AccueilÉpanouissement personnelParentalitéDysgraphie : comprendre les difficultés d’écriture et trouver des solutions

Dysgraphie : comprendre les difficultés d’écriture et trouver des solutions

Écrit par MentorShow
Le 16 November 2023 | 4 minutes de lecture

La dysgraphie est un trouble d’apprentissage courant qui affecte la capacité d’un individu à produire une écriture fluide, lisible et cohérente. Souvent observée chez les enfants en âge scolaire, cette condition peut entraîner des frustrations, une baisse de confiance en soi et des difficultés académiques.

Mais ne vous inquiétez pas ! Nous aborderons dans cet article les solutions et les stratégies d’intervention qui peuvent aider les individus atteints de dysgraphie à surmonter ces obstacles.

Qu’est-ce que la dysgraphie ?

La dysgraphie fait qu’une personne a du mal à former des lettres à l’écrit. Il s’agit d’un trouble neurologique qui peut toucher les enfants ou les adultes. Les personnes atteintes de dysgraphie peuvent également utiliser un mot qui ne correspond pas à ce qu’elles essaient de communiquer.

La cause de la dysgraphie n’est pas toujours connue, mais chez les adultes, elle fait parfois suite à un événement traumatisant.

Une fois la maladie diagnostiquée, vous pouvez apprendre des stratégies qui vous aideront à surmonter certains des problèmes qu’elle pose à l’école et dans la vie.

Quels sont les symptômes ?

Une écriture illisible est un signe courant de dysgraphie, mais toutes les personnes qui ont une écriture désordonnée ne sont pas atteintes de ce trouble. Il est également possible d’avoir une écriture soignée si l’on souffre de dysgraphie, mais cela peut prendre beaucoup de temps et d’efforts pour écrire proprement.

Les caractéristiques communes de la dysgraphie sont les suivantes :

  • Orthographe et majuscules incorrectes
  • Mélange de lettres cursives et de lettres d’imprimerie
  • Taille et espacement inappropriés des lettres
  • Difficulté à copier des mots
  • Écriture lente ou laborieuse
  • Difficulté à visualiser les mots avant de les écrire
  • Position inhabituelle du corps ou des mains lors de l’écriture
  • Prise ferme du stylo ou du crayon entraînant des crampes à la main
  • Surveillance de la main pendant l’écriture
  • Prononcer des mots à haute voix en écrivant
  • Omission de lettres et de mots dans les phrases.

Autres effets de la dysgraphie

Les personnes atteintes de dysgraphie ont souvent du mal à se concentrer sur autre chose pendant qu’elles écrivent. Cela peut rendre difficile la prise de notes en classe ou lors d’une réunion, car elles doivent consacrer beaucoup d’attention à la mise sur papier de chaque mot. D’autres choses qui ont été dites peuvent être oubliées.

Les élèves dysgraphiques peuvent également être accusés d’être négligents ou paresseux parce que leur écriture n’est pas soignée. Cela peut affecter l’estime de soi et entraîner de l’anxiété, un manque de confiance et des attitudes négatives à l’égard de l’école.

Quelles sont les causes de la dysgraphie ?

Si la dysgraphie apparaît dans l’enfance, elle est généralement le résultat d’un problème de codage orthographique. Il s’agit d’un aspect de la mémoire de travail qui permet de se souvenir en permanence des mots écrits et de la façon dont les mains ou les doigts doivent bouger pour écrire ces mots.

En cas de dysgraphie, les enfants ou les adultes ont plus de mal à planifier et à exécuter l’écriture de phrases, de mots et même de lettres individuelles. Ce n’est pas que vous ne sachiez pas lire, épeler ou identifier les lettres et les mots. C’est plutôt que votre cerveau a du mal à traiter les mots et l’écriture.

Lorsque la dysgraphie apparaît chez l’adulte, elle est majoritairement due à un accident vasculaire cérébral ou à une autre lésion cérébrale. En particulier, une lésion du lobe pariétal gauche du cerveau peut entraîner une dysgraphie.

La partie supérieure du cerveau comporte un lobe pariétal droit et un lobe pariétal gauche. Chacun d’eux est associé à une série de compétences, telles que la lecture et l’écriture, ainsi qu’au traitement sensoriel, notamment la douleur, la chaleur et le froid.

Qui présente un risque accru de dysgraphie ?

Les chercheurs cherchent encore à comprendre pourquoi certains enfants présentent des troubles de l’apprentissage, tels que la dysgraphie. Les troubles de l’apprentissage sont souvent héréditaires ou liés au développement prénatal, comme une naissance prématurée.

Les enfants dysgraphiques présentent souvent d’autres troubles de l’apprentissage. Par exemple, le fait de souffrir d’un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) peut augmenter le risque de souffrir de dysgraphie. En effet, l’attention est étroitement liée aux capacités d’écriture et de lecture.

Parmi les autres troubles de l’apprentissage associés à la dysgraphie figurent la dyslexie (difficulté à lire) et les troubles de l’apprentissage du langage oral et écrit (TALO). Les symptômes de ce dernier comprennent la difficulté à placer les mots dans le bon ordre dans une phrase et la difficulté à se souvenir des mots.

Dysgraphie et dyslexie

La dyslexie est un trouble de la lecture et la dysgraphie est un trouble de l’écriture, mais ces troubles peuvent parfois être confondus l’un avec l’autre. En effet, les personnes atteintes de dyslexie peuvent également avoir des problèmes d’écriture et d’orthographe.

Il est possible de souffrir des deux troubles de l’apprentissage. Cependant, il est important d’obtenir un diagnostic approprié afin de savoir si l’un des troubles ou les deux nécessitent une attention particulière.

Comment diagnostiquer la dysgraphie ?

Le diagnostic de la dysgraphie nécessite souvent l’intervention d’une équipe d’experts, comprenant un médecin et un psychologue agréé ou un autre professionnel de la santé mentale formé pour travailler avec des personnes souffrant de troubles de l’apprentissage. Un ergothérapeute, un psychologue scolaire ou un enseignant spécialisé peuvent aussi aider à poser le diagnostic.

Pour les enfants, une partie du processus de diagnostic peut inclure un test de QI et une évaluation de leur travail scolaire. Des travaux scolaires spécifiques peuvent par ailleurs être examinés.

Pour les adultes, des exemples de travaux écrits ou des tests écrits administrés par un médecin peuvent être évalués. On vous observera pendant que vous écrivez afin de déceler des problèmes de motricité fine. On vous demandera peut-être de copier des mots d’une source à l’autre pour comprendre s’il y a des problèmes de traitement du langage.

Quels sont les traitements disponibles ?

L’ergothérapie peut être utile pour améliorer les capacités d’écriture. Les activités thérapeutiques peuvent inclure :

  • Tenir un crayon ou un stylo d’une nouvelle façon pour faciliter l’écriture
  • Travailler avec de la pâte à modeler
  • Tracer des lettres dans de la mousse à raser sur un bureau
  • Tracer des lignes dans des labyrinthes
  • Faire des puzzles de type « points à relier ».

Il existe également plusieurs programmes d’écriture qui peuvent aider les enfants et les adultes à former des lettres et des phrases proprement sur le papier.

Si d’autres troubles de l’apprentissage ou problèmes de santé sont présents, les options de traitement devront également tenir compte de ces conditions. Des médicaments peuvent être nécessaires pour traiter le TDAH, par exemple.

Vivre avec la dysgraphie

Pour certaines personnes, l’ergothérapie et l’entraînement à la motricité peuvent contribuer à améliorer leur capacité d’écriture. Pour d’autres, la dysgraphie reste un défi permanent.

Si votre fils ou votre fille souffre de dysgraphie, il est important de travailler avec l’école et les enseignants de votre enfant pour mettre en place des aménagements adaptés à ce type de trouble de l’apprentissage. Voici quelques stratégies qui peuvent être utiles en classe :

  1. Une personne désignée pour prendre des notes dans la classe.
  2. L’utilisation d’un ordinateur pour prendre des notes et faire d’autres travaux.
  3. Des examens et des devoirs oraux plutôt qu’écrits.
  4. Du temps supplémentaire pour les tests et les devoirs.
  5. Des notes de cours ou de conférences fournies par l’enseignant sous forme d’imprimés, d’enregistrements ou sous forme numérique.
  6. Des crayons ou d’autres instruments d’écriture dotés de poignées spéciales pour faciliter l’écriture.
  7. L’utilisation de papier à grandes feuilles ou de papier millimétré.

Si vous estimez que le traitement que vous ou vos enfants recevez pour la dysgraphie n’est pas suffisant, n’abandonnez pas. Cherchez d’autres thérapeutes ou d’autres ressources dans votre communauté qui pourraient vous aider.

Vous devrez peut-être défendre énergiquement les intérêts de votre enfant. En revanche, n’oubliez pas qu’il existe des lois et des politiques scolaires conçues pour répondre aux besoins des élèves présentant toutes sortes de difficultés d’apprentissage.

Laissez-nous un commentaire