Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Les relations d’attachement sécurisées et comment les former

12 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Un style d’attachement décrit la manière dont les gens se rapportent aux autres en fonction de leur sentiment de sécurité. L’attachement sécurisant se caractérise par des sentiments de confiance et de sécurité dans les relations.

    L’attachement sécurisant fait référence à un lien où les individus se sentent en sécurité, soutenus et connectés, ce qui leur permet d’exprimer librement leurs émotions, de chercher du réconfort auprès de leur partenaire et d’explorer en toute confiance leur environnement en sachant qu’ils disposent d’une base fiable où revenir.

    Source : @attachmentfocusedhealing

    Principales conclusions

    • Une personne ayant un style d’attachement sécurisant fait preuve d’un style de relation cohérent, interdépendant et confiant dans ses rapports avec autrui.
    • Les enfants qui ont un attachement sécurisant se sentent en sécurité et soutenus par les personnes qui s’occupent d’eux. On pense que le style d’attachement que vous développez dans la petite enfance a une influence permanente sur votre capacité à communiquer vos émotions et vos besoins, sur la façon dont vous réagissez aux conflits et sur les attentes que vous avez à l’égard de vos relations.</Bien que le style d’attachement avec lequel vous avez été élevé n’explique pas tout de vos relations et de ce que vous devenez à l’âge adulte, la compréhension de votre style peut aider à expliquer les tendances que vous remarquez dans vos relations.
    • L’attachement sécurisant est essentiel pour favoriser un développement sain de l’enfance et des relations adultes.
    • Les personnes ayant un attachement sécurisant maintiennent un équilibre sain entre la confiance en leur partenaire et la satisfaction de leurs propres besoins. Cet équilibre leur permet de créer une intimité plus profonde grâce à la vulnérabilité, tout en préservant leur individualité.
    • L’attachement sécurisant avec les personnes qui s’occupent des enfants est considéré comme essentiel pour un développement sain. On considère qu’environ 50 % de la population a un style d’attachement sécurisant, tandis que le reste appartient à l’une des catégories insécurisantes (anxieux, évitant et désorganisé).
    Apprenez des meilleurs mentors

    Signes chez les enfants

    Les nourrissons ayant un attachement sécurisant ont un modèle interne du monde comme étant un endroit sûr et un modèle des autres comme étant gentils et fiables.

    Les enfants ayant un attachement sécurisant, ayant été régulés par leur donneur de soins en période de stress,
    développent des compétences pour autoréguler leurs comportements sociaux, émotionnels et cognitifs.

    En outre, les enfants ayant un attachement sécurisant montrent des stratégies comportementales équilibrées, exprimant leur besoin à la fois d’intimité et d’autonomie. L’autonomie est particulièrement importante car elle facilite l’interaction avec l’environnement.

    Des signes précoces peuvent indiquer si un enfant est en train de devenir un adulte ayant un attachement sécurisant. Ces signes comprennent :

    1. Réaction positive au retour des parents
    2. Il interagit confortablement avec les autres
    3. Il explore et joue confortablement dans de nouveaux endroits
    4. Préfère les parents aux étrangers
    5. Recherche le réconfort des parents

    Les enfants attachés en toute sécurité utilisent la personne qui s’occupe d’eux comme une base sûre avec
    laquelle ils peuvent explorer leur monde social et comme un refuge vers lequel ils peuvent se tourner en cas de détresse.

    Pour qu’un enfant développe un attachement sécurisant, il doit être élevé dans un environnement où il se sent protégé et vu par les personnes qui s’occupent de lui.

    Si la personne qui s’occupe de l’enfant n’est pas attentive à ses besoins, l’enfant risque de ne pas pouvoir nouer un lien stable et sécurisant.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Comment élever un enfant ayant un attachement sécurisant

    Si un enfant est élevé dans un environnement stimulant et encourageant, où les personnes qui s’occupent de lui sont attentives à ses besoins, un lien sécurisant se forme.

    Par contre, si un enfant perçoit que ses besoins ne sont pas satisfaits, il n’est pas en mesure de construire un lien stable et sécurisant avec les personnes qui s’occupent de lui.

    1. Être une base de sécurité physique et émotionnelle

    Les figures d’attachement peuvent être considérées comme une « base de sécurité » que les nourrissons utilisent pour explorer leur monde social. Plus le nourrisson est assuré de la disponibilité de sa figure d’attachement en période de stress, plus il est susceptible d’interagir avec les autres et son environnement.

    Les donneurs de soins qui offrent une base sécurisante permettent aux nourrissons de devenir autonomes, curieux et expérimentateurs. En présence de la personne qui s’occupe de lui, l’enfant doit avoir l’assurance qu’il ne lui arrivera rien. Il doit savoir qu’il sera nourri, gardé au chaud et protégé.

    La personne qui s’occupe de l’enfant constitue pour lui une barrière contre le mal, c’est pourquoi il est important de lui faire savoir qu’il est protégé et aimé pour qu’il se sente en sécurité.

    L’enfant doit avoir la possibilité de développer sa liberté tout en étant rassuré par la personne qui s’occupe de lui, qui lui dit qu’elle est à proximité s’il a besoin de prendre de ses nouvelles.

    2. Veiller à ce qu’il se sente vu et compris

    Le signal d’attention de l’enfant, tel que les pleurs, est sa façon de faire savoir à la personne qui s’occupe de lui qu’il a besoin qu’on réponde à un de ses besoins. Il est important que la personne qui s’occupe de l’enfant interprète ces signaux avec précision et y réponde de manière cohérente.

    Si la personne qui s’occupe de l’enfant répond de manière cohérente et appropriée aux besoins de l’enfant, cela permet à l’enfant de savoir que lorsqu’il a besoin de quelque chose, il peut le faire savoir par un signal.

    Si la personne qui s’occupe de l’enfant répond correctement, la plupart du temps, l’enfant devrait comprendre que son monde est fiable et qu’il peut avoir un certain contrôle dessus.

    La synchronie interactionnelle se concentre sur la coordination des comportements non verbaux au cours des interactions sociales, tandis que la syntonie émotionnelle concerne la compréhension et la réponse empathiques aux émotions d’une autre personne.

    2.1. Synchronie interactionnelle

    La synchronie interactionnelle est une forme d’interaction rythmique entre le nourrisson et la personne qui s’occupe de lui, qui implique une attention mutuelle, une réciprocité et un reflet des émotions ou du comportement. Les nourrissons coordonnent leurs actions avec les personnes qui s’occupent d’eux dans une sorte de conversation.

    Dès la naissance, les bébés se déplacent en rythme lorsqu’ils interagissent avec un adulte, presque comme s’ils se relayaient. La synchronisation interactionnelle a plus de chances de se développer si la personne qui s’occupe du bébé est attentive à l’état de celui-ci, lui offre une stimulation ludique lorsqu’il est alerte et attentif, et évite de pousser les choses lorsqu’un bébé surexcité ou fatigué est grognon et envoie le message « Calme-toi. La synchronisation interactionnelle peut faciliter l’harmonisation émotionnelle, car la coordination des comportements non verbaux peut aider les individus à mieux comprendre les états émotionnels des autres et à s’y adapter.

    2.2. La syntonie émotionnelle

    La syntonie est un processus subtil par lequel le parent est « à l’écoute » des besoins émotionnels de l’enfant.

    Une mère (ou une personne qui s’occupe d’un bébé) doit être capable de remarquer les changements minuscules et rapides dans les émotions du bébé. Elle (ou il) doit ensuite montrer au bébé, par ses expressions faciales, le ton de sa voix et son langage corporel, qu’elle comprend ces émotions et qu’elle partage cette expérience avec lui.

    Lorsque les choses se passent bien, la syntonie aide l’enfant à se sentir vraiment compris, accepté et soutenu par sa mère ou la personne qui s’occupe de lui.

    Cette expérience est toujours considérée comme une découverte importante dans l’étude du développement des bébés.

    Mais comme personne ne peut être parfait en permanence, il y a parfois des malentendus ou des erreurs (appelées « désaccords » ou « ruptures de relation »).

    Ces accidents de parcours sont normaux et peuvent même être bénéfiques pour la relation entre l’enfant et la personne qui s’en occupe si cette dernière est capable de résoudre le problème de la bonne manière.

    En fait, on pense que pour qu’un lien fort se développe, les personnes qui s’occupent de l’enfant n’ont besoin de faire les choses correctement qu’un tiers du temps, ce qui est rassurant!

