Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

La mémoire à court terme en psychologie : Types, durée et capacité

3 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    La mémoire à court terme est une composante de la mémoire qui conserve une petite quantité d’informations dans un état actif et facilement disponible pendant une brève période, généralement de quelques secondes à une minute. La durée de la MCT semble se situer entre 15 et 30 secondes, et la capacité de la MCT est limitée, souvent considérée comme étant d’environ 7±2 éléments.

    On la compare souvent à l' »espace de travail » du cerveau, qui permet des tâches telles que le raisonnement et la compréhension du langage. Les informations qui ne sont pas répétées ou traitées peuvent être rapidement oubliées.

    La mémoire à court terme (MCT) est la deuxième étape du modèle de mémoire à magasins multiples proposé par Atkinson-Shiffrin.

    La mémoire à court terme comporte trois aspects essentiels :

    1. Capacité limitée (seuls 7 éléments environ peuvent être stockés à la fois)
    2. Durée limitée (le stockage est très fragile, et l’information peut être perdue avec la distraction ou le passage du temps)
    3. Encodage (principalement acoustique, traduisant même les informations visuelles en sons).
    Apprenez des meilleurs mentors

    Capacité : Nombre magique 7

    La capacité de la mémoire à court terme est limitée. Une théorie classique proposée par George Miller (1956) suggère que le nombre moyen d’objets qu’un individu peut conserver dans sa mémoire à court terme est d’environ sept (plus ou moins 2 éléments).

    Miller pensait que la mémoire à court terme pouvait contenir 7 (plus ou moins 2 éléments) parce qu’elle ne disposait que d’un certain nombre de « fentes » pour stocker les éléments.

    Cependant, Miller n’a pas précisé la quantité d’informations pouvant être conservée dans chaque fente. En effet, si nous pouvons « regrouper » des informations, nous pouvons stocker beaucoup plus d’informations dans notre mémoire à court terme.

    La théorie de Miller est étayée par des preuves provenant de diverses études, telles que celle de Jacobs (1887). Il a utilisé le test de l’empan numérique avec toutes les lettres de l’alphabet et les chiffres, à l’exception de « w » et « 7 » parce qu’ils ont deux syllabes.

    Il a découvert que les gens ont plus de facilité à se souvenir des chiffres que des lettres. L’empan moyen pour les lettres était de 7,3, et pour les chiffres, de 9,3.

    Toutefois, la nature des éléments (par exemple, simples ou complexes) et les différences individuelles peuvent influencer cette capacité.

    Il convient également de noter que des techniques telles que le découpage en morceaux peuvent contribuer à augmenter la capacité effective en regroupant des éléments d’information individuels en unités plus grandes.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Durée

    La mémoire à court terme retient généralement l’information pendant 15 à 30 secondes environ. La durée de la mémoire à court terme semble se situer entre 15 et 30 secondes, selon Atkinson et Shiffrin (1971). Les éléments peuvent être conservés dans la mémoire à court terme en les répétant verbalement (encodage acoustique), un processus connu sous le nom de répétition.

    En utilisant une technique appelée technique de Brown-Peterson, qui empêche la possibilité de récupération en demandant aux participants de compter à rebours en 3s.

    Peterson et Peterson (1959) ont montré que plus le délai est long, moins l’information est rappelée. La perte rapide d’informations en mémoire lorsque la répétition est empêchée indique que la mémoire à court terme a une durée limitée.

    Si elle n’est pas répétée ou encodée dans la mémoire à long terme, l’information dans la mémoire à court terme est susceptible d’interférer et de se dégrader, ce qui entraîne son oubli.

    Il est important de noter que la durée de la mémoire à court terme peut varier d’un individu à l’autre et peut être influencée par des facteurs tels que l’attention, la distraction et la nature de l’information.

    Encodage

    L’encodage dans la mémoire à court terme implique principalement une représentation transitoire de l’information, généralement basée sur les attributs sensoriels de l’entrée. Voici comment fonctionne le codage dans la mémoire à court terme:

    1. Codage acoustique: Il s’agit de la forme la plus courante de codage dans la mémoire à court terme. Les informations, en particulier les informations verbales, sont souvent stockées sur la base de leur sonorité. C’est pourquoi, lorsque vous essayez de vous souvenir d’un numéro de téléphone, vous pouvez le répéter à haute voix ou l' »entendre » dans votre esprit.
    2. Encodage visuel: L’encodage visuel est le processus de stockage des images visuelles. Par exemple, si vous regardez brièvement une image et que vous essayez de vous en rappeler les détails quelques instants plus tard, vous faites appel à l’encodage visuel.
    3. Encodage sémantique: Il s’agit du traitement de la signification de l’information. Bien qu’il joue un rôle plus important dans l’encodage de la mémoire à long terme, il existe des tâches à court terme pour lesquelles le sens peut influencer la mémoire (par exemple, se souvenir de mots formant une phrase cohérente), les informations peuvent également être encodées par le toucher, bien que cela soit moins courant que l’encodage acoustique ou visuel pour les tâches de mémoire à court terme.

    Plusieurs facteurs, dont l’attention, la répétition et la nature de l’information, peuvent influencer l’efficacité de l’encodage dans la mémoire à court terme.

    Toutefois, sans traitement ultérieur, les données conservées dans la mémoire à court terme peuvent se dégrader ou être déplacées, ce qui souligne la nature éphémère de cette mémoire. Des méthodes d’encodage plus durables et plus élaborées, telles que le traitement en profondeur ou la formation d’associations, sont nécessaires pour faire passer les informations de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme.

    Mémoire de travail

    Baddeley et Hitch (1974) ont développé un autre modèle de mémoire à court terme, qu’ils appellent mémoire de travail.

    La mémoire à court terme et la mémoire de travail ne sont pas identiques, bien qu’il s’agisse de concepts étroitement liés. La mémoire à court terme fait référence au stockage temporaire d’informations, en les conservant pendant une brève période de temps.

    La mémoire de travail, quant à elle, implique non seulement le stockage, mais aussi la manipulation et le traitement de ces informations. La mémoire de travail est un système plus dynamique et plus complexe que le simple stockage à court terme.

    Références

    Atkinson, R. C., & Shiffrin, R. M. (1971). Les processus de contrôle de la mémoire à court terme. Institute for Mathematical Studies in the Social Sciences, Stanford University.

    Baddeley, A.D., & Hitch, G. (1974). Working memory. Dans G.H. Bower (Ed.), The psychology of learning and motivation : Advances in research and theory (Vol. 8, pp. 47-89). New York : Academic Press.

    Miller, G. (1956). Le nombre magique sept, plus ou moins deux : Quelques limites à notre capacité de traitement de l’information. , 63, 81-97.

    Peterson, L. R., & Peterson, M. J. (1959). Short-term retention of individual verbal items. Journal of experimental psychology, 58(3), 193-198.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?