Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Théorie et thérapie de l’analyse transactionnelle : Eric Berne

9 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    L’Analyse Transactionnelle (AT) est une théorie psychanalytique et une méthode de thérapie développée par Eric Berne dans les années 1950. Lors d’une conversation avec quelqu’un, la personne qui entame la communication donne le  » stimulus transactionnel « , puis la personne qui reçoit ce stimulus (ou message de communication) donne la  » réponse transactionnelle « .

    L’analyse transactionnelle est la méthode utilisée pour analyser ce processus de transactions dans la communication avec les autres. Elle exige que nous soyons conscients de la façon dont nous nous sentons, pensons et nous comportons pendant les interactions avec les autres.

    L’AT a reconnu que la personnalité humaine se compose de trois « états du moi », dont chacun est un système entier de pensée, de sentiment et de comportement à partir duquel nous interagissons les uns avec les autres. Les états du moi du parent, de l’adulte et de l’enfant et l’interaction entre eux constituent le fondement de la théorie de l’analyse transactionnelle.

    Les analystes transactionnels sont formés pour reconnaître les états du moi à partir desquels les gens transigent et pour suivre les séquences transactionnelles afin d’intervenir et d’améliorer la qualité et l’efficacité de la communication.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Comment l’Analyse Transactionnelle a-t-elle été développée ?

    Eric Berne a fondé l’AT à la fin des années 1950. Eric Berne est né au Canada en 1910 et est décédé en 1970 ; son domaine d’expertise était ancré dans la psychanalyse.

    Ses idées pour l’AT se sont développées à partir de la théorie psychanalytique de Sigmund Freud selon laquelle les expériences de l’enfance ont un impact important sur notre vie d’adulte et sont à la base du développement de notre personnalité et des problèmes psychologiques ou émotionnels dont nous souffrons.

    De la même manière, Berne pensait que nos expériences de l’enfance, en particulier la façon dont nous sommes élevés, affectent la formation développementale de nos trois états du moi (Parent, Adulte, et Enfant).

    Cela peut alors nous amener inconsciemment à rejouer les mêmes attitudes et comportements que nos parents avaient envers nous à quelqu’un d’autre au cours d’une conversation ou à répondre à la communication et aux interactions avec des angoisses et des émotions d’enfance passées.

    Eric Berne a proposé que le comportement dysfonctionnel soit le résultat de décisions autolimitatives prises pendant l’enfance dans l’intérêt de la survie. Ces décisions aboutissent à ce que Berne appelle le « scénario de vie », le plan de vie préconscient qui régit la façon dont la vie est vécue.

    Changer le scénario de vie est l’objectif de la psychothérapie par l’analyse transactionnelle. Depuis que Berne a créé l’AT, d’autres psychothérapeutes et psychologues, tels que Thomas Harris et Claude Steiner, l’ont enrichie, développant ainsi la théorie et ses applications thérapeutiques.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Les états du moi

    L’AT considère que nous avons trois états différents ou façons d’être pendant les interactions, qui sont : l’état du moi enfant, l’état du moi parent et l’état adulte (Berne, 1957).

    L’état dans lequel nous nous trouvons pendant une interaction dépend de plusieurs facteurs, tels que la manière dont nous avons été conditionnés à agir ou à réagir depuis l’enfance, les traumatismes passés qui nous poussent aujourd’hui à agir d’une certaine manière lors d’interactions ou de situations particulières, et la manière dont l’autre personne avec laquelle nous interagissons nous traite / l’état du moi dans lequel elle se trouve lorsqu’elle s’adresse à nous.

    Interagir avec quelqu’un en mode enfant ou parent est souvent une réaction par défaut ou inconsciente, et il faut une prise de conscience pour pouvoir revenir en mode adulte et interagir à partir de cet état.

    État d’enfant

    Il existe deux subdivisions de l’état d’enfant : l’état d’enfant adapté et l’état d’ego d’enfant libre. L’état du moi de l’enfant est construit sur tous les renforcements que nous avons reçus dans l’enfance, qu’ils soient positifs ou négatifs, pour nous comporter ou ne pas nous comporter d’une certaine manière, ce qui conditionne et affecte encore nos interactions aujourd’hui.

    L’état du moi de l’enfant adapté se conforme et agit selon les souhaits des autres pour leur plaire et être perçu comme bon et apprécié. Cependant, il a aussi un côté rebelle lorsqu’il est confronté à un conflit perçu et provoque des réactions de résistance, d’hostilité et de réactivité émotionnelle.

    L’état du moi de l’enfant libre peut être créatif, spontané, enjoué et rechercher le plaisir.

    État parental

    Il existe deux subdivisions de l’état parental : l’état parental critique/ contrôlant et l’état parental nourricier. Il s’agit de modèles de comportement et de pensée qui nous ont été inculqués par nos interactions passées avec nos parents et d’autres figures d’autorité (enseignants, grands-parents, etc.).

    Berne pensait que les expériences vécues au cours de nos cinq premières années de vie contribuaient à l’état de l’ego parental. Les gens sont dans cet état lorsqu’ils réagissent à une situation et agissent en fonction de leur conditionnement, en copiant la façon dont leurs parents (ou une autre figure d’autorité) les traitaient, eux et les autres, au lieu d’analyser chaque situation à nouveau, ici et maintenant.

    C’est lorsque nous utilisons la voix de l’autorité à l’égard de quelqu’un. Le parent critique désapprouve d’une manière dure, voire agressive. À l’inverse, le parent nourricier tente de prendre le contrôle d’une situation de façon plus secourable, en essayant d’apaiser les autres, ce qui peut être très inapproprié lorsqu’on s’adresse à d’autres adultes plutôt qu’à des enfants.

    État adulte

    Contrairement aux deux autres, l’état adulte n’a pas de subdivisions. L’état adulte interagit avec les gens et leur environnement ici et maintenant, et non sur la base d’un conditionnement passé ou de la façon dont d’autres personnes lui ont dit d’être.

    Cet état est plus ouvert, plus rationnel et moins prompt à porter des jugements sévères sur une situation ou une personne.

    Lorsque la communication s’effectue dans l’état adulte, nous sommes plus susceptibles d’être respectueux, de faire des compromis, d’écouter pleinement les autres, et d’avoir des interactions sociales plus saines.

    Comment les états du moi interagissent-ils et affectent-ils la communication ?

    Les trois états de l’enfant, du parent et de l’adulte affectent la façon dont nous recevons, percevons et répondons aux informations ou à la communication de quelqu’un.

    Berne a observé que les gens ont besoin de strokes, les unités de reconnaissance interpersonnelle, pour survivre et s’épanouir. Comprendre comment les gens donnent et reçoivent des strokes positifs et négatifs et changer les modèles malsains de stroking sont des aspects puissants du travail en analyse transactionnelle.

    L’analyse transactionnelle croit que la communication/transaction d’adulte à adulte mène à la communication la plus efficace et la plus saine, et donc aux relations avec les autres.

    Les différents types de transactions ci-dessous expliquent comment les interactions des différents états du moi interagissent les unes avec les autres.

    Transactions complémentaires

    Il est important de noter que même si l’expression  » transactions complémentaires  » semble positive, cela ne signifie pas nécessairement que ce type de communication est toujours une communication saine.

    Une transaction complémentaire a lieu lorsque les lignes entre l’état du moi de l’expéditeur et celui du récepteur sont parallèles.

    Cela signifie que quel que soit l’état du moi dans lequel se trouve l’expéditeur, sa communication atteint ou a un impact sur l’état du moi désiré par le récepteur. Ainsi, le destinataire répond d’une manière qui complète l’état du moi de l’expéditeur au lieu de le remettre en question.

    Lorsque cette transaction complémentaire se produit d’un adulte à un autre, on pense qu’il s’agit du meilleur type de communication, car elle est respectueuse et réduit les conflits.

    Lorsqu’une transaction complémentaire se produit à partir de l’état du moi d’un enfant et qu’elle est reçue et traitée à partir de l’état du moi d’un parent attentionné, elle contribue également à réduire les conflits et à créer un certain degré d’harmonie dans l’interaction ; cependant, vous pouvez comprendre pourquoi ce ne serait pas nécessairement la meilleure forme d’interaction dans un environnement de travail entre deux adultes.

    Par exemple, dans un mariage, si l’un des partenaires est inquiet à propos d’un événement, l’autre peut adopter un état parental plus nourricier pour l’aider à se calmer et le soutenir, ce qui est très bien ; cependant, s’il s’agit du principal mode de communication entre les deux, à la longue, cela causera des tensions et sera assez épuisant.

    Transactions croisées

    Les transactions croisées se produisent lorsque les états du moi de deux personnes en interaction ne correspondent pas, lorsque l’état du moi de l’expéditeur n’atteint pas l’état du moi souhaité ou voulu par le répondant ; ainsi, ils répondent à l’expéditeur d’une manière conflictuelle (ce qui peut être vu par les flèches croisées dans l’image de droite).

    Dans une transaction croisée, il faut que l’une ou les deux personnes en interaction changent d’état du moi pour que la communication puisse se poursuivre.

    Un exemple de cela serait qu’un client vienne vous voir pour se plaindre de son récent achat, en utilisant un langage très dévalorisant, en concluant que cette erreur a été commise à dessein, et en vous disant qu’il va vous dénoncer.

    Ils vous parlent depuis leur état critique de parent, avec l’intention que vous répondiez ensuite depuis votre état du moi d’enfant, par exemple en vous excusant, en les suppliant de ne pas vous dénoncer, et en répondant par tout ce qui renforce leur autorité dans la situation.

    Cependant, si vous répondiez plutôt depuis votre état d’adulte ou de parent, cela provoquerait une transaction croisée, et quelqu’un devrait changer d’état du moi pour s’adapter à cette situation afin que la communication puisse continuer.

    Le TA estime que si vous répondez à partir de votre état d’adulte, il est plus probable que l’expéditeur puisse également revenir à son état d’adulte pour tenir compte de l’écart entre les états du moi non complémentaires, ce qui donne lieu à des transactions d’adulte à adulte, ce qui est plus sain et plus respectueux.

    Transactions extérieures

    On parle de transactions extérieures lorsque l’expéditeur transmet extérieurement un message au destinataire qui semble provenir de son état adulte et s’adresser à l’état adulte du destinataire.

    Cependant, il y a en fait un message sous-jacent et subtil provenant de l’état enfant ou parent de l’expéditeur, qui doit être reçu par l’état enfant ou parent du destinataire. Ainsi, deux messages sont envoyés en même temps. Ce type d’interaction est mis en évidence dans l’image représentant la ligne en pointillés. Par exemple, un professeur ou un ami dirait à quelqu’un : « Tu peux choisir d’étudier des matières qui te permettront de devenir médecin, mais c’est très difficile et cela demande beaucoup d’intelligence.l’utilisation du langage suggère une communication respectueuse d’adulte à adulte avec un avertissement subtil ; cependant, il se peut que le professeur ou l’ami ait dit cela dans l’intention de déclencher l’état rebelle de l’ego de l’enfant du destinataire, qui pourrait alors penser : « Je vais te montrer que je suis aussi très intelligent et que je peux devenir médecin » et donc étudier plus dur.

    Les trois différentes transactions dans la communication ne sont pas définies uniquement par le langage verbal et les mots. Elle incorpore également le ton de la voix, le langage corporel et les expressions faciales.

    Comment l’Analyse Transactionnelle est-elle utilisée en thérapie ?

    Le but général ou le motif de la thérapie par l’AT est de renforcer l’état d’adulte du client. Pour ce faire, on utilise des questions et des outils habiles pour comprendre ce qui pousse le client à basculer dans le mode de l’ego du parent ou de l’enfant et ainsi trouver des stratégies utiles à utiliser dans ces moments-là pour rester dans son état adulte (Berne, 1958).

    L’AT croit que nos expériences d’enfance, en particulier de la naissance à cinq ans, affectent fortement nos comportements et nos réponses dans les interactions sociales, d’où l’importance accordée à notre éducation et à la façon dont nous avons été élevés.

    Ce processus est également appelé analyse des scripts, qui analyse et explore nos scripts développés dans l’enfance. Les scripts sont des croyances et des points de vue inconscients que nous avons de nous-mêmes, des autres et du monde, et que nous avons développés pour donner un sens à nos environnements internes et externes à partir de nos expériences et interactions précoces.

    Lors de l’analyse des scripts, tous les renforcements positifs ou négatifs que nous avons reçus dans notre enfance pour nous comporter ou ne pas nous comporter d’une certaine manière seront explorés, ainsi que les messages de la vie que nous avons reçus, par exemple, les personnes examineront également si elles modèlent ou copient la façon dont elles ont observé le comportement de leurs parents et des figures d’autorité.

    En outre, les messages plus subtils que nous avons reçus en grandissant seront analysés (appelés injonctions), comme le fait de toujours se faire dire de se taire lorsque ses parents parlent à des amis, ce qui pourrait imprimer la croyance que « personne ne veut m’entendre » ou que « ce que je veux dire n’a pas vraiment d’importance » ; ces messages seront examinés dans le cadre de la thérapie, ainsi que la manière dont ils affectent actuellement nos interactions.

    Le diagramme du parent, de l’adulte et de l’enfant, ou  » diagramme structurel  » comme l’appelait Berne, est un outil utile que les praticiens de l’AT utilisent comme visuel pour aider les clients à comprendre les trois états qu’ils ont en eux.

    Cela affecte leurs interactions comportementales et sociales et c’est une façon de les aider à voir comment les trois états interagissent les uns avec les autres dans des situations particulières et avec des personnes particulières avec lesquelles ils communiquent.

    L’AT peut être utilisée dans le cadre d’une thérapie à court terme, d’une manière brève axée sur la recherche de solutions, ou d’une manière plus approfondie à long terme afin de mieux comprendre notre monde inconscient, d’améliorer nos relations avec les autres et de réduire les conflits.

    L’AT est polyvalente et peut être utilisée dans le cadre d’une psychothérapie individuelle, d’une psychothérapie de couple et d’une consultation familiale. Elle peut également être utile à d’autres praticiens dans leur travail avec les clients, comme les infirmières et les enseignants, et même dans des secteurs tels que la formation commerciale ou la formation à la vente.

    La recherche actuelle sur l’Analyse Transactionnelle

    La recherche actuelle sur l’AT semble prometteuse dans sa capacité à améliorer les relations, à diminuer les conflits, à améliorer la satisfaction de la vie individuelle, et l’estime de soi. Elle montre également son efficacité pour aider les personnes au travail lors de leurs interactions avec les clients.

    Voici quelques-unes de ces études et leurs résultats ; d’autres recherches sur l’AT peuvent être trouvées en ligne.

    Nayeri, Lotfi, & Noorani (2014) ont proposé à 15 couples des séances d’analyse transactionnelle en groupe. Les couples ont assisté à huit séances, chacune de 90 minutes.

    Les couples avaient à l’origine des scores très bas pour les niveaux d’intimité évalués. Lorsqu’ils ont été testés à nouveau après les 8 séances d’AT, ils ont montré une augmentation significative des niveaux d’intimité entre tous les 15 couples. Cette augmentation est restée stable lors d’un nouveau test trois mois plus tard.

    Cela suggère que l’AT est un bon outil éducatif et thérapeutique pour aider à améliorer l’intimité et les liens dans les relations romantiques.

    De même, Alkasir et al. (2017) ont fourni à 20 femmes mariées 8 séances d’AT et ont constaté qu’après les huit séances, leur discorde conjugale déclarée, leurs conflits et leur comportement axé sur le contrôle ont été considérablement réduits, y compris le contrôle économique, l’intimidation et le contrôle émotionnel.

    Les huit séances ont conduit à une augmentation de l’intimité et de la satisfaction conjugales, et les participants ont déclaré être en mesure d’appliquer les compétences et les connaissances acquises lors des séances d’AT à d’autres domaines de leur vie également.

    Une étude de Saberinia & Niknejadi (2019) a donné à 15 mères d’enfants présentant un trouble oppositionnel du déficit huit séances hebdomadaires de 90 minutes d’AT et a constaté que cela améliorait de manière significative leur relation avec leurs enfants, en minimisant les conflits et en mettant fin à tout « jeu » se déroulant entre eux, car les interactions se dérouleraient plus fréquemment à partir d’états d’adultes-adultes.

    La recherche suggère également que l’AT peut aider les mères à éduquer leurs enfants à partir d’un style parental autoritaire plus sain plutôt que des styles autoritaire et permissif (concernant les trois styles parentaux de Baumrind).

    Cela signifie qu’elles contrôlent mieux leurs émotions et leurs réactions et qu’elles peuvent communiquer avec leurs enfants à partir d’une position d’adulte plutôt que de prendre part aux conflits et de les gronder, ce qui peut conduire à l’amélioration du bien-être des enfants (Eghbali, Mousavi, & Hakima, 2017).

    L’organisation de huit séances hebdomadaires d’AT de 90 minutes a permis d’améliorer le niveau d’estime de soi des détenus en soumettant 35 détenus à un test d’estime de soi avant le début des séances et à nouveau après les huit séances (Torkaman et al…, 2020).

    Enfin, une étude a montré que la connaissance de la théorie de l’AT, des états du moi et des types de transaction peut aider les infirmières psychiatriques à communiquer et à interagir avec leurs patients plus efficacement, ce qui permet aux patients de se sentir plus détendus et de mieux répondre au traitement (Ertem et Eker, 2016).

    Évaluation critique

    Avantages

    • Le premier avantage de l’AT est que Berne l’a créée dans l’intention d’être simple, avec des concepts facilement compréhensibles. Cela permet au profane de comprendre la théorie et de se familiariser avec ses mécanismes et la façon dont les interactions sociales dans leur vie prennent la forme qu’elles prennent.
    • La TA aide les gens à être en mesure d’obtenir une vision plus profonde de leurs propres comportements, réactions, pensées et émotions, dont ils n’étaient peut-être pas conscients auparavant, ce qui leur permet d’avoir une meilleure conscience de soi.
    • Un autre avantage de l’AT est qu’elle contribue à améliorer les compétences de communication et les relations avec les autres tout en diminuant les conflits, et ces avantages sont étayés par la recherche actuelle.
    • Un dernier avantage est que l’AT peut s’appliquer à de nombreux environnements/interactions sociaux et à de nombreux types de relations. Par exemple, le travail, les relations ou interactions entre collègues et responsables, les interactions entre enseignants et élèves dans les écoles, les relations amoureuses/le mariage, les familles, les relations entre parents et enfants, les clients difficiles au travail dans tous les secteurs d’activité, etc. Cette théorie est donc très polyvalente.

    Inconvénients

    • Un des inconvénients de l’AT est qu’elle exige qu’une personne ait une bonne conscience de soi et la capacité d’observer et de remarquer son propre comportement, ses émotions et ses schémas de pensée ; certains clients ou certaines personnes peuvent ne pas avoir cette capacité.
    • L’AT exige que le client soit disposé et motivé à assumer la responsabilité de ses problèmes et de ses comportements, de sorte que l’AT peut ne pas convenir à tout le monde.
    • L’AT a été créée à l’origine par Berne pour être simple et facile à comprendre, et donc plus accessible au commun des mortels. Cependant, les psychothérapeutes et psychologues plus récents ayant ajouté des éléments à cette théorie, celle-ci est devenue plus complexe, perdant ainsi une partie de sa nature simpliste initialement prévue.

    Références

    Alkasir, E., Jafarian Dehkordi, F., Mohammadkhani, P., Soleimani Sefat, E., & Atadokht, A. (2017). Efficacité de la formation de groupe en analyse transactionnelle dans la réduction des comportements orientés vers le contrôle du conjoint dans les conflits conjugaux. Journal iranien de la réadaptation, 15 (1),57-64

    Berne, E. (1957). Ego states in psychotherapy. American journal of psychotherapy, 11 (2), 293-309.

    Berne, E. (1958). L’analyse transactionnelle : Une méthode nouvelle et efficace de thérapie de groupe. American Journal of Psychotherapy, 12 (4), 735-743.

    Eghbali, M., Mousavi, S. V., & Hakima, F. (2017). L’efficacité de l’analyse transactionnelle sur les styles parentaux des mères. Journal of Family Psychology, 3 (2), 17-26

    Ertem, M, Y., & Eker, F. (2016). Approche thérapeutique en soins infirmiers psychiatriques : L’analyse transactionnelle. Annales de la recherche clinique et de laboratoire, 4 (1:56)

    Nayeri, A., Lotfi, M., & Noorani, M. (2014). L’efficacité de la formation de groupe de l’analyse transactionnelle sur l’intimité dans les couples. Procedia – Sciences sociales et comportementales. 152, 1167-1170

    Saberinia, S., & Niknejadi, F. (2019). L’efficacité de l’analyse transactionnelle sur la relation parent-enfant chez les mères d’enfants présentant un trouble oppositionnel avec provocation. Journal Avicenne de neuropsychophysiologie. 6 (2), 83-90

    Torkaman, M., Farokhzadian, J., Miri, S., Pouraboli, B. (2020). L’effet de l’analyse transactionnelle sur l’estime de soi des femmes incarcérées : un essai clinique. BMC Psychology, 8 (3)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?