Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce qu’un parent non impliqué ?

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Il n’y a pas deux parents qui se ressemblent, il n’est donc pas surprenant qu’il existe une multitude de styles parentaux différents. Vous ne savez pas encore quel est le vôtre ? Ne vous inquiétez pas. Certaines personnes commencent à devenir parents en sachant exactement comment elles vont élever leurs enfants. Mais il arrive parfois qu’un style parental évolue de lui-même.

    On classe souvent les styles parentaux en quatre grandes catégories:

    • autoritaire
    • autoritaire
    • permissif
    • non impliqué

    Parmi ces quatre catégories, le style parental non impliqué est le plus récent – mais cela ne veut pas dire qu’il est nouveau. C’est un style intéressant parce qu’il implique beaucoup moins d’interventions que les autres styles parentaux.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Ce que c’est – et ce que ce n’est pas

    Le parentage non impliqué – également appelé parentage négligent, qui comporte évidemment des connotations plus négatives – est un style de parentage dans lequel les parents ne répondent pas aux besoins ou aux désirs de leur enfant au-delà des éléments de base que sont la nourriture, l’habillement et le logement.

    Ces enfants reçoivent peu de conseils, de discipline et d’attention de la part de leurs parents. Il s’agit d’un style d’éducation controversé et, pour cette raison, il est également facile de porter un jugement sur ces parents. Mais que vous soyez un parent non impliqué ou que vous connaissiez quelqu’un qui l’est, il est important de se rappeler que ce style parental n’est pas toujours intentionnel.

    Les raisons pour lesquelles certains parents finissent par élever leurs enfants de cette manière varient – nous y reviendrons plus tard. Pour l’instant, jetons un coup d’œil à certaines des caractéristiques d’un parent non impliqué et examinons comment ce type de parentage peut affecter les enfants à long terme.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Signes et caractéristiques d’un parentage non impliqué

    Beaucoup de parents peuvent s’identifier au stress, à la surcharge de travail et à la fatigue. Vous savez ce que nous voulons dire : lorsque les choses deviennent incontrôlables, il vous arrive de vous débarrasser de votre enfant pour quelques minutes de calme et de solitude.

    Même si vous vous sentez coupable après coup, ces moments ne sont pas caractéristiques d’une éducation non impliquée. Un parent non impliqué n’est pas seulement un moment où l’on se préoccupe de sa propre personne. Il s’agit plutôt d’un modèle permanent de distance émotionnelle entre le parent et l’enfant.

    Les signes d’un parent non impliqué sont les suivants :

    1. Se concentrer sur ses propres problèmes et désirs

    Qu’il s’agisse du travail, d’une vie sociale en dehors des enfants, ou d’autres intérêts ou problèmes, les parents non impliqués sont préoccupés par leurs propres affaires – à tel point qu’ils ne sont pas réceptifs aux besoins de leurs enfants et qu’ils ne leur consacrent que peu de temps.

    Tout le reste passe avant les enfants. Et dans certains cas, les parents peuvent carrément négliger ou rejeter leurs enfants.

    Il ne s’agit pas toujours de choisir une soirée au club plutôt qu’une soirée de jeux en famille. Il y a parfois des problèmes en jeu qui semblent échapper au contrôle des parents.

    2. l’absence d’attachement émotionnel

    Le lien émotionnel entre le parent et l’enfant est naturel pour de nombreuses personnes. Mais dans le cas d’un parent non impliqué, ce lien n’est ni instinctif ni automatique. Le parent se sent déconnecté, ce qui limite considérablement la quantité d’affection et de soins qu’il apporte à son enfant.

    3. Manque d’intérêt pour les activités de l’enfant

    En raison d’un manque d’affection, les parents non impliqués ne s’intéressent pas au travail scolaire de leur enfant, à ses activités ou aux événements auxquels il participe. Ils peuvent ne pas assister aux matchs sportifs ou ne pas se présenter aux réunions de l’association des parents d’élèves.

    4. Pas de règles ou d’attentes définies en matière de comportement

    Les parents non impliqués n’ont généralement pas de style de discipline. Ainsi, à moins que le comportement de l’enfant ne les affecte, ces parents n’offrent généralement aucun type de correction. Ils laissent l’enfant agir comme il l’entend. Et ces parents ne s’énervent pas lorsque leur enfant a de mauvais résultats à l’école ou dans d’autres activités.

    Comment les parents non impliqués affectent-ils les enfants ?

    Les enfants ont besoin d’amour, d’attention et d’encouragements pour s’épanouir. Il n’est donc pas surprenant qu’un parent non impliqué puisse avoir un effet négatif sur un enfant.

    Il est vrai que les enfants dont les parents ne sont pas impliqués ont tendance à apprendre à se débrouiller seuls et à répondre à leurs besoins fondamentaux dès leur plus jeune âge. Cependant, les inconvénients de ce style d’éducation l’emportent sur les avantages.

    L’un des principaux inconvénients de ce type d’éducation est que les enfants ne développent pas de lien affectif avec leur parent non impliqué. Un manque d’affection et d’attention à un jeune âge peut conduire à une faible estime de soi ou à un besoin émotionnel dans d’autres relations.

    Le fait d’avoir un parent non impliqué peut même affecter les compétences sociales d’un enfant. L’étude elle-même, réalisée au Ghana, en Afrique, s’est concentrée sur les résultats scolaires de 317 élèves vivant dans des foyers aux styles parentaux variés. Elle a conclu que les élèves vivant dans des foyers autoritaires obtenaient de meilleurs résultats scolaires que les enfants issus d’autres types d’éducation.

    Il convient de noter que cette petite étude n’est peut-être pas applicable à l’ensemble des pays, car les styles d’éducation des différentes cultures peuvent conduire à des résultats différents. Il n’en reste pas moins que les enfants de parents négligents ont plus de difficultés, quel que soit l’endroit où ils se trouvent.

    Les enfants de parents non impliqués peuvent également manquer de capacités d’adaptation. Dans une étude réalisée en 2007, des chercheurs ont évalué l’influence de différents styles parentaux sur le mal du pays chez 670 étudiants de première année d’université âgés de 16 à 25 ans.

    L’étude a révélé que les étudiants élevés par des parents autoritaires et permissifs souffraient davantage du mal du pays que ceux élevés par des parents autoritaires et non impliqués. Mais si les deux premiers groupes ressentaient davantage le mal du pays, ils ne l’exprimaient pas autant parce qu’ils avaient de meilleures capacités d’adaptation.

    En revanche, le groupe élevé par des parents autoritaires et non impliqués, qui ressentait moins le mal du pays, avait plus de mal à faire face à ses sentiments. Cela suggère que le fait d’avoir été élevé dans un environnement aimant et stimulant (ou non) influence la manière dont les jeunes s’adaptent à la vie loin de chez eux.

    Lorsqu’un enfant grandit avec un détachement émotionnel de ses parents, il peut répéter ce style d’éducation avec ses propres enfants. En conséquence, ils risquent d’avoir la même mauvaise relation avec leurs propres enfants.

    Exemples de parentalité non impliquée

    La parentalité non impliquée se présente sous de nombreuses formes, en fonction de l’âge de l’enfant.

    Prenons l’exemple d’un nourrisson. Alors que certains parents saisissent toutes les occasions de prendre soin de leur enfant et de lui témoigner de l’affection, un parent non impliqué peut se sentir désengagé ou détaché de son bébé.

    Ils peuvent ne pas avoir envie de le tenir, de le nourrir ou de jouer avec lui. Et lorsqu’il en a l’occasion, il peut confier le bébé à son partenaire ou à un grand-parent.

    Pour être clair, le sentiment de détachement initial peut être un signe à court terme de dépression post-partum plutôt qu’un choix ou un style de parentage philosophique et à vie. C’est pourquoi il est important de consulter votre prestataire de soins de santé pour un traitement si vous souffrez de dépression post-partum.

    Mais en l’absence de cette pathologie, d’autres facteurs entrent en jeu. Par exemple, un parent peut se sentir déconnecté s’il n’a pas eu de lien avec ses propres parents.

    Dans le cas d’un jeune enfant, un parent non impliqué peut montrer peu d’intérêt pour les œuvres d’art créées par son jeune enfant, ou il peut ignorer l’enfant alors qu’il parle avec enthousiasme de sa journée.

    Il peut également ne pas fixer de limites raisonnables, comme l’heure du coucher. Avec un enfant plus âgé, un parent non impliqué peut ne pas imposer de conséquences, ou même ne pas réagir ou s’inquiéter si l’enfant sèche l’école ou rapporte un mauvais bulletin à la maison. Cela diffère d’un parent autoritaire, qui est strict et punira un enfant qui dépasse les bornes.

    Pourquoi certaines personnes utilisent-elles cette méthode ?

    Il est important de noter, encore une fois, que l’autorité parentale non impliquée n’est généralement pas un choix conscient. Il y a plusieurs raisons à cela. Cela peut se produire lorsqu’un parent est trop impliqué dans son travail et trouve peu de temps ou d’énergie pour s’occuper de son enfant. Cela peut entraîner une rupture qui met à rude épreuve leur relation et les éloigne l’un de l’autre.

    Ce style se développe parfois lorsqu’une personne a été élevée par des parents négligents ou lorsqu’un parent souffre de problèmes de santé mentale qui l’empêchent d’établir un attachement émotionnel. Dans ce cas, ce parent peut également avoir des difficultés à se lier à son conjoint et à d’autres personnes.

    La leçon à retenir

    Quelles que soient les raisons sous-jacentes, il est possible de changer de style parental si vous remarquez chez vous des caractéristiques d’un parent non impliqué.

    Il peut être utile de consulter un psychologue pour régler des problèmes de santé mentale, des abus passés ou d’autres problèmes qui empêchent l’établissement d’un lien affectif avec votre enfant. Si vous souhaitez développer ce lien avec votre enfant, le désir lui-même est un premier pas important. Discutez avec votre fournisseur de soins de santé de ce que vous pouvez faire pour ajouter des soins sains à votre dynamique familiale, et sachez que vous êtes sur la bonne voie pour devenir le parent dont votre enfant a besoin.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *