Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

L’impact des traumatismes raciaux et comment y faire face

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Le traumatisme racial, également connu sous le nom de stress traumatique lié à la race, est l’ensemble des conséquences qui surviennent lorsqu’une personne de couleur est confrontée au racisme et à la discrimination. Il englobe les divers dommages psychologiques, mentaux et émotionnels causés par le fait d’être témoin du racisme et de la discrimination et d’en faire l’expérience directe.

    Lorsque des personnes sont victimes de racisme, de discrimination, de microagressions ou d’autres formes de maltraitance ou de violence en raison de leur origine raciale, cela peut entraîner un traumatisme.

    Le traumatisme racial peut être le fait d’une seule personne ou d’une communauté entière.

    La psychologie du racisme

    L’expression « stress traumatique lié à la race » a été utilisée pour la première fois par Robert T. Carter dans son article de 2007 intitulé « Racism and Psychological and Emotional Injury : Recognizing and Assessing Race-Based Traumatic Stress, qui a été publié au nom de la Division of Counseling Psychology de l’American Psychological Association.

    L’article de Carter stipule que lorsque les Noirs, les indigènes et les personnes de couleur sont confrontés au racisme et à la discrimination, cela a un impact émotionnel négatif important et peut être similaire au syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

    Ce n’est un secret pour personne que le racisme a eu un impact négatif important sur la vie des Noirs, des indigènes et des personnes de couleur (BIPOC) dans notre société, tant dans le passé que dans le présent. Qu’il s’agisse des problèmes de santé des populations autochtones ou de l’impact de la discrimination sur les taux d’admission dans les universités, il n’y a pas de limites aux domaines de la vie sur lesquels le racisme peut avoir un impact.

    Le racisme étant très répandu, il n’est pas étonnant que les symptômes d’un traumatisme racial puissent se manifester de différentes manières. L’Association for Behavioral and Cognitive Therapies (ABCT) note que les symptômes courants du stress traumatique lié à la race sont les suivants:

    • Anxiété et dépression
    • Comportements d’évitement
    • Difficulté de concentration
    • Sentiments d’humiliation
    • Hypervigilance
    • Réactivité accrue
    • Perte d’appétit
    • Mauvaise estime de soi
    • Problèmes de sommeil
    • Cauchemars
    • Troubles de la concentration

    Les effets des traumatismes raciaux sont cumulatifs et peuvent à terme contribuer à une diminution de la qualité de vie et de la durée de vie.

    La relation entre le SSPT et la dépression

    Apprenez des meilleurs mentors

    L’impact des traumatismes raciaux

    Les effets du traumatisme racial sont complexes et sont compliqués par l’influence considérable du racisme et la nature permanente du problème. Il ne s’agit pas d’un incident isolé qui se produit une seule fois ; il imprègne la culture, affecte presque tous les domaines de la vie d’une personne et conduit à une nouvelle traumatisation, encore et encore.

    Comme on peut s’en douter, compte tenu de la gravité et de l’intensité des traumatismes raciaux, les conséquences de ces derniers sont considérables.

    • Le traumatisme racial entraîne une baisse de l’estime de soi et de la valeur personnelle.
    • Le traumatisme lié au fait d’avoir été témoin de brutalités policières amène les Noirs, les autochtones et les personnes de couleur, en particulier les Noirs, à craindre la police, ce qui peut s’avérer dangereux s’ils se retrouvent dans des situations où ils doivent compter sur l’aide de la police.
    • Le traumatisme racial peut causer de graves problèmes émotionnels, tels que des symptômes dissociatifs.
    • Il peut contribuer à l’évitement des personnes, des lieux ou des situations qui déclenchent des souvenirs d’expériences traumatisantes.

    Selon l’American Psychological Association, de nombreux praticiens de santé et professionnels de la santé mentale ne reconnaissent pas la gravité et l’impact des traumatismes raciaux. Le DSM-5, le manuel de diagnostic utilisé par les praticiens pour diagnostiquer les troubles mentaux, ne reconnaît pas le traumatisme racial comme un trouble mental.

    Les traumatismes raciaux contribuent également à une dégradation du bien-être et des conditions de santé mentale, notamment :

    Trouble de stress post-traumatique (TSPT)

    L’état de stress post-traumatique est une réaction naturelle à un événement traumatisant. Dans le cas d’un traumatisme racial, le syndrome de stress post-traumatique peut survenir après qu’une personne ait été confrontée à un harcèlement ou à une discrimination, ou après qu’elle en ait été témoin.

    Des événements tels que l’assassinat de George Floyd, par exemple, ont été traumatisants pour les Noirs. Ce traumatisme a été accentué par l’exposition constante aux médias et aux images explicites du mal fait aux Noirs. De tels événements contribuent également à l’incertitude en matière de sécurité et renforcent la méfiance à l’égard des forces de l’ordre.

    Puis il y a eu le traumatisme supplémentaire que cela aurait pu être eux ou un être cher qui a été tué, en plus du traumatisme supplémentaire de rappeler à beaucoup de gens ceux qu’ils avaient perdus de la même manière

    >

    Stress chronique

    Stress chronique

    Les traumatismes raciaux conduisent à une vie plus stressée et donc moins saine mentalement. Le stress chronique est malsain pour tout le monde, mais lorsqu’il est associé à des populations historiquement mal desservies sur le plan médical, le risque de problèmes de santé physique à long terme s’accroît. Non seulement le stress chronique est terrible à vivre sur le plan émotionnel, mais il est également dangereux sur le plan physique, car le stress chronique accroît les maladies.

    La recherche a montré que la discrimination perçue joue un rôle important dans les disparités de santé liées au stress chronique chez les BIPOC. Il s’agit notamment d’un risque accru de diabète, d’hypertension et d’issues défavorables à la naissance.

    Dépression et anxiété

    H3>

    Les traumatismes raciaux peuvent également contribuer à augmenter le risque de dépression. De plus, les traumatismes subis pendant l’enfance peuvent entraîner une plus grande dépression à l’âge adulte, et il a été prouvé que la discrimination raciale entraînait une moins bonne santé mentale.

    L’anxiété a un effet sur la cognition, qui affecte la façon dont les personnes pensent, perçoivent et interprètent les informations. Elle peut conduire à des schémas négatifs d’interprétation des événements, ce qui peut rendre plus difficile la gestion des différents aspects de la vie, y compris les événements négatifs et les événements plus agréables.

    Si la dépression et l’anxiété peuvent être des symptômes du syndrome de stress post-traumatique, elles peuvent également exister en tant que telles. Les deux ont des répercussions négatives importantes sur le bien-être et la vie quotidienne d’une personne

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Comment faire face aux traumatismes raciaux et en guérir

    Le racisme crée un traumatisme prolongé qui affecte de nombreux domaines de la vie et contribue à l’aggravation de la santé mentale. Alors que d’autres types de traumatismes sont limités dans le temps, les traumatismes raciaux sont permanents, ce qui les rend plus difficiles à surmonter. Le racisme peut également rendre plus difficile l’accès à un traitement pour les troubles mentaux qui découlent du traumatisme racial.

    Bien qu’il soit impossible d’oublier complètement les traumatismes raciaux, de nombreuses organisations communautaires ont identifié des moyens de réduire et de gérer les symptômes des traumatismes raciaux. Ces outils et stratégies peuvent aider les personnes à faire face et à réduire les symptômes.

    Connectez-vous avec d’autres

    Trouver une communauté et communiquer avec les autres peut vous aider à guérir d’un traumatisme racial. Le conte est un exemple de la manière dont les communautés noires ont trouvé une guérison collective du racisme, une étude notant que « la communauté est présentée comme un agent de changement tout en mettant l’accent sur la justice et le rôle important des pratiques culturelles pour faciliter la guérison de la communauté »

    Outre la recherche d’une communauté, la création de liens avec d’autres personnes peut être aussi simple que de parler du traumatisme racial que vous avez subi avec un ami. Il y a très peu de BIPOC, voire aucun, dont la vie a été exempte de discrimination ou de harcèlement racial.

    Le fait de parler de vos expériences peut vous guérir, et vos amis pourront peut-être vous donner des conseils sur la façon dont ils font face aux traumatismes raciaux qu’ils ont eux-mêmes subis.

    Prendre soin de soi

    La pratique de l’autosoin peut améliorer considérablement le sentiment de bien-être d’une personne. La définition de l’autosoin dépend de vous : il peut s’agir de tout ce que vous faites pour vous sentir aimé.

    Les actes d’autosoins peuvent être simples et gratuits ou élaborés et complexes. Vous pouvez vous promener dans la nature, prendre un bain dans une lumière tamisée ou vous faire masser.

    Vous pouvez écrire un journal ou pratiquer la méditation. Tout ce qui vous permet de vous sentir pris en charge est bénéfique pour votre bien-être, et le fait de vous apaiser peut vous aider à guérir d’un traumatisme

    Fixez des limites à votre consommation de médias

    La consommation de médias est un sujet de préoccupation majeur pour la société

    S’il est important de rester informé de ce qui se passe dans le monde, cela peut être déprimant et anxiogène. En particulier en période de crise sociétale, il peut être important pour la santé mentale de limiter la quantité de médias que l’on consomme.

    Si vous lisez ou regardez fréquemment des reportages sur la violence à l’encontre des BIPOC, il y a de fortes chances que vous vous sentiez anxieux.

    Vous seul connaissez le bon équilibre pour vous, mais si vous constatez que votre consommation de médias vous empêche de vous sentir bien, vous devriez peut-être prendre un peu de recul.

    Une façon simple de créer des limites autour de la consommation de médias est de placer des limites sur votre téléphone pour le temps que vous pouvez passer sur différentes plateformes chaque jour.

    Demandez l’aide d’un professionnel

    Le traumatisme racial n’est pas une chose dont vous devez guérir seul, et la thérapie peut être l’outil idéal pour vous aider à le surmonter. Plus précisément, il peut vous être utile de trouver un thérapeute tenant compte des traumatismes et capable de comprendre ce que vous avez vécu.

    Bien que votre thérapeute ne doive pas nécessairement être de couleur, vous pourriez vous sentir plus à l’aise avec quelqu’un dont l’origine raciale est similaire à la vôtre, car cela crée une compréhension innée des expériences de vie superficielles. Il n’y a pas de honte à avoir besoin d’une thérapie, et pour toute personne ayant subi un traumatisme, elle peut être bénéfique.

    Que faire lorsqu’un proche est raciste

    Un mot de MentorShow

    Si vous êtes une personne de couleur ou quelqu’un qui a été victime de discrimination en raison de son origine ethnique ou raciale, il est possible que vous ayez été ou que vous soyez confronté à un traumatisme racial. Bien que ces émotions puissent être difficiles à gérer, il existe des moyens sains d’y faire face afin de continuer à vivre pleinement sa vie.

    Si vous ne parvenez pas à vous en sortir seul ou avec l’aide de vos amis et de votre famille, le fait de parler à un professionnel de la santé mentale peut vous aider à acquérir les compétences nécessaires pour commencer à guérir.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?