Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce qui vous pousse vraiment à boire ?

6 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Du lait de poule au dîner de Thanksgiving au champagne à la veille du Nouvel An, les boissons alcoolisées font partie intégrante des célébrations culturelles que nous appelons collectivement « les fêtes de fin d’année » S’il est indéniable que ces boissons sont délicieuses, pour beaucoup d’entre nous, la façon dont nous les utilisons pour passer cette période de l’année peut s’avérer quelque peu délicate.

    Tout le monde a besoin de temps libre, de repos et de se laisser aller à l’occasion, et boire un verre ou deux est un moyen utilisé par un grand nombre de personnes pour faire ces choses. Mais boire de l’alcool peut devenir un problème si l’on devient dépendant. Le problème, c’est qu’il est difficile de s’en rendre compte

    Pour nous aider à comprendre les différences entre la consommation d’alcool pour le plaisir (appelée « consommation de récompense ») et la consommation d’alcool pour s’évader (appelée « consommation de soulagement »), nous nous sommes entretenus avec deux spécialistes des addictions.

    Nous allons maintenant nous pencher sur le rôle de l’alcool dans les fêtes de fin d’année, sur la manière de faire la différence entre boire pour le plaisir et consommer de l’alcool de manière problématique, et sur les mesures à prendre pour consommer de l’alcool de manière responsable pendant la période des fêtes de fin d’année.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Le rôle de l’alcool dans les fêtes de fin d’année

    À moins que vous n’organisiez ou n’assistiez à des fêtes de fin d’année uniquement dans un esprit de sobriété, l’alcool est un élément essentiel des fêtes de fin d’année. Nous avons des boissons à thème pour les différentes fêtes, et apporter une bouteille de vin à une fête ou à un repas de fête est un cadeau standard pour nos hôtes.

    Les fêtes de fin d’année sont l’occasion de rencontrer des amis, des membres de la famille, des collègues de travail et d’autres êtres chers que nous n’avons peut-être pas l’occasion de côtoyer le reste de l’année, et il règne une atmosphère de fête dans les rassemblements de fin d’année.

    Bien qu’il s’agisse d’une explication parfaitement raisonnable pour consommer plus d’alcool que prévu, elle pourrait également être considérée comme la plus légère et la moins gênante des raisons de surconsommation.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Pourquoi buvons-nous ?

    Les gens boivent pour diverses raisons. Certains boivent pour le plaisir, d’autres pour se fondre dans la masse, d’autres encore pour fuir des sentiments ou des émotions douloureuses ou indésirables.

    La consommation d’alcool est un plaisir pour de nombreuses personnes, mais pour certaines d’entre elles, il peut être difficile de savoir quand c’est assez. Par exemple, vous pouvez vous amuser et ne pas remarquer qu’il se fait tard lorsque vous acceptez votre prochain verre.

    Récompense de la consommation d’alcool

    Ce comportement décrit la consommation d’alcool à des fins de récompense parce que la consommation d’une boisson alcoolisée apporte de la joie ou du plaisir.

    Le fait d’être pris dans le feu de l’action et de s’amuser est une des raisons pour lesquelles certaines personnes finissent par boire trop, et en dehors de la gueule de bois occasionnelle, ce n’est généralement pas un problème.

    Buvons-nous pour échapper aux problèmes de la vie ?

    Une autre raison pour laquelle nous pouvons boire avec excès est que nous utilisons l’alcool pour faire face à des circonstances difficiles ou pour soulager une douleur émotionnelle.

    L’alcool permet d’échapper temporairement aux soucis ou aux pensées qui causent de la détresse, et ces sentiments désagréables peuvent sembler pires lorsque tout le monde semble profiter de l’insouciance des fêtes de fin d’année. Cette perception peut rendre l’évasion offerte par l’alcool plus attrayante, mais elle peut aussi vous conduire à une dépendance malsaine à l’égard de l’alcool.

    • Récompense de la consommation
      • Boire pour le plaisir ou l’amusement
      • La consommation d’alcool renforce les bonnes sensations
    • Boire pour soulager
      • Boire pour échapper à des sentiments désagréables
      • La consommation d’alcool est utilisée comme mécanisme d’adaptation

    Certaines personnes se retrouvent à boire lors des fêtes de fin d’année pour faire face au stress engendré par les événements de la période des fêtes. Voir la famille peut être un facteur de stress, par exemple, ou vous n’aimez peut-être pas votre patron. Boire un verre peut vous aider à vous sentir moins stressé, et le sentiment de jovialité qui en découle peut vous convaincre de vous comporter de manière plus amicale que vous ne le feriez en état d’ébriété. Tout comme l’utilisation de l’alcool pour s’évader, cela peut poser un problème

    Bien entendu, la consommation d’alcool pour se détendre ne nous convient pas autant que les autres moyens que nous pouvons choisir pour nous détendre. Prendre du temps pour les activités et les personnes que nous aimons, et se rappeler d’avoir une attitude de reconnaissance et de gratitude sont des moyens sains de gérer le stress de la période de Noël.

    Comprendre la consommation d’alcool dans les zones grises

    La frontière entre une consommation occasionnelle d’alcool à des fins moins saines sur le plan mental, par exemple pour faire face au stress, et un problème d’alcool est ténue. Il peut être si difficile de discerner si une personne a ou non un problème avec l’alcool que l’on emploie l’expression « zone grise de la consommation d’alcool ».

    Parce que les études montrent que davantage de personnes dans notre société ont eu un problème avec l’alcool ces dernières années que par le passé, il est important de savoir si votre consommation d’alcool est un problème ou non.

    Angeleena Francis, LMHC, spécialiste des addictions et directrice exécutive d’AMFM Healthcare dans l’État de Washington, définit la consommation d’alcool en zone grise comme « l’espace entre la consommation sociale ou récréative et la dépendance à l’alcool » Essentiellement, la consommation d’alcool en zone grise est une nouvelle façon de décrire la consommation d’alcool d’une personne qui n’est pas encore assez grave pour causer des problèmes pouvant être qualifiés de troubles liés à la consommation d’alcool, ou la personne est dans le déni et n’a pas encore reconnu que sa consommation d’alcool est devenue un problème.

    Le psychiatre spécialiste des addictions Bruce Bassi, MD, MS, directeur médical de TelepsychHealth, nous dit que « comme pour tout comportement ou toute situation qui se situe sur un spectre (dépression, anxiété), l’une des questions les plus courantes que les gens posent est « Est-ce un problème ? Selon lui, nous pouvons discerner si notre consommation d’alcool est une véritable dépendance lorsque l’usage est continu et compulsif malgré les conséquences négatives.

    Signes de consommation d’alcool en zone grise

    Bassi et Francis nous disent que les signes de consommation d’alcool dans les zones grises sont les suivants :

    La consommation d’alcool dans les zones grises est une pratique courante

    • Un sentiment de regret après avoir bu
    • Des trous de mémoire ou le fait de ne pas se souvenir de ce qui s’est passé lorsque vous avez bu
    • Des problèmes juridiques résultant d’actions entreprises en état d’ébriété
    • Devoir s’absenter du travail le lendemain
    • Le sentiment que vous n’êtes pas en mesure de contrôler la quantité que vous buvez une fois que vous avez commencé
    • Dépendance à l’égard de l’alcool pour diminuer l’anxiété dans les situations sociales
    • Initiation à la consommation d’alcool plus fréquente que les autres

    Il s’agit là de signes d’une consommation d’alcool dans une zone grise auxquels nous devrions prêter une grande attention, mais il est important de noter que toutes les personnes susceptibles d’avoir un problème avec l’alcool ne présentent pas tous ces signes.

    Mme Francis note qu’il peut être difficile de reconnaître les signes d’une consommation d’alcool en zone grise, mais explique qu’elle peut facilement conduire à une consommation excessive d’alcool. Elle ajoute que, contrairement aux troubles graves de la consommation d’alcool, la consommation d’alcool dans les zones grises peut ne pas avoir de « conséquences négatives définies, telles que la perte d’un emploi ou la conduite en état d’ivresse », mais cela ne veut pas dire qu’il ne s’agit pas d’un problème

    Qu’est-ce qui se passe quand on ne boit pas lors des rencontres ?

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne peut s’abstenir de boire lors d’un rassemblement de vacances. Elle peut reconnaître qu’elle a des problèmes avec l’alcool, elle peut avoir plus de plaisir à être sobre ou elle peut être consciente qu’elle court un risque élevé de développer un trouble lié à l’utilisation de l’alcool.

    Francis explique que lorsqu’une personne ne boit pas lors d’une réunion de vacances, elle peut « avoir l’impression d’être étiquetée et stigmatisée » Cela peut être gênant, et une personne peut choisir de recevoir un verre pour éviter de discuter de la raison pour laquelle elle n’en prend pas.

    Patty, qui travaille dans un restaurant, nous dit que le fait de ne pas boire d’alcool lors des réunions de travail pendant les vacances lui donne l’impression de se faire remarquer. Elle craint d’être perçue comme une personne qui ne fait pas d’efforts pour tisser des liens avec ses collègues et qui n’a pas « l’esprit d’équipe » Mais comme elle a choisi de ne pas boire d’alcool pour des raisons de santé, elle trouve préférable de faire face à ces sentiments plutôt que de céder et de boire un verre

    Lorsque nous ne buvons pas nous-mêmes, nous pouvons percevoir ceux qui le font comme bruyants, odieux et désordonnés. Si vous savez qu’il est plus sain pour vous de ne pas boire lors d’une réunion, et que c’est votre plan, vous pouvez toujours vous éclipser plus tôt que les autres afin de ne pas être confronté à ce qui vous met mal à l’aise.

    Conseils pour boire de manière responsable

    Pour les personnes qui ne souffrent pas d’un trouble lié à la consommation d’alcool et qui veulent s’assurer de ne pas entrer dans la zone grise de la consommation d’alcool, il existe des mesures à prendre pour boire de manière responsable pendant les fêtes. Mme Bassi nous donne les conseils suivants :

    Choisissez un numéro

    Décidez à l’avance de la quantité d’alcool que vous souhaitez consommer lors d’un événement. Soyez clair dans votre tête et sachez que le fait de pouvoir vous y tenir est un choix sain pour vous. Si vous avez du mal à respecter vos objectifs en matière de consommation d’alcool, vous risquez de souffrir d’un trouble de l’usage de l’alcool.

    Trouver un partenaire de responsabilisation

    Vous pourriez essayer de vous en tenir à ce chiffre tout seul, mais partager votre objectif de ne consommer qu’une certaine quantité de boissons alcoolisées peut vous aider à respecter votre plan.

    Informez votre ami ou votre proche de la quantité d’alcool que vous prévoyez de consommer. « Pour les réunions « open bar », chargez une personne de confiance de vous apporter vos boissons et informez-la de vos objectifs », suggère Mme Bassi.

    Pour les réunions  » open bar « , chargez quelqu’un d’aller chercher vos boissons pour vous et faites-lui part de vos objectifs.

    La plupart du temps, il s’agit de la même chose


    BRUCE BASSI, MD, MS

    Alternez, mesurez et ajoutez de la glace

    Plutôt que de prendre deux boissons alcoolisées à la suite, alternez les boissons : Buvez un verre, puis un verre d’eau ou une autre boisson non alcoolisée. Cela vous aidera à ralentir votre consommation d’alcool tout au long de la soirée.

    Utilisez un verre à shot ou un autre ustensile de mesure pour préparer vos boissons afin de savoir qu’une boisson est vraiment un verre. Si c’est un barman qui les prépare, demandez un « single »

    Enfin, ajoutez de la glace (ou indiquez-le à la personne qui prépare votre boisson) afin que vos boissons soient plus petites qu’elles ne le seraient autrement

    Régler une minuterie

    M. Bassi recommande de régler une minuterie sur votre téléphone ou votre montre pour ne consommer qu’une boisson alcoolisée par heure, ce qui correspond à peu près à la vitesse moyenne du métabolisme de l’alcool. De cette manière, vous ne risquez pas d’être trop ivre à un moment ou à un autre de votre consommation, en raison de votre rythme. En outre, vous consommerez de l’alcool de manière plus réfléchie, ce qui peut également contribuer à prévenir la surconsommation.

    Quand demander de l’aide

    Si vous avez essayé de boire de manière plus responsable ou de consommer moins de boissons alcoolisées et que vous n’avez pas pu vous empêcher de boire trop, vous risquez de développer un trouble lié à la consommation d’alcool.

    • Vous trouvez-vous en manque d’alcool ou vous sentez-vous mal lorsque les effets de l’alcool commencent à s’estomper ?
    • Avez-vous remarqué qu’il vous faut un plus grand nombre de verres pour trouver un soulagement ?
    • Un proche vous a-t-il fait remarquer que vous consommiez peut-être trop d’alcool ?
    • Avez-vous continué à boire malgré les problèmes que la consommation d’alcool vous a causés ?
    • Avez-vous réduit des activités qui étaient importantes ou qui vous procuraient du plaisir afin de pouvoir boire ?

    Si vous avez répondu « oui » à ces questions, il est temps de chercher un traitement professionnel.

    La première étape consiste à demander l’aide d’un médecin de premier recours. Il sera alors en mesure d’évaluer votre consommation d’alcool et votre bien-être général. Les programmes de rétablissement, les conseils psychologiques et les médicaments sur ordonnance qui réduisent l’envie d’alcool sont autant de formes de traitement.

    Un mot de MentorShow

    La consommation d’alcool peut être amusante, mais elle peut rapidement devenir un problème si elle devient incontrôlable. En plus de ces conseils pour vous aider à boire de manière plus responsable, n’oubliez pas de ne jamais mélanger l’alcool avec des médicaments sur ordonnance tels que les opiacés ou les barbituriques. Cette combinaison peut être mortelle. Si vous pensez avoir un problème d’alcool, vous pouvez obtenir de l’aide.

    Si vous ou l’un de vos proches êtes aux prises avec un problème de toxicomanie ou de dépendance, contactez la ligne d’assistance nationale de la Substance Abuse and Mental Health Services Administration (SAMHSA) au 1-800-662-4357 pour obtenir des informations sur les centres d’aide et de traitement de votre région.

    Les services de santé mentale de la SAMHSA sont disponibles en ligne sur le site Web de la SAMHSA à l’adresse suivante

    Pour plus de ressources en matière de santé mentale, consultez notre base de données nationale des services d’assistance téléphonique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *