Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce que le harcèlement sexuel ?

3 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Le « slut-shaming » est le fait de condamner une personne pour un comportement que l’on juge en dehors du domaine de la décence ou de la morale.

    Le comportement de la victime peut être de nature entièrement sexuelle, par exemple en critiquant sa promiscuité ; il peut n’avoir que des sous-entendus sexuels, par exemple en critiquant la tenue vestimentaire d’une personne parce qu’elle est provocante ; et il peut consister à blâmer la victime d’un crime sexuel. Bien que tout le monde puisse être victime de « slut-shamed », ce sont les personnes de sexe féminin et les hommes homosexuels qui en sont le plus souvent victimes.

    Les doubles standards : Comment les identifier et les éviter dans les relations

    Apprenez des meilleurs mentors

    L’origine du slut-shaming

    Si le terme exact de « slut-shaming » n’est utilisé que depuis le début des années 2000, le concept est ancien. Dans l’Antiquité romaine, les femmes étaient critiquées pour leur vertu et leur apparence. En 56 av. J.-C., Cicéron déclarait que les femmes devaient être considérées comme des « prostituées » si elles n’étaient pas mariées et portaient des vêtements provocants ou attiraient l’attention des hommes.

    Le slut-shaming n’est entré dans le dictionnaire qu’en 2018, et le dictionnaire note que le slut-shaming implique généralement un double standard, dans lequel une femme est rabaissée pour un comportement pour lequel un homme serait célébré. Il s’agit d’une forme d’intimidation

    Le terme a gagné en popularité grâce à la « SlutWalk », une marche de protestation qui a débuté en 2011 après qu’un policier a dit à des étudiantes qu’elles pouvaient éviter d’être violées en ne s’habillant pas « comme des salopes » Le mannequin et acteur Amber Rose a contribué à rendre la protestation encore plus populaire en 2015 lorsqu’elle s’est exprimée lors d’une SlutWalk à Los Angeles sur la façon dont elle avait été publiquement humiliée pour être une travailleuse du sexe.

    Le « slut-shaming » fait régulièrement la une de l’actualité depuis des années en raison des deux poids, deux mesures qui entourent la tenue vestimentaire des élèves de l’école primaire et secondaire. Les adolescentes et leurs parents se sont battus contre la honte des vêtements essentiels comme les débardeurs et les shorts, que les garçons sont souvent autorisés à porter à l’école, mais pas les filles

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Qu’est-ce qu’une « salope » ?

    Le mot « salope » existe depuis les années 1400, mais il était initialement utilisé pour décrire une femme négligée ou pauvre. Ce n’est que dans les années 1960 que le mot en est venu à désigner « une femme qui jouit du sexe à un degré considéré comme honteusement excessif »

    De nos jours, le mot « salope » est utilisé comme un terme péjoratif ou une insulte. Si l’on estime qu’une personne ne s’habille pas de manière assez pudique, qu’elle est trop libre dans sa sexualité, qu’elle est « l’autre » personne dans une situation d’adultère, qu’elle a ou a eu de multiples partenaires sexuels, ou même qu’elle se maquille beaucoup, elle peut être traitée de salope.

    Le rôle de la honte

    La honte

    Qu’est-ce qui explique exactement que nous fassions honte à toute personne dont nous estimons qu’elle n’agit pas ou n’a pas l’air assez morale à notre goût ? Et pourquoi ne faisons-nous pas honte aux hommes hétérosexuels ?

    Les hommes qui ont de nombreuses partenaires sexuelles sont loués par leurs pairs et reçoivent des titres inoffensifs, tels que « joueurs » Les hommes qui ont de nombreuses partenaires sexuelles sont loués par leurs pairs et reçoivent des titres inoffensifs tels que « joueurs ». Ils ne sont pas humiliés pour leur comportement parce que la société est toujours en leur faveur et que les hommes continuent de représenter la grande majorité de notre gouvernement, et ont souvent le dernier mot en ce qui concerne les lois qui affectent le corps des femmes et des personnes qui ne sont pas du même sexe.

    Impact négatif du slut-shaming

    Le slut-shaming nuit à la santé mentale, en particulier chez les adolescentes. Une étude souligne que « le slut-shaming prédit des problèmes de santé… et prédit un affect dépressif et des pensées suicidaires » chez les adolescentes.

    Chez les jeunes adultes, l’impact du « slut-shaming » est également très préjudiciable. Le fait d’avoir plus de partenaires sexuels conduit les femmes à être jugées pour leurs choix. Une étude note que « le nombre plus élevé de partenaires sexuels occasionnels au cours de la vie prédit… plus d’expériences d’agression relationnelle et de préjugés fondés sur le comportement sexuel. »

    Il est intéressant de noter que malgré les effets du slut-shaming, le fait d’avoir eu plus de partenaires conduit à « moins de solitude, une plus grande probabilité d’avoir un meilleur ami, et un plus grand nombre d’amis proches, de connaissances et de parents », ce qui montre que les comportements critiqués pourraient facilement être considérés comme parfaitement sains

    Réclamation de la sexualité

    La Slutwalk n’est qu’un exemple parmi d’autres de femmes qui se réapproprient le mot « salope » et luttent contre le « slut-shaming ». La récupération d’autres termes identitaires, tels que « gouine » et « pédé », a historiquement conduit les groupes marginalisés à se sentir plus autonomes grâce à leur propre utilisation de ces mots. Bien entendu, si vous n’appartenez pas à une identité marginalisée, il reste inacceptable d’appeler quelqu’un par l’un de ces mots.

    Le fait d’avoir plus d’un partenaire sexuel ou de porter des vêtements « provocants » est de plus en plus courant, ce qui contribue à normaliser ces choses. D’innombrables couples se décrivent aujourd’hui comme non monogames, c’est-à-dire qu’ils sont partenaires mais ont des relations sexuelles et/ou affectives avec des personnes extérieures à leur relation principale. Et les femmes de toutes tailles portent souvent ce qu’elles veulent, sans demander la permission ou le pardon pour leurs choix.

    En outre, notre culture évolue en ce qui concerne les comportements d’intimidation que nous tolérons. Que ce soit sur le lieu de travail ou à l’école, les brimades sont moins tolérées, et de plus en plus de règles et de mandats sont mis en place pour lutter contre le harcèlement sexuel

    Le mouvement #MeToo : Histoire, statistiques sur les agressions sexuelles, impact

    Un mot de MentorShow

    Le slut-shaming est une forme de harcèlement moral et vous avez le droit d’être protégée contre ce phénomène. Si vous êtes victime de slut-shaming à l’école ou au travail, parlez-en à vos professeurs ou à vos supérieurs. Si la situation n’est pas résolue à votre satisfaction, vous avez tout à fait le droit d’en référer à vos supérieurs.

    Personne ne mérite d’être victime d’intimidation, quels que soient ses vêtements ou les personnes avec lesquelles il a des rapports sexuels.

    Si vous êtes victime de slut-shaming ou d’agression sexuelle, vous pouvez contacter la ligne d’assistance nationale pour les agressions sexuelles de RAINN au 1-800-656-4673 pour recevoir un soutien confidentiel de la part d’un membre du personnel qualifié d’un affilié local de RAINN

    Pour plus de ressources en matière de santé mentale, consultez notre base de données nationale de lignes d’assistance.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?