Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Acquisition dans le cadre du conditionnement classique

3 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    L’acquisition fait référence aux premières étapes de l’apprentissage, lorsqu’une réponse est établie. Dans le conditionnement classique, l’acquisition se réfère à la période où le stimulus vient évoquer la réponse conditionnée.

    Le conditionnement classique est un processus d’apprentissage qui consiste à associer un stimulus auparavant neutre à un stimulus qui suscite naturellement une réponse. Après l’acquisition d’une réponse, le stimulus précédemment neutre évoquera alors la réponse de lui-même.

    Prenons l’exemple de l’expérience classique d’Ivan Pavlov sur les chiens. En associant la présentation de nourriture au son d’un timbre, Pavlov a réussi à conditionner les chiens à saliver au son. La phase au cours de laquelle les chiens ont commencé à saliver au son est la période d’acquisition.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Comment l’acquisition fonctionne

    Comment l’acquisition se produit-elle ? Dans le conditionnement classique, l’association répétée du stimulus conditionné (SC) et du stimulus non conditionné (SNC) conduit finalement à l’acquisition.

    Le stimulus inconditionnel est un stimulus qui évoque naturellement la réponse inconditionnelle (RUC). Le stimulus inconditionné est un stimulus qui évoque naturellement la réponse inconditionnelle (RUC). Après avoir associé de manière répétée le stimulus inconditionnel à la RUC, le stimulus inconditionnel seul en vient à susciter la réponse, qui est alors connue sous le nom de réponse conditionnée (RC).

    Une fois que l’association entre la SC et la NGC a été établie, on dit que la réponse a été acquise.

    Au cours de l’acquisition, le stimulus conditionné et le stimulus non conditionné sont appariés de manière répétée afin de créer une association. Plusieurs paires sont nécessaires, mais le nombre d’essais requis peut varier en fonction de ce qui est appris.

    Par exemple, imaginez que vous appreniez à un chien à craindre le bruit d’un serpent à sonnettes. Ce type d’apprentissage se produira probablement beaucoup plus rapidement, car l’animal est peut-être déjà préparé à former une telle association. Par conséquent, l’acquisition se fera beaucoup plus rapidement que si vous apprenez au chien à faire le mort

    La force de la réponse conditionnée continuera à augmenter jusqu’à un certain point avant de commencer à se stabiliser.

    Le renforcement peut consolider la réponse

    Une fois que le comportement a été acquis, il est encore souvent renforcé afin de consolider l’association. Par exemple, imaginez que vous appreniez à un pigeon à picorer une clé chaque fois que vous faites sonner une cloche. Au départ, vous placez de la nourriture sur la clé et vous émettez un signal sonore juste avant que le pigeon ne donne un coup de bec sur la clé.

    Après plusieurs essais, le pigeon commence à picorer la clé chaque fois qu’il entend la tonalité, ce qui signifie qu’il a acquis le comportement. Si vous arrêtez de renforcer le comportement à ce stade, l’oiseau cessera rapidement de s’engager dans l’action (c’est ce qu’on appelle l’extinction). Si vous continuez à renforcer l’association entre la cloche et la nourriture, la réponse deviendra beaucoup plus forte.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Facteurs qui affectent l’acquisition

    Un certain nombre de facteurs peuvent influer sur la rapidité de l’acquisition. Si vous essayez de créer une réponse conditionnée, vous devrez peut-être les modifier.

    Saillance du stimulus

    La saillance (force ou nouveauté) du stimulus conditionné peut jouer un rôle important. Si le SC est trop subtil, l’apprenant risque de ne pas le remarquer suffisamment pour qu’il soit associé au stimulus non conditionné. Les stimuli qui sont plus perceptibles conduisent généralement à une meilleure acquisition.

    Par exemple, si vous entraînez un chien à saliver à un son, l’acquisition sera plus probable si le son est perceptible et inattendu. Le son d’une cloche produira un meilleur résultat qu’une tonalité calme ou un son neutre que l’animal entend régulièrement.

    Calendrier de l’association

    Deuxièmement, le choix du moment joue un rôle essentiel. Si le délai entre la présentation du stimulus conditionné et celle du stimulus non conditionné est trop long, l’apprenant risque de ne pas former d’association entre les deux

    Exemples d’acquisition

    Il peut être utile d’examiner quelques exemples de la manière dont l’acquisition peut se dérouler dans différents contextes

    Réponses à la peur acquises .

    Un exemple classique d’acquisition est la célèbre expérience du petit Albert menée par John B. Watson et Rosalie Rayner. Dans cette expérience, Watson et Rayner ont associé la vue d’un taux blanc à un bruit de claquement fort qui a effrayé leur sujet, un garçon de neuf mois.

    Alors que l’enfant n’avait initialement pas peur du rat blanc, l’association répétée de la vue du rat et du bruit de cliquetis a fini par susciter une réaction de peur chez l’enfant. Une fois cette réponse acquise, l’enfant a manifesté sa peur du rat. Aujourd’hui, ce type d’expérience serait considéré comme contraire à l’éthique, car le bébé en a souffert (il a éprouvé une peur qu’il n’avait pas auparavant).

    Dans le monde réel

    La peur de l’école est un autre exemple de réaction acquise chez les enfants. Alors qu’un enfant pouvait initialement aimer l’école, des expériences répétées de brimades ou d’interactions négatives avec un enseignant peuvent l’amener à développer une réaction de peur.

    Dans ce cas, le conditionnement classique pourrait également être utilisé pour aider l’enfant à adopter une attitude plus positive à l’égard de l’école. Si l’enfant a bénéficié du soutien et de l’attention d’un enseignant, il peut acquérir une association positive qui l’aide à surmonter sa peur antérieure.

    Récapitulation

    L’acquisition représente une partie importante du processus d’apprentissage. En associant de manière répétée un stimulus neutre à quelque chose qui entraîne naturellement une réponse, les gens sont capables d’acquérir de nouvelles associations qui peuvent influencer leur comportement et leur réaction dans différents contextes.

    Comprendre le fonctionnement de ce processus peut vous aider à mieux comprendre le processus d’apprentissage. Cela peut être utile si vous essayez d’enseigner ou d’apprendre un nouveau comportement

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?