    Réponses adaptées

    Selon Daniel Stem (2018, p. 139.), professeur de psychiatrie au centre médical de l’université Cornell, les réponses sensibles (« harmonisées ») d’une personne qui s’occupe d’un enfant suivent trois étapes :

    • « Tout d’abord, le parent doit être capable de lire l’état émotionnel de l’enfant à partir de son comportement manifeste.
    • Deuxièmement, le parent doit adopter un comportement qui n’est pas une imitation stricte mais qui correspond néanmoins d’une certaine manière au comportement manifeste du nourrisson.
    • Troisièmement, le nourrisson doit être capable de lire cette réponse parentale correspondante comme ayant un rapport avec l’expérience émotionnelle originale du nourrisson et non comme une simple imitation du comportement du nourrisson ».

    2.3. Mauvaise harmonisation

    De nombreuses relations parents-enfants sont empreintes d’un amour fort, mais manquent d’harmonisation émotionnelle. Dans ces relations non harmonisées, les enfants peuvent se sentir aimés mais ne pas être véritablement compris ou appréciés pour leur véritable personnalité.

    Ils répriment souvent les émotions ou les aspects d’eux-mêmes qu’ils perçoivent comme inacceptables pour leurs parents.

    Les recherches de Lynne Murray (1985) ont démontré que même les réponses chaleureuses aux nourrissons ne sont pas régulatrices à moins qu’elles ne soient exactement synchronisées avec leurs signaux.

    En 1975, Edward Tronick et son équipe ont présenté l’expérience du « visage immobile » lors d’une conférence de recherche sur le développement de l’enfant.

    Ils ont montré que lorsqu’un bébé interagit avec sa mère qui ne répond pas et n’a aucune expression faciale pendant trois minutes, il devient rapidement triste et prudent.

    Lorsque la mère « ne répond pas de manière appropriée », le nourrisson s’assagit rapidement et devient méfiant. Il fait des tentatives répétées pour rétablir l’interaction dans son schéma réciproque habituel. Lorsque ces tentatives échouent, le nourrisson se retire [et] oriente son visage et son corps loin de sa mère avec une expression faciale de retrait et de désespoir (p.452).

    Séparation de proximité

    La perception qu’a un enfant d’être émotionnellement compris et relié aux autres est cruciale. Cependant, certaines circonstances stressantes peuvent amener les personnes qui s’occupent de l’enfant à être émotionnellement distantes, même si elles sont physiquement présentes. Cette situation de proximité physique mais de séparation émotionnelle est appelée « séparation immédiate ».

    La séparation immédiate peut être aussi pénible pour un enfant que la séparation physique. Il peut s’agir par exemple d’un parent qui rompt le contact visuel intense avec un enfant ou qui stimule excessivement un enfant qui se repose. Ces interactions sont enregistrées à un niveau physiologique inconscient, même si l’enfant n’est pas conscient de la déconnexion émotionnelle. Les recherches menées par Allan Schore (2001, 2008) suggèrent que ces types de déconnexions émotionnelles peuvent provoquer chez l’enfant des niveaux de stress physiologique comparables à des séparations physiques.

    Ces expériences précoces de séparation immédiate peuvent influencer les relations à l’âge adulte, amenant les individus à rechercher des partenaires qui reproduisent cette dynamique de non-accord, poursuivant un cycle de désaccord émotionnel jusqu’à l’âge adulte.

    3. Soyez réconfortant

    L’enfant doit savoir que s’il cherche du réconfort, il en recevra de la part des personnes qui s’occupent de lui.

    Si les personnes qui s’occupent de lui sont là pour l’aider à apaiser sa détresse, il apprend à considérer cela comme normal. Lorsqu’il grandit, il peut s’inspirer des actions de la personne qui s’occupe de lui pour gérer sa détresse.

    4. Veiller à ce qu’il se sente valorisé

    Les personnes qui s’occupent de l’enfant peuvent le valoriser en exprimant leur bonheur et leur fierté à l’égard de ce qu’il est. Une estime de soi saine peut se développer dès l’enfance, ce qui se traduit plus tard dans la vie.

    Faire preuve de fierté à l’égard d’un enfant tôt dans la vie peut lui faire comprendre qu’il est inconditionnellement apprécié pour ce qu’il accomplit.

    5. Aider l’enfant à explorer son monde

    Il faut aider l’enfant à explorer son monde d’une manière qui lui permette de se sentir en sécurité. Les personnes qui s’occupent de lui doivent lui montrer qu’elles croient en ses capacités, tout en restant à ses côtés en cas de problème.

    Essayer de ne pas être autoritaire ou de lui dire constamment ce qu’il doit faire. De cette façon, l’enfant devrait développer un sentiment de liberté pour explorer son monde et accroître sa confiance en ses propres compétences.

    Limiter un enfant à l’exploration, être surprotecteur ou le garder enfermé peut conduire au développement d’un modèle d’attachement anxieux. L’indépendance et l’individualité qui découlent de l’exploration pendant l’enfance contribuent à un style d’attachement sécurisant à l’âge adulte.

    Signes chez les adultes

    John Bowlby a soutenu que le sentiment de sécurité d’une personne pendant son enfance est essentiel pour son style d’attachement à l’âge adulte.

    Les relations adultes sont susceptibles de refléter le style d’attachement précoce, car l’expérience d’une personne avec son fournisseur de soins dans l’enfance l’amènerait à s’attendre à vivre les mêmes expériences dans ses relations ultérieures.

    Comment savoir si une personne a un style d’attachement sécurisant

    Les adultes ayant un attachement sécurisant ont un modèle de travail positif de soi et des autres et sont donc à l’aise avec l’intimité et l’autonomie.

    Ces personnes font généralement preuve d’ouverture dans l’expression de leurs émotions et de leurs pensées avec les autres et sont à l’aise avec le fait de dépendre de l’aide des autres tout en étant à l’aise avec le fait que les autres dépendent d’elles (Cassidy, 1994).

    Notamment, de nombreux adultes sécurisés peuvent, en fait, vivre des événements négatifs liés à l’attachement, mais ils peuvent évaluer objectivement les personnes et les événements et attribuer une valeur positive aux relations en général.

    Un partenaire sécurisé a une confiance totale dans le fait que son partenaire est là pour lui. Il peut équilibrer l’acte de donner et de recevoir dans une relation.

    Parce qu’il a un attachement sûr, il éprouve moins d’anxiété relationnelle, de peur ou de doute et peut se concentrer sur la présence de son partenaire. Ils sont interdépendants et conservent une vision positive de leur partenaire.

    Signes que vous fréquentez une personne ayant un attachement sécurisant

    1. Elle maintient une ligne de communication directe (vous savez où vous en êtes avec cette personne).
    2. Elle est franche quant à ce qu’elle recherche chez un partenaire et dans une relation.
    3. Elle est à l’aise avec le fait d’être vulnérable en partageant ses émotions, ses expériences, ses peurs, etc.
    4. Elle est chaleureuse et empathique.
    5. Elle vous fait sentir en sécurité rien qu’en sa présence.
    6. Elle est capable d’être interdépendante, c’est-à-dire qu’elle est bien seule ET avec d’autres personnes.
    7. Elles expriment leur affection avec assurance.
    8. Vous vous sentez capable de vous rapprocher d’elles émotionnellement ET physiquement.
    9. Elles parlent de leurs ex-partenaires avec respect.
    10. Elles semblent considérer le monde comme un endroit généralement sûr et sont capables de faire confiance aux autres sans difficulté.
    11. Ils veulent que leur partenaire ait ses propres intérêts en dehors de la relation.
    12. Ils respectent les besoins et les limites de leur partenaire (et fixent également les leurs).

    L’attachement sûr ressemble à…

     » Je suis désolé d’avoir réagi comme ça, mais je me suis senti attaqué. Pouvons-nous parler de ce qui s’est passé ? Je veux arranger les choses. »

    « Je suis désolé de t’avoir fait du mal. Je n’ai pas été correct. Je veux que nous soyons heureux tous les deux et je reconnais que cela demandera du travail. »

    « J’ai réfléchi à ce que tu as dit et je veux que tu saches que je t’entends. Je vais essayer de t’aider à répondre à tes besoins. »

    « Je sais que c’est important mais je n’ai pas la capacité d’en discuter maintenant. »

    Est-il trop tard pour former un attachement sécurisant?

    Il semble y avoir une continuité entre les styles d’attachement précoces et la qualité des relations amoureuses ultérieures à l’âge adulte. La sécurité de l’attachement, ou la stabilité et la confiance que l’on ressent dans les relations interpersonnelles, peut être développée dans le cadre d’une relation cohérente et fiable, mais on pense généralement qu’il faut beaucoup de temps pour construire ce type de sécurité.

    À l’âge adulte, de nouveaux liens d’attachement se forment, qui peuvent devenir une source importante de soutien pendant les périodes de détresse, de réalisation d’objectifs et d’exploration.

