Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce que le retrait ?

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Le sevrage est l’ensemble des effets physiques et mentaux ressentis par une personne après qu’elle a cessé de consommer ou réduit sa consommation d’une substance telle que l’alcool et les médicaments délivrés sur ordonnance ou à usage récréatif.

    Si vous avez consommé une substance à fort potentiel de dépendance et que vous l’arrêtez soudainement ou brusquement, ou que vous réduisez votre consommation de manière drastique, vous pouvez ressentir divers symptômes de sevrage. L’intensité et la durée de ces symptômes de sevrage peuvent varier considérablement en fonction du type de drogue et de votre constitution biologique.

    Le sevrage peut être désagréable et potentiellement dangereux dans certains cas. C’est pourquoi vous devez toujours consulter votre médecin avant d’arrêter ou de réduire votre consommation de substances.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Symptômes de sevrage

    Que ressent-on lors d’un sevrage ? Les symptômes de sevrage varient en fonction du type de drogue que vous preniez. Parmi les symptômes couramment associés au sevrage, citons

    • Modifications de l’appétit
    • Changements d’humeur
    • Frissons ou frissons
    • Congestion
    • Dépression
    • Fatigue
    • Irritabilité
    • Douleur musculaire
    • Nausée
    • Instabilité
    • Nez qui coule
    • Fragilité
    • Difficultés d’endormissement
    • Sueur
    • Témors
    • Vomissements

    Dans certains cas, des symptômes plus graves tels que des hallucinations, des crises d’épilepsie et un délire peuvent également survenir. Le type de médicament que vous preniez, la durée de votre traitement et la dose que vous preniez peuvent tous influer sur le type et la gravité des symptômes que vous ressentez

    Alors que les symptômes physiques du sevrage peuvent ne durer que quelques jours ou une semaine, le sevrage psychologique, comme la dépression ou la dysphorie, peut durer beaucoup plus longtemps.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Identifier le sevrage

    Les symptômes de sevrage peuvent se manifester lorsqu’une personne cesse de prendre une substance ou en réduit la consommation. L’absence de votre tasse de café matinale habituelle, par exemple, peut entraîner des symptômes de sevrage de la caféine tels que la fatigue, les maux de tête et l’irritabilité.

    Les symptômes de sevrage sont une indication de la dépendance à une substance. Vous devriez parler à votre médecin avant de réduire ou d’arrêter de prendre un médicament ou une drogue pour obtenir des conseils sur la façon de le faire en toute sécurité et de minimiser les symptômes de sevrage potentiels. Votre médecin peut vous aider si vous avez du mal à gérer vos symptômes et à assurer une surveillance médicale pour garantir votre sécurité lors de la désintoxication d’une substance.

    Votre médecin pourra également déterminer si les symptômes que vous ressentez sont dus au sevrage ou s’ils résultent d’une autre pathologie.

    Causes du sevrage

    Le corps et le cerveau s’efforcent de maintenir un état d’équilibre appelé homéostasie. La prise d’une substance modifie cet équilibre, de sorte que votre corps doit prendre des mesures pour s’adapter, notamment en modifiant les niveaux de certains neurotransmetteurs. Ces substances agissent sur le système de récompense du cerveau, déclenchant la libération de substances chimiques.

    Lorsque vous prenez régulièrement une substance pendant un certain temps, votre corps peut développer une tolérance et une dépendance à cette substance. la tolérance signifie qu’il faut des doses plus importantes de la substance pour obtenir les mêmes effets que ceux ressentis initialement, tandis que la dépendance signifie que votre corps a besoin de la substance pour éviter de ressentir des effets de manque.

    Si vous arrêtez brusquement ou diminuez votre consommation de la substance, votre corps est à nouveau déséquilibré et des symptômes de sevrage peuvent apparaître. Ces symptômes sont souvent à la fois physiques et mentaux et peuvent être potentiellement dangereux selon le type de drogue.

    Les symptômes de sevrage sont souvent à l’opposé des effets de la substance. Par exemple, l’alcool est un dépresseur ; si vous arrêtez brusquement d’en consommer, vous risquez de ressentir des symptômes de surstimulation, tels que l’anxiété ou l’agitation.

    Types de retrait

    Les symptômes de sevrage spécifiques que vous ressentez dépendent du type de drogue que vous preniez. Il existe un certain nombre de types de drogues qui peuvent entraîner un sevrage, notamment les suivantes :

    • Antidépresseurs
    • Barbituriques
    • Cannabis
    • Dépresseurs
    • Hallucinogènes
    • Inhalants
    • Opioïdes
    • Stimulants

    Voici quelques exemples de substances spécifiques susceptibles d’entraîner un sevrage et la durée prévue de ces symptômes :

    • Alcool: Toutes les personnes qui arrêtent de boire de l’alcool ne présentent pas de symptômes de sevrage, mais la plupart des personnes qui arrêtent brusquement de boire après avoir consommé suffisamment d’alcool pendant un certain temps peuvent ressentir toute une série de symptômes. Ces symptômes déclenchent souvent une rechute.
    • Héroïne:Les personnes qui ont développé une dépendance à l’héroïne ressentent des symptômes de sevrage particulièrement intenses, mais même les pires d’entre eux disparaissent en cinq à sept jours. Cependant, pour certains, le syndrome de sevrage post-aigu peut durer des semaines, voire des mois.
    • Marijuana: Par rapport à l’alcool et aux autres drogues, les symptômes de sevrage que ressentent certains consommateurs de marijuana lorsqu’ils essaient d’arrêter de fumer sont plutôt légers. Cependant, certains de ces symptômes sont suffisamment désagréables pour que certains décident de recommencer à consommer la drogue
    • Nicotine:Tout le monde ne ressent pas les mêmes symptômes de sevrage de la nicotine. Comme le savent de nombreux fumeurs, les symptômes de sevrage de la nicotine peuvent rendre difficile l’abandon de la cigarette. Il existe des mesures que vous pouvez prendre pour réduire ces symptômes.
    • OxyContin (oxycodone) : La gravité des symptômes de sevrage de l’OxyContin et d’autres opioïdes d’ordonnance est généralement liée à la durée de la prise du médicament et à la quantité consommée. Si vous n’avez pris l’analgésique que conformément aux instructions, il se peut que vous ne ressentiez aucun symptôme de sevrage, ou alors des symptômes très légers.

    Traitement du sevrage

    Traitement du sevrage

    Le traitement du sevrage comprend un soutien, des soins et des médicaments qui peuvent soulager les symptômes et prévenir d’éventuelles complications.

    Pour certaines substances, les personnes sont capables d’arrêter brusquement leur consommation et de gérer elles-mêmes leurs symptômes de sevrage. Par exemple, une personne peut être capable d’arrêter la caféine sans aide et de faire face seule aux symptômes désagréables jusqu’à ce qu’ils disparaissent.

    Mais l’arrêt brutal de substances telles que les benzodiazépines ou l’alcool peut être potentiellement dangereux, c’est pourquoi vous devez toujours consulter votre médecin pour établir un plan de désintoxication. Le sevrage médicalement assisté peut garantir votre sécurité et contribuer à minimiser les symptômes désagréables du sevrage.

    Médicaments de sevrage

    Les médicaments que votre médecin peut vous prescrire pour soulager les symptômes du sevrage varient en fonction du type de substance que vous preniez. Voici quelques médicaments utilisés pour traiter les différents types de sevrage :

    • Catapres (clonidine)
    • Librium (chlordiazépoxide)
    • Buprenex (buprénorphine)
    • Valium (diazépam)
    • Ativan (lorazépam)
    • Méthadone

    D’autres médicaments peuvent également être utilisés pour gérer des symptômes de sevrage spécifiques. Il peut s’agir d’anxiolytiques, d’anticonvulsivants, d’antipsychotiques ou d’autres médicaments conçus pour traiter les nausées ou les troubles du sommeil.

    Selon le National Institute on Drug Abuse, dans la plupart des cas, les symptômes associés au sevrage de la drogue sont facilement traités avec des médicaments qui réduisent ou éliminent l’inconfort. Mais, traiter le sevrage n’est pas la même chose que de traiter la dépendance ou l’addiction elle-même.

    Faire face au sevrage

    Outre la recherche d’un soutien médical, il y a aussi des choses que vous pouvez faire pour vous aider à vous sentir mieux pendant le processus de sevrage :

    • Demandez de l’aide. Que vous gériez le sevrage seul ou sous la supervision d’un médecin, il est important de bénéficier d’un soutien social. Parlez-en à un ami ou à un membre de votre famille en qui vous avez confiance, afin qu’il puisse vous suivre et vous soutenir tout au long du processus.
    • Mangez bien. Mettez l’accent sur des repas nutritifs et bien équilibrés. La consommation d’aliments frits, gras ou sucrés peut aggraver votre état.
    • Exercicez. Essayez de pratiquer une activité physique chaque jour. Les étirements, la marche, la natation ou d’autres activités peuvent contribuer à améliorer votre humeur.
    • Boire beaucoup d’eau. Il est important de rester hydraté pendant le sevrage, surtout si vous présentez des symptômes grippaux tels que des nausées et des vomissements.
    • Soulager les symptômes à l’aide de médicaments en vente libre. Utilisez les médicaments en vente libre appropriés en respectant les doses recommandées si vous souffrez de maux de tête, de maux d’estomac ou de diarrhée.
    • Dormir. Bien que le sevrage puisse parfois entraîner des troubles du sommeil, essayez de vous reposer suffisamment. Essayez d’établir un horaire de sommeil régulier et adoptez de bonnes habitudes de sommeil.

    Les activités de gestion du stress telles que le yoga et la méditation peuvent également vous aider à faire face à votre expérience de sevrage. N’oubliez pas de consulter votre médecin si vous avez du mal à faire face à la situation ou si vous présentez des symptômes inquiétants.

    Soutenir un être cher pendant le sevrage

    Soutenir-un-aimé-pendant-le-sevrage

    Le sevrage d’un proche peut être difficile pour vous comme pour lui. Le sevrage peut être physiquement et émotionnellement éprouvant, et votre proche aura besoin de tout le soutien possible.

    Explorez les options de traitement

    L’une des meilleures choses que vous puissiez faire est d’explorer ensemble les options de traitement. Vous pourrez ainsi mieux comprendre ce qu’implique le sevrage et le meilleur plan d’action. Le sevrage peut être différent pour chacun, il est donc essentiel de trouver un plan de traitement qui convienne à votre proche. Il se peut que votre proche ait besoin d’aide pendant le sevrage, ce qui peut impliquer des options ambulatoires, résidentielles ou hospitalières.

    Prenez soin de vous

    Lorsque l’on s’occupe de quelqu’un d’autre, il est essentiel de veiller à prendre également soin de soi. Cela peut être difficile et épuisant. Veillez donc à prendre soin de vous physiquement et émotionnellement. Il peut s’agir de prendre du temps pour vous, de veiller à répondre à vos besoins et de prendre souvent de vos nouvelles. Vous serez ainsi dans la meilleure position possible pour soutenir votre proche.

    Soyez là pour eux

    L’une des choses les plus importantes que vous puissiez faire est d’être simplement présent pour votre proche pendant cette période difficile. En étant simplement présent et disponible, vous pouvez lui apporter un grand soutien. Il peut s’agir d’une écoute, d’une épaule sur laquelle pleurer et d’une présence réconfortante. Parfois, le simple fait d’avoir quelqu’un qui se soucie d’elle peut faire toute la différence.

    Offrir une aide pratique

    Supplément d’image

    Le sevrage peut souvent s’accompagner de symptômes physiques tels que nausées, vomissements et diarrhées. Votre proche peut avoir besoin d’aide pour des tâches pratiques comme préparer les repas, aller aux toilettes et se déplacer. Si possible, proposez-lui de l’aider dans ces tâches afin qu’il puisse se concentrer sur sa guérison.

    Quand demander de l’aide médicale

    Des symptômes graves et potentiellement mortels peuvent parfois accompagner le sevrage. Si votre proche présente l’un de ces symptômes, il est important de demander immédiatement une aide médicale

    • Délires
    • Difficulté à respirer
    • Hallucinations
    • Perte de conscience
    • Rythme cardiaque rapide
    • Témors ou crises d’épilepsie

    Si vous n’êtes pas sûr que votre proche ait besoin de soins médicaux, optez pour la prudence et demandez de l’aide.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *