Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce que l’hystérie ?

4 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    L’hystérie est un terme souvent utilisé pour décrire un comportement chargé d’émotion qui semble excessif et incontrôlable. Lorsqu’une personne réagit d’une manière qui semble disproportionnée par rapport à la situation, elle est souvent qualifiée d’hystérique.

    À l’époque victorienne, le terme « hystérie » était un diagnostic médical courant, en particulier pour les femmes. Il n’a été supprimé du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) qu’en 1980. Aujourd’hui, les personnes présentant des symptômes hystériques pourraient être diagnostiquées avec un trouble dissociatif ou somatique.

    L’hystérie peut être définie comme une caractéristique de certaines conditions qui impliquent que les personnes ressentent des symptômes physiques qui ont une cause psychologique.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Histoire de l’hystérie

    L’hystérie a été considérée comme un trouble psychologique dès 1900 avant notre ère. C’est à cette époque que les anciens Égyptiens ont décrit pour la première fois cette affection, ajoutant qu’elle était causée par des « mouvements spontanés de l’utérus ». On parlait aussi parfois d’utérus vagabond.

    Le mot hystérie vient du grec hystera, qui signifie « utérus ».

    Pour traiter l’hystérie, les Égyptiens plaçaient des substances malodorantes ou parfumées près de la vulve ou du visage de la femme, selon que l’on pensait que l’utérus se déplaçait vers le haut ou vers le bas. Le médecin grec Celse a suggéré que la virginité et l’abstinence aidaient à guérir l’hystérie.

    L’idée que cette maladie n’affecte que les femmes a perduré pendant un certain temps. Ce n’est qu’au début des années 1600 que l’attention s’est déplacée, notamment lorsque l’anatomiste Thomas Willis a conclu que l’hystérie ne provenait pas de l’utérus, mais du cerveau. Cette compréhension a ouvert la possibilité que l’hystérie puisse également toucher les hommes.

    Le terme « névrose hystérique » a été mentionné pour la première fois dans la deuxième édition du DSM (DSM-II), publiée en 1968, mais a depuis été abandonné au profit d’un diagnostic de trouble des symptômes somatiques, de trouble dissociatif ou de trouble de conversion.

    Hystérie et psychanalyse

    L’hystérie a contribué à la formation du champ de la psychanalyse. Dans les années 1800, par exemple, le neurologue français Jean-Martin Charcot a utilisé l’hypnose pour traiter les femmes souffrant d’hystérie. Le célèbre psychanalyste autrichien Sigmund Freud a étudié avec Charcot, il a donc eu une expérience de première main en observant ces patientes, ainsi que les méthodes de traitement de Charcot.

    C’est le travail de Freud avec son collègue Josef Breuer sur le cas d’Anna O, une jeune femme présentant des symptômes d’hystérie, qui a contribué au développement de la thérapie psychanalytique. Anna a constaté que le simple fait de parler de ses problèmes avec un thérapeute avait un impact majeur sur son bien-être. Elle a baptisé ce traitement la « talking cure » (thérapie par la parole) et il est encore appelé thérapie par la parole aujourd’hui.

    Carl Jung, un collègue de Freud, a traité une jeune femme nommée Sabina Spielrein qui était également considérée comme souffrant d’hystérie. Jung et Freud ont souvent discuté du cas de Spielrein, ce qui a eu un impact sur les théories qu’ils ont développées. Spielrein a elle-même suivi une formation de psychanalyste et a contribué à introduire l’approche psychanalytique en Russie avant d’être assassinée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Symptômes de l’hystérie

    Les symptômes considérés comme caractéristiques de l' »hystérie » (terme aujourd’hui dépassé) sont les suivants:

    • Cécité
    • Excès émotionnels
    • Hallucinations
    • Comportement histrionique (excessivement dramatique ou excitable)
    • Une suggestibilité accrue
    • Perte de sensations

    D’autres symptômes souvent associés à un état hystérique ont varié, mais comprennent :

    • Etre dans une sorte de transe
    • Développer une amnésie
    • Expérimenter une paralysie
    • S’évanouir ou perdre connaissance (syncope)
    • Avoir des crises de type épileptique
    • Sentir une douleur accrue
    • Muscles rigides ou spasmodiques

    Diagnostic de l’hystérie

    En 1980, l’American Psychological Association (APA) a modifié le diagnostic de « névrose hystérique, type conversion » en « trouble de conversion ». Aujourd’hui, une personne peut être diagnostiquée avec différents types de troubles historiquement connus sous le nom d’hystérie, y compris les troubles dissociatifs et somatiques.

    Troubles dissociatifs

    Les troubles dissociatifs sont des troubles psychologiques qui impliquent une interruption de certains aspects de la conscience, notamment ceux liés à l’identité et à la mémoire. Les troubles de cette catégorie comprennent :

    • L’amnésie dissociative, qui implique l’oubli d’informations personnelles ou l’incapacité à se souvenir de certains événements
    • La fugue dissociative, qui implique l’oubli d’informations personnelles combiné à des changements de lieux physiques, créant parfois une nouvelle identité au cours du processus
    • Le trouble dissociatif de l’identité, qui implique l’existence de deux ou plusieurs personnalités distinctes, chacune ne se souvenant pas de ce que l’autre a fait

    Trouble somatique

    Dans le DSM-5, les symptômes qui étaient autrefois regroupés sous le terme général d' »hystérie » sont désormais regroupés sous le terme de « trouble des symptômes somatiques ». Plusieurs affections apparentées peuvent être diagnostiquées dans cette catégorie :

    • Trouble de conversion (trouble des symptômes neurologiques fonctionnels)
    • Trouble factice (syndrome de Munchausen imposé à soi-même)
    • Trouble anxieux lié à la maladie (anciennement hypocondrie)

    Le trouble des symptômes somatiques se caractérise par une focalisation importante sur des symptômes physiques tels que la faiblesse, la douleur ou l’essoufflement. Cette préoccupation pour les symptômes entraîne une détresse importante et des difficultés à fonctionner normalement.

    Dans le cas d’un trouble des symptômes somatiques, la personne peut être atteinte ou non d’une affection médicale. Il est important de noter que ce trouble n’implique pas de simuler une maladie – que la personne soit malade ou non, ellecroit qu’elle est malade.

    Causes de l’hystérie

    Au fil du temps, les théories sur les causes de l’hystérie ont évolué. Alors qu’elles étaient à l’origine centrées sur l’utérus, nous savons aujourd’hui que les causes des troubles dissociatifs et somatiques sont souvent de nature psychologique.

    Les troubles dissociatifs sont généralement causés par un certain type de traumatisme. Il peut s’agir d’avoir été exposé à des abus physiques, sexuels ou émotionnels pendant l’enfance. Le fait d’avoir été victime d’une catastrophe naturelle ou d’avoir participé à un combat peut également entraîner un trouble dissociatif.

    Le trouble des symptômes somatiques peut également résulter d’abus dans l’enfance ou de négligence parentale, mais il est aussi parfois causé par une anxiété extrême à l’égard des processus corporels et de la maladie, combinée à un faible seuil de tolérance à la douleur.

    Un phénomène connu sous le nom de contagion hystérique, une forme de contagion sociale, peut également conduire des groupes de personnes à présenter des symptômes souvent associés à l’hystérie. Ce phénomène implique que des groupes d’individus présentent des symptômes de maladie qui sont attribués à une source physique ou contagieuse, mais qui, en réalité, proviennent d’influences sociales et psychologiques.

    Traitement de l’hystérie

    Traitement de l’hystérie

    Le traitement des symptômes de type hystérique associés aux troubles dissociatifs et somatiques comprend généralement un certain type de psychothérapie. Les approches thérapeutiques courantes pour ces troubles comprennent :

    • Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)
    • Thérapie comportementale dialectique (TCD)
    • Désensibilisation et retraitement par le mouvement des yeux (EMDR)
    • Thérapie basée sur la pleine conscience

    Dans certains cas, des médicaments peuvent également être utilisés pour réduire les symptômes. Par exemple, l’amitriptyline, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et le millepertuis sont connus pour leur efficacité dans le traitement des symptômes somatiques.

    Faire face à l’hystérie

    Si vous ou l’un de vos proches présentez des symptômes autrefois associés à l’hystérie, tels que des crises émotionnelles, une perte de sensibilité ou des hallucinations, il est préférable de demander l’aide d’un professionnel de la santé mentale. En attendant, voici quelques conseils pour vous aider à mieux faire face à la situation :

    • Pratiquez la pleine conscience. Concentrez-vous sur le présent plutôt que sur hier ou demain. Cela peut vous aider à garder les pieds sur terre.
    • Faites des exercices de respiration. Détendez vos sentiments d’anxiété en inspirant et en expirant selon des schémas spécifiques.
    • Écrivez dans un journal. Mettez vos sentiments sur papier. Mettez noir sur blanc les sources de votre stress, puis laissez-les partir
    • Faites de l’activité physique. Faites une promenade ou une randonnée, ou encore une balade à vélo dans le quartier. L’activité physique contribue à renforcer la santé mentale tout en favorisant la santé physique.
    • Développez un horaire de sommeil cohérent. Donnez à votre corps le repos dont il a besoin pour l’aider à mieux faire face aux symptômes et aux émotions que vous éprouvez.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *