AccueilÉpanouissement personnelPsychologieL’effet de halo en psychologie : Définition et exemples

L’effet de halo en psychologie : Définition et exemples

Écrit par MentorShow
Le 03 November 2023 | 8 minutes de lecture

L’effet de halo désigne la tendance à laisser un trait spécifique ou l’impression générale que nous avons d’une personne, d’une entreprise ou d’un produit influencer positivement notre jugement sur les autres traits qui lui sont liés.

L’effet de halo désigne la tendance qu’ont les gens à évaluer plus favorablement les personnes séduisantes pour leurs traits de personnalité ou leurs caractéristiques que les personnes moins séduisantes.

L’effet de halo est un biais d’attribution cognitif, impliquant l’application non fondée d’un jugement général à un trait spécifique (Bethel, 2010 ; Ries, 2006).

Par exemple, supposons que vous perceviez une personne comme étant chaleureuse et amicale. Dans ce cas, vous lui attribuerez un certain nombre d’autres traits associés sans savoir s’ils sont vrais, comme le fait qu’elle soit généreuse.

Le mot “halo” est issu d’un concept religieux. Il désigne un cercle de lumière placé au-dessus ou autour de la tête d’un saint ou d’une sainte afin d’honorer sa sainteté. D’innombrables peintures du Moyen Âge et de la Renaissance représentent des hommes et des femmes notables avec la lumière céleste de l’auréole.

Ces peintures, en effet, amènent l’observateur à former des jugements favorables sur leurs participants. De même, selon le concept psychologique de “l’effet de halo”, un attribut patent d’une certaine personne conduit un observateur à tirer une conclusion généralisante sur cette personne (Ellis, 2018).

Une seule qualité positive d’une personne peut induire une prédisposition positive à l’égard de tous les aspects de cette personne, tandis qu’un seul attribut négatif de cette personne peut induire une impression générale négative de cette personne.

Alors que le premier, qui fonctionne dans le sens positif, est l’effet de halo, le second, qui fonctionne dans le sens négatif, comme nous le verrons plus loin, est appelé l’effet de corne.

Exemples

En classe

En classe, les enseignants sont enclins à commettre l’erreur de l’effet de halo lors de l’évaluation de leurs élèves. Par exemple, un enseignant peut supposer qu’un élève bien élevé est également brillant et motivé avant d’avoir évalué objectivement les capacités de l’élève dans ces domaines.

Une étude menée en 1968 par Rosenthal et Jacobson a révélé que les enseignants développent généralement des attentes à l’égard de leurs élèves en se basant non seulement sur leurs résultats scolaires, mais également sur leur apparence physique.

Dans cette expérience, les enseignants ont reçu des informations objectives, telles que le potentiel scolaire d’un enfant, ainsi que la photo d’une fille ou d’un garçon séduisant ou non séduisant. Les résultats ont indiqué que les attentes des enseignants concernant l’avenir scolaire de l’enfant étaient significativement associées à l’attractivité de l’enfant.

Une autre étude plus récente a comparé l’influence de l’attractivité sur la notation dans des cours universitaires dans lesquels les instructeurs pouvaient ou non observer l’apparence de leurs étudiants (Hernandez-Julian & Peters, 2017).

Les résultats indiquent que l’apparence peut avoir un impact sur la notation dans les classes traditionnelles ; les étudiants dont l’attractivité est jugée supérieure à la moyenne obtiennent des notes nettement inférieures dans les classes en ligne où les enseignants ne peuvent pas observer l’apparence des étudiants.

Sur le lieu de travail

Une étude de Parrett (2015) a examiné l’impact de la beauté sur les revenus en se basant sur les données relatives aux pourboires des restaurants de Virginie. Il a découvert que les serveurs les plus séduisants gagnaient près de 1261 dollars de plus par an en pourboires que leurs homologues peu séduisants.

L’explication principale tient au fait que les clientes donnent plus de pourboires aux femmes les plus séduisantes qu’aux femmes les moins séduisantes. De plus, une enquête sur le niveau d’éducation et les auto-évaluations en tant que mécanismes médiateurs de l’impact de l’attrait et de l’intelligence sur la pression financière et le revenu semble indiquer que l’attrait physique pourrait avoir un impact direct et indirect sur le revenu (Judge, Hurst & Simon, 2009).

Académiques et intelligence

Une étude menée par Landy et Sigall (1974) a démontré l’impact de l’effet de halo sur les jugements masculins concernant les compétences académiques des femmes. Dans leur expérience, 60 étudiants de premier cycle ont été invités à évaluer un essai supposé avoir été écrit par une étudiante de première année. Les essais comprenaient à la fois des échantillons mal écrits et des versions bien écrites.

Sur les 60 participants masculins, 20 ont reçu une photo d’une femme peu attirante comme auteur, 20 autres ont reçu une photo d’une femme attirante comme auteur, et les 20 derniers n’ont reçu aucune photo.

En outre, alors que 30 des participants ont lu la version bien écrite, les 30 autres ont lu l’échantillon mal écrit. Les résultats ont montré que les participants avaient évalué l’auteur le moins favorablement lorsqu’elle n’était pas attirante et le plus favorablement lorsqu’elle était attirante.

En outre, l’effet de l’attrait de l’auteur sur l’évaluation de son écriture était plus important lorsque la qualité objective de l’essai était faible.

Ces résultats semblaient impliquer que les lecteurs masculins étaient plus enclins à tolérer une mauvaise performance de la part de femmes attirantes que de la part de femmes non attirantes.

Une étude plus récente a examiné les indices résiduels d’intelligence dans les visages masculins et féminins tout en cherchant à contrôler l’attractivité associée à l’effet de halo (Moore, Filippou & Perrett, 2011).

Sur plus de 300 photos d’étudiants britanniques, des images de visages composites à haute intelligence ont été créées à partir des photos les mieux notées en termes d’intelligence perçue, et des images composites à faible intelligence à partir des photos les moins bien notées en termes d’intelligence perçue.

Puis chaque groupe de photos a été divisé en visages masculins et féminins. Les participants à l’étude, 92 hommes et 164 femmes, devaient évaluer les visages composites en termes d’attractivité et d’intelligence.

En ce qui concerne les visages composites masculins, le groupe à l’intelligence perçue élevée a été jugé nettement plus attractif que ses homologues à l’intelligence perçue faible.

En outre, les visages masculins attractifs ont également été perçus comme plus amicaux et plus drôles par les femmes comme par les hommes. Les résultats semblent indiquer que l’intelligence pourrait être un élément crucial de l’attractivité des visages masculins.

Sur la détermination de la peine pour les crimes

Une étude réalisée par Michael G. Efran, qui a examiné les effets de l’attrait physique sur le jugement de culpabilité et la sévérité des peines recommandées pour les criminels, a découvert que les criminels attirants étaient susceptibles de recevoir des peines plus clémentes que les criminels peu attirants pour le même crime (Efran, 1974).

Selon l’étude, la perception sociétale selon laquelle les individus plus séduisants ont de meilleures perspectives d’avenir que les individus moins séduisants est censée expliquer cet écart.

Toutefois, une autre étude sur le même sujet, menée par Sigall et Ostrove, a démontré des preuves plus nuancées (Sigall & Ostrove, 1975).

L’expérience a évalué un cambriolage hypothétique et une escroquerie hypothétique. Dans le premier cas, une femme se procurait illégalement une clé et détournait 2200 dollars, dans le second, une femme incitait un homme à investir 2200 dollars dans une société qui n’existait pas.

Dans le cas du cambriolage (sans rapport avec l’attrait du criminel), l’accusé attrayant a reçu une peine plus clémente que celui qui ne l’était pas. Cependant, dans l’escroquerie (où le crime était lié à l’attrait du criminel), le défendeur attirant a reçu la peine la plus sévère.

Les résultats semblent suggérer que l’indulgence habituelle accordée au criminel le plus attirant est renversée ou annulée lorsque la nature du délit implique l’attrait du criminel.

Recherche

Le psychologue américain Frederick L. Wells (1907) a identifié pour la première fois l’effet de halo dans une étude sur l’évaluation de la valeur littéraire des auteurs.

Cependant, c’est Edward Thorndike qui l’a reconnu pour la première fois avec des preuves empiriques. Thorndike était un comportementaliste de la première heure qui s’est penché sur la psychologie de l’apprentissage. Il a officiellement introduit le terme “erreur du halo” en 1920 dans son article intitulé “A Constant Error in Psychological Ratings” (Une erreur constante dans les évaluations psychologiques).

Thorndike a décrit l’effet du halo comme un biais cognitif par lequel un aspect d’une personne façonne l’opinion que l’on a des autres dimensions et caractéristiques de cette personne. Bien que Thorndike n’ait initialement employé le terme que pour se référer aux personnes, son utilisation s’est par la suite étendue aux sphères du marketing.

Dans A Constant Error in Psychological Ratings, Thorndike (1920) a cherché à cerner ce biais cognitif par le biais de la réplication.

Dans l’expérience de l’étude, il demandait à deux commandants militaires d’évaluer leurs soldats en fonction de leur intellect, de leurs qualités physiques (telles que la voix, le physique, l’énergie, la propreté et le maintien), de leurs compétences en matière de leadership et de leurs qualités personnelles (telles que la loyauté, l’altruisme, la coopération et la fiabilité).

Le biais qui, selon lui, caractérisait les évaluations s’est confirmé. Thorndike a découvert que l’attrait d’une personne influençait considérablement l’évaluation des autres attributs de cette personne.

Son étude a démontré des corrélations notables ; la corrélation entre le physique et le caractère était de 0,28, entre le physique et l’intelligence de 0,31 et entre le physique et le leadership de 0,39.

Les évaluations étaient apparemment influencées par une tendance marquée à considérer une personne en général comme bonne ou mauvaise, puis à tirer des conclusions hâtives concernant les autres qualités de cette personne. Ces conclusions étaient basées sur l’impression initiale ou le sentiment général concernant les individus concernés.

Par exemple, les notes attribuées à une caractéristique particulière d’un officier amorçaient souvent une tendance dans la direction de la caractéristique particulière perçue ; une caractéristique positive engendrait une tendance positive, et une caractéristique négative, une tendance négative.

Les résultats finaux pour un soldat particulier étaient invariablement en corrélation avec le reste des résultats, que l’attribut spécial soit positif ou négatif.

Expérience de l’effet de halo

Une expérience classique qui démontre l’effet de halo en psychologie est l’étude menée par Solomon Asch en 1946. Dans cette expérience, on a montré à des participants une série de photographies d’individus et on leur a demandé de les évaluer en fonction de divers traits de personnalité.

Le piège consistait à montrer aux participants soit une photographie attrayante, soit une photographie peu attrayante de la même personne, attribuée au hasard.

Les résultats ont révélé un effet de halo évident. Ils ont attribué des qualités telles que l’intelligence, la gentillesse et les compétences sociales aux personnes attirantes, tout en attribuant des traits moins favorables aux personnes non attirantes.

Cette expérience a montré comment l’impression initiale d’attirance physique influençait la perception d’autres qualités non liées, illustrant la présence et l’impact de l’effet de halo dans la formation de nos jugements et évaluations d’autrui.

L’effet de halo inversé

L’effet de halo inversé désigne le phénomène par lequel des perceptions positives d’une personne peuvent avoir des conséquences négatives (Edward, 2004).

L’effet de halo inversé, également connu sous le nom d’effet de corne, est un biais cognitif par lequel une impression générale négative d’une personne influence la perception de ses traits ou de ses capacités spécifiques. C’est le contraire de l’effet de halo, où une impression positive conduit à des perceptions positives.

Dans l’effet de halo inversé, les traits négatifs ou les défauts d’une personne peuvent éclipser ses qualités positives, ce qui conduit à des jugements et des évaluations biaisés.

Par exemple, l’effet de corne peut nous amener à stéréotyper qu’une personne en surpoids est également paresseuse, bien qu’il n’existe aucune preuve indiquant que la moralité est liée à l’apparence.

Une expérience menée par Joseph Forgas sur 246 individus le confirme. Après s’être remémoré des événements heureux ou tristes du passé, les participants devaient lire un essai philosophique dont l’auteur était soit une jeune femme, soit un homme âgé.

Les résultats ont montré que ceux qui s’étaient souvenus d’événements tristes et qui étaient donc d’humeur négative ont attribué une note moins élevée à la jeune femme. Un effet négatif semble avoir éliminé ou inversé l’effet de halo.

En outre, la recherche montre également que les femmes et les hommes qui sont plus attirants sont susceptibles d’être plus vaniteux et égoïstes (Eagly, Ashmore, Makhijani & Longo, 1991).

En outre, comme nous l’avons vu plus haut à propos de l’étude de Sigall et Ostrove, les individus qui commettent des crimes en utilisant leur belle apparence à leur avantage sont plus susceptibles de recevoir des peines plus sévères que les criminels sans attrait (Sigall & Ostrove, 1975).

Key Takeaways

  • L’effet de halo, également appelé erreur de halo, est un type de biais cognitif par lequel notre perception d’une personne est positivement influencée par nos opinions sur d’autres traits liés à cette personne. Dans son article intitulé “A Constant Error in Psychological Ratings”, le psychologue américain Edward Thorndike a reconnu pour la première fois l’effet de halo en s’appuyant sur des preuves empiriques en 1920.
  • L’effet de halo peut façonner notre perception de l’intelligence et de la compétence d’autrui, et son influence peut être observée dans de nombreux contextes, de la salle de classe au palais de justice. Les gens jugent souvent les personnes séduisantes comme ayant une moralité plus élevée, une meilleure santé mentale et une plus grande intelligence. Cette erreur cognitive de jugement reflète les préjugés individuels, l’idéologie et la perception sociale de chacun.
  • L’effet de halo inversé est le phénomène par lequel les perceptions positives d’une personne peuvent avoir des conséquences négatives.
  • L’effet de corne, étroitement lié à l’effet de halo, est le biais cognitif par lequel un seul trait négatif façonne indûment l’opinion d’une personne à l’égard d’une autre.

FAQs

Qu’est-ce que l’effet de halo ?

L’effet de halo fait référence au biais cognitif selon lequel les attributs ou qualités positifs d’un aspect d’une personne (comme l’attrait physique) influencent la perception de ses autres traits (comme l’intelligence ou la gentillesse), même sans preuve à l’appui de ces suppositions.

Qu’est-ce que l’effet de halo dans le comportement organisationnel ?

Le biais de l’effet de halo peut influencer la manière dont les individus sont perçus et évalués sur le lieu de travail, entraînant des jugements et des décisions injustes. L’effet de halo peut avoir un impact sur divers aspects du comportement organisationnel, notamment les évaluations des performances, les décisions d’embauche et les promotions.

Quelle est la différence entre le stéréotype et l’effet de halo ?

La principale différence entre le stéréotype et l’effet de halo réside dans le champ d’application. Le stéréotype fait référence à une perception générale ou à une croyance concernant un groupe de personnes sur la base de leurs caractéristiques communes.

Il s’agit d’une généralisation générale qui peut ne pas s’appliquer à chaque individu au sein du groupe. D’autre part, l’effet de halo est un biais cognitif qui affecte la perception des individus, en se concentrant sur une caractéristique positive ou négative pour former une impression générale, indépendamment de leur appartenance à un groupe.

Laissez-nous un commentaire