Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Comment adopter l’acceptation radicale

6 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    L’acceptation radicale peut être définie comme la capacité d’accepter des situations qui sont hors de votre contrôle sans les juger, ce qui réduit la souffrance qu’elles causent.

    L’acceptation radicale repose sur l’idée que la souffrance ne provient pas directement de la douleur, mais de l’attachement à la douleur. Elle trouve ses racines dans le bouddhisme et dans le paradigme psychologique mis en avant par Carl Rogers, selon lequel l’acceptation est le premier pas vers le changement.

    Plutôt que de s’attacher à un passé douloureux, l’acceptation radicale suggère que le non-attachement est la clé pour surmonter la souffrance. Le non-attachement ne signifie pas ne pas ressentir d’émotions. Il s’agit plutôt d’une intention de ne pas permettre à la douleur de se transformer en souffrance. Cela signifie qu’il faut surveiller ses pensées et ses sentiments pour identifier les moments où l’on s’autorise à se sentir plus mal que nécessaire.

    L’absence de jugement, qui est un élément important de l’acceptation radicale, n’implique pas l’approbation de la situation. Il s’agit plutôt d’accepter la réalité pour ce qu’elle est et de ne pas se laisser entraîner par une réaction émotionnelle à cette réalité.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Signes d’acceptation radicale

    Suivre maintenant

    L’acceptation radicale n’est pas du tout une pratique facile. En fait, elle peut nécessiter toute une vie de pratique pour être vraiment maîtrisée.

    L’acceptation radicale est le plus souvent appliquée dans des situations où vous ne pouvez pas réparer ou changer ce qui s’est passé ou lorsque quelque chose s’est produit qui vous semble injuste, comme la perte d’un être cher ou la perte d’un emploi.

    Si le chagrin et la déception sont des émotions normales, la souffrance survient lorsque la douleur initiale se prolonge en raison d’un manque d’acceptation.

    Bien qu’il puisse être difficile de mettre en pratique ce principe lorsque les choses vont très mal, le fait de laisser libre cours à vos émotions ne fera qu’ajouter à votre souffrance et à la douleur que vous éprouvez. Il est vrai que vous pouvez vous infliger plus de malheurs lorsque vous évitez ou ressassez.

    Certaines personnes pourraient penser que le pardon et l’acceptation radicale sont la même chose. En réalité, ils sont très différents. Le pardon implique un acte de bonté envers l’autre personne, tandis que l’acceptation radicale est l’extension d’un acte de bonté envers soi-même.

    Signes d’un manque d’acceptation

    Lorsque vous prêtez attention à vos pensées, à vos sentiments et à vos schémas relationnels, vous pouvez commencer à remarquer des événements ou des situations que vous n’avez pas acceptés.

    Modèles de pensée :

      • Je ne peux pas faire face à cela.
      • Ce n’est pas juste.
      • Les choses ne devraient pas être comme ça.
      • Je ne peux pas croire que cela arrive.
      • Ce n’est pas juste.

    Les choses devraient être différentes.

    Pourquoi cela m’arrive-t-il?

    Sentiments et comportements :

    • Vous vous blâmez pour tout ce qui arrive de mauvais dans votre vie.
    • Vous vous sentez coincé et ne pensez pas pouvoir améliorer les choses.
    • Vous aimeriez que les choses soient différentes, mais vous vous sentez impuissant.
    • Vous êtes en colère contre le monde.
    • Vous avez recours à des mécanismes d’adaptation inadaptés (tels que l’alcool ou la drogue).

    Modèles de relations :

    • Vous harcelez constamment votre conjoint dans l’espoir qu’il change.
    • Vous êtes souvent déçu par les choix que font les autres.
    • Vous éprouvez du ressentiment pour des choses qui se sont produites dans le passé.
    • Vous avez tendance à être rancunier.
    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Origines de l’acceptation radicale

    Le concept d’acceptation radicale trouve son origine dans la thérapie comportementale dialectique (TCD), proposée par la psychologue Marsha Linehan en 1993. Ce type de thérapie a été conçu pour aider les personnes diagnostiquées avec un trouble de la personnalité borderline qui éprouvent des émotions intenses. Cependant, elle est également utile pour d’autres problèmes tels que la dépression et les troubles de l’alimentation.

    Au cours de la TCD, les clients apprennent à pratiquer la tolérance à la détresse, ce qui leur permet de ne plus transformer les situations douloureuses en souffrance à long terme.

    Plutôt que de signaler l’approbation d’une situation, la tolérance à la détresse signale l’acceptation et le détachement émotionnel. Elle implique de se concentrer sur ce que l’on peut contrôler et de libérer des ressources pour pouvoir prendre soin de soi.

    Cela signifie qu’il faut se débarrasser de l’amertume et des émotions inutiles. Une fois ces émotions gérées, il est possible de trouver des solutions et d’élaborer des plans de changement (dans la mesure du possible).

    En fait, le mot dialectique fait référence à la dualité de l’esprit émotionnel et de l’esprit logique qui doit être équilibrée par ce que l’on appelle l’esprit sage dans la TCD. Il s’agit de prendre des mesures réfléchies après avoir éliminé la partie trop émotionnelle de la façon dont vous gérez un problème dans votre vie. Ainsi, l’acceptation ne consiste pas à juger ou à évaluer, mais plutôt à prendre la réalité telle qu’elle est afin de pouvoir avancer dans la vie

    Raisons de l’absence d’acceptation

    Certaines personnes ont du mal à accepter les situations parce qu’elles ont l’impression que l’acceptation équivaut à être d’accord avec ce qui s’est passé ou à dire que c’est OK. Dans d’autres cas, les gens ne veulent pas reconnaître la douleur qui résulterait de l’acceptation.

    Quelles que soient les raisons de votre manque d’acceptation, sachez que ces sentiments sont normaux et que beaucoup d’autres personnes ont ressenti exactement la même chose.

    Cela ne signifie pas qu’il est impossible pour vous de ressentir les choses différemment ou de parvenir à l’acceptation. Il vous faudra simplement de l’entraînement et du dévouement.

    Le problème avec le manque d’acceptation est que lorsque vous essayez de ne pas ressentir la douleur, vous choisissez également de ne pas ressentir la joie et le bonheur en même temps.

    Éviter ses émotions revient à créer plus de problèmes à long terme, tels que l’anxiété, la dépression, la toxicomanie et d’autres problèmes de santé mentale. Au lieu de cela, pratiquer l’acceptation calme vous permettra de traiter vos émotions et d’aller de l’avant.

    Comment pratiquer l’acceptation radicale

    Apprenez-en plus sur les mesures que vous pouvez prendre pour améliorer votre capacité à vous engager dans l’acceptation radicale. N’oubliez pas qu’il s’agit d’une compétence qui s’améliore au fur et à mesure que l’on s’y exerce.

    1. Prêtez attention à ce qui déclenche la résistance, ou remarquez quand vous ne pouvez pas accepter quelque chose.
    2. Rappellez-vous qu’en ce moment, la réalité ne peut être changée.
    3. Rappellez-vous que cette réalité a des causes qui échappent à votre contrôle.
    4. Pensez à ce que vous feriez si vous étiez capable d’accepter ce qui s’est passé (puis faites ces choses comme si vous aviez déjà accepté ce qui s’est passé).
    5. Imaginez ce qui se passerait si vous acceptiez la situation.
    6. Imaginez ce qui se passerait si vous acceptiez la situation
      Laissez-vous ressentir vos émotions en toute sécurité.
    7. Observez la résonance des émotions dans votre corps. Y a-t-il des tensions, des douleurs ou des restrictions ?
    8. Acceptez que la vie peut valoir la peine même si vous ressentez de la douleur.
    9. Décidez de vous engager dans la pratique de l’acceptation lorsque vous sentez la résistance se manifester à nouveau.

    Ces étapes peuvent vous aider à cesser de penser à la façon dont les choses « auraient pu être » afin de vivre davantage dans le moment présent.

    Il existe de nombreux livres, podcasts et autres ressources sur l’acceptation radicale. Si vous n’arrivez pas à surmonter des sentiments difficiles par vous-même, essayez de consulter un thérapeute qui pourra vous aider à les surmonter en toute sécurité.

    Déclarations d’adaptation pour l’acceptation radicale

    Voici une liste d’affirmations que vous pouvez utiliser lorsque vous avez l’impression de ne pas pouvoir accepter une situation et passer à autre chose. Gardez-les à portée de main pour pouvoir les utiliser au moment où vous ne vous sentez plus maître de la situation.

    • Lorsque je lutte contre les émotions négatives, je ne fais que les alimenter pour qu’elles prennent de l’ampleur.
    • Je ne peux pas changer les choses qui se sont produites dans le passé.
    • Je suis capable d’accepter le moment présent tel qu’il est.
    • Je peux traverser les émotions difficiles même si c’est dur.
    • Je vais m’en sortir quoi qu’il arrive.
    • Je vais survivre et ce sentiment va s’estomper même si cela me semble douloureux en ce moment.
    • Il est possible pour moi de ressentir de l’anxiété mais de gérer cette situation de façon efficace.
    • Il est possible pour moi d’accepter ce qui est arrivé et de finir quand même par être heureux.
    • Je peux choisir de prendre un nouveau chemin même si je me sens mal.
    • Quand je reste rationnel, je suis plus en mesure de faire de bons choix et de résoudre les problèmes.
    • Il est préférable de prendre les bonnes mesures plutôt que de continuer à juger ou à blâmer.

    Acceptation radicale appropriée vs. inappropriée

    En fin de compte, c’est à vous de décider quand utiliser (et quand ne pas utiliser) l’acceptation radicale. Toutefois, il existe quelques conseils utiles à garder à l’esprit lorsque vous choisissez une situation dans laquelle vous pouvez pratiquer l’acceptation radicale en toute sécurité.

    Quand l’acceptation radicale n’est pas appropriée

    Dans certaines situations, vous ne voudrez pas vous engager dans l’acceptation radicale parce qu’elle ne serait pas considérée comme inappropriée. Dans la plupart des cas, il s’agit de situations où il est plus prudent d’essayer de changer la situation plutôt que d’accepter les choses telles qu’elles sont.

    • Si vous êtes dans une relation abusive ou si quelqu’un vous traite mal ou vous manque de respect
    • Si vous êtes harcelé, si on profite de vous ou si vous n’êtes pas traité équitablement au travail
    • Si vous souffrez d’épuisement professionnel ou d’un manque de motivation dans votre situation actuelle
    • Lorsque vous n’agissez pas intentionnellement par peur
    • Lorsque l’acceptation devient un obstacle à l’amélioration réelle de votre situation ou à la défense de vos intérêts

    Quand l’acceptation radicale est appropriée

    En revanche, il existe des situations dans lesquelles l’acceptation radicale est tout à fait appropriée, notamment les suivantes :

    • Si vous vivez la fin d’une relation
    • Si vous vivez un changement inattendu (comme une perte d’emploi)
    • Si un être cher est décédé
    • Si vous avez vécu un événement traumatisant (comme la négligence ou la maltraitance dans l’enfance)
    • Si vous refusez d’accepter ce qui s’est passé et évitez les émotions
    • Si vous vous sentez bloqué ou incapable de passer à autre chose après un événement négatif
    • Si vous avez essayé d’autres moyens de gérer votre douleur et que rien n’a fonctionné

    Différents types d’acceptation

    Vous verrez ci-dessous en quoi l’acceptation radicale est similaire (et différente) des pratiques de pleine conscience, et en quoi l’acceptation radicale est distincte de l’acceptation ordinaire.

    • La pleine conscience : La pleine conscience, qui consiste à se concentrer sur le moment présent, n’est qu’une méthode parmi d’autres pour pratiquer l’acceptation radicale. La pleine conscience trouve son origine dans la tradition bouddhiste qui consiste à maintenir un état de zen et de calme. Lorsque vous êtes dans un état de pleine conscience, vous vivez le moment présent sans aucune pensée ni jugement. L’acceptation radicale s’appuie sur la pleine conscience de telle sorte qu’elle constitue l’objectif global.
    • L’acceptation régulière : Alors que le sens du mot acceptation implique souvent que vous êtes d’accord avec une situation, l’acceptation radicale n’implique pas que vous soyez d’accord. Au contraire, l’objectif de l’acceptation radicale est d’arriver au point où vous êtes capable de voir les options dans votre situation.

    Par exemple, si vous souffrez de douleurs chroniques, vous pouvez choisir de croire que même si la vie est douloureuse, il y a de bons moments et que la vie vaut la peine d’être vécue. Vivre sa vie avec cet état d’esprit est l’idée qui sous-tend l’acceptation radicale.

    Un autre exemple est la manière de faire face à la mort. Plutôt que de se concentrer sur l’injustice d’un décès ou sur les raisons pour lesquelles il n’aurait pas dû se produire, l’acceptation radicale vous permet de vous concentrer sur votre chagrin et sur la meilleure façon d’y faire face. De cette façon, vous réagissez toujours, mais avec des émotions moins intenses. Vous êtes orienté vers un but et vous vous efforcez de trouver un moyen de sortir de la situation.

    Agir selon les principes de l’acceptation radicale vous permet de ressentir un soulagement et de vous sentir mieux dans votre situation. Vous trouvez ainsi un équilibre entre les changements à apporter et l’acceptation de votre destin.

    Ironiquement, ce n’est parfois que lorsque vous acceptez ce qui s’est passé que vous pouvez aller de l’avant et apporter les changements qui vous permettront de vous sentir mieux à propos de tout ce qui s’est passé.

    Bien qu’il ne soit pas facile au départ de faire face à des situations qui vous ont causé beaucoup de douleur, vous constaterez peut-être qu’en pratiquant l’acceptation radicale, vous finirez par vous sentir mieux.

    Lorsque vous identifiez ces situations dans votre vie, soyez prêt à reconnaître vos émotions et à aller de l’avant. Même si ce n’est pas facile à court terme, vous devriez constater qu’à long terme, les choses s’améliorent progressivement dans votre vie. Et lorsque les choses commenceront à s’améliorer, vous constaterez peut-être que tout devient naturellement plus facile et plus léger, ce qui vous permettra de procéder plus facilement à d’autres changements nécessaires dans votre vie

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?