Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

La méthode de l’entretien en psychologie

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Les entretiens sont différents des questionnaires car ils impliquent une interaction sociale. Contrairement aux méthodes basées sur les questionnaires, les chercheurs ont besoin d’une formation à l’entretien (qui coûte de l’argent).

    La méthode de l’entretien en psychologie est une technique de collecte de données dans laquelle un chercheur engage une conversation directe avec des individus afin de recueillir des informations sur leurs pensées, leurs expériences et leurs comportements. Il s’agit de poser des questions structurées ou ouvertes afin d’obtenir des réponses qui permettent de mieux comprendre les différents phénomènes psychologiques. Les entretiens peuvent être utilisés dans le cadre d’évaluations cliniques, d’études de recherche et de contextes thérapeutiques, permettant une exploration approfondie des sujets et des expériences subjectives des individus. Cette méthode aide les chercheurs à comprendre les perspectives subjectives, à obtenir des données qualitatives et à mieux comprendre le comportement humain et les processus psychologiques.
    Apprenez des meilleurs mentors

    Comment fonctionnent les entretiens?

    Les chercheurs peuvent poser différents types de questions, générant ainsi différents types de données. Par exemple, les questions fermées fournissent aux personnes un ensemble fixe de réponses, tandis que les questions ouvertes permettent aux personnes d’exprimer ce qu’elles pensent avec leurs propres mots.

    Le chercheur enregistre souvent les entretiens, et les données sont consignées sous forme de transcription (compte rendu écrit des questions et réponses de l’entretien) qui peut être analysée ultérieurement.

    Il convient de noter que les entretiens ne sont pas nécessairement la meilleure méthode pour étudier des sujets sensibles (par ex, l’absentéisme scolaire, la discrimination, etc.), car les personnes peuvent se sentir plus à l’aise pour répondre à un questionnaire en privé.

    Les entretiens prennent de nombreuses formes, certaines très informelles, d’autres plus structurées.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Entretien structuré

    Un entretien structuré est une méthode de recherche quantitative dans laquelle l’intervieweur dispose d’une série de questions fermées préparées sous la forme d’un programme d’entretien, qu’il lit exactement comme il l’a formulé.

    Les programmes d’entretien ont un format standardisé, ce qui signifie que les mêmes questions sont posées à chaque personne interrogée dans le même ordre (voir Fig. 1).

    interview schedule example

    Figure 1.Un exemple de programme d’entretien

    L’enquêteur ne s’écarte pas du programme d’entretien (sauf pour clarifier le sens de la question) et n’approfondit pas les réponses reçues. Les réponses sont consignées sur un questionnaire, et l’ordre et la formulation des questions, et parfois l’éventail des réponses possibles, sont prédéfinis par le chercheur.

    Un entretien structuré est également connu sous le nom d’entretien formel (comme un entretien d’embauche).

    Forts

    1. Les entretiens structurés sont faciles à reproduire car ils utilisent un ensemble fixe de questions fermées, qui sont faciles à quantifier – ce qui signifie qu’il est facile de tester la fiabilité.
    2. Les entretiens structurés sont assez rapides à mener, ce qui signifie que de nombreux entretiens peuvent avoir lieu dans un court laps de temps. Cela signifie qu’il est possible d’obtenir un échantillon important, ce qui rend les résultats représentatifs et permet de les généraliser à une large population.

    Limitations

    1. Les entretiens structurés ne sont pas flexibles. Cela signifie qu’il n’est pas possible de poser de nouvelles questions de manière impromptue (c’est-à-dire au cours de l’entretien), car un programme d’entretien doit être respecté.
    2. Les réponses aux entretiens structurés manquent de détails, car seules des questions fermées sont posées, ce qui génère des données quantitatives. Cela signifie qu’un chercheur ne saura pas pourquoi une personne se comporte d’une certaine manière.

    Entretien non structuré

    Les entretiens non structurés n’utilisent pas de questions fixes, mais l’enquêteur pose des questions ouvertes basées sur un sujet de recherche spécifique et s’efforce de faire en sorte que l’entretien se déroule comme une conversation naturelle. L’interviewer modifie ses questions en fonction des expériences spécifiques du candidat.

    Les entretiens non structurés sont parfois appelés « entretiens de découverte » et ressemblent davantage à une « conservation guidée » qu’à un entretien strictement structuré. Ils sont parfois appelés entretiens informels.

    Les entretiens non structurés sont les plus utiles dans la recherche qualitative pour analyser les attitudes et les valeurs. Bien qu’ils fournissent rarement une base valable pour la généralisation, leur principal avantage est qu’ils permettent au chercheur de sonder le point de vue subjectif des acteurs sociaux.

    Forts

    1. Les entretiens non structurés sont plus flexibles car les questions peuvent être adaptées et modifiées en fonction des réponses des personnes interrogées. L’entretien peut s’écarter de la grille d’entretien.
    2. Les entretiens non structurés génèrent des données qualitatives grâce à l’utilisation de questions ouvertes. Cela permet au répondant de parler en profondeur, en choisissant ses propres mots. Ils sont également plus valables parce qu’ils donnent à l’enquêteur la possibilité d’approfondir la compréhension, de demander des éclaircissements et de permettre à la personne interrogée d’orienter la direction de l’entretien, etc. Les enquêteurs ont la possibilité de clarifier toute question des participants au cours de l’entretien.

    Limitations

    1. La conduite d’un entretien non structuré et l’analyse des données qualitatives (à l’aide de méthodes telles que l’analyse thématique) peuvent prendre beaucoup de temps.
    2. Le recrutement et la formation des enquêteurs sont coûteux et ne sont pas aussi bon marché que la collecte de données par le biais de questionnaires. Par exemple, certaines compétences peuvent être nécessaires à l’enquêteur. Par exemple, l’intervieweur peut avoir besoin de certaines compétences, notamment la capacité d’établir une relation et de savoir quand sonder les gens.
    3. Les questions biaisées permettent d’obtenir des réponses « fabriquées ». Les enquêteurs peuvent biaiser les réponses des répondants, mais les personnes interrogées peuvent développer des caractéristiques de demande et des questions de désirabilité sociale.

    Entretien avec un groupe de discussion

    L’entretien avec un groupe de discussion est une approche qualitative dans laquelle un groupe de répondants est interrogé ensemble, utilisée pour acquérir une compréhension approfondie des questions sociales.

    Ce type de l’entretien est souvent souvent à comme un foyer comme focus groupe parce que le travail de l intervieweur (ou modérateur) est pour apporter le groupe à se concentrer sur la question en jeu. À l’origine, l’objectif était de parvenir à un consensus au sein du groupe, mais avec le développement des techniques d’analyse des données qualitatives de groupe, l’accent est moins mis sur la recherche d’un consensus.

    La méthode vise à obtenir des données auprès d’un groupe de personnes sélectionnées à dessein plutôt qu’auprès d’un échantillon statistiquement représentatif d’une population plus large.

    Le rôle du modérateur de l’entretien est de veiller à ce que le groupe interagisse entre lui et ne dérive pas hors du sujet. Idéalement, le modérateur doit ressembler aux participants en termes d’apparence, avoir une connaissance adéquate du sujet discuté et exercer un contrôle discret sur les orateurs dominants et les participants timides.

    Un chercheur doit être très compétent pour mener un entretien avec un groupe de discussion. Par exemple, le modérateur peut avoir besoin de certaines compétences, notamment la capacité d’établir un rapport et de savoir quand sonder les participants.

    Forts

    1. Les entretiens de groupe génèrent des données narratives qualitatives grâce à l’utilisation de questions ouvertes. Cela permet aux personnes interrogées de parler en profondeur, en choisissant leurs propres mots. Le chercheur peut ainsi se faire une idée précise de la façon dont une personne comprend une situation. Les données qualitatives comprennent également des données d’observation, telles que le langage corporel et les expressions faciales.
    2. Elles ont également une validité accrue parce que certains participants peuvent se sentir plus à l’aise avec d’autres, car ils ont l’habitude de parler en groupe dans la vie réelle (c’est-à-dire, c’est plus naturel).
    3. Les groupes focaux sont un type de groupe entretien méthode utilisée dans le marché la recherche et du consommateur de la psychologie que are costefficace pour recueillir les opinions de consommateurs.

    Limitations

    1. Le chercheur doit s’assurer que toutes les données des personnes interrogées restent confidentielles et qu’elles respectent leur vie privée. Cela s’avère difficile dans le cadre d’un entretien de groupe. Par exemple, le chercheur ne peut pas garantir que les autres membres du groupe garderont les informations confidentielles.
    2. Les entretiens de groupe sont moins fiables car ils utilisent des questions ouvertes et peuvent s’écarter de la grille d’entretien, ce qui les rend difficiles à répéter.
    3. Il est important de noter que certains pièges potentiels des groupes de discussion, tels que le conformisme, la désirabilité sociale et le comportement oppositionnel, peuvent réduire l’utilité des données collectées.

    Par exemple, les entretiens de groupe peuvent parfois manquer de validité car les participants peuvent mentir pour impressionner les autres membres du groupe. Pour éviter ces écueils, il est important que l’enquêteur comprenne bien comment les gens fonctionnent en groupe et comment mener le groupe dans une discussion productive.

    L’effet de l’enquêteur

    Les entretiens en face-à-face soulèvent des problèmes méthodologiques. Ceux-ci découlent du fait que les enquêteurs sont eux-mêmes des acteurs et que leur statut perçu peut influencer les réponses de l’enquêté.

    Un entretien étant une interaction sociale, l’apparence ou le comportement de l’enquêteur peut influencer les réponses de l’enquêté. Par exemple, le sexe, l’origine ethnique, le langage corporel, l’âge et le statut social de l’enquêteur peuvent tous avoir un effet sur l’enquêteur. S’il existe une disparité de statut perçue entre l’intervieweur et la personne interrogée, les résultats des entretiens doivent être interprétés avec précaution. Par exemple, si un chercheur étudie le sexisme chez les hommes, serait-il préférable d’interroger une femme plutôt qu’un homme ? Il est possible qu’en cas d’utilisation d’une enquêtrice, les participants masculins mentent (c’est-à-dire qu’ils prétendent ne pas être sexistes) pour impressionner l’enquêtrice, créant ainsi un effet enquêteur.

    Conception de l’entretien

    Tout d’abord, vous devez choisir d’utiliser un entretien structuré ou non structuré.

    Puis, vous devez déterminer qui sera l’enquêteur, et cela dépendra du type de personne à interviewer. Plusieurs variables doivent être prises en compte:

    • le sexe et l’âge : Cela peut grandement influencer les réponses des personnes interrogées, en particulier sur les questions personnelles.
    • Caractéristiques personnelles : Il est plus facile de s’entendre avec certaines personnes qu’avec d’autres. De plus, l’accent et l’apparence (par exemple, les vêtements) de l’enquêteur peuvent avoir un effet sur le rapport entre l’enquêteur et l’enquêté.
    • En outre, le langage utilisé par l’enquêteur doit être adapté au vocabulaire du groupe de personnes étudié. Par exemple, le chercheur doit modifier le langage des questions pour qu’il corresponde au milieu social des personnes interrogées (âge, niveau d’éducation, classe sociale, origine ethnique, etc. Par exemple, les enfants ont une capacité d’attention limitée, il faut donc éviter les entretiens trop longs.
    • Ethnicité : Il peut être difficile d’interroger des personnes appartenant à des groupes ethniques différents.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?