Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Hypothèse de recherche en psychologie : Types et exemples

4 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Une hypothèse de recherche, au pluriel « hypothèses », est une prédiction spécifique et vérifiable concernant les résultats attendus d’une étude, établie dès le début de celle-ci.

    L’hypothèse de recherche est souvent appelée hypothèse alternative ou « hypothèse expérimentale » dans le cadre de la recherche expérimentale.

    Elle suggère généralement une relation potentielle entre deux variables clés : la variable indépendante, que le chercheur manipule, et la variable dépendante, qui est mesurée en fonction de ces changements.

    Pour qu’une hypothèse soit valide, elle doit pouvoir être testée à l’aide de preuves empiriques, ce qui permet de la confirmer ou de l’infirmer.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Types d’hypothèses de recherche

    Hypothèse alternative

    L’hypothèse alternative affirme qu’il existe une relation entre les deux variables étudiées (une variable a un effet sur l’autre).

    Une hypothèse expérimentale prédit le(s) changement(s) qui se produira(ont) dans la variable dépendante lorsque la variable indépendante est manipulée.

    Elle affirme que les résultats ne sont pas dus au hasard et qu’ils sont significatifs pour étayer la théorie étudiée.

    L’hypothèse alternative peut être directionnelle, indiquant une direction spécifique de l’effet, ou non directionnelle, suggérant une différence sans en spécifier la nature. C’est ce que les chercheurs cherchent à soutenir ou à démontrer par leur étude.

    Hypothèse nulle

    L’hypothèse nulle stipule qu’il n’existe aucune relation entre les deux variables étudiées (une variable n’a pas d’incidence sur l’autre). Elle affirme que les résultats sont dus au hasard et ne sont pas significatifs pour étayer l’idée étudiée.

    L’hypothèse nulle, qui postule l’absence d’effet ou de relation, constitue un contraste fondamental par rapport à l’hypothèse de recherche dans le cadre d’une enquête scientifique. De nombreuses méthodes statistiques sont conçues pour tester l’hypothèse nulle, en déterminant la probabilité des résultats observés si aucun effet réel n’existe.

    Cette approche à double hypothèse apporte de la clarté, en garantissant que les intentions de la recherche sont explicites, et favorise la cohérence entre les études scientifiques, en améliorant la normalisation et l’interprétabilité des résultats de la recherche.

    Hypothèse non-directionnelle

    Une hypothèse non-directionnelle, également connue sous le nom d’hypothèse bilatérale, prédit qu’il existe une différence ou une relation entre deux variables, mais ne précise pas le sens de cette relation.</Elle indique simplement qu’un changement ou un effet se produira sans prédire quel groupe aura des valeurs plus élevées ou plus faibles.

    Par exemple, « Il y a une différence de performance entre le groupe A et le groupe B » est une hypothèse non-directionnelle.

    Hypothèse directionnelle

    Une hypothèse directionnelle (unilatérale) prédit la nature de l’effet de la variable indépendante sur la variable dépendante. Elle prédit dans quel sens le changement se produira. (c’est-à-dire, plus grand, plus petit, moins, plus)

    Elle précise si une variable est plus grande, moins grande ou différente d’une autre, plutôt que d’indiquer simplement qu’il y a une différence sans en préciser la nature.

    Par exemple, « L’exercice physique augmente la perte de poids » est une hypothèse directionnelle.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Falsifiabilité

    Le principe de falsification, proposé par Karl Popper, est un moyen de distinguer la science de la non-science. Il suggère que pour qu’une théorie ou une hypothèse soit considérée comme scientifique, elle doit être testable et irréfutable.

    La falsifiabilité souligne que les affirmations scientifiques ne doivent pas seulement être confirmables, mais qu’elles doivent aussi avoir la possibilité d’être prouvées fausses.

    Cela signifie qu’il doit exister une preuve ou une expérience potentielle qui pourrait prouver que la proposition est fausse.

    Quel que soit le nombre d’exemples confirmant une théorie, il suffit d’une seule contre-observation pour la falsifier. Par exemple, l’hypothèse selon laquelle « tous les cygnes sont blancs » peut être falsifiée par l’observation d’un cygne noir.

    Pour Popper, la science devrait tenter de réfuter une théorie plutôt que d’essayer de fournir continuellement des preuves à l’appui d’une hypothèse de recherche.

