Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Dépistage de l’anxiété et de la dépression : La nécessité d’une intervention plus précoce

4 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Le 12 avril 2022, le groupe de travail américain sur les services préventifs (U.S. Preventive Services Task Force) a communiqué des recommandations actualisées concernant le dépistage de la dépression, de l’anxiété et du risque de suicide chez les enfants et les adolescents. Selon leur communiqué de presse, « il n’y a pas assez de preuves pour recommander ou non le dépistage de l’anxiété et de la dépression chez les jeunes enfants et le dépistage du risque de suicide chez tous les jeunes »

    Les nouvelles recommandations indiquent que les prestataires devraient dépister la dépression dès l’âge de 12 ans et l’anxiété dès l’âge de 8 ans.

    En d’autres termes, ils ont constaté que les avantages potentiels du dépistage de ces problèmes l’emportent sur les risques éventuels, même pour les enfants qui ne présentent pas de symptômes apparents d’anxiété ou de dépression.

    Il peut être effrayant pour les parents d’envisager que leur enfant ou leur adolescent puisse avoir des problèmes de santé mentale. À quoi ressemblent ces dépistages et comment peuvent-ils aider ? Quels sont les risques liés aux dépistages précoces ? Comment les données actuelles sur la santé mentale des jeunes aux États-Unis éclairent-elles ces recommandations ?

    Apprenez des meilleurs mentors

    L’importance de l’intervention précoce

    Environ la moitié des personnes souffrant de troubles mentaux pouvant être diagnostiqués présentent leurs premiers symptômes avant l’âge de 14 ans, et nombre d’entre elles n’ont pas accès aux ressources et au soutien appropriés au moment où leurs symptômes apparaissent. Cependant, la recherche montre qu’une intervention précoce en cas de dépression peut prévenir la fréquence et la gravité des épisodes futurs.

    Près d’un jeune sur trois aux États-Unis présente des symptômes d’un trouble anxieux avant l’âge de 18 ans. Une intervention précoce pour l’anxiété réduit le risque de troubles liés à l’utilisation de substances ainsi que de suicide.

    Selon une étude réalisée en 2019 par le Journal of Child and Adolescent Psychiatric Nursing, le suicide est la « deuxième cause de décès chez les adolescents et les jeunes adultes, âgés de 10 à 24 ans » Cependant, les prestataires ne dépistent souvent pas correctement le risque de suicide chez les jeunes.

    Afin de fournir des services de soutien appropriés, nous devons identifier avec précision lorsqu’un enfant ou un adolescent est aux prises avec des problèmes de santé mentale. Souvent, les jeunes n’expriment pas ouvertement ces symptômes sans y être invités. Les dépistages précoces permettent non seulement de s’assurer que les enfants et les adolescents comprennent qu’ils peuvent aborder ces questions, mais aussi que les prestataires de soins et les parents sont en mesure d’identifier leurs difficultés et de leur offrir un soutien approprié

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    La crise de la santé mentale chez les enfants et les adolescents

    Des recherches menées entre 2019 et 2020 ont révélé que 29 % des enfants et des adolescents souffraient de dépression et 26 % d’anxiété. Une déclaration du Surgeon General des États-Unis datant de 2021 indique que les facteurs de stress liés à des problèmes tels que la pandémie de COVID-19, la violence raciste et la violence armée ont entraîné une augmentation des problèmes de santé mentale et provoqué une crise de la santé mentale chez les jeunes en Amérique.

    Jaynay Johnson, LMFT et auteur, a expliqué que les adultes créent un environnement qui contribue à l’anxiété et à la dépression chez les jeunes. Elle a déclaré : « La véritable crise vient du fait que les adultes ne sont pas prêts à désapprendre les façons négatives dont ils s’engagent avec les jeunes. » Les dépistages précoces peuvent constituer la première étape d’une conversation saine visant à soutenir les jeunes qui luttent contre ces symptômes et à s’attaquer aux facteurs environnementaux qui y contribuent

    La véritable crise est celle des adultes qui ne sont pas prêts à désapprendre les façons négatives dont ils s’engagent avec les jeunes.

    Dépistages précoces : Risques et avantages

    Dépistage précoce : risques et avantages

    Selon la U.S. Preventive Services Task Force, il n’est pas dangereux de dépister les symptômes de santé mentale chez les jeunes. Les parents et les prestataires de soins peuvent hésiter à poser des questions sur le suicide, craignant que cette question ne fasse germer l’idée dans l’esprit de l’enfant. Cependant, la recherche a montré que le dépistage des idées suicidaires n’entraîne pas l’apparition d’idées suicidaires.

    L’intention du prestataire de soins d’effectuer des dépistages est importante. Jaynay Johnson a fait part de son point de vue : « Les complications des dépistages précoces sont minimes si l’intention du dépistage est d’être utile plutôt que d’étiqueter les jeunes Si le prestataire utilise ces informations pour aliéner ou stigmatiser ceux qui présentent des symptômes de santé mentale, cela peut empêcher le jeune d’être ouvert au soutien si et quand il est offert.

    En même temps, utilisés de manière appropriée, les dépistages peuvent ouvrir la voie à un accès plus rapide aux services et à une amélioration du pronostic et de la qualité de vie. Selon Jaynay Johnson, « les avantages [des dépistages précoces] comprennent la validation des sentiments du jeune, la prévention du suicide et la création d’une qualité de vie durable »

    Quand dépister

    Selon le projet, le groupe de travail américain sur les services préventifs (U.S. Preventive Service Task Force) recommande officiellement le dépistage de certains troubles mentaux dès l’âge de 8 ans. Jaynay Johnson a déclaré : « Pour moi, il n’est jamais trop tôt pour dépister l’anxiété ou la dépression »

    Jaynay Johnson, LMFT

    Les avantages [des dépistages précoces] comprennent la validation des sentiments du jeune, la prévention du suicide et la création d’une qualité de vie durable.

    – Jaynay Johnson, LMFT

    En raison de la prévalence et de la disponibilité de l’information, les jeunes d’aujourd’hui ont accès à des informations sur la santé mentale dès leur plus jeune âge, mais peuvent manquer de compréhension et de compétences de communication pour exprimer leurs expériences à des adultes sans aide. En outre, les informations présentées peuvent ne pas correspondre à l’expérience de l’individu ou aux normes culturelles. Le dépistage dans le cadre des soins primaires peut ouvrir la voie à ces conversations et aider les jeunes à acquérir cette connaissance.

    Jaynay Johnson souligne également que « le dépistage précoce peut aider les jeunes à savoir que l’on s’intéresse à leur vie et que l’on se préoccupe de leur bien-être. Cela peut ouvrir la porte à l’avenir en cas de problème. Il s’agit de soins préventifs En d’autres termes, même si un enfant ne présente pas de symptômes de santé mentale, le fait de savoir que les adultes qui l’entourent se soucient suffisamment de lui pour prendre de ses nouvelles est bénéfique en soi.

    Conseils pour les parents

    Les personnes qui s’occupent de l’enfant sont là pour aider les parents et les soignants à faire face aux conversations et aux situations difficiles. Vous pouvez demander au médecin de votre enfant de vous parler de ces dépistages et de vous aider à surveiller les symptômes de votre enfant ou de votre adolescent entre les rendez-vous.

    Si un dépistage indique que votre enfant présente des symptômes de santé mentale, sachez qu’il ne s’agit pas d’un jugement sur vos compétences en tant que parent. Tout enfant peut être aux prises avec l’anxiété ou la dépression, même s’il ne semble pas y avoir de raison précise à l’apparition de ces symptômes.

    Jaynay Johnson conseille aux parents d’être conscients des schémas de comportement de leur enfant et de les reconnaître. Il est important de connaître le comportement de base de l’enfant pour remarquer que quelque chose est différent. Après avoir remarqué quelque chose de différent, il faut évaluer ce qui se passe dans la famille, l’environnement ou la vie de l’enfant et qui peut perturber son fonctionnement. À partir de là, un parent peut décider qu’un dépistage est nécessaire » Elle souligne que le dépistage lui-même est une intervention, car il ouvre la voie à une conversation sur le bien-être et les besoins de l’enfant

    Si votre enfant présente ces symptômes, il pourrait bénéficier de services de thérapie. Des ressources sont disponibles pour l’aider à gérer ses symptômes et vous aider à le soutenir

    Les personnes qui souffrent d’anxiété, de dépression ou d’autres troubles de la santé mentale ont besoin d’un soutien et d’une aide

    Pour plus de ressources en matière de santé mentale, consultez notre base de données nationale des services d’assistance téléphonique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *