Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

L’expérience des chiens de Pavlov et la réponse au conditionnement pavlovien

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Comme beaucoup de grandes avancées scientifiques, le conditionnement pavlovien (alias conditionnement classique) a été découvert accidentellement. Ivan Petrovich Pavlov (1849-1936) était un physiologiste, pas un psychologue.

    Dans les années 1890, Pavlov a étudié la salivation chez les chiens en réponse à la nourriture. Il inséra une petite éprouvette dans la joue de chaque chien pour mesurer la salive lorsque les chiens étaient nourris (avec une poudre à base de viande).

    Pavlov avait prédit que les chiens saliveraient en réponse à la nourriture placée devant eux, mais il remarqua que ses chiens commençaient à saliver dès qu’ils entendaient les pas de son assistant, qui leur apportait la nourriture.

    Lorsque Pavlov a découvert que tout objet ou événement que les chiens avaient appris à associer à la nourriture (comme l’assistant de laboratoire) déclencherait la même réaction, il a compris qu’il venait de faire une découverte scientifique importante.

    Il a donc consacré le reste de sa carrière à étudier ce type d’apprentissage.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Le conditionnement pavlovien : Théorie de l’apprentissage

    La théorie de l’apprentissage de Pavlov, connue sous le nom de conditionnement classique ou conditionnement pavlovien, postule que les comportements peuvent être appris par l’association entre différents stimuli.

    Le conditionnement classique (développé plus tard par Watson, en 1913) implique l’apprentissage de l’association d’un stimulus non conditionné qui entraîne déjà une réponse particulière (c’est-à-dire, le conditionnement classique (développé plus tard par Watson en 1913) consiste à apprendre à associer un stimulus non conditionné qui entraîne déjà une réponse particulière (c’est-à-dire un réflexe) à un nouveau stimulus (conditionné), de sorte que le nouveau stimulus entraîne la même réponse.

    Pavlov a développé des termes techniques plutôt rébarbatifs pour décrire ce processus:

    • Stimulus neutre(NS) : Un stimulus qui, au départ, ne provoque pas de réponse particulière ou d’action réflexe. En d’autres termes, avant tout conditionnement, le stimulus neutre n’a aucun effet sur le comportement ou la réponse physiologique en question. Par exemple, dans l’expérience de Pavlov, le son d’un métronome était initialement un stimulus neutre, car il ne faisait pas saliver les chiens.
    • Stimulus non conditionné (SNC): Il s’agit d’un stimulus qui déclenche naturellement et automatiquement une réponse sans qu’aucun apprentissage ne soit nécessaire. Dans l’expérience de Pavlov, la nourriture était le stimulus inconditionnel car elle provoquait automatiquement la salivation chez les chiens.
    • Stimulus conditionné (SC): Il s’agit d’un stimulus auparavant neutre qui, après avoir été associé de manière répétée à un stimulus non conditionné, en vient à déclencher une réponse conditionnée. Par exemple, dans l’expérience de Pavlov, le métronome est devenu un stimulus conditionné lorsque les chiens ont appris à l’associer à la nourriture.
    • Réponse conditionnée (RC): Il s’agit d’une réponse apprise au stimulus conditionné. Elle ressemble généralement à la réponse inconditionnelle, mais est déclenchée par le stimulus conditionné au lieu du stimulus inconditionnel. Dans l’expérience de Pavlov, la salivation en réponse au métronome était la réponse conditionnée.
    • Réponse non conditionnée (RNC): Il s’agit d’une réaction automatique, innée, à un stimulus non conditionné. Elle ne nécessite aucun apprentissage. Dans l’expérience de Pavlov, la salivation automatique des chiens en réponse à la nourriture est un exemple de réponse non conditionnée.
    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    L’expérience du chien de Pavlov

    Pavlov (1902) est parti de l’idée qu’il y a certaines choses qu’un chien n’a pas besoin d’apprendre. Par exemple, les chiens n’apprennent pas à saliver lorsqu’ils voient de la nourriture. Ce réflexe est « câblé » dans le chien.

    Pavlov a montré que les chiens pouvaient être conditionnés à saliver au son d’une cloche si ce son était présenté de façon répétée en même temps que de la nourriture.

    Pavlov et ses études sur le conditionnement classique sont devenus célèbres depuis ses premiers travaux entre 1890 et 1930. Le conditionnement classique est « classique » en ce sens qu’il s’agit de la première étude systématique des lois fondamentales de l’apprentissage (également connu sous le nom de conditionnement).

    Les chiens de Pavlov étaient placés individuellement dans des environnements isolés, attachés par des harnais. Un bol de nourriture était placé devant eux et un appareil était utilisé pour mesurer la fréquence des sécrétions de leurs glandes salivaires.

    Les données de ces mesures étaient systématiquement enregistrées sur un tambour rotatif, permettant à Pavlov de suivre méticuleusement les taux de salivation tout au long des expériences.

    Tout d’abord, on présentait la nourriture aux chiens, et ils salivaient. La nourriture était le stimulus inconditionnel et la salivation était une réponse inconditionnelle (innée). (Dans son expérience, Pavlov a utilisé un métronome comme stimulus neutre. En lui-même, le métronome n’a pas suscité de réponse de la part des chiens.

    Stimulus neutre (métronome) &gt ; Pas de réponse

    Par la suite, Pavlov a commencé la procédure de conditionnement, en introduisant le métronome cliquetant juste avant de donner de la nourriture à ses chiens. Après un certain nombre de répétitions (essais) de cette procédure, il a présenté le métronome seul.

    Comme on pouvait s’y attendre, le son du métronome cliquetant seul provoquait maintenant une augmentation de la salivation.

    Stimulus conditionné (Métronome) &gt ; Réponse conditionnée (Salivation)

    Le chien a donc appris une association entre le métronome et la nourriture et un nouveau comportement a été appris.

    Comme cette réponse a été apprise (ou conditionnée), on l’appelle une réponse conditionnée (et également connue sous le nom de réponse pavlovienne). Le stimulus neutre est devenu un stimulus conditionné.

    Contiguïté temporelle

    Pavlov a découvert que pour que les associations se fassent, les deux stimuli devaient être présentés près l’un de l’autre dans le temps (comme une cloche).

    Il a appelé cela la loi de la contiguïté temporelle. Si le délai entre le stimulus conditionné (la cloche) et le stimulus non conditionné (la nourriture) est trop long, l’apprentissage ne se produira pas.

    « Déconditionnement » par extinction expérimentale

    Dans l’extinction, le stimulus conditionné (la cloche) est présenté à plusieurs reprises sans le stimulus non conditionné (la nourriture).

    Au fil du temps, le chien cesse d’associer le son de la cloche à la nourriture, et la réponse conditionnée (salivation) s’affaiblit et finit par disparaître.

    En d’autres termes, la réponse conditionnée est « déconditionnée » ou « éteinte ». »

    Récupération spontanée

    Pavlov a noté l’existence d’une « récupération spontanée », où la réponse conditionnée peut réapparaître brièvement lorsque le stimulus conditionné est présenté après une période de repos, même si la réponse a été éteinte.

    Cette découverte a permis de mieux comprendre le conditionnement et l’extinction, en indiquant que ces associations apprises, bien qu’elles puissent s’estomper, ne sont pas complètement oubliées.

    Généralisation

    Le principe de généralisation suggère qu’après avoir été conditionné à répondre d’une certaine manière à un stimulus spécifique, un sujet répondra de la même manière à des stimuli similaires au stimulus original.

    Dans ses célèbres expériences sur les chiens, Pavlov a constaté qu’après avoir conditionné des chiens à saliver au son d’une cloche (qui était associée à de la nourriture), les chiens salivaient également en réponse à des sons similaires, tels qu’une sonnerie.

    Cette relation entre la similarité du stimulus et la force de la réponse est connue sous le nom de gradient de généralisation.

    Ce principe a été illustré dans la recherche, notamment dans une étude menée par Meulders et ses collègues en 2013.

    Impact des recherches de Pavlov

    La principale contribution d’Ivan Pavlov à la psychologie a été la découverte du conditionnement classique, démontrant comment les associations apprises entre les stimuli peuvent influencer le comportement.

    Ses travaux ont jeté les bases du behaviorisme, influencé les techniques thérapeutiques et éclairé notre compréhension des processus d’apprentissage et de mémorisation.

    1. Behaviorism:Les travaux de Pavlov ont jeté les bases du behaviorisme, une école de pensée majeure en psychologie. Les principes du conditionnement classique ont été utilisés pour expliquer un large éventail de comportements, des phobies aux aversions alimentaires.
    2. Techniques de thérapie:Les techniques basées sur le conditionnement classique, telles que la désensibilisation systématique et la thérapie d’exposition, ont été développées pour traiter une variété de troubles psychologiques, y compris les phobies et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

      Dans ces thérapies, une réponse conditionnée (telle que la peur) peut être progressivement « désapprise » en modifiant l’association entre un stimulus spécifique et sa réponse.

    3. Little Albert Experiment : L’expérience du petit Albert, menée par John B. Watson en 1920, a démontré que les réponses émotionnelles pouvaient être conditionnées de manière classique chez l’homme. Un jeune enfant, « Little Albert », a été conditionné à craindre un rat blanc, ce qui s’est généralisé à des objets similaires.
    4. Stratégies éducatives: Les stratégies éducatives, comme l’apprentissage répétitif et la mémorisation par cœur, peuvent être considérées comme des applications des principes du conditionnement classique. L’association répétée entre le stimulus et la réponse peut contribuer à renforcer l’apprentissage.
    5. Marketing et publicité:Les principes des expériences de conditionnement de Pavlov sont souvent utilisés dans la publicité pour créer une reconnaissance de la marque et des associations positives.

      Par exemple, une marque peut associer son produit à des stimuli attrayants (comme une musique agréable ou des images attrayantes) pour créer une réponse émotionnelle positive chez les consommateurs, qui est ensuite associée au produit.

    Références

    • Meulders A, Vandebroek, N. Vervliet, B. et Vlaeyen, J.W.S. (2013). Gradients de généralisation dans la peur liée à la douleur calquée et contextuelle : une étude expérimentale chez des participants en santé. Frontiers in Human Neuroscience, 7(345). 1-12.
    • Pavlov, I. P. (1897/1902). Le travail des glandes digestives. Londres : Griffin.
    • Pavlov, I. P. (1928). Les conférences sur les réflexes conditionnés. (Traduit par W.H. Gantt) Londres : Allen and Unwin.
    • Pavlov, I. P. (1927). <Réflexes conditionnés : Une étude de l’activité physiologique du cortex cérébral. Traduit et édité par Anrep, GV (Oxford University Press, Londres, 1927).
    • Pavlov, I. P. (1955). Ouvrages choisis. Moscou : Maison d’édition des langues étrangères.
    • Watson, J.B. (1913). Psychology as the behaviorist Views It. Psychological Review, 20, 158-177.
    • Watson, J. B., & Rayner, R. (1920). Conditioned emotional reactions. Journal of experimental psychology, 3(1), 1.

    Lectures complémentaires

    • Logan, C. A. (2002). Quand la connaissance scientifique devient une découverte scientifique : La disparition du conditionnement classique avant Pavlov. Journal of the History of the Behavioral Sciences, 38(4), 393-403.
    • Learning and Behavior PowerPoint

    Quel était le point principal de l’expérience d’Ivan Pavlov sur les chiens ?

    Le principal objectif de l’expérience d’Ivan Pavlov avec les chiens était d’étudier et de démontrer le concept de conditionnement classique.

    Pavlov a montré que les chiens pouvaient être conditionnés à associer un stimulus neutre (tel qu’une cloche) à une réponse réflexe (telle que la salivation) en associant de manière répétée les deux stimuli.

    Cette expérience a mis en évidence le processus d’apprentissage par l’association de stimuli et a permis de comprendre comment les comportements peuvent être modifiés par le conditionnement.

    Qu’est-ce que la réponse pavlovienne ?

    La réponse pavlovienne, également connue sous le nom de réponse conditionnée, fait référence à une réponse apprise, automatique et involontaire provoquée par un stimulus préalablement neutre par le biais du conditionnement classique. Il s’agit d’un concept clé dans les expériences de Pavlov, où les chiens ont appris à saliver en réponse à une cloche.

    Quand Pavlov a-t-il découvert le conditionnement classique ?

    Ivan Pavlov a découvert le conditionnement classique au cours de ses expériences sur les chiens à la fin des années 1890 et au début des années 1900. Ses travaux fondamentaux sur le conditionnement classique, souvent appelés conditionnement pavlovien, ont jeté les bases de notre compréhension de l’apprentissage associatif et de son rôle dans la modification du comportement.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?