    Une hypothèse peut-elle être prouvée ?

    Nous ne pouvons jamais prouver à 100 % l’hypothèse alternative. Si nous rejetons l’hypothèse nulle, cela ne signifie pas que notre hypothèse alternative est correcte, mais cela confirme l’hypothèse alternative/expérimentale.

    Suite à l’analyse des résultats, une hypothèse alternative peut être rejetée ou confirmée, mais il n’est jamais possible de prouver qu’elle est correcte.

    Nous devons éviter toute référence à des résultats prouvant une théorie, car cela implique une certitude à 100 %, et il est toujours possible qu’il existe des preuves susceptibles de réfuter une théorie.

    Comment rédiger une hypothèse

    1. Identifier les variables. Le chercheur manipule la variable indépendante et la variable dépendante est le résultat mesuré.
    2. Opérationnaliser les variables étudiées. L’opérationnalisation d’une hypothèse consiste à rendre les variables physiquement mesurables ou testables, par exemple, si vous êtes sur le point d’étudier l’agression, vous pourriez compter le nombre de coups de poing donnés par les participants.
    3. Décider de l’orientation de votre prédiction. S’il existe des preuves dans la littérature pour soutenir un effet spécifique de la variable indépendante sur la variable dépendante, rédigez une hypothèse directionnelle (unilatérale). Si la littérature contient des résultats limités ou ambigus concernant l’effet de la variable indépendante sur la variable dépendante, rédigez une hypothèse non directionnelle (bilatérale).
    4. Faites en sorte qu’elle soit testable : assurez-vous que votre hypothèse peut être testée par l’expérimentation ou l’observation. Il doit être possible de prouver qu’elle est fausse (principe de falsifiabilité).
    5. Langue claire et concise. Une hypothèse solide est concise (généralement une ou deux phrases) et formulée dans un langage clair et direct, ce qui permet de la comprendre facilement et de la tester.

    Exemples

    Considérons une hypothèse à laquelle de nombreux enseignants pourraient souscrire : les élèves travaillent mieux le lundi matin que le vendredi après-midi (IV=Journée, DV=Norme de travail).

    Si nous décidons d’étudier cette hypothèse en donnant au même groupe d’étudiants un cours le lundi matin et le vendredi après-midi et en mesurant ensuite leur rappel immédiat du matériel couvert lors de chaque session, nous obtiendrons les résultats suivants:

    • L’hypothèse alternative affirme que les étudiants se rappelleront significativement plus d’informations le lundi matin que le vendredi après-midi.
    • L’hypothèse nulle affirme qu’il n’y aura pas de différence significative dans la quantité d’informations mémorisées le lundi matin par rapport au vendredi après-midi. Toute différence sera due au hasard ou à des facteurs confondants.

    Plus d’exemples

    1. Mémoire : Les participants exposés à la musique classique pendant les sessions d’étude se rappelleront plus d’éléments d’une liste que ceux qui ont étudié dans le silence.
    2. Psychologie sociale : Les individus qui s’engagent fréquemment dans l’utilisation des médias sociaux signaleront des niveaux plus élevés d’isolement social perçu par rapport à ceux qui les utilisent rarement.
    3. Psychologie du développement : Les enfants qui s’adonnent régulièrement à des jeux imaginatifs ont de meilleures compétences en matière de résolution de problèmes que les autres.
    4. Psychologie clinique : La thérapie cognitivo-comportementale sera plus efficace pour réduire les symptômes d’anxiété sur une période de 6 mois que la thérapie par la parole traditionnelle.
    5. Psychologie cognitive : Les personnes qui effectuent plusieurs tâches à la fois sur divers appareils électroniques auront une durée d’attention plus courte sur des tâches ciblées que celles qui effectuent une seule tâche.
    6. Psychologie de la santé : Les patients qui pratiquent la méditation de pleine conscience ressentiront moins de douleurs chroniques que ceux qui ne méditent pas.
    7. Psychologie organisationnelle : Les employés des bureaux à aire ouverte signaleront des niveaux de stress plus élevés que ceux des bureaux privés.
    8. Psychologie comportementale : Les rats récompensés par de la nourriture après avoir appuyé sur un levier appuieront plus fréquemment sur celui-ci que les rats qui ne reçoivent pas de récompense.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *