Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Les hôpitaux vous rendent anxieux ? Vous n’êtes pas seul – Voici comment y faire face

6 minutes de lecture
Phobie de l'hôpital

Sommaire

    Sommaire

    Les hôpitaux ne sont généralement pas des lieux de détente. Ils sont remplis de machines qui émettent des bips, de mystérieux sacs de liquide et d’un nombre d’aiguilles bien supérieur à ce que l’on est en droit d’attendre. Même si vous ne faites que rendre visite à une personne en voie de guérison, l’atmosphère générale de l’hôpital peut vous stresser. Il est très courant de ressentir de l’anxiété lors d’une visite à l’hôpital, surtout si vous vous préparez à subir une intervention chirurgicale ou une autre procédure invasive. Si vous vous rendez à l’hôpital pour un bilan de santé ou une intervention rapide en ambulatoire, vous pouvez toujours vous inquiéter des éventuels problèmes de santé que votre médecin pourrait déceler.

    L’anxiété hospitalière n’est pas un diagnostic officiel de santé mentale, mais elle peut rendre vos visites médicales beaucoup moins agréables. Une anxiété grave peut même vous amener à éviter de prendre ou de respecter des rendez-vous importants, ce qui peut finir par nuire à votre santé.

    Lisez la suite pour en savoir plus sur l’anxiété à l’hôpital, y compris les principaux signes, les causes possibles et la façon d’y faire face.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Quels sont les signes de l’anxiété liée à l’hospitalisation ?

    Il n’est pas toujours facile de reconnaître l’anxiété liée à l’hospitalisation sur le moment. Il se peut que vous soyez tellement absorbé par la détresse et les inquiétudes liées à l’hôpital que vous ne vous rendiez pas compte que c’est l’anxiété qui est à l’origine de ces sentiments.

    N’oubliez pas non plus que l’anxiété peut affecter vos pensées et vos émotions d’une manière inattendue.

    Vous pourriez remarquer :

    • Irritabilité. Même si vous avez généralement beaucoup de patience, l’anxiété peut vous faire perdre votre temps. Le délai de 20 minutes dans la salle d’attente peut vous sembler exagérément long, et vous risquez d’être court avec les gens qui vous entourent.
    • Procrastination. On vient de vous rappeler pour une IRM. Vous n’êtes pas particulièrement claustrophobe, mais ce tube semble terriblement étroit. Vous pouvez essayer de retarder l’inévitable en déclarant que vous avez besoin d’une pause aux toilettes et en prenant tout votre temps pour vous laver les mains.
    • Trouble de la communication. L’anxiété peut embrouiller votre pensée et vous empêcher de vous souvenir des mots. Il peut s’avérer difficile d’expliquer votre reflux acide à votre médecin si vous avez oublié le mot « œsophage ».
    • Des pensées qui tournent en rond. Alors que vous vous inquiétez de votre traitement à venir, les possibilités qui vous viennent à l’esprit risquent de s’aggraver de plus en plus. Une inquiétude telle que « Et si la coloscopie fait mal ? » peut rapidement devenir « Et si la caméra se perd dans mes intestins pour toujours ? »

    L’anxiété peut également provoquer des symptômes physiques. Vous pouvez :

    • vous sentir en sueur et rougir, même si la chemise d’hôpital que l’infirmière vous a donnée n’offre aucune chaleur
    • vous retrouver à vous agiter ou à faire les cent pas dans la pièce pour vous défouler
    • constater que vos muscles sont tendus
    • avoir des maux de tête ou des maux d’estomac

    Symptômes d’anxiété chez les enfants

    La plupart des jeunes enfants n’ont pas encore les compétences nécessaires pour communiquer leur anxiété avec des mots. Au lieu de cela, ils manifestent souvent leurs sentiments à propos de leur visite à l’hôpital par des comportements tels que :

    • pleurer (souvent bruyamment ou sans relâche)
    • pousser ou repousser les mains du médecin
    • s’accrocher à vous ou à une autre personne qui s’occupe d’eux
    • se cacher derrière la porte ou sous la table d’examen
    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Qu’est-ce qui cause l’anxiété liée à l’hôpital ?

    Les hôpitaux peuvent rendre les gens anxieux pour un certain nombre de raisons :

    La peur du jugement

    Il faut parfois beaucoup de courage pour montrer son corps nu (ou presque nu) à quelqu’un et lui expliquer des symptômes qui semblent très personnels, voire un peu embarrassants.

    Votre équipe soignante a probablement rencontré tous les types de corps, mais il peut être difficile de ne pas se sentir gêné par certains symptômes, comme une éruption cutanée sur l’arrière-train. Vous pouvez également craindre qu’ils vous critiquent lorsque vous expliquez comment vous vous êtes blessé ou ce qui, selon vous, a pu causer vos symptômes.

    Isolation

    En cas d’urgence médicale, vous risquez d’être séparé de vos proches dans des conditions peu rassurantes.

    Les hôpitaux peuvent vous laisser un sentiment de stress et d’anxiété même lorsque vous n’êtes pas seul, et les recherches de 2021 suggèrent que vous pouvez vous sentir encore plus anxieux en l’absence de votre cercle de soutien. Vous pouvez vous demander s’ils sont toujours à l’hôpital et quand ils pourront revenir vous voir.

    La perte de contrôle

    Parfois, un traitement médical exige que vous abandonniez le contrôle de votre corps. Par exemple, un médecin peut avoir besoin de vous endormir avant une intervention chirurgicale.

    Bien que vous ne souhaitiez probablement pas rester conscient pendant l’opération, il vous sera peut-être difficile de confier votre vie à quelqu’un d’autre alors que vous ne saurez pas ce qui se passe.

    L’argent

    Le système de santé américain est tristement célèbre pour ses coûts élevés. L’augmentation des dépenses médicales, selon une recherche de 2020, s’est accompagnée d’une anxiété liée au paiement de ces dépenses nécessaires.

    De nombreux Américains ont déjà attendu dans un cabinet médical en s’inquiétant – non pas de la douleur ou du sang, mais de la façon dont ils allaient pouvoir boucler leur budget pour couvrir le rendez-vous.

    Traumatisme médical

    De nombreuses personnes se rendent à l’hôpital lorsqu’elles sont gravement malades ou blessées.

    Même si vous disposez de l’équipe soignante la plus gentille du monde, le fait d’être branché à un ventilateur ou d’être mis sous sédatif pour une intervention chirurgicale peut provoquer un traumatisme durable. En fait, selon des recherches menées en 2013, plus d’une personne sur quatre qui quitte l’unité de soins intensifs (USI) développe ensuite un syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

    Si vous avez déjà vécu une expérience effrayante à l’hôpital, vous pourriez facilement vous sentir anxieux face à l’éventualité d’une nouvelle visite.

    Rappels de la mortalité

    Nul ne vit éternellement. Vous reconnaissez peut-être déjà qu’il s’agit là d’une évidence de la vie, mais vous n’aimez peut-être pas y penser.

    Bien sûr, se blesser ou tomber gravement malade vous oblige à admettre que vous n’êtes pas invincible. Vous pourriez alors vous demander ce que ces changements dans votre état de santé signifient pour vous et s’ils sont permanents.

    Est-ce de l’anxiété liée à l’hôpital ou quelque chose d’autre?

    L’anxiété liée à l’hôpital comporte bon nombre des mêmes symptômes que le trouble d’anxiété généralisée (TAG). Vous pourriez :

    • faire le même cycle d’inquiétudes et de peurs
    • sentir des étourdissements ou des vertiges
    • être agité et se laisser distraire facilement
    • constater des nausées ou des maux d’estomac

    Si vous souffrez d’un trouble anxieux généralisé, presque toutes les situations de la vie quotidienne peuvent provoquer ces sentiments, et vous les ressentirez donc dans de nombreuses situations et contextes différents.

    En revanche, l’anxiété liée à l’hôpital ne se manifeste généralement qu’à l’hôpital ou lorsqu’on envisage d’aller à l’hôpital.

    La phobie des hôpitaux

    Si vous avez une peur extrême des hôpitaux, vous pourriez souffrir de nosocoméphobie.

    Une phobie est un trouble mental qui implique des sentiments de peur excessifs. Dans le cas d’une phobie, la peur d’une situation ou d’un objet spécifique est disproportionnée par rapport à la menace réelle qu’il représente.

    Alors que l’anxiété hospitalière peut provoquer de la nervosité, de la tension et un malaise physique, la nosocoméphobie peut déclencher une crise de panique. Bien que les crises de panique ne soient pas dangereuses, elles peuvent être très effrayantes. Pendant une crise de panique, vous pouvez avoir l’impression d’avoir une crise cardiaque, de vous étouffer ou même de mourir.

    Une phobie des hôpitaux peut provoquer une peur si intense que vous évitez complètement les hôpitaux et les cliniques, ce qui pourrait avoir de graves conséquences sur votre santé. Retarder les soins médicaux peut apporter un soulagement émotionnel temporaire, mais cela peut avoir des conséquences bien plus graves sur la santé à long terme.

    Les phobies médicales

    La nanocoméphobie est l’une des nombreuses phobies reconnues concernant les soins médicaux.

    Les autres phobies comprennent :

    • dentophobie, ou peur du dentiste
    • nosophobie, ou peur de développer une maladie
    • tomophobie, ou peur de la chirurgie
    • trypanophobie, ou peur des aiguilles

    Comment faire face à la phobie de l’hôpital ?

    Les adultes et les enfants ressentent souvent différemment l’anxiété liée à l’hôpital. Les méthodes d’adaptation les plus utiles peuvent être légèrement différentes, selon que vous essayez de vous apaiser vous-même ou d’apaiser un enfant.

    Comment vous calmer ?

    En tant qu’adulte, vous pouvez prendre des mesures pour réduire votre anxiété à l’hôpital :

    • Enrichir vos connaissances. Lorsque vous comprenez ce qui arrive réellement à votre corps, votre anxiété a moins de chances de vous effrayer avec les pires scénarios. N’hésitez pas à consulter les dossiers d’information ou les imprimés que l’on vous remet, ou à demander plus de détails sur vos symptômes ou votre état de santé.
    • Respiration lente et profonde. Si vos émotions sont tendues, il y a de fortes chances que votre corps le soit aussi. Le fait de ralentir votre respiration peut activer votre système nerveux parasympathique et aider votre corps à se sentir plus calme et prêt à se détendre.
    • Distrairez-vous. Admirer une peinture ou écouter de la musique peut vous permettre de ne pas penser à vos problèmes de santé ou à vos inquiétudes concernant le traitement. Faites toutefois attention à l’activité que vous choisissez. Regarder les nouvelles sur le téléviseur de la salle d’attente peut vous stresser encore plus, alors essayez plutôt un livre audio ou une vidéo humoristique.

    Comment réconforter votre enfant ?

    Les jeunes enfants n’ont généralement pas beaucoup d’expérience de l’hôpital, ce qui peut rendre leur visite encore plus intimidante. Vous pouvez soutenir les enfants en :

    • Pratiquant à l’avance. Dans le cadre d’une étude plus ancienne réalisée en 2008, des enfants ont joué à faire semblant d’aller à l’hôpital avec des ours en peluche. Après l’intervention, les enfants ont jugé l’hôpital moins effrayant, car ils avaient désormais une meilleure idée de ce à quoi ils pouvaient s’attendre.
    • Les laisser choisir. </Les enfants peuvent se sentir moins anxieux lorsqu’ils ont l’impression de contrôler la situation. Même les plus petites décisions, comme le choix de la couleur du pansement ou du bras dans lequel ils reçoivent un vaccin, peuvent leur donner un sentiment d’autonomie.
    • Offrir un contact physique. Le soutien d’un soignant est souvent essentiel pour que l’enfant se sente en sécurité. Vous pouvez rassurer votre enfant simplement en lui tenant la main ou en le laissant serrer la vôtre.

    Quand obtenir un soutien professionnel ?

    La plupart des gens parviennent à surmonter l’anxiété liée à l’hôpital par eux-mêmes.

    Cela dit, si vous souffrez d’une anxiété grave, vous pouvez trouver utile d’obtenir un soutien supplémentaire de la part d’un thérapeute ou d’un autre professionnel de la santé mentale.

    La thérapie peut être bénéfique si vous :

    • dread your hospital visit from the moment you date your appointment
    • delayate medical treatment for health concerns
    • have feelings of panic, or panic attacks, when you force yourself to visit the hospital
    • can’t stop thinking about a bad hospital experience you had in the past

    Les principaux objectifs de la thérapie pour l’anxiété ou la phobie de l’hôpital comprennent :

    • Practicing relaxation. L’objectif le plus courant consiste peut-être à réduire directement votre niveau d’anxiété. Un thérapeute peut vous enseigner des techniques de méditation ou de pleine conscience que vous pourrez ensuite utiliser à l’hôpital.
    • S’adapter au changement. Si vous êtes atteint d’une maladie chronique ou en phase terminale, chaque visite à l’hôpital peut vous apporter des nouvelles bouleversantes. Un thérapeute peut vous aider à faire face à l’incertitude et à vous adapter aux nouveaux changements dans votre corps.
    • Traitement des traumatismes. Un thérapeute peut vous aider à travailler sur des souvenirs traumatisants afin qu’ils deviennent moins pénibles et intrusifs. Un thérapeute peut également être une source de validation si votre traumatisme est lié à un abus médical ou à un mauvais traitement.

    Il n’est pas non plus nécessaire de se rendre dans un hôpital pour avoir accès à des soins de santé mentale. De nombreux professionnels de la santé mentale travaillent dans des cabinets privés. Certains proposent même des thérapies en ligne, ce qui facilite la prise en charge de l’anxiété dans un environnement où l’on se sent en sécurité.

    L’essentiel

    L’anxiété hospitalière est courante et il n’y a pas lieu d’en avoir honte. Il est naturel d’éprouver une certaine anxiété à l’hôpital, surtout lorsque l’on se sent déjà physiquement ou émotionnellement vulnérable.

    Si votre anxiété à l’hôpital devient suffisamment grave pour interférer avec vos soins de santé, il peut être judicieux de faire appel à un soutien professionnel. Un thérapeute peut vous enseigner des techniques de relaxation pour faire face à l’anxiété, et vous aider à identifier et à traiter des problèmes sous-jacents tels que le syndrome de stress post-traumatique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?