Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Comment la pollution affecte votre santé

7 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Le type, la quantité et la durée de votre exposition déterminent votre risque de blessure ou de maladie

    À quoi pensez-vous lorsque vous entendez le mot « pollution » ? Pensez-vous à des accidents industriels tels que la tragédie gazière de Bhopal, en Inde, l’accident nucléaire de Tchernobyl, en Union soviétique, la marée noire de Deepwater Horizon, dans le golfe du Mexique, ou le déraillement du train d’East Palestine, dans l’Ohio ?

    Et les catastrophes naturelles, telles que les éruptions volcaniques, les inondations ou les incendies de forêt ? Peut-être êtes-vous un peu plus conceptuel et pensez-vous aux menaces existentielles du changement climatique, de la déforestation et de la crise alimentaire croissante. Peut-être êtes-vous plus pratique, vous concentrant d’abord sur l’ajout d’un système portable de purification de l’eau à votre panier d’achat en ligne ou sur la vérification du filtre HEPA de votre unité de chauffage, de ventilation et de climatisation.

    La pollution nous donne beaucoup de choses à penser, y compris sur notre santé. Et elle a un impact sur chacun d’entre nous à des degrés divers. Nous nous sommes entretenus avec le pneumologue Neha Solanki sur les types de pollution les plus courants, les risques qu’ils représentent pour votre santé et ce que vous pouvez faire pour vous protéger.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Types de pollution

    Alors que nous parlons souvent de différents types de pollution – comme la pollution de l’air, la pollution de l’eau, la pollution du sol, etc. En effet, ce n’est pas ainsi que fonctionne notre atmosphère.

    Vous souvenez-vous d’avoir appris le cycle de l’eau à l’école primaire ? Le soleil réchauffe l’eau contenue dans le sol, les océans, les lacs, les rivières et les ruisseaux, et la vaporise (c’est-à-dire qu’elle se transforme en gaz). De grandes concentrations de vapeur d’eau forment les nuages au-dessus de nos têtes et, finalement, reviennent sur terre sous forme de précipitations (pluie, neige ou grésil). Ce processus complexe se déroule tout autour de nous, en permanence.

    Imaginez maintenant une marée noire dans l’océan. Même si ce n’est pas la première chose à laquelle vous pensez lorsque vous voyez une marée noire aux informations, le pétrole brut contient des hydrocarbures toxiques qui sont dangereux à respirer. La pollution de l’air est donc une préoccupation majeure au lendemain d’une fuite. Lorsqu’une marée noire se produit, jusqu’à la moitié du pétrole brut s’évapore au cours des premiers jours. Ces produits chimiques organiques volatils (COV) évaporés peuvent revenir sur terre, mélangés à l’eau de pluie. Et même si la plupart des hydrocarbures qui ne se sont pas évaporés après le déversement sont nettoyés, une partie d’entre eux se retrouvera sur la terre et contaminera le sol.

    Une marée noire entraîne donc une pollution de l’air, de l’eau et du sol, qui peut entraîner des problèmes de santé pour les personnes qui y sont exposées. Lorsque vous vous renseignerez sur les dangers des différents types de pollution, gardez à l’esprit que ces listes peuvent se mélanger – et se mélangent effectivement – dans le monde réel.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Exposition aiguë ou chronique à la pollution

    Lorsqu’on parle des effets de la pollution sur la santé, la durée et l’intensité de l’exposition sont des éléments importants. Il existe deux types d’exposition : aiguë et chronique. Selon le Dr Solanki, elles peuvent toutes deux avoir un impact sur la santé, mais l’exposition aiguë est souvent plus facile à reconnaître et à traiter.

    Exposition aiguë

    L’exposition aiguë se produit lorsqu’une personne est exposée à une quantité soudaine et importante de pollution pendant un laps de temps concentré. L’un des cas les plus célèbres d’exposition aiguë est celui du 11 septembre 2001.

    Lorsque les tours jumelles du World Trade Center (WTC) se sont effondrées, elles ont projeté des panaches toxiques dans l’air et provoqué des incendies qui ont brûlé, dans certains cas, pendant plusieurs mois. De nombreux pâtés de maisons ont été recouverts de cendres, de débris et de particules toxiques comme l’amiante, le béton et le verre.

    Selon le programme de santé du World Trade Center du CDC américain, des centaines de milliers de personnes à New York ont inhalé de l’air pollué au lendemain de l’attentat. Elles ont également ingéré des substances toxiques et les ont absorbées par la peau. Les premiers intervenants – policiers, pompiers, personnel médical d’urgence et équipes de recherche participant au processus de sauvetage, de récupération et de nettoyage – ont subi une exposition encore plus importante. Certaines personnes ont eu des réactions immédiates à l’exposition au « nuage du WTC », comme la toux, l’asthme et la réactivité des voies respiratoires. Mais au fil des ans, il est apparu clairement que l’exposition peut également avoir des effets à long terme. De nombreuses personnes ont développé des cancers et des troubles aérodigestifs au fil du temps.

    Exposition chronique

    L’exposition chronique est souvent moins dramatique que l’exposition aiguë, mais elle n’en est pas moins grave.

    « L’exposition chronique à la pollution est très insidieuse », explique le Dr Solanki, « car les gens n’ont pas tendance à se rendre compte de l’effet que ces polluants ont sur leur santé au fil du temps. Ils finissent souvent par souffrir de plusieurs maladies à la fois – problèmes cardiaques, problèmes pulmonaires et cancer, par exemple – et ils ne peuvent pas toujours déterminer l’origine de l’exposition. »

    Le Dr Solanki a publié un article dans Pediatric Pulmonology qui montre comment l’exposition chronique à la pollution peut se manifester dans notre vie de tous les jours. Ses recherches ont montré que les enfants vivant dans les grandes villes avaient tendance à présenter des symptômes d’asthme plus graves lorsque les niveaux de dioxyde d’azote (NO2) étaient élevés. L’une des principales causes de ces pics de NO2 est la circulation intense.

    Le tabagisme passif est un autre exemple courant d’exposition chronique. Selon les CDC, la fumée de tabac contient plus de 7 000 substances chimiques différentes, dont l’ammoniac, le cyanure d’hydrogène, le butane et le toluène.

    Pendant des décennies, les gens ont coexisté avec le tabagisme passif, ce qui était décidément une mauvaise chose – le tabagisme passif est connu pour provoquer des cancers, des maladies cardiaques, de l’asthme et toute une série d’autres problèmes de santé. L’American Cancer Society l’affirme sans ambages : Il n’existe pas de niveau d’exposition au tabagisme passif qui soit sans danger. L’exposition peut être mortelle, même si elle n’est pas chronique. Même le tabagisme passif est dangereux ! C’est pourquoi les interdictions de fumer à l’intérieur des bâtiments sont si fréquentes, tant aux États-Unis que dans de nombreux pays du monde.

    La pollution de l’air

    Selon le Dr Solanki, la pollution de l’air est constituée de gaz et de particules – des solides ou des liquides si minuscules que vous pouvez les inhaler. Elle est ambiante, c’est-à-dire qu’elle est présente partout. Mais la pollution de l’air varie d’un endroit à l’autre, en fonction des circonstances. Aux États-Unis, l’Agence de protection de l’environnement (EPA) a établi une norme pour les niveaux acceptables de pollution de l’air. « La majeure partie du pays respecte ces niveaux », note le Dr Solanki. « Mais la recherche montre que les niveaux de pollution qui respectent les lignes directrices établies par l’EPA ont toujours des effets négatifs sur la santé. Ces directives ne sont donc pas assez strictes. »

    Pollution de l’eau

    Comme nous l’avons appris à l’école primaire, la plus grande partie de la Terre est constituée d’eau – dont une très petite partie est potable en l’état. Le Dr Solanki explique que l’eau peut être contaminée de deux manières différentes:

    • La pollution indirecte se produit lorsque la pollution de l’air pénètre dans l’eau par le biais des précipitations ou s’infiltre dans l’eau par le biais du sol ou des eaux souterraines.
    • La pollution directe se produit lorsqu’une toxine est libérée directement dans l’eau. Pensez aux décharges de déchets industriels ou aux rejets d’eaux usées

    En d’autres termes, la pollution de l’eau peut venir du ciel, du sol et, bien… nous.

    La pollution du sol

    Comme la pollution de l’eau, la pollution du sol peut résulter de la pollution de l’air ou de l’eau, mais elle peut aussi se produire directement. La contamination du sol peut prendre la forme de déchets sauvages, de déchets industriels et – pour le dire délicatement – de nos déchets biologiques.

    La pollution lumineuse

    La pollution lumineuse est un sujet qui retient de plus en plus l’attention des médecins. La lumière artificielle que nous utilisons tous les jours n’a pas seulement un impact sur la vie végétale et animale qui nous entoure, mais aussi sur notre santé. Les recherches montrent que dormir sous la lumière artificielle peut contribuer au dysfonctionnement cardiométabolique, ce qui est une façon élégante de dire qu’il y a des problèmes avec le cœur, le métabolisme (comme le diabète de type 2) et le poids.

    Il y a de bonnes nouvelles ici : Si la pollution lumineuse endommage notre atmosphère d’une manière que nous commençons à peine à comprendre, nous pouvons nous en protéger en utilisant des stores/rideaux occultants ou un masque pour les yeux lorsque nous dormons.

    Symptômes à surveiller

    Si vous avez des raisons de penser que vous avez été exposé à des risques environnementaux, il existe différents symptômes à surveiller :

    • Pollution de l’air : Augmentation de l’asthme, Symptômes d’allergie, Douleurs thoraciques ou palpitations, Irritation des yeux ou de la gorge.
    • Pollution de l’eau : Eruptions cutanées, Maux d’oreilles, oeil rouge, Fièvre.
    • Pollution du sol : Maux de tête, toux ou problèmes respiratoires,  Eruptions cutanées, Douleurs thoraciques.

    Comme vous pouvez probablement le constater, il est difficile de distinguer les effets de la pollution d’autres conditions médicales. À moins qu’une catastrophe environnementale majeure ne se produise dans votre région, le seul moyen d’identifier une cause est de suivre vos symptômes et d’être attentif à ce qui se passe là où vous vivez et travaillez.

    Quand contacter un médecin

    Il peut être difficile de savoir avec certitude si les problèmes de santé que vous rencontrez sont liés à la pollution. Heureusement, vous n’avez pas besoin de le savoir.

    « Si vous vivez dans une zone où la pollution atmosphérique est élevée, par exemple, et si vous présentez des symptômes tels qu’un essoufflement, une toux ou une respiration sifflante, vous devriez consulter un médecin », déclare le Dr Solanki. « Vous pourrez peut-être obtenir de l’aide avant que cela ne devienne un problème de santé chronique avec lequel vous devrez vivre. »

    Comment se protéger de la pollution

    À l’heure qu’il est, vous vous sentez probablement un peu nerveux. C’est compréhensible : La pollution est un sujet difficile, car nous ne pouvons pas l’éliminer de notre vie. Mais cela ne signifie pas non plus que nous devons nous contenter de vivre avec. Voici quelques mesures que vous pouvez prendre pour réduire votre exposition aux risques sanitaires liés à l’environnement:

    Prenez conscience de votre environnement

    Il peut être facile de se sentir vaincu lorsqu’on pense à des problèmes tels que la pollution. Ils sont tout simplement si … grands. Comment pouvons-nous nous protéger contre des forces qui semblent échapper à notre contrôle ?

    Si nous ne pouvons pas éviter complètement la pollution, le fait d’être au courant de ce qui se passe dans votre région peut vous aider à savoir quand prendre des précautions supplémentaires (nous y reviendrons plus tard). Le fait de prendre le pouls de votre environnement local peut également vous apporter une tranquillité d’esprit bien méritée.

    Américains : Saviez-vous que l’EPA dispose d’un site web qui peut vous indiquer la qualité de l’air dans votre code postal à l’heure actuelle ? Il propose même des graphiques qui montrent les tendances de la qualité de l’air dans votre région au cours de la journée, de la semaine et du mois ! La qualité de l’air est généralement incluse dans les applications météo et les bulletins météo de vos stations d’information locales, il est donc facile de garder un œil dessus.

    Qu’en est-il de la pollution de l’eau ? Si vous vivez aux États-Unis, votre gouvernement local émettra des avis de faire bouillir l’eau si la contamination de l’eau est suffisamment importante pour être dangereuse pour votre santé. Si vous n’êtes pas du genre à regarder le journal télévisé du soir, ce n’est pas grave. De nombreux comtés ont des pages « Water Off » sur leur site web, et la plupart des comtés publient également des rapports sur la qualité de l’eau, qui peuvent vous aider à déterminer si la qualité de l’eau est préoccupante là où vous vivez.

    Le CDC regroupe également des données provenant de sources locales, étatiques et nationales sur son site web National Environmental Public Health Tracking Network.

    Connaissez votre risque

    Il est important de connaître l’impact de la pollution sur la région où vous vivez. Il est également important de savoir si vous êtes particulièrement exposé à des complications liées à la pollution. Voici quelques questions clés à vous poser:

    • Est-ce que je vis dans un environnement rural, urbain ou suburbain? Par exemple, le fait de vivre à proximité de terres agricoles peut augmenter votre risque d’exposition aux pesticides, mais il diminue souvent votre exposition aux émissions dues à la circulation.
    • Ai-je des problèmes de santé qui sont aggravés par certains types de pollution ? Les personnes atteintes d’une maladie rénale chronique (MRC) pourraient avoir besoin de surveiller la qualité de l’eau d’un peu plus près, tandis que les personnes souffrant d’asthme devraient porter leur attention sur la pollution de l’air.
    • Est-ce que je rencontre des risques spécifiques du fait de ma profession ? Les ouvriers du bâtiment et les pharmaciens sont tous deux exposés professionnellement à des particules toxiques, mais le type et le risque de cette exposition sont très différents. À quoi votre travail vous expose-t-il ?

    Un peu de sensibilisation peut faire beaucoup et, avec des rideaux occultants, vous aider à mieux dormir.

    Changements de mode de vie

    Voici quelques moyens de minimiser votre exposition aux polluants. Vous ne pourrez probablement pas les appliquer toutes, mais chaque chose en son temps!

    • Boire de l’eau filtrée lorsque c’est possible, et toujours avoir une réserve d’urgence à portée de main, juste au cas où. (Vérifiez le système de filtration que vous utilisez pour vous assurer qu’il conserve le fluorure dans votre eau pour une santé bucco-dentaire optimale
    • Si vous vivez dans une région où la qualité de l’air est mauvaise, gardez les fenêtres de votre maison et de votre voiture fermées autant que la météo – et votre accès au chauffage et à la climatisation – le permet.
    • Utilisez des masques pour les yeux ou des rideaux occultants pour éviter que la pollution lumineuse ne gâche votre sommeil. Veillez également à éteindre les lumières que vous n’utilisez pas
    • Ne pas utiliser votre cheminée ou votre grill trop souvent.
    • Considérez l’achat de purificateurs d’air pour les pièces où vous passez beaucoup de temps.
    • Évitez autant que possible d’être à l’extérieur lorsque les niveaux de pollution de l’air sont élevés. Si vous devez sortir, éloignez-vous le plus possible des zones à forte circulation.
    • Si vous devez sortir, éloignez-vous le plus possible des zones à forte circulation.
    • En cas d’exposition aiguë (par exemple, en cas d’incendie de forêt dans votre région), portez un masque N95. Il n’empêchera pas toutes les particules de pénétrer dans vos poumons, mais il réduira considérablement votre exposition
      Débarrassez-vous des équipements de pelouse et de déneigement fonctionnant à l’essence. Utilisez plutôt des appareils électriques ou à main.

    Faites de votre mieux

    De nombreux enfants des années 1990 ont grandi en regardant un dessin animé intitulé Capitaine Planète et les Planeteers.

    C’était un spectacle très amusant. Malheureusement, il n’est pas facile de lutter contre la pollution.

    Mais cela ne signifie pas que nous sommes impuissants. Nous ne contrôlons pas les éléments, et notre cœur ne peut pas tout faire. Mais comprendre ce qu’est la pollution et faire ce que nous pouvons pour nous en protéger ne peut qu’améliorer notre situation.

    « Nous faisons de notre mieux avec les informations dont nous disposons », souligne le Dr Solanki. Si vous êtes préoccupé par l’impact que les risques environnementaux peuvent avoir sur votre santé, faites ce que vous pouvez pour vous renseigner sur les sources de pollution dans votre petit coin de pays, et n’hésitez pas à poser des questions à votre médecin. Vous n’êtes pas le seul à chercher des réponses

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?