de l’horloge qui vous laisse peu de temps pour créer un changement.

Vous pouvez certainement prendre des mesures pour réduire votre empreinte carbone, mais personne ne peut résoudre seul le problème du changement climatique. Il s’agit d’un problème à grande échelle qui nécessite un engagement mondial en faveur d’un changement radical.

Vos propres efforts peuvent donc vous sembler n’être qu’une goutte d’eau dans un énorme seau. Ce sentiment d’impuissance peut jouer un rôle important dans l’éco-anxiété.

Qui est le plus à risque

Tout le monde dépend de la santé de la planète, l’éco-anxiété peut donc toucher n’importe qui. Toutefois, certains groupes sont plus susceptibles de souffrir de troubles liés au climat, notamment en raison de leur plus grande vulnérabilité au changement climatique.

Les groupes particulièrement vulnérables sont les suivants :

  • Les communautés autochtones
  • les personnes vivant dans des régions côtières ou insulaires, des zones arides ou d’autres régions présentant un risque géologique élevé
  • les communautés défavorisées sur le plan socio-économique
  • les enfants et les personnes âgées
  • les personnes souffrant d’un handicap ou de problèmes de santé chroniques

De nombreux facteurs complexes contribuent à l’augmentation des risques :

  • Les familles dont le revenu annuel est plus faible peuvent avoir plus de mal à supporter l’impact d’une catastrophe naturelle, ce qui est susceptible d’aggraver le chagrin et la détresse.
  • Les autochtones d’Alaska, les tribus inuites et d’autres peuples indigènes dont la vie tourne autour de la glace de mer et d’autres changements climatiques risquent de perdre non seulement leur mode de vie, mais aussi leur identité culturelle et personnelle. l’augmentation du taux de suicide chez les agriculteurs illustre l’un des effets dévastateurs de l’éco-anxiété.
  • De nombreuses destinations touristiques attirent les touristes parce queelles présentent des environnements naturels magnifiques. L’altération et la destruction de ces environnements entraîneront probablement une chute brutale du tourisme et une baisse substantielle des revenus des communautés.

En outre, bon nombre des communautés les plus exposées sont confrontées à davantage d’obstacles en matière de traitement médical et de soins de santé mentale. Ce manque d’accès les empêche de rechercher le type de soutien nécessaire pour gérer le stress lié au climat.

Comment gérer

Bien que le changement climatique puisse sembler une préoccupation d’une ampleur impossible, vous pouvez toujours prendre des mesures pour protéger votre santé mentale.

Examinez vos habitudes personnelles

L’adoption d’un mode de vie plus “vert” (plus durable) peut souvent changer votre façon de voir les choses, étant donné qu’une vie plus conforme à vos valeurs personnelles peut vous aider à cultiver votre sens de l’identité.

En outre, le fait d’adopter des comportements respectueux de l’environnement peut encourager les autres à faire de même. Voici quelques exemples :

  • Le calcul de votre empreinte carbone peut vous donner une meilleure idée des moyens de réduire votre impact.
  • La prise de contact avec des organisations communautaires œuvrant pour la protection du climat peut vous aider à participer à des efforts politiques plus larges pour lutter contre le changement climatique.

Dire non au déni

Le changement climatique est une idée terrifiante. Il est parfaitement compréhensible de vouloir éviter l’éco-anxiété en fermant complètement la porte à la misère.

Mais en faisant l’autruche, il est plus difficile d’agir. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais les conseils suivants peuvent vous aider à aller de l’avant:

  • Au lieu de nier la réalité du changement climatique ou de repousser la peur et le chagrin, permettez-vous de reconnaître pleinement ces sentiments.
  • Si vous vous sentez coupable d’avoir eu des comportements qui n’étaient pas respectueux du climat, pardonnez-vous et engagez-vous à faire de meilleurs choix à l’avenir.
  • Ayez de la compassion pour vous-même et pour les autres. Vous n’êtes qu’une seule personne, et il y a des limites à ce qu’une seule personne peut faire.

Connectez avec votre communauté

Participer au jardinage de quartier, au ramassage des ordures ou aux efforts de réduction des déchets peut également réduire les sentiments d’éco-anxiété.

De nombreuses voix résonnent plus fort qu’une seule voix. Les efforts visant à protéger les espaces verts de la communauté – y compris les parcs, les réserves naturelles et les forêts – ont plus de chances d’aboutir si vous vous unissez en tant que communauté.

Soutien virtuel

Le Good Grief Network, une organisation à but non lucratif qui se consacre au renforcement de la résilience face au changement climatique et à d’autres problèmes mondiaux, propose un programme virtuel communautaire en dix étapes pour vous aider à accepter l’éco-anxiété et le chagrin climatique et à vous en remettre.

Conseils pour les enfants

Les enfants souffrent également d’éco-anxiété, même si les plus jeunes peuvent avoir du mal à comprendre et à traiter ces émotions complexes.

Les enfants plus âgés peuvent exprimer leur détresse, voire leur ressentiment, face à l’image sombre de leur avenir, alors que les adultes transmettent un monde au bord de l’effondrement.

Ces stratégies peuvent vous aider à faire face ensemble.

Parlez-en

Vous craignez peut-être que le fait de parler du changement climatique ne rende vos enfants encore plus malheureux, mais parler de la peur permet souvent d’en atténuer l’intensité. Le fait de pouvoir discuter d’un sujet susceptible de modifier leur avenir leur permet de commencer à exprimer et à accepter leurs inquiétudes.

Validez leur détresse et faites-leur savoir que vous la ressentez également. Écoutez leurs questions et offrez-leur des réponses adaptées à leur âge et basées sur des faits. S’ils posent une question à laquelle vous ne pouvez pas répondre, faites des recherches au lieu de donner des réponses vagues.

Commencez par consulter ces guides utiles :

  • Votre guide pour parler du changement climatique aux enfants de tous âges
  • Qu’est-ce que le changement climatique ? Un guide vraiment simple

Une conversation ouverte et honnête permet de créer une génération plus consciente et mieux informée. Parler du changement climatique peut responsabiliser les enfants en leur donnant le sentiment de pouvoir explorer des actions par eux-mêmes.

Agir en famille

Tout comme l’adoption de pratiques respectueuses de l’environnement peut contribuer à réduire votre éco-anxiété, un effort familial peut faire la différence pour vos enfants.

Passez du temps à discuter des options réalisables pour conserver l’énergie et les ressources dans votre foyer.

  • ajuster le thermostat de quelques degrés et vous habiller plus chaudement à l’intérieur
  • faire preuve de créativité avec les restes pour réduire le gaspillage alimentaire
  • choisir d’aller à l’école et au travail à vélo ou à pied
  • faire des achats dans les friperies au lieu d’acheter des articles neufs
  • créer un jardin dans la cour

Une fois que vous aurez élaboré un plan familial, encouragez la participation de chacun et faites-en un effort continu.

Apprécier la nature ensemble

En donnant aux enfants l’occasion de profiter de la nature dès leur plus jeune âge, on les aide à se familiariser avec le monde naturel.

Les enfants qui découvrent ce que la nature a à offrir par le biais d’activités telles que les bains de forêt, l’observation des étoiles ou l’étude de l’éventail de vie que l’on trouve dans les mares et les étangs développeront probablement une volonté plus forte de protéger et de réparer les environnements naturels.

Ils apprendront également comment la nature peut favoriser le bien-être et la santé émotionnelle – des connaissances qui peuvent offrir une protection contre l’éco-anxiété.

Comment la thérapie peut aider

Bien que l’éco-anxiété ne fasse pas (encore) l’objet d’un diagnostic de santé mentale spécifique, les thérapeutes et autres professionnels de la santé mentale s’accordent à dire qu’elle peut avoir un impact émotionnel important pour de nombreuses personnes.

Même les efforts déployés pour lutter contre le changement climatique aggravent parfois la détresse, car le fait d’essayer d’en faire trop peut vous laisser peu d’énergie pour prendre soin de vous-mêmes.

Si vous luttez contre les effets de l’éco-anxiété ou si vous vous sentez épuisé par l’activisme ou l’exposition aux nouvelles, la thérapie peut vous aider.

Tous les thérapeutes peuvent offrir un espace sûr pour :

  • travailler sur l’autocompassion
  • développer des capacités d’adaptation pour gérer la détresse émotionnelle
  • obtenir de l’aide pour la dépression ou l’anxiété
  • créer un plan d’autosoins individualisé

Les écothérapeutes peuvent avoir encore plus à offrir en termes de conseils et de soutien pour l’éco-anxiété.

Le bilan

Les troubles émotionnels liés au changement climatique peuvent sembler moins urgents que les dommages tangibles et graves auxquels de nombreuses personnes sont déjà confrontées dans le monde.

Il est toutefois essentiel de prendre conscience de ces sentiments au lieu de les occulter. La prise de conscience, après tout, est la clé du changement.

Nous n’avons qu’une seule planète. Nous n’avons pas la possibilité de la quitter, et c’est pourquoi l’apaisement de l’anxiété écologique signifie que nous devrons nous battre pour elle.

Laissez-nous un commentaire

Apprenez des meilleurs
Anne Tuffigo
Anne Tuffigo
Comment comprendre les signes de l'univers et les synchronicités pour réaliser votre mission de vie.
Boris Cyrulnik
Boris Cyrulnik
La résilience : surmonter ses traumatismes et se reconstruire
Boris Cyrulnik
Boris Cyrulnik
La résilience en pratique : les méthodes et les techniques concrètes pour surmonter les épreuves tout au long de la vie
Christophe André
Christophe André
Apprenez enfin à gérer vos émotions
Christophe André
Christophe André
enseigne la méditation pour retrouver la paix intérieure
Éric Hubler,
Éric Hubler,
Développer votre leadership, devenez la meilleure version de vous-même.
Fabrice Midal
Fabrice Midal
"Foutez-vous la paix" une autre approche de la méditation
Frédéric Lenoir
Frédéric Lenoir
Se connaitre soi-même pour donner du sens à sa vie
Isabelle Filliozat
Isabelle Filliozat
Devenez le parent que vous rêvez d'être
Jonathan Lehmann
Jonathan Lehmann
Les antisèches du bonheur : les clés pour être plus heureux sans changer de vie.
Lise Bourbeau
Lise Bourbeau
Comment guérir de vos blessures pour enfin être vous-même et devenir maître de votre vie.
Major Mouvement
Major Mouvement
Soulager vos douleurs, avoir plus d'énergie et un corps en bonne santé
Maxime Rovere
Maxime Rovere
La méthode philosophique pour développer votre esprit critique.
Michel Cymes
Michel Cymes
La méthode la plus efficace pour atteindre votre poids d’équilibre et le stabiliser sans régime ni frustration.
Michel Onfray
Michel Onfray
Comment retrouver l’estime de soi et cesser de se dévaloriser ?
Natacha Calestrémé
Natacha Calestrémé
Comment ne plus souffrir dans ses relations et retrouver son énergie ?
Stéphane Allix
Stéphane Allix
Comment dépasser la peur de la mort ? Le guide de l’éveil spirituel et des mystères de la conscience.