    Les partenaires romantiques fonctionnent comme des figures d’attachement et peuvent devenir une source de réconfort et de sécurité ressentie pour l’autre membre de la relation.

    Les relations romantiques sont susceptibles de refléter le style d’attachement précoce, car l’expérience d’une personne avec son fournisseur de soins dans l’enfance conduirait à s’attendre à vivre les mêmes expériences dans les relations ultérieures, telles que les amis et les partenaires romantiques.

    Cependant, d’autres chercheurs ont proposé qu’au lieu d’un modèle de travail interne unique, qui est généralisé à travers les relations, chaque type de relation comprend un modèle de travail différent.</Par exemple, le modèle de travail interne de niveau le plus élevé comprend les croyances et les attentes pour tous les types de relations, et les modèles de niveau inférieur contiennent des règles générales sur des relations spécifiques, telles que les relations amoureuses ou parentales, étayées par des modèles spécifiques aux événements d’une relation avec une seule personne (Collins & Read, 1994 ; Main, Kaplan, & Cassidy, 1985).

    Naviguer dans les relations d’attachement insécure : Étapes pour la croissance personnelle et l’établissement de liens sécuritaires :

    Si vous vous identifiez à un style d’attachement insécurisant, il est essentiel de reconnaître que vous avez le pouvoir d’évoluer et de cultiver des relations plus saines.

    Si vous vous retrouvez avec un style d’attachement insécurisant, l’établissement de relations étroites avec des amis et des partenaires romantiques ayant un attachement sécurisant peut jouer un rôle essentiel dans votre croissance personnelle et votre bien-être émotionnel. Les personnes ayant un attachement sécurisant peuvent vous offrir :

    1. Recherche d’une base sécurisante : Tout comme vous avez besoin de stabilité pendant l’enfance, il est crucial de trouver ou de créer des environnements émotionnellement stables à l’âge adulte.

      Cela peut signifier vous entourer d’amis fiables ou rechercher des partenaires qui vous apportent un amour et des soins constants. Privilégiez les relations où vous vous sentez en sécurité et valorisé.

    2. Priorisez le sentiment d’être vu et compris : Favorisez une communication ouverte dans vos relations. Exprimez vos besoins et vos sentiments et encouragez votre partenaire ou vos amis à faire de même. La compréhension mutuelle est le fondement d’une relation profonde et épanouissante.
    3. Favoriser la synchronisation interactionnelle et l’harmonisation émotionnelle:
      • La synchronisation interactionnelle:Les personnes sûres excellent généralement dans l’engagement actif dans les conversations. Elles partagent leurs expériences et leurs émotions et sont véritablement présentes dans l’instant.
        <S’engager avec de telles personnes peut non seulement enrichir vos interactions, mais aussi renforcer vos liens, vous permettant ainsi de vivre une connexion épanouissante.
      • Emotional Attunement: Les amis et partenaires sécurisés possèdent souvent une capacité aigüe à se connecter à leurs propres émotions et à celles des autres.
        Ils peuvent également vous aider à comprendre les sentiments de ceux qui vous entourent et à entrer en résonance avec eux, favorisant ainsi un lien émotionnel plus profond.

    En savoir plus

    Une personne sûre d’elle peut-elle devenir anxieuse ?

    Oui, une personne sûre peut devenir anxieuse suite à des expériences traumatisantes. Par exemple, une personne sûre peut être confrontée à une relation avec un partenaire qui se rapproche beaucoup, puis se retire ou fait obstruction à son partenaire de manière incohérente. Ce type d’imprévisibilité peut être douloureux et conduire la personne sécurisée à devenir anxieuse.

    Quels sont les principaux facteurs contribuant au développement d’un attachement sécurisé ?

    Les principaux facteurs qui conduisent à un style d’attachement sécurisant sont le fait d’être élevé par un fournisseur de soins qui offre une base sûre, un espace d’exploration et de la cohérence. L’attachement sécurisant est maintenu par la guérison complète et le traitement des relations avant de passer à une autre personne.

    En conclusion, un style d’attachement sécurisant est une manière saine et équilibrée d’être en relation avec soi-même et avec les autres. Il s’agit d’un mode d’attachement naturel dû au conditionnement de l’enfance ou qui peut être appris grâce à la guérison psychologique.

    Quelle est l’influence de l’attachement sécurisant sur les amitiés de l’enfance ?

    Selon la théorie de l’attachement, un enfant ayant un style d’attachement sécurisant devrait être plus confiant dans ses interactions avec ses amis.

    Des preuves considérables ont étayé ce point de vue. Par exemple, l’étude du Minnesota (2005) a suivi des participants de la petite enfance à la fin de l’adolescence et a constaté une continuité entre l’attachement précoce et le comportement émotionnel/social ultérieur.

    Les enfants ayant un attachement sécurisant ont été les mieux notés pour leur compétence sociale plus tard dans l’enfance et étaient moins isolés et plus populaires que les enfants ayant un attachement insécurisant.

    Hartup et al. (1993) soutiennent que les enfants ayant un type d’attachement sécurisant sont plus populaires à la crèche et s’engagent davantage dans des interactions sociales avec d’autres enfants. En revanche, les enfants ayant un attachement insécurisant ont tendance à compter davantage sur les enseignants pour l’interaction et le soutien émotionnel.

    Informations complémentaires

    • Hazan, C., & Shaver, P. R. (1994). Attachment as an organizational framework for research on close relationships. Psychological inquiry, 5(1), 1-22.
    • McCarthy, G. (1999). Attachment style and adult love relationships and friendships : A study of a group of women at risk of experiencing relationship difficulties. British Journal of Medical Psychology, 72(3), 305-321.
    • Greater Good Magazine of Berkeley University of California. Comment empêcher l’insécurité de l’attachement de ruiner votre vie amoureuse.
    • BPS Article- Overrated : Le pouvoir prédictif de l’attachement
    • Comment le style d’attachement change à travers plusieurs décennies de vie
    La théorie de l'attachement en tant que modèles de comportement sécurisés, préoccupés, dédaigneux, craintifs diagramme de contour. Labeled educational psychological types with influence from childhood parenting vector

    References

    Ainsworth, M. D. S., Blehar, M. C., Waters, E., & Wall, S. (1978). Modèles d’attachement : Une étude psychologique de la situation étrange. Lawrence Erlbaum.

    Baldwin, M.W., & Fehr, B. (1995). On the instability of attachment style ratings. Personal Relationships, 2, 247-261.

    Bartholomew, K., & Horowitz, L.M. (1991). Attachment Styles Among Young Adults : A Test of a Four-Category Model. Journal of Personality and Social Psychology, 61 (2), 226-244.

    Bowlby, J. (1969). Attachement et perte : Volume I. Attachement . London : Hogarth Press.

    Brazelton, T. B., Tronick, E., Adamson, L., Als, H., & Wise, S. (1975). Early mother-infant reciprocity. Parent-infant interaction, 33(137-154), 122.

    Brennan, K. A., Clark, C. L., & Shaver, P. R. (1998). Self-report measurement of adult attachment : An integrative overview. In J. A. Simpson & W. S. Rholes (Eds.), Attachment theory and close relationships (p. 46-76). The Guilford Press.

    Brennan, K. A., & Shaver, P. R. (1995). Dimensions of adult attachment, affect regulation, and romantic relationship functioning. Personality and Social Psychology Bulletin, 21 (3), 267-283.

    Bylsma, W. H., Cozzarelli, C., & Sumer, N. (1997). Relation between adult attachment styles and global self-esteem. Basic and applied social psychology, 19 (1), 1-16.

    Conrad, R., Forstner, A. J., Chung, M. L., Mücke, M., Geiser, F., Schumacher, J., & Carnehl, F. (2021). Signification de la suppression de la colère et de l’attachement préoccupé dans le trouble d’anxiété sociale : une étude transversale. BMC psychiatry, 21 (1), 1-9.

    Caron, A., Lafontaine, M., Bureau, J., Levesque, C., et Johnson, S.M. (2012). Comparaisons des relations étroites : Une évaluation de la qualité des relations et des modèles d’attachement aux parents, aux amis et aux partenaires romantiques chez les jeunes adultes. Journal canadien des sciences du comportement, 44 (4), 245-256.

    Cassidy, J., & Berlin, L. J. (1994). The insecure/ambivalent pattern of attachment : Theory and research. C Child development, 65 (4), 971-991.

    Collins, N. L., & Read, S. J. (1994). Cognitive representations of adult attachment : The structure and function of working models. In K. Bartholomew & D. Perlman (Eds.) Advances in personal relationships, Vol. 5 : Attachment processes in adulthood(pp. 53-90). Londres : Jessica Kingsley.

    Favez, N., & Tissot, H. (2019). L’attachement craintif-évitant : un impact spécifique sur la sexualité ?. Journal of Sex & Marital Therapy, 45(6), 510-523.

    Field, T. (1985). Attachment as psychobiological attunement : Being on the same wavelength. The psychobiology of attachment and separation, 4152, 454.

    Finzi, R., Cohen, O., Sapir, Y., & Weizman, A. (2000). Attachment styles in maltreated children : A comparative study. Psychiatrie de l’enfant et développement humain, 31 (2), 113-128.

    Fraley, R. C., & Roisman, G. I. (2019). Le développement des styles d’attachement chez l’adulte : Quatre leçons. Opinion actuelle en psychologie, 25, 26-30.

    Haft, W. L., & Slade, A. (1989). Affect attunement and maternal attachment : A pilot study. Infant mental health journal, 10(3), 157-172.

    Hashworth, T., Reis, S., & Grenyer, B. F. (2021). L’agence personnelle dans le trouble de la personnalité borderline : L’impact du style d’attachement de l’adulte. Frontiers in Psychology, 12, 2224.

    Hartup, W. W. (1993). Adolescents and their friends. New directions for child and adolescent development, 1993 (60), 3-22.

    Hazan, C., & Shaver, P. (1987). Romantic love conceptualized as an attachment process. Journal of Personality and Social Psychology, 52 (3), 511-524.

    Hoghughi, M., & Speight, A. N. P. (1998). Good enough parenting for all children-a strategy for a healthier society (Un bon parentage pour tous les enfants – une stratégie pour une société plus saine). Archives des maladies de l’enfance, 78(4), 293-296.

    Main, M., Kaplan, N., & Cassidy, J. (1985). Security in infancy, childhood and adulthood : A move to the level of representation. Dans I. Bretherton & E. Waters (Eds.), Growing points of attachment theory and research. Monographies de la Société de recherche sur le développement de l’enfant, 50 (1-2), 66-104.

    Main, M., & Solomon, J. (1986). Discovery of an insecure-disorganized/disoriented attachment pattern. In T. B. Brazelton & M. W. Yogman (Eds.), Affective development in infancy . Ablex Publishing.

    Meins, E. (2013). L’accord sensible aux états internes des nourrissons : Operationalizing the construct of mind-mindedness. Attachment & Human Development, 15(5-6), 524-544.

    Moghadam, M., Rezaei, F., Ghaderi, E., & Rostamian, N. (2016). Relation entre les styles d’attachement et le bonheur chez les étudiants en médecine. Journal of family medicine and primary care, 5 (3), 593-599.

    Murray, L. (1985). Emotional regulations of interactions between two-months-oldand their mothers. Social perception in infants, 177-197.

    Powell, B., Cooper, G., Hoffman, K., & Marvin, B. (2013). The circle of security intervention : Enhancing attachment in early parent-child relationships. Guilford publications.

    Schore, A. N. (2001). Effects of a secure attachment relationship on right brain development, affect regulation, and infant mental health. Infant mental health journal : official publication of the world association for infant mental health, 22(1-2), 7-66.

    Schore, J. R., & Schore, A. N. (2008). Modern attachment theory : Le rôle central de la régulation de l’affect dans le développement et le traitement. Clinical social work journal, 36(1), 9-20.

    Sechi, C., Vismara, L., Brennstuhl, M. J., Tarquinio, C., & Lucarelli, L. (2020). Styles d’attachement adulte, estime de soi et qualité de vie chez les femmes atteintes de fibromyalgie. Health Psychology Open, 7 (2), 2055102920947921.

    Simpson, J. A. (1990). Influence des styles d’attachement sur les relations romantiques. Journal of Personality and Social psychology, 59 (5), 971.

    Stern, D. N. (2018). Le monde interpersonnel du nourrisson : A view from psychoanalysis and developmental Psychology. Routledge.

    Waters, E., Merrick, S., Treboux, D., Crowell, J., & Albersheim, L. (2000). Attachment security in infancy and early adulthood : A twenty-year longitudinal study. Child Development, 71 (3), 684-689.

    Weinberg, M. K., Beeghly, M., Olson, K. L., & Tronick, E. (2008). A still-face paradigm for young children : 2½ year-olds’ reactions to maternal unavailability during the still-face. The journal of developmental processes, 3(1), 4.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *