Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce qu’une culture collectiviste ?

3 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Les cultures collectivistes mettent l’accent sur les besoins et les objectifs du groupe dans son ensemble plutôt que sur les besoins et les désirs de chaque individu. Dans ces cultures, les relations avec les autres membres du groupe et l’interconnexion entre les personnes jouent un rôle central dans l’identité de chacun.

    Le collectivisme s’oppose à l’individualisme, dans lequel les besoins personnels priment.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Traits des cultures collectivistes

    Dans les cultures collectivistes, les gens sont considérés comme « bons » s’ils sont généreux, serviables, fiables et attentifs aux besoins des autres. Cela contraste avec les cultures individualistes, qui mettent souvent l’accent sur des caractéristiques telles que l’affirmation de soi et l’indépendance.

    Les traits communs des cultures collectivistes comprennent :

    • Les individus se définissent par rapport aux autres (par exemple, « Je suis membre de… »)
    • La communication est souvent plus indirecte afin d’éviter les conflits potentiels ou l’embarras.
    • La loyauté envers le groupe est encouragée.
    • Les décisions sont prises en fonction de ce qui est le mieux pour le groupe.
    • Le compromis est favorisé lorsqu’une décision doit être prise pour atteindre un niveau de paix plus élevé.
    • Le travail en groupe et le soutien aux autres sont essentiels.
    • L’accent est mis davantage sur les objectifs communs que sur les objectifs individuels.
    • Les droits des familles et des communautés passent avant ceux de l’individu.

    Les pays asiatiques – tels que la Chine, le Japon et la Corée du Sud – ainsi que les pays d’Amérique du Sud ont tendance à être plus collectivistes.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Individualisme vs. collectivisme

    Ces différences culturelles sont omniprésentes et peuvent influencer de nombreux aspects du fonctionnement de la société. La façon dont les gens font leurs courses, s’habillent, apprennent et mènent leurs affaires peut être influencée par leur appartenance à une culture collectiviste ou individualiste.

    Par exemple, les travailleurs qui vivent dans une culture collectiviste peuvent s’efforcer de sacrifier leur propre bonheur pour le plus grand bien du groupe. Les travailleurs issus de cultures individualistes, en revanche, peuvent estimer que leur propre bien-être et leurs propres objectifs ont plus de poids.

    Impact du collectivisme

    Les cultures collectives affectent les personnes qui les composent de différentes manières

    Perception de soi

    Supplément d’image

    La culture influence l’image que les gens ont d’eux-mêmes. Alors que les personnes issues de cultures individualistes peuvent se décrire en termes de traits de personnalité et de caractéristiques (par exemple, « Je suis intelligent, drôle, sportif et gentil »), les personnes issues de cultures collectivistes se décrivent plutôt en termes de relations sociales et de rôles (par exemple, « Je suis un bon parent, un bon frère ou une bonne sœur et un bon ami »).

    Des relations fortes

    La recherche montre que les cultures collectivistes sont associées à une faible mobilité relationnelle, un terme qui décrit le nombre d’opportunités qu’ont les individus d’une société de nouer des relations avec les personnes de leur choix.

    Une faible mobilité relationnelle signifie que les relations que les gens entretiennent sont stables, solides et durables. Ces relations sont généralement nouées en raison de facteurs tels que la famille et la zone géographique, plutôt que par choix personnel.

    Dans une culture collectiviste, il est plus difficile de nouer des relations avec de nouvelles personnes, en partie parce qu’il est généralement plus difficile de les rencontrer. Les étrangers sont plus susceptibles de rester des étrangers dans une culture collectiviste qu’ils ne le seraient dans des cultures individualistes.

    Paradoxalement, cela signifie que les personnes appartenant à des cultures individualistes consacrent plus d’efforts et d’énergie à entretenir activement des relations étroites, souvent en se dévoilant davantage et en renforçant leur intimité.

    Contrairement aux cultures collectivistes où l’on s’attend davantage à des relations stables, les relations dans les cultures individualistes ont tendance à être plus tendues et plus fragiles. Les gens doivent faire plus d’efforts pour maintenir ces relations.

    Conformité

    Solidarité

    Les différences culturelles influencent également la motivation à se démarquer ou à s’intégrer au reste du groupe. Par exemple, une étude a montré que, dans une culture collectiviste, les personnes qui soumettent un avis en ligne sont moins susceptibles d’aller à l’encontre de la note moyenne ou d’exprimer des émotions dans leur avis.

    La conformité apparaît également au sein de certaines industries. Selon une étude publiée dans le Journal of Economic Growth, les descendants des groupes agricoles préindustriels ont tendance à privilégier les cultures collectivistes et à occuper des emplois plus routiniers plutôt que de stimuler l’innovation.

    Pièges potentiels du collectivisme

    Potential Pitfalls of Collectivism

    Les cultures collectives présentent certains inconvénients potentiels

    Anxiété sociale

    La recherche montre que les cultures collectivistes peuvent favoriser les comportements de réticence et de repli sur soi. Dans une étude, les étudiants issus de cultures asiatiques (collectivistes) présentaient des niveaux d’anxiété sociale plus élevés que les étudiants issus de cultures européennes (individualistes).

    Toutefois, les valeurs collectivistes ne sont peut-être pas les seules à avoir contribué à ce phénomène. Après avoir analysé les données, les chercheurs ont suggéré qu’une partie de l’augmentation de l’anxiété pourrait être attribuée au fait que les étudiants américains d’origine asiatique ont plus de difficultés à reconnaître et à lire les émotions.

    Moins de soutien social

    Les personnes issues de cultures collectivistes ont tendance à être plus prudentes lorsqu’il s’agit de partager leurs problèmes personnels avec leurs amis. La recherche montre qu’ils sont également prudents lorsqu’ils partagent leurs connaissances sur le lieu de travail (même lorsqu’ils travaillent en équipe), ne le faisant souvent que s’ils sont incités à le faire ou s’ils sont très altruistes.

    Au lieu de cela, les gens recherchent souvent ce que l’on appelle un soutien social implicite. Il s’agit de passer du temps avec des personnes qui vous soutiennent sans pour autant s’ouvrir ou aborder la source du stress.

    Questions fréquemment posées

      • Quelles sont nos lois collectivistes ?

        Les lois sur le travail qui soutiennent l’action positive ou l’égalité des chances sont des exemples de lois collectivistes parce qu’elles sont conçues pour protéger les droits de groupes entiers. Il en va de même pour les lois concernant les vaccinations, les lois sur les soins de santé et d’autres formes de politique publique.

      • Que valorisent les cultures collectivistes ?

        Les cultures collectives valorisent les groupes ou les communautés plutôt que les individus

      • Comment pouvez-vous déterminer si un pays est individualiste ou collectiviste ?

        Si les lois du pays mettent davantage l’accent sur la protection des droits des individus que sur ceux des groupes, il s’agit probablement d’un pays individualiste ou collectiviste. Un autre moyen de faire la différence est d’examiner le niveau de conformité sur des questions telles que la mode et les préférences d’achat, ainsi que la question de savoir si les membres de la communauté sont poussés à aider les autres ou si chacun doit se débrouiller seul.

        Cette différence peut également être observée au niveau de l’éducation

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?