Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce qu’un comportement inadapté ?

6 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Les comportements inadaptés sont des actions qui empêchent les gens de s’adapter, de s’ajuster ou de participer à différents aspects de la vie. Ces actions sont destinées à soulager ou à éviter le stress, mais elles sont souvent perturbatrices et peuvent contribuer à accroître la détresse, l’inconfort et l’anxiété au fil du temps.

    Beaucoup d’entre nous développent par inadvertance des stratégies dysfonctionnelles pour faire face aux sentiments d’anxiété, de stress ou de panique. Il se peut que vous utilisiez ces stratégies parce qu’elles vous soulagent d’un certain malaise dans l’instant.

    En fin de compte, cependant, les comportements inadaptés ne vous aident pas à traiter la cause profonde de votre stress. Le soulagement qu’ils procurent n’est que temporaire et conduit souvent à d’autres problèmes ou exacerbe ceux qui existent déjà.

    Cet article présente la définition des comportements inadaptés, les types de comportements inadaptés et les troubles mentaux qui peuvent être liés à l’utilisation de comportements inadaptés. Il propose également des moyens de surmonter les comportements inadaptés et de commencer à utiliser des mécanismes d’adaptation productifs.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Signes d’un comportement inadapté

    Les comportements inadaptés peuvent se manifester de différentes manières. Ces schémas comportementaux sont souvent destructeurs et peuvent affecter la santé physique, la santé mentale, les relations et d’autres domaines importants du fonctionnement. Les signes courants d’un comportement inadapté sont les suivants

    • Éviter les choses qui sont stressantes ou désagréables
    • S’engager dans des rêveries inadaptées, qui implique des fantasmes élaborés qui remplacent les interactions de la vie réelle
    • Cacher ses vrais sentiments plutôt que d’affirmer ses opinions ou ses émotions
    • Se blesser pour faire face aux sentiments de détresse
    • Expressions de colère
    • Utiliser des drogues ou de l’alcool pour gérer l’anxiété ou d’autres émotions
    • S’éloigner des situations sociales qui causent de l’inconfort ou de l’anxiété
    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Causes des comportements inadaptés

    Causes des comportements inadaptés

    Les comportements inadaptés peuvent apparaître pour un certain nombre de raisons différentes, y compris la présence de troubles mentaux. Les gens adoptent des comportements inadaptés qu’ils aient ou non un problème de santé mentale. Toutefois, les personnes souffrant de certains troubles mentaux sont plus susceptibles d’adopter des comportements inadaptés.

    Troubles de l’anxiété

    Les personnes souffrant de troubles anxieux sont susceptibles d’adopter des comportements inadaptés, en particulier l’évitement, pour faire face à leur malaise. L’évitement, en particulier le retrait social, est l’un des comportements les plus courants chez les personnes souffrant de troubles d’anxiété sociale (TAS). Cependant, comme tous les comportements inadaptés, l’évitement peut vous enfermer dans un cycle d’anxiété.

    Trouble du spectre autistique

    Les personnes atteintes d’autisme peuvent présenter des « comportements d’externalisation », c’est-à-dire s’automutiler, être agressives, faire des crises de colère et ne pas respecter les règles. Ces comportements peuvent être plus fréquents chez les personnes dont la capacité à communiquer verbalement est réduite.

    Trouble panique

    Les personnes souffrant de trouble panique peuvent s’engager dans une démarche d’évitement pour éviter de déclencher leurs symptômes. Cela est particulièrement vrai pour les personnes souffrant de phobies.

    Troubles de la personnalité

    Troubles de la personnalité

    Le trouble de la personnalité évitante (TPAE) est un état dans lequel les personnes sont extrêmement sensibles à la critique. Une étude a montré que la réduction de l’adaptation évitante chez les personnes présentant des traits de personnalité borderline (BP) pouvait améliorer les symptômes d’agression.

    Traumatisme

    Les survivants d’un événement traumatique peuvent avoir recours à l’évitement, à l’auto-culpabilisation et/ou à la consommation de substances psychoactives pour tenter de faire face aux souvenirs perturbateurs liés au traumatisme.

    Les changements de vie stressants tels que le divorce, le déménagement, la perte d’emploi et le décès d’un être cher peuvent également contribuer à l’apparition de comportements d’adaptation inadaptés

    Types de comportement maladaptif

    Les comportements inadaptés peuvent revêtir des aspects différents selon la personne qui les adopte. Cependant, de nombreux comportements inadaptés peuvent être regroupés dans ces catégories en fonction de la manière dont ils se manifestent habituellement

    Comportements d’évitement

    Comportements d’évitement

    Afin d’éviter les situations anxiogènes, certaines personnes adoptent des stratégies d’adaptation inadaptées telles que :

    • Annuler des projets à la dernière minute parce qu’ils pensent qu’ils vont s’humilier
    • Supprimer des événements sociaux qui les intéressent parce qu’ils pensent qu’ils vont se sentir gênés
    • Refuser une promotion au travail parce qu’ils ne croient pas en leurs capacités
    • Consommer de l’alcool, des drogues récréatives ou d’autres substances pour se sentir temporairement mieux

    Le comportement d’évitement peut également impliquer d’autres tactiques pour éviter le stress ou l’inconfort. Par exemple, une personne qui remet à plus tard un devoir peut penser qu’elle n’est pas motivée. Mais au fond d’elle-même, elle est aux prises avec le perfectionnisme et ne pense pas pouvoir terminer le devoir suffisamment bien pour ses propres critères.

    Le comportement passif-agressif est également une forme de comportement d’évitement. Au lieu de dire ce que vous ressentez vraiment, vous pouvez vous contenter de suivre le plan de tout le monde. Dans ce cas, vous évitez tout rejet potentiel. Peut-être craignez-vous d’être seul, ce qui vous empêche de vous exprimer lorsque vous le souhaitez vraiment.

    Comportements de sécurité

    Vous pouvez également adopter des comportements de sécurité (également connus sous le nom de comportements d’évitement partiel) pour éviter une éventuelle humiliation publique. Ces comportements sont considérés comme une forme plus subtile d’évitement car, bien que vous n’évitiez pas complètement une situation, vous ne vous y engagez pas complètement non plus.

    Voici des exemples de comportements de sécurité courants chez les personnes souffrant d’anxiété sociale :

    • En assumant des rôles/responsabilités dans des situations sociales (comme prendre des photos ou installer du matériel) afin de ne pas avoir à interagir avec les autres
    • Éviter le contact visuel pour éviter d’être remarqué par les autres
    • Porter des vêtements neutres ou excessifs pour éviter l’attention
    • Minimiser ses sentiments pour éviter la confrontation ou le rejet potentiel

    Colère

    Nous nous mettons tous en colère de temps en temps. Mais si vous êtes constamment accablé par une colère que vous ne savez pas comment gérer, il se peut que vous ayez l’habitude d’utiliser la colère comme un mécanisme d’adaptation inadapté.

    Vous pouvez ressentir le besoin de crier, de lancer des objets, voire de vous blesser ou de blesser quelqu’un d’autre. Votre colère peut parfois vous sembler incontrôlable. Même si vous exprimez votre colère ou votre frustration à l’égard de quelqu’un que vous blâmez, vous n’avez toujours pas l’impression de contrôler la situation ou d’être soulagé de vos sentiments.

    Il est important de trouver des moyens non nuisibles d’évacuer votre colère et votre frustration afin que vous puissiez comprendre ce qui vous déclenche et gérer le stress de manière productive

    Autodestruction

    Une étude a montré que les participants qui s’automutilaient (en se frappant, en se brûlant ou en se coupant) étaient plus susceptibles d’adopter l’évitement comme mécanisme d’adaptation que ceux qui ne s’automutilaient jamais. L’automutilation est également liée à un taux plus élevé de tentatives de suicide et de décès par suicide.

    988 pour obtenir le soutien et l’aide d’un conseiller qualifié. Si vous ou un proche êtes en danger immédiat, composez le 911

    Pour d’autres ressources en matière de santé mentale, consultez notre base de données nationale de lignes d’assistance.

    Les troubles de l’alimentation sont également liés à des comportements inadaptés. Les personnes souffrant d’anorexie et de boulimie, par exemple, présentent fréquemment des états émotionnels négatifs et ont tendance à ruminer. Le comportement lié aux troubles de l’alimentation est souvent considéré comme une tentative de faire face à cette détresse psychologique.

    Impact de la maladaptation

    Bien que ces comportements puissent minimiser l’anxiété sur le moment, le fait d’éviter régulièrement les situations peut également causer d’autres problèmes, tels que :

    • Devenir plus craintif face aux situations : Le fait d’éviter les situations qui vous font peur peut en fait accroître et renforcer vos craintes. Chaque fois que vous évitez vos peurs, votre cerveau apprend que ces situations sont des menaces dont vous devez vous protéger.
    • Relations sociales difficiles : Vous pouvez commencer à éviter certains amis ou membres de la famille parce que vous ne voulez pas être « forcé » à faire des choses que vous ne voulez pas faire.
    • Mauvaises aptitudes sociales : Le fait d’éviter les situations anxiogènes peut vous empêcher d’acquérir les aptitudes sociales fondamentales nécessaires pour communiquer efficacement avec d’autres personnes.
    • Difficile de s’affirmer : Plus vous évitez les conversations et les situations sociales difficiles, plus il vous sera difficile de vous affirmer et de défendre vos convictions, ce qui fait que vos besoins ne sont pas pris en compte.
    • Faible réussite professionnelle : Le fait d’éviter les relations interpersonnelles au travail, de ne pas assister aux conférences professionnelles et de refuser des offres d’emploi ou des promotions peut vous empêcher d’avancer dans votre carrière.
    • Les problèmes de toxicomanie : l’automédication par l’alcool ou les drogues pour gérer des sentiments désagréables peut facilement devenir une béquille qui augmente le risque de développer un trouble lié à la toxicomanie.

    Traitement du comportement maladapté

    Traitement du comportement maladapté

    Si vous constatez que des comportements inadaptés nuisent à votre capacité de surmonter votre anxiété sociale, il pourrait être utile de rencontrer un médecin de premier recours ou un professionnel de la santé mentale pour discuter des problèmes que vous éprouvez

    Ensemble, vous et un thérapeute pouvez développer des stratégies pour remplacer vos comportements inadaptés par des comportements adaptés. La thérapie et les médicaments sont deux formes de traitement scientifiquement validées qui peuvent vous être utiles.

    Psychothérapie

    La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une approche thérapeutique qui vise à modifier les schémas de pensée sous-jacents à l’origine des comportements inadaptés.

    En travaillant avec un thérapeute, vous apprendrez à identifier certaines des distorsions cognitives qui conduisent à des comportements d’évitement, de colère et de sécurité. Vous pourrez alors travailler à remplacer ces comportements par d’autres plus adaptés.

    Médicaments

    Des médicaments peuvent également être prescrits et sont souvent utilisés en conjonction avec une thérapie. Les médicaments couramment prescrits sont les antidépresseurs, les benzodiazépines et les bêta-bloquants. Ces médicaments peuvent contribuer à réduire les sentiments d’anxiété, ce qui peut vous aider à être moins enclin à adopter des comportements inadaptés pour gérer vos sentiments de détresse

    Faire face aux comportements maladaptés

    Faire face aux comportements maladaptés

    Si les comportements inadaptés peuvent soulager l’anxiété à court terme, à long terme, ils risquent d’aggraver les sentiments d’inconfort.

    Les comportements adaptatifs sont des actions qui vous aident à modifier votre réaction pour rendre la situation plus positive. Ces comportements sont essentiels pour gérer avec succès les exigences de la vie quotidienne et s’engager avec les autres.

    Compétences sociales

    Il peut s’agir de compétences en matière de conversation et de la manière de se faire de nouveaux amis. L’acquisition de compétences sociales vous permettra de faire face plus facilement aux interactions sociales malgré l’anxiété. Cela peut être particulièrement utile pour les personnes souffrant d’anxiété sociale.

    Responsabilité personnelle

    Prendre ses responsabilités personnelles signifie être responsable de soi-même et de sa qualité de vie. Cela peut inclure la mise en place de routines dans votre vie quotidienne afin de pouvoir conserver un emploi et tenir un ménage, malgré l’anxiété.

    Assumer sa responsabilité personnelle signifie également prendre soin de soi. Manger sainement, faire de l’exercice régulièrement et dormir suffisamment chaque nuit sont des activités importantes pour réguler votre santé physique et mentale.

    Apprendre de nouvelles compétences

    Nous pouvons avoir peur de faire quelque chose parce que nous ne le connaissons pas assez bien. Mais il est possible de se sentir plus à l’aise en s’y exposant. Par exemple, si la prise de parole en public est un problème spécifique pour vous, les compétences d’adaptation pourraient consister à suivre un cours pour surmonter le trac et développer votre capacité à prendre la parole en public.

    Régulation émotionnelle

    Apprendre à réguler ses émotions lorsqu’elles nous submergent est une étape nécessaire pour développer des capacités d’adaptation.

    Tout d’abord, vous pouvez apprendre à étiqueter vos émotions afin de mieux les comprendre. Par exemple, si vous restez à la maison lors d’un événement social, demandez-vous pourquoi. Quel est le sentiment qui sous-tend votre décision ? Si vous vous sentez fatigué et que vous prenez soin de vous en restant chez vous, vous pouvez considérer que votre décision est adaptative.

    Cependant, si vous restez à la maison et vous retirez parce que vous avez peur d’être entouré de gens, vous pouvez identifier votre décision de vous retirer comme un mécanisme d’adaptation inadapté. Vous pouvez alors vous demander ce que vous pouvez faire d’autre pour soulager votre anxiété. Il peut s’agir de respirer profondément ou de répéter un mantra. Vous pouvez aussi essayer de méditer ou de faire de l’exercice pendant quelques minutes.

    Une autre façon de réguler vos émotions est d’adopter une attitude positive. Bien que personne ne puisse ou ne doive être positif tout le temps, adopter une attitude positive signifie que vous êtes capable de reconnaître une situation négative pour ce qu’elle est, mais que vous restez optimiste face aux défis.

    Bien entendu, demander l’aide d’un professionnel de la santé peut être un autre moyen utile d’apprendre à réguler ses émotions.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *