Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Comment réconforter une personne atteinte de maladie mentale ?

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Ce que nous disons à quelqu’un qui lutte contre quelque chose a beaucoup à voir avec notre base de connaissances, notre système de croyances, notre perspective de vie et notre capacité à prendre soin de quelqu’un. Ce que nous disons a également beaucoup à voir avec la manière dont nous avons été traités lorsque nous avons eu besoin d’aide.

    Nous sommes des animaux sociaux qui apprennent par l’expérience. Ce que nous disons et faisons a très probablement été appris lors d’une expérience précoce au cours du développement.

    Malheureusement, nous prenons rarement en compte l’impact que nous avons sur quelqu’un avec les mots que nous utilisons. Mais dans certains cas, si l’on apprend à une personne ce qu’il faut dire à quelqu’un qui a des difficultés, elle peut changer son point de vue et, en fin de compte, sa façon de communiquer avec la personne qui souffre.

    Il est important de savoir comment parler à quelqu’un qui a des problèmes de santé mentale. Tout ce que vous dites doit être censuré par votre compassion et votre compréhension de la personne.

    Dans les moments de frustration et de colère, il est très facile de dire quelque chose que vous ne pensez pas ou de parler de manière inappropriée à la personne qui vous frustre.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Mais est-ce utile ?

    La plupart du temps, ce n’est pas le cas. Nous devons garder à l’esprit que nos émotions, nos pensées, l’image que nous avons de nous-mêmes, nos perspectives de vie, notre niveau de confiance, notre efficacité personnelle et notre humeur dépendent tous de la façon dont les autres nous perçoivent, en particulier nos proches et nos amis intimes.

    Que nous le croyions ou non, nous sommes socialement et émotionnellement liés les uns aux autres. Nous nous tournons les uns vers les autres pour déterminer notre valeur personnelle (malheureusement) et nous évaluons souvent notre valeur en fonction de la façon dont les autres nous parlent, s’ils nous acceptent ou non, ou de la façon dont nous sommes traités. C’est quelque chose de très inné chez beaucoup d’entre nous.

    Par conséquent, nous devons faire attention à la manière dont nous parlons à quelqu’un qui se trouve déjà dans un état de vulnérabilité. Nous devons également faire attention à la manière dont nous nous adressons aux personnes qui se trouvent à certains stades de développement, comme les jeunes enfants, les préadolescents, les adolescents et les personnes âgées.

    La dernière chose à faire est de faire en sorte que quelqu’un se sente coupable, insignifiant ou exclu parce qu’il souffre d’un trouble mental qui, dans certains cas, influence la façon dont cette personne se comporte dans le monde.

    Par exemple, un adolescent qui lutte contre un trouble de la personnalité borderline et un trouble bipolaire peut avoir du mal à s’engager avec des pairs positifs, à aller à l’école et à obtenir de bonnes notes, et à rentrer à la maison avant le couvre-feu. Cet adolescent peut se droguer pour s’auto-médicamenter, sortir tard avec des pairs dont il pense qu’ils le soutiennent, et finalement commencer à échouer à l’école à cause de l’abus de drogues et du fait de rester dehors après le couvre-feu. Les parents confrontés à ce type de scénario doivent être attentifs à l’état de santé mentale de l’adolescent, qui influence son comportement et son jugement.

    La dernière chose que vous voudriez dire à quelqu’un dans ce cas, c’est « tu es vraiment dérangé » ou « tu agis de plus en plus comme ton mauvais père » Vous devez faire part de vos préoccupations, faire preuve de compassion et de compréhension, souligner certaines de vos attentes et collaborer avec l’adolescent en obtenant une aide professionnelle. Il n’y a pas de mal non plus à manifester de la colère, à condition que ce soit de manière appropriée et non dégradante. Bien sûr, ce n’est pas aussi noir ou blanc que nous le souhaiterions. Mais le fait est que l’adoption d’une attitude et de mots corrects peut faire toute la différence.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Voici quelques phrases utiles pour les parents, les familles, les soignants et les amis qui s’adressent à un proche souffrant:

    Nous allons nous en sortir ensemble :

    Il est merveilleux de pouvoir se joindre à quelqu’un et de lui donner le sentiment d’être soutenu et aimé. Le processus de guérison ou de rétablissement est toujours plus efficace lorsque la personne se sent aimée, soutenue et comprise. Lorsque vous donnez à quelqu’un l’impression d’être dans son équipe, il est plus probable qu’il soit motivé pour réussir. Vous ne voudriez pas dire quelque chose comme « tu as besoin d’aide, ton comportement est terrible ! » Bien sûr, certaines personnes ont besoin d’un discours direct, d’autres non. Dans de nombreux cas, un discours direct peut conduire à la rébellion et à une augmentation des comportements d’opposition.

    Vous n’êtes pas seul :

    Certaines personnes pensent qu’elles disent exactement la même chose lorsqu’elles disent « vous n’êtes pas le seul » Mais il faut tenir compte des différences entre les deux affirmations. Dire « vous n’êtes pas le seul » peut sembler insensible et donner l’impression de minimiser la souffrance de la personne qui souffre. Dire « vous n’êtes pas seul dans cette situation » donne une impression de compassion et de compréhension. Cela donne l’impression que vous êtes prêt à aider la personne à qui vous vous adressez. la phrase « Vous n’êtes pas le seul » peut sembler condescendante et donner l’impression que vous dites à la personne de se résigner.

    Vous vous en sortirez d’une manière ou d’une autre :

    Il est toujours utile de rappeler à une personne qui souffre qu’il y a toujours un arc-en-ciel après l’orage. Dans certaines situations, l’arc-en-ciel semble retardé ou semble ne jamais apparaître. Mais dire à quelqu’un « tu t’en sortiras » est une bonne façon de lui rappeler que la souffrance a une fin (quelle que soit cette fin).

    Je ne comprends peut-être pas entièrement ce que vous traversez, mais je comprends la douleur :

    Certaines personnes n’aiment pas entendre « Je comprends ce que tu traverses » ou « Je comprends…. » De nombreux clients ont dit à leurs parents : « Vous ne comprenez pas ce que c’est que d’être à ma place ? » ou « Vous ne comprenez pas à quel point les enfants sont cruels aujourd’hui. » En toute honnêteté, nous ne pouvons jamais comprendre pleinement ce que vit l’autre personne, car nous vivons tous les choses différemment. J’ai donc trouvé un meilleur moyen de communiquer avec les clients qui se sentent ainsi. En disant quelque chose comme  » Je ne comprends peut-être pas ce que vous vivez, mais j’ai connu ma part de douleur « , vous montrez que vous comprenez la personne, mais que vous n’essayez pas de minimiser son expérience.

    Il y a encore de l’espoir pour vous :

    Certaines personnes se sentent tellement désespérées et impuissantes face à leurs problèmes de santé mentale qu’elles commencent à envisager le suicide ou simplement à abandonner la vie. Lorsque cela se produit, la personne a besoin d’un point d’ancrage et de quelqu’un qui lui offre un mot d’encouragement et d’espoir. J’ai suivi des thérapies avec de nombreux adolescents ayant des antécédents de délinquance juvénile, d’indiscrétion sexuelle, de toxicomanie et parfois même de maladie mentale grave. Ces enfants sont souvent passés par le système depuis leur plus jeune âge et ont fréquenté de nombreux bureaux thérapeutiques et centres de détention. Ces enfants viennent souvent dans mon bureau avec le sentiment qu’il n’y a plus d’espoir parce que « j’ai déjà fait ça tellement de fois et rien ne m’a aidé » Certains m’ont dit : « Qu’est-ce qui vous fait penser que vous pouvez m’aider si personne d’autre ne le peut ? » Dans ce genre de situation, il est important de garder espoir pour la personne qui n’est plus capable de voir la lumière au bout du tunnel. Dire « il y a encore de l’espoir pour toi » et montrer à la personne pourquoi vous pensez que c’est vrai est une excellente façon d’insuffler de l’espoir et d’encourager la motivation.

    La vie n’a pas à rester ainsi :

    Cette affirmation est une excellente façon de rappeler à quelqu’un que la vie change et que la maladie peut aussi changer. La dépression n’est pas forcément une « dépression sévère » pour toujours. Il existe des traitements et, grâce à une alimentation équilibrée, une bonne forme physique, des médicaments, une thérapie et d’autres outils utiles, la dépression peut être traitée de manière appropriée. Pour une personne qui lutte contre une maladie mentale grave ou non traitée, il n’y a pas de mal à dire « la vie ne doit pas rester ainsi parce que je serai là pour toi » ou « tu trouveras le traitement dont tu as besoin, cela prend du temps » L’essentiel est de toujours laisser entendre qu’il y a de l’espoir. Il n’est pas nécessaire d’être trop positif. Soyez sincère, ne donnez pas de faux espoirs ! Cela peut se retourner contre vous.

    Je prierai pour que vous ayez de la force et du courage pour vous/votre famille :

    Il n’y a pas de mal à dire que vous prierez pour quelqu’un. Certaines personnes n’aiment pas entendre cela, soit parce qu’elles sont en colère contre Dieu, soit parce qu’elles ne croient pas en lui, soit parce que cela peut paraître condescendant à certains. Mais je pense que tout dépend de la manière et du moment où vous le dites. Personnellement, je pense qu’un ami proche ou un membre de la famille (et même une connaissance) peut dire « Je vais prier pour que Dieu te donne de la force et du courage » Tout dépend de la manière et du moment où vous le dites.

    Sortons et faisons quelque chose d’amusant :

    Si vous reconnaissez que votre proche ou votre ami s’isole et semble déprimé, vous pouvez l’encourager à sortir davantage en changeant la manière dont vous formulez votre phrase. C’est ce qu’on appelle le recadrage. Le recadrage est un excellent outil psychologique, car il permet de prendre une déclaration négative et de lui donner une tournure positive ou plus précise. Par exemple, au lieu de dire « tu dois sortir davantage, tu ne fais que t’isoler », vous pouvez dire « j’ai lu dans un article que la meilleure façon de traiter la dépression est de sortir de temps en temps et de faire quelque chose que tu aimes. Pourquoi ne pas vous joindre à moi pour dîner ce soir ? »

    Je suis passé par là moi aussi ou je connais quelqu’un qui l’a fait :

    Il est tout à fait acceptable de partager votre expérience d’une situation douloureuse avec quelqu’un qui souffre. C’est ce qu’on appelle la personnalisation, car vous partagez quelque chose de personnel qui vous a affecté de manière significative. Certaines personnes ont besoin de savoir qu’elles ne sont pas seules. D’autres ne veulent pas entendre dire « vous n’êtes pas le seul », mais préfèrent entendre votre expérience personnelle. Avec prudence, j’utilise beaucoup cet outil en thérapie avec mes enfants.

    Les vaincre, ne pas se laisser vaincre :

    Parfois, peu importe ce que vous dites, une personne continuera à se sentir vaincue par les circonstances. Dans certains cas, la personne a simplement besoin que la vie lui apprenne à mieux gérer les choses. Mais dans d’autres cas, je constate que certaines personnes ont besoin d’entendre qu’elles peuvent se relever et vaincre ce qui semble les vaincre. Un simple rappel de ne pas se laisser abattre peut suffire à nous motiver.

    Mentor Christophe Andre 2
    Christophe André
    Enseigne la gestion des émotions
    12 leçons
    3h

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?