Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Comment reconnaître les signes d’un mensonge ?

7 minutes de lecture
Comment reconnaître les signes d’un mensonge ?

Sommaire

    Sommaire

    L’élément crucial pour savoir si quelqu’un ment est d’établir une base de référence pour savoir comment la personne agit lorsqu’elle dit la vérité.

    Un exemple serait d’observer comment la personne répond à des questions de base avec des réponses directes comme « Quel est votre nom » et « D’où venez-vous ? »

    Faites attention à ses yeux et regardez où ils se dirigent. Une fois que vous avez établi une base de référence et que vous voulez repérer un mensonge, observez les changements de comportement.

    une femme portant un doigt à ses lèvres
    Repérez les incohérences dans leur histoire, les détails exagérés et le fait qu’ils évitent le contact visuel. Les menteurs ont tendance à se toucher ou à se couvrir la bouche plus souvent et à se déplacer sur leur siège. Ils peuvent parler plus fort ou se racler souvent la gorge. Soyez attentif s’ils répètent vos questions avant d’y répondre et s’ils fournissent des informations supplémentaires non sollicitées. Ces signaux suggèrent la malhonnêteté.

    Il n’est pas toujours facile de repérer les sournois. Les tests polygraphiques, appelés « détecteurs de mensonges », sont généralement basés sur la détection des réactions autonomes et sont considérés comme peu fiables.

    C’est pourquoi les psychologues ont répertorié les indices de tromperie, tels que les expressions faciales, le langage corporel et la linguistique, pour aider à repérer les malhonnêtes.

    Il est essentiel de comprendre que ces signes ne sont pas infaillibles. Parfois, si une personne est nerveuse, sa voix peut se briser, mais cela ne signifie pas qu’elle ment.

    Ou si une personne n’est pas à l’aise sur sa chaise, elle va probablement s’agiter. Gardez cela à l’esprit.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Les indices faciaux

    Les yeux

    Vous avez peut-être déjà entendu cette tactique. Les gens détournent parfois le regard lorsqu’ils mentent ; ce signe pourrait indiquer qu’ils déplacent leurs yeux pour essayer de réfléchir à ce qu’ils vont dire ensuite. La même étude mentionnée précédemment, réalisée par l’Université du Michigan en 2015, a également révélé que les personnes qui mentaient étaient plus susceptibles de fixer l’autre individu que celles qui étaient honnêtes.

    En fait, 70 % des clips montraient des personnes qui mentaient et fixaient directement les personnes à qui elles avaient menti.</Encore une fois, la ligne de base est un élément essentiel pour déterminer les indices de mensonge de l’autre personne – une fois que vous avez la ligne de base, il devient plus facile de déterminer si la personne ment ou non.

    Bouche

    Un indice de mensonge par omission consiste à retrousser les lèvres jusqu’à ce qu’elles disparaissent. Des recherches ont également montré que les personnes qui mentent sont plus susceptibles de pincer les lèvres lorsqu’on leur pose des questions délicates. Le fait de se pincer les lèvres peut également indiquer que la personne n’a pas envie de participer à la conversation en cours.

    C’est un réflexe instinctif, qui signifie que la personne ne veut pas parler.

    On peut également remarquer qu’un menteur met automatiquement ses mains sur sa bouche et ses lèvres.

    Lorsque vous ne dites pas la vérité, vous voulez instinctivement dissimuler la source du mensonge – votre bouche – afin que personne ne puisse voir que vous mentez. Mais c’est trop évident, alors les gens se grattent le nez, ce qui fait le même effet mais donne à la main un alibi pour couvrir la bouche.

    Complexion

    Avez-vous déjà remarqué une fois que quelqu’un devenait très pâle lorsqu’il commençait à parler ? Le dicton « blanc comme un fantôme » pourrait signifier un manque de sincérité, lorsque le sang commence à sortir du visage.

    On peut également remarquer qu’un menteur met automatiquement ses mains sur sa bouche et ses lèvres.

    Cela pourrait signifier qu’il ne révèle pas tout, et qu’il préfère ne pas dire la vérité – une manière littérale de fermer la communication.

    Sueur/sécheresse

    Comme nous l’avons déjà mentionné, le système nerveux autonome se déclenche lorsqu’une personne ment. Les menteurs peuvent alors transpirer dans la zone T du visage – le front, la lèvre supérieure, le pourtour de la bouche et le menton.

    Ou ressentir une sécheresse dans la bouche et les yeux où la personne se retrouve à plisser les yeux ou à cligner des yeux de manière excessive, à se mordre ou à se lécher les lèvres et à déglutir difficilement.

    Voix

    Lorsque les gens sont nerveux, les muscles à l’intérieur et autour des cordes vocales se contractent, ce qui est une réaction instinctive au stress. La voix peut alors sembler aiguë. Vous pouvez également remarquer des craquements et des fissures dans la voix du menteur.

    Le raclement de gorge est donc un signe d’adaptation à l’inconfort des muscles contractés, ce qui peut signaler la malhonnêteté.

    En outre, vous pouvez remarquer un changement soudain de volume.

    Les personnes qui racontent des mensonges ont tendance à hausser le ton. Parfois, les menteurs haussent le ton lorsque l’autre se met sur la défensive.

    Contenu

    Prêtez attention à ce qu’ils disent. Des phrases telles que « honnêtement », « je veux être honnête avec toi » ou « voici la vérité » peuvent toutes être des signes que le menteur essaie trop de convaincre l’autre personne qu’il dit la vérité.

    L’utilisation de mots tampons tels que « comme » et « euh » peut indiquer un mensonge. La même étude de l’université du Michigan a montré que le fait de parler avec plus de remplissage vocal pouvait être synonyme de tromperie ; les gens ont tendance à utiliser davantage ces mots lorsqu’ils essaient de gagner du temps pour savoir quoi dire ensuite.

    En outre, lorsque quelqu’un s’éternise, fournit trop d’informations et des informations qui n’ont pas été demandées avec un excès de détails, il y a une forte probabilité qu’il ne dise pas la vérité.

    Les menteurs ont tendance à parler beaucoup, espérant que les autres les croient en paraissant ouverts et sociables.

    Enfin, les gens ne sont pas parfaits, et la plupart d’entre nous ne sont pas des menteurs-nés.

    Donc, parfois, nous laissons sortir la vérité sans réfléchir. Par exemple, « J’ai perdu mon téléphone – attendez, je voulais dire qu’on m’a volé mon téléphone » ou « Je dînais avec – oh en fait, je travaillais tard. »

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Les indices corporels

    Les expressions faciales ne sont pas le seul indice. La tromperie étant un acte social impliquant le langage, les chercheurs étudient également la communication verbale et les indices corporels des menteurs afin de trouver des modèles distinctifs.

    Mains

    Les menteurs ont tendance à faire des gestes exagérés avec leurs mains après avoir parlé plutôt que pendant ou avant une conversation.

    L’esprit du menteur travaille dur et fait trop de choses pour inventer un récit, analyser votre réaction pour savoir si vous le croyez ou non, puis compléter l’histoire en conséquence.

    Une étude menée à l’université du Michigan en 2015 a examiné 120 clips médiatiques d’affaires judiciaires à fort enjeu pour approfondir la façon dont les gens se comportent lorsqu’ils mentent par rapport à lorsqu’ils disent la vérité.

    Les chercheurs ont constaté que les personnes qui mentent étaient plus susceptibles de faire des gestes avec les deux mains que celles qui disent la vérité. Les résultats indiquent que les gens font des gestes avec les deux mains dans 40 % des vidéos de mensonges, contre 25 % dans les clips honnêtes.

    En outre, lorsque les gens mentent, ils ont tendance à détourner les paumes de leurs mains. Il s’agit d’un signal inconscient indiquant qu’ils retiennent des informations ou des émotions, voire qu’ils mentent.

    Observez si leurs mains se déplacent dans leurs poches ou si elles les glissent sous la table – n’importe où hors de votre vue.

    Fidgeting

    Le fait de remuer les pieds, de balancer le corps d’avant en arrière et de bouger la tête sur le côté peut également être un signe de tromperie.

    Lorsque les personnes sont nerveuses et racontent des mensonges, il y a des fluctuations dans le système nerveux autonome (le SNA régule les fonctions corporelles).

    Ces fluctuations dans le système nerveux peuvent inciter les personnes à ressentir des picotements ou des démangeaisons sur leur corps, ce qui les amène à s’agiter et à se gratter davantage. Les gens ont tendance à adopter des comportements de  » toilettage « , comme jouer avec leurs cheveux ou se toucher le cou, lorsqu’ils sont malhonnêtes.

    Verbal Cues

    Les menteurs mettent plus de temps à commencer à répondre aux questions que ceux qui disent la vérité, mais lorsqu’ils ont le temps de planifier, les menteurs commencent en fait à répondre plus rapidement que ceux qui disent la vérité.

    Les réponses des menteurs sont plus discordantes et ambivalentes, la structure de leurs récits est moins logique et leurs histoires semblent moins plausibles. À l’université du Texas à Austin, le professeur de psychologie James Pennebaker et ses associés ont mis au point un logiciel appelé Linguistic Inquiry and Word Count (LIWC) qui analyse le contenu écrit et peut, avec une certaine précision, prédire si quelqu’un ment.

    Pennebaker dit que la tromperie semble porter trois marqueurs écrits principaux:

    • Pronomes de la première personne : Les menteurs évitent les déclarations de propriété, se distancient de leurs histoires et évitent d’assumer la responsabilité de leur comportement, dit-il.
    • Plus de mots d’émotions négatives, tels que haine, sans valeur et triste : Les menteurs, note Pennebaker, sont généralement plus anxieux et se sentent parfois coupables.
    • Moins de mots d’exclusion, tels que sauf, mais, ou ni – des mots qui indiquent que les écrivains distinguent ce qu’ils ont fait de ce qu’ils n’ont pas fait. Les menteurs semblent avoir un problème avec cette complexité, et cela se voit dans leurs écrits.

    Conseils pour identifier le mensonge

    Si vous pensez que quelqu’un ne dit pas la vérité, vous pouvez utiliser quelques stratégies qui vous aideront à distinguer la réalité de la fiction.

    Demandez-leur de raconter leur histoire à l’envers

    La détection des mensonges pouvant être considérée comme un processus passif, les gens supposent que l’observation du langage corporel et des signes faciaux du menteur potentiel peut les aider à repérer les signes révélateurs évidents.</Des recherches ont suggéré que le fait de demander à un menteur potentiel de raconter son histoire dans l’ordre inverse, plutôt que dans l’ordre chronologique, peut augmenter la précision de la détection des mensonges.

    Les indices non verbaux et verbaux qui différencient le mensonge de l’honnêteté peuvent devenir plus évidents à mesure que la charge cognitive du menteur augmente.

    Le mensonge est plus exigeant mentalement que l’honnêteté.

    Par conséquent, les indices comportementaux du menteur peuvent devenir plus évidents si l’on ajoute encore plus de complexité cognitive. Non seulement le mensonge est plus exigeant sur le plan cognitif, mais les menteurs ont également tendance à déployer plus d’énergie mentale pour surveiller et évaluer les réponses et les comportements des personnes à qui ils mentent (pour vendre leur mensonge de manière efficace). Par conséquent, tout cela demande un effort considérable, et l’ajout d’une tâche difficile – comme raconter une histoire à l’envers – révélerait des failles dans leur histoire, et l’on serait plus à même de savoir s’ils mentent ou non.

    Dans une étude contrôlée, quatre-vingts suspects fictifs ont soit décrit la vérité, soit menti à propos d’un événement inventé de toutes pièces. Certaines personnes ont été invitées à raconter leur histoire dans l’ordre chronologique, et d’autres dans l’ordre inverse.

    Les chercheurs ont constaté que les entretiens dans l’ordre inverse révélaient davantage d’indices comportementaux indiquant une tromperie.

    Faites confiance à votre réaction instinctive

    Tout compte fait, la réaction instinctive immédiate d’une personne pourrait être plus précise que la détection consciente d’un mensonge.

    Mais si nos réactions instinctives peuvent être plus précises, pourquoi les humains sont-ils généralement mauvais pour identifier la malhonnêteté?

    La plupart du temps, les réactions conscientes peuvent interférer avec nos associations automatiques. Au lieu de se fier à leur instinct, les gens ont tendance à se concentrer sur les comportements stéréotypés associés au mensonge – la bougeotte et l’absence de contact visuel.

    En accordant trop d’importance aux comportements pour prédire la tromperie, il est difficile de repérer un mensonge.

    Le mensonge est-il difficile à détecter ?

    Une étude a montré que les gens ne pouvaient représenter le mensonge avec précision en laboratoire que dans 54 % des cas.</En effet, les différences de comportement entre les personnes qui mentent et celles qui sont honnêtes sont difficiles à mesurer et à distinguer. Les chercheurs ont essayé de découvrir de nouveaux moyens de détecter les mensonges. Bien qu’il n’existe pas de solution simple ou de signe révélateur de la malhonnêteté d’une personne, les chercheurs et les experts ont trouvé quelques indicateurs utiles du mensonge.

    Il n’y a pas de signes de mensonge en soi, mais plutôt des signes de réflexion excessive lorsqu’une réponse ne devrait pas nécessiter de réflexion ou des émotions qui ne correspondent pas à ce qui est dit, explique-t-il.

    Il y a cependant une chose qu’il faut préciser. En connaissant les signes qui permettent de détecter un mensonge avec précision et en apprenant à tenir compte de vos réactions instinctives, vous parviendrez à mieux repérer la tromperie.

    En fait, le Dr Leanne ten Brinke, psychologue judiciaire à l’université de Californie à Berkeley, suggère que notre instinct pour juger les menteurs est très fort.

    Conclusion

    Bien qu’il n’existe pas de signe universel et infaillible indiquant que quelqu’un ment, il y a trois éléments clés à appliquer pour aider à repérer un mensonge :

    1. Créer une base de référence
    2. Ajouter à la charge cognitive
    3. Faire confiance à son instinct

    Rappeler que tous les signes, comportements et indicateurs que la recherche a associés à la tromperie sont simplement des indices qui peuvent révéler si une personne est franche ou non.

    Si vous avez déjà essayé de repérer un mensonge, la prochaine fois, essayez d’évaluer l’intégrité de l’histoire de la personne ; arrêtez peut-être de regarder les signes de mensonge stéréotypés et apprenez à repérer des comportements plus subtils – cela pourrait vous donner une preuve réelle.

    Et, bien sûr, si nécessaire, adoptez une approche plus active en ajoutant de la pression et en rendant le mensonge plus éprouvant mentalement en demandant à la personne de raconter l’histoire dans l’ordre inverse.

    Enfin, et c’est crucial, faites confiance à votre instinct. Il peut arriver que vous ayez une forte intuition qui vous indique ce qu’est l’honnêteté ou la malhonnêteté. Apprenez à tenir compte de cette intuition et vous deviendrez peut-être un excellent détecteur de mensonges.

    Références

    Duran, N. D., Dale, R., Kello, C. T., Street, C. N., & Richardson, D. C. (2013). Exploring the movement dynamics of deception. Frontiers in psychology, 4, 140.

    Ehrlichman, H., & Micic, D. (2012). Pourquoi les gens bougent-ils leurs yeux quand ils pensent ? Current Directions in Psychological Science, 21(2), 96-100.

    Serota, K. B., Levine, T. R., & Boster, F. J. (2010). La prévalence du mensonge en Amérique : Three studies of self-reported lies. Human Communication Research, 36(1), 2-25.

    Informations complémentaires

    Ten Brinke, L., Stimson, D., & Carney, D. R. (2014). Some evidence for unconscious lie detection (Quelques preuves pour la détection inconsciente du mensonge). Psychological science, 25(5), 1098-1105.

    Vrij, A., Mann, S. A., Fisher, R. P., Leal, S., Milne, R., & Bull, R. (2008). Increasing cognitive load to facilitate lie detection : The benefit of recalling an event in reverse order. Law and human behavior, 32(3), 253-265.

    Loy, J. E., Rohde, H., & Corley, M. Cues to Lying May be Deceptive : Speaker and Listener Behaviour in an Interactive Game of Deception.

    Loy, J. E., Rohde, H., & Corley, M. Cues to Lying May be Deceptive : Speaker and Listener Behaviour in an Interactive Game of Deception.

    Duran, N. D., Dale, R., Kello, C. T., Street, C. N., & Richardson, D. C. (2013). Exploring the movement dynamics of deception. Frontiers in psychology, 4, 140.

    Duran, N. D., Dale, R., Kello, C. T., Street, C. N., & Richardson, D. C. (2013). Exploring the movement dynamics of deception. Frontiers in psychology, 4, 140.

    Curci, A., Lanciano, T., Battista, F., Guaragno, S., & Ribatti, R. M. Accuracy, Confidence, and Experiential Criteria for Lie Detection Through a Videotaped Interview

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *