Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Qu’est-ce que le « Marianismo » ?

3 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Dans de nombreuses cultures latino-américaines ou hispaniques, la culture du « marianismo » englobe un rôle féminin traditionnel idéalisé caractérisé par la soumission, l’altruisme, la chasteté, l’hyperféminité et l’acceptation du machisme chez les hommes.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Histoire du Marianisme

    Bien qu’une définition du « Marianismo » n’ait vu le jour que dans les années 1970, le concept remonte à la colonisation. Lorsque les Espagnols sont arrivés dans ce qui est aujourd’hui l’Amérique latine, ils ont apporté avec eux leurs croyances catholiques romaines et, dans leurs bibles et dans leur art, ils ont fait l’éloge d’une figure représentant ce qu’ils croyaient être la définition d’une femme pure – la Vierge Marie.

    La Vierge Marie

    <Marie, choisie pour être la mère de Jésus-Christ, selon le catholicisme romain, est censée avoir consenti le sacrifice ultime. Elle s’est entièrement consacrée au Dieu catholique et a même porté son fils. Elle était une femme très dévouée à sa spiritualité et est devenue une mère profondément aimante. Cette figure de l’histoire catholique est à l’origine du Marianismo.

    Elle, Marie, est la grande attente des femmes dans le Marianisme. Elles seront pures, virginales, aimantes et dévouées à d’autres vies que la leur. Souvent, à leurs propres dépens.

    A quoi ressemble le « Marianismo » : Traits de la Latina idéale

    L’image du « Marianismo » : les traits de la Latina idéale

    Le Marianismo, un terme inventé par Evelyn Stevens en 1973, décrit une attente basée sur le genre pour les femmes à travers l’Amérique latine.

    Traits attendus de la Latina idéale

    • Subordonnée
    • Pure
    • Une bonne épouse
    • Une bonne mère
    • Virtueuse
    • Humble
    • Quise et ne dit pas ses opinions
    • Dévotement spirituelle

    Le Marianisme peut être encadré par trois concepts principaux:

    1. Familismo : Une femme doit être une bonne mère ou posséder les qualités nécessaires pour devenir une bonne mère. Elle doit s’occuper des enfants et de son mari avant tout.
    2. Respeto : Une femme ne doit pas avoir de relations sexuelles et doit rester vierge jusqu’à ce qu’elle ait des enfants. Même lorsqu’elle devient sexuellement active, elle ne doit pas avoir envie de sexe ou de désirs sexuels. Le sexe est réservé au plaisir de l’homme et à la procréation.
    3. Simpatica : Une femme doit faire preuve d’abnégation. Elle ne doit pas s’engager dans un conflit et si un conflit survient, elle doit rester silencieuse et ne pas exprimer son opinion.

    Qu’est-ce que la féminité toxique ?

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    L’impact du Marianismo sur la santé

    Le Marianismo a un impact négatif global sur la santé mentale des femmes. Non seulement le Marianismo est lié à des taux plus élevés d’anxiété et de dépression, mais il cultive également une culture du silence où les femmes taisent leurs pensées, leurs opinions et leurs émotions, ce qui est perçu comme meilleur pour la famille.

    L’auto-silence conduit à une moins bonne santé physique

    Selon Karen Jakubowski, chercheuse postdoctorale à l’université de Pittsburgh, l’impact de l’auto-silence ne se limite pas à la santé mentale.

    Une étude portant sur des femmes (âgées de 40 à 60 ans et qui se taisaient) a révélé qu’elles avaient l’impression de ne pas pouvoir s’exprimer dans leurs relations intimes et qu’elles avaient 14 % de risques supplémentaires de présenter une plaque dans leur artère carotide. Une telle plaque peut entraîner des problèmes cardiovasculaires, notamment des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

    L’autosilence, une vertu du Marianisme, est non seulement préjudiciable à la santé mentale des femmes mais aussi à leur santé physique.

    Comment le Marianismo est lié au Machismo

    Les vertus du Marianismo sont non seulement préjudiciables à la santé mentale des femmes, mais aussi à leur santé physique

    Le Marianismo entretient une relation dyadique avec le Machismo, qui est la construction sociale de la masculinité dans les cultures latino-américaines et espagnoles.

    Dans la culture LatinX, la capacité d’une personne à incarner ces rôles détermine sa valeur

    Le marianisme et le machisme sont symbiotiques. En d’autres termes, on apprend aux hommes à être des figures de pouvoir dans la société et dans leur foyer. En outre, leur valeur est attribuée à la manière dont ils jouent ce rôle. Les femmes, quant à elles, apprennent que leur valeur est déterminée par la façon dont elles jouent leur propre rôle de genre dans le Marianismo.

    Le machisme ne peut exister sans le marianisme, le machisme formulant des attitudes sur la façon dont les femmes doivent se comporter. Les vertus des femmes dans le cadre du machisme correspondent à la définition des femmes qui adhèrent au marianisme.

    Marianisme et violence

    La question de la violence est au cœur de l’actualité

    Le marianisme est intrinsèquement et incontestablement sexiste. Il contribue à l’écart entre les sexes dans les pays et les sociétés d’Amérique latine.

    Violence basée sur le genre

     

    Les femmes sont conditionnées à être passives et à se sacrifier, et non à être autonomes. Par conséquent, elles sont plus susceptibles d’être la cible de violences fondées sur le genre. Le féminicide, ou le meurtre de femmes parce qu’elles sont des femmes, sévit dans toute l’Amérique latine.

    Informations d’urgence

    Si vous ou l’un de vos proches êtes victime d’une forme quelconque de violence, contactez le service national d’assistance téléphonique contre la violence domestique au 1-800-799-7233 pour obtenir une aide confidentielle de la part d’avocats qualifiés

    Si vous êtes en danger immédiat, veuillez appeler le 911.

    911

    Les Latinas se battent contre la culture du Marianismo

    Les femmes élevées dans la culture marianiste se défendent. En Argentine, par exemple, elles dénoncent la violence sexiste dans le cadre d’un mouvement de protestation baptisé #NiUnaMenos (« Pas une femme de moins »).

    Le Mexique lui a emboîté le pas avec sa campagne #UnDiaSinNosotras (« Un jour sans nous »). Au cours de cette manifestation, les femmes ont quitté leurs écoles et leurs emplois pendant 24 heures pour montrer ce qui manquerait à la société si les femmes n’étaient pas là.

    Etre une femme dans la rue luttant pour ses droits, bruyante et autonome, c’est signaler à une société patriarcale que le Marianismo n’est plus le déterminant de la valeur d’une femme en Amérique latine ou dans les sociétés latino-américaines.

    Faire la lumière sur la santé mentale dans la communauté latino-américaine

    Un mot de MentorShow

    Alors que le Marianismo est ancré dans la culture latino-américaine, de nombreuses personnes s’y opposent car il est devenu évident qu’il est préjudiciable à la santé mentale et physique des femmes. Vous avez le droit de parler pour vous-même, d’exprimer vos sentiments et d’explorer votre sexualité. Les femmes n’ont pas à être définies uniquement par rapport aux enfants et aux hommes de leur vie.

    Si vous avez été affecté par la culture marianiste, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel de la santé mentale ou à vous appuyer sur votre système de soutien. Il est préférable de trouver un thérapeute qui a une connaissance approfondie de la culture latino-américaine.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?