Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Attachement anxieux ou évitant

2 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    La théorie de l’attachement, élaborée par les psychologues John Bowlby et Mary Ainsworth, permet de comprendre comment les individus nouent et maintiennent des relations avec les autres. Les styles d’attachement anxieux et évitant sont les deux principaux styles d’attachement identifiés dans la théorie de l’attachement.

    L’évitement de l’attachement décrit le degré auquel les personnes sont à l’aise avec l’intimité et la dépendance envers les autres. L’anxiété liée à l’attachement reflète le degré auquel les personnes craignent d’être abandonnées, rejetées et sous-estimées par leurs proches.

    attachment style conflict

    Les individus ayant un attachement évitant se caractérisent par un niveau élevé d’évitement de l’attachement. Ils ont souvent des difficultés avec l’intimité émotionnelle et donnent la priorité à leur indépendance.

    Ils sont réservés lorsqu’il s’agit de partager leurs émotions et leurs vulnérabilités. Elles ont tendance à vouloir préserver leur espace personnel et peuvent se sentir mal à l’aise lorsque les autres s’approchent trop près d’elles.

    Les personnes ayant un attachement anxieux ont tendance à avoir un niveau élevé d’anxiété liée à l’attachement. Ces personnes désirent souvent une proximité et une intimité constantes dans leurs relations et peuvent lutter contre toute distance émotionnelle perçue.

    Les personnes ayant un style d’attachement anxieux ont tendance à exprimer leurs émotions plus ouvertement et plus intensément. Elles cherchent fréquemment à être rassurées et validées par leur partenaire et peuvent être angoissées lorsque leurs besoins d’attention et d’affection ne sont pas satisfaits.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Différences entre l’attachement anxieux et l’attachement évitant

    Les styles d’attachement anxieux et évitant sont des modèles distincts de relations avec les autres dans les relations étroites.

    Les styles d’attachement anxieux et évitant sont tous deux considérés comme des styles d’attachement insécurisant car ils impliquent des sentiments d’insécurité, d’inconfort ou d’anxiété dans les relations.

    Toutefois, la façon dont cette peur est exprimée dans chaque style d’attachement est significativement différente.

    Bien que cet article traite des styles d’attachement en fonction de leurs définitions standard et de leurs comportements typiques, il est important de noter qu’il ne s’agit pas de catégories rigides et que les individus peuvent présenter une combinaison de tendances anxieuses et évitantes à des degrés divers.

    Voici quelques différences clés entre les styles d’attachement anxieux et évitant :

    Approche de la proximité et de l’intimité

    Les personnes ayant un style d’attachement anxieux ont tendance à désirer et à rechercher un niveau élevé de proximité émotionnelle et d’intimité dans leurs relations. Elles s’inquiètent souvent de la disponibilité de leur partenaire et peuvent se sentir insécurisées si elles perçoivent une certaine distance émotionnelle.

    Elles sont perpétuellement préoccupées par le fait que les autres ne répondront pas à leur besoin d’intimité ou ne leur fourniront pas la proximité qu’elles désirent.

    Les personnes ayant un style d’attachement évitant, par contre, sont plus mal à l’aise avec la proximité émotionnelle et peuvent l’éviter activement. Elles tiennent à leur indépendance et peuvent se sentir mal à l’aise ou étouffées lorsqu’elles perçoivent que leur partenaire se rapproche trop d’elles.

    Crainte de l’abandon ou du rejet

    Les personnes anxieuses ont une peur profonde de l’abandon et du rejet. Lorsqu’elles perçoivent une menace pour la relation, elles peuvent devenir anxieuses, collantes et chercher à être rassurées par leur partenaire pour soulager leur anxiété.

    Elles peuvent craindre que leur partenaire les quitte ou ne les aime pas autant qu’elles le désirent.

    Les personnes évitantes ont tendance à avoir peur de la dépendance et s’éloignent de leur partenaire pour faire face à ce qu’elles perçoivent comme une menace pour leur indépendance.

    Expressivité émotionnelle

    Les personnes ayant un style d’attachement anxieux ont tendance à exprimer leurs émotions plus intensément. Elles peuvent partager ouvertement leurs sentiments, cherchant souvent à être validées et rassurées par leur partenaire.

    A ce titre, les problèmes d’engagement ont tendance à être prévalents dans l’attachement évitant, car ces personnes peuvent se sentir mal à l’aise lorsque les autres se rapprochent trop d’elles.

    Approche de l’engagement

    Les personnes anxieuses ont souvent soif d’engagement et peuvent être désireuses de s’engager rapidement dans une relation à long terme. Elles peuvent s’inquiéter de l’engagement de leur partenaire et se sentir incertaines si celui-ci n’est pas aussi enthousiaste à l’égard de la relation.

    Les personnes évitantes ont tendance à avoir du mal à s’engager. Elles peuvent hésiter à s’engager ou à maintenir des relations à long terme parce qu’elles craignent de perdre leur indépendance.

    Problèmes de confiance

    Les problèmes de confiance peuvent être fréquents dans les styles d’attachement insécurisés.

    En raison de leur peur de l’abandon, les personnes ayant un attachement anxieux peuvent avoir du mal à croire que leur partenaire se soucie vraiment d’elles et restera engagé.

    Elles sont hyper-vigilantes aux signes d’abandon et peuvent devenir méfiantes à l’égard de leur partenaire si elles remarquent une distance perçue.

    Les personnes évitantes croient que les autres les rejetteront inévitablement. Ils ne croient pas que les autres puissent répondre à leurs besoins et comptent plutôt sur leur propre capacité à prendre soin d’eux-mêmes et à être autosuffisants.

    Style de communication

    Les personnes anxieuses ont tendance à exprimer leurs émotions ouvertement et intensément. Elles apprécient les conversations profondes qui leur permettent de nouer des liens intimes et d’apprendre à connaître quelqu’un sur le plan émotionnel.

    A l’inverse, les personnes évitantes ont généralement des limites strictes pour maintenir les autres à une distance émotionnelle. Elles préfèrent les conversations décontractées et légères aux conversations profondes et émotionnelles.

    En règle générale, elles ne divulguent pas beaucoup d’informations sur elles-mêmes, leurs sentiments ou leur passé.

    Mécanismes d’adaptation

    Les personnes anxieuses peuvent faire face au stress de la relation en cherchant à se rassurer, en discutant des problèmes ou en recherchant activement l’attention et l’affection de leur partenaire.

    Le conflit peut déclencher des stratégies d’hyperactivation chez les personnes anxieuses. Ils peuvent devenir collants, exigeants et possessifs pour s’assurer de la proximité et de l’affection de leur partenaire.

    Les individus évitants peuvent faire face en prenant leurs distances émotionnellement ou physiquement, en s’engageant dans des activités d’auto-apaisement ou en détournant leur attention de la relation lorsqu’ils se sentent dépassés.

    Ils peuvent repousser leur partenaire et refuser de communiquer parce qu’ils peuvent se sentir déstabilisés par des manifestations émotionnelles fortes.

    Satisfaction relationnelle

    Les personnes ayant un style d’attachement anxieux peuvent éprouver une satisfaction relationnelle moindre en raison de leurs inquiétudes constantes concernant l’abandon et de leur fort désir de réconfort et de proximité.

    Leur sensibilité accrue à tout signe perçu de rejet ou de négligence peut entraîner des troubles émotionnels et de l’insécurité dans la relation.

    Les personnes ayant un style d’attachement évitant peuvent également éprouver une satisfaction relationnelle plus faible, principalement en raison de leur malaise face à la proximité émotionnelle et de leur réticence à s’ouvrir.

    Aide aux proches

    Tout comme les enfants tirent un sentiment de sécurité de leurs parents dans les moments difficiles, les adultes se tournent vers leurs conjoints, les membres de leur famille et leurs amis lorsqu’ils sont confrontés à une situation de détresse.

    À l’âge adulte, les partenaires romantiques sont souvent les plus importants fournisseurs de soutien social et sont généralement la principale figure d’attachement dans les relations étroites entre adultes.

    Les personnes anxieuses ont tendance à être très attentives aux besoins émotionnels de leur partenaire ou de leurs enfants. Ils peuvent donc être vigilants quant au bien-être de leurs proches et chercher à leur apporter un soutien et une validation constants.

    Ils peuvent être prompts à réagir à la détresse perçue chez leurs proches et donner la priorité à leurs besoins plutôt qu’aux leurs.

    Cependant, il peut en résulter une hyperactivité dans les soins. Il s’agit d’un besoin égocentrique d’implication émotionnelle excessive dans les problèmes d’autrui. I️t peut se traduire par un soutien intrusif, contrôlant ou mal programmé, souvent en contradiction avec les besoins du demandeur de soins (Mikulincer & Shaver, 2007).

    Les personnes anxieusement attachées peuvent fournir de l’aide sans se soucier de savoir si leur partenaire a besoin d’aide et offrir du soutien même dans des situations moins stressantes.

    Elles ont tendance à montrer de l’inconfort et un manque d’intérêt pour l’aide, et ont des difficultés à comprendre les sentiments de leur partenaire (Shaver & Mikulincer, 2002). Ils peuvent donner la priorité à leur propre indépendance et autosuffisance plutôt que de fournir un soutien émotionnel aux autres.

    Ils peuvent être moins susceptibles d’offrir du réconfort ou un soutien émotionnel lorsque leur partenaire ou leurs enfants sont en détresse, ce qui peut donner à leurs proches le sentiment d’être négligés ou non soutenus.

    En outre, les aidants évitants peuvent trouver difficile d’exprimer ouvertement leur amour et leur affection. Ils peuvent avoir du mal à communiquer leurs intentions en matière de soins ou à donner de l’affection physique.

    Résumé

    Style d’attachement anxieux Style d’attachement évitant
    Self-perception Se perçoivent souvent comme indignes d’amour et sont préoccupés par la peur de l’abandon Se perçoivent souvent comme autosuffisants et donnent la priorité à l’indépendance plutôt qu’à l’intimité émotionnelle.
    Vue des autres Ils perçoivent généralement les autres comme peu fiables et incapables de répondre à leurs besoins. Ils considèrent généralement les autres comme intrusifs, trop exigeants ou indignes de confiance.
    Expressivité émotionnelle Tendance à être très émotif et prompt à exprimer ses sentiments, même au point de paraître collant. Tendance à réprimer ses émotions, et peut sembler détaché ou insensible dans des situations chargées d’émotion.
    Intimité Recherche de hauts niveaux d’intimité et d’approbation de la part des partenaires, paraissant souvent trop dépendants. Tendance à être mal à l’aise avec la proximité et l’intimité émotionnelle, préférant l’indépendance.
    Réponse aux conflits Crainte du rejet et de l’abandon pendant les conflits ; peut devenir trop accommodant, apaisant ou agressif en conséquence. Éviter les conflits ou les discussions sur les sentiments ; se retirer, détourner l’attention ou minimiser ses problèmes.

    Les personnes ayant un style d’attachement anxieux et évitant s’attirent-elles mutuellement ?

    Il n’est pas rare que les personnes ayant un style d’attachement anxieux et évitant soient attirées l’une par l’autre et établissent des relations. Cependant, la recherche sur le style d’attachement et la préférence des partenaires n’est pas encore concluante.

    Certaines recherches (par exemple, Baldwin et al., 1996) soutiennent l' » hypothèse de similarité « , qui suggère que les gens préfèrent des partenaires ayant un style d’attachement similaire au leur.

    D’autres recherches (par exemple, Collins et al., 2002) soutiennent l' » hypothèse de complémentarité « , qui suggère que les gens choisissent des partenaires qui confirment leurs attentes liées à l’attachement.

    Une autre hypothèse connue sous le nom d' »hypothèse attachement-sécurité » (Latty-Mann et Davis, 1996) suggère que tout le monde, quel que soit le style d’attachement, préfère les partenaires ayant un style d’attachement sûr.

    Une étude sur ce sujet a montré que les personnes prennent des décisions basées sur les hypothèses de similarité et d’attachement-sécurité lorsqu’elles choisissent des partenaires. En d’autres termes, ils préfèrent les partenaires qui ont un style d’attachement similaire ou sécurisé.

    Cependant, ils ont également constaté que lorsqu’il s’agit de maintenir une relation à long terme, les gens préfèrent les partenaires qui confirment leurs attentes basées sur l’attachement (l’hypothèse complémentaire).

    Pourquoi est-ce le cas ?

    Les chercheurs suggèrent qu’au cours de la période d’attraction initiale, les gens accordent plus d’importance à la disponibilité et à la réactivité souhaitées d’un partenaire potentiel.

    Cependant, au fur et à mesure que la relation progresse, la façon dont leur partenaire les fait penser et se sentir eux-mêmes devient plus importante.

    Ce phénomène peut s’expliquer par le fait que les gens préfèrent ce qui leur est familier et « sûr » En d’autres termes, lorsque les gens confirment ce que nous pensons de nous-mêmes et des autres (même si c’est négatif), cela nous semble exact et fiable.

    Si l’attirance entre les styles d’attachement peut conduire à des relations, il est important de noter qu’elle s’accompagne souvent de défis uniques. Les différences entre les styles d’attachement peuvent entraîner une mauvaise communication, des malentendus et des hauts et des bas émotionnels dans la relation.

    Cependant, avec la conscience de soi, la communication et la volonté de travailler sur leur dynamique d’attachement, les couples ayant des styles d’attachement différents peuvent construire des relations plus saines et plus sûres.

    Julia Simkus a édité cet article.

    Sources

    Holmes, B.M. & Johnson, K.R. (2009). Adult attachment and romantic partner preference : a review. Journal of Social and Personal Relationships, 26 (6-7), 833-852.

    Mikulincer, M., & Shaver, P. R. (2005). Attachment theory and emotions in close relationships : Exploring the attachment-related dynamics of emotional reactions to relational events. Personal Relationships, 12(2), 149-168.

    Mikulincer, M., & Shaver, P. R. (2007). Attachement à l’âge adulte : Structure, dynamics,and change. New York : Guilford Press.

    Simpson, J.A., Steven, R.W. (2017) Adult Attachment, Stress, and Romantic Relationships. Current Opinions in Psychology. 13 : 19-24.

    Vollmann, M., Sprang, S., & van den Brink, F. (2019). Attachement adulte et satisfaction relationnelle : Le rôle médiateur de la gratitude envers le partenaire. Journal des relations sociales et personnelles, 36(11-12), 3875-3886.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?