Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Les types et les signes de masochisme

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Une personne masochiste éprouve du plaisir à ressentir diverses formes de douleur. Il peut s’agir de tirer un plaisir sexuel de la douleur ou de l’humiliation, mais aussi de situations dans lesquelles les personnes recherchent ou apprécient des activités qui créent de la détresse, de l’inconfort ou de la douleur.

    Le masochisme est associé au BDSM, un acronyme qui désigne les pratiques sexuelles impliquant le bondage et la discipline, la domination et la soumission, ainsi que le sadisme et le masochisme. Un masochiste sexuel éprouve du plaisir sexuel en réponse à la douleur, au déni ou à l’humiliation.

    Cependant, le masochisme peut également s’appliquer à des comportements plus généraux et souvent moins sains. Dans ce cas, un masochiste peut s’engager dans des actions ou accepter un traitement de la part d’autres personnes qui sont blessantes, dégradantes ou physiquement ou émotionnellement douloureuses et qui provoquent chez l’individu des sentiments d’anxiété, de dépression, de culpabilité, de honte ou d’autres sentiments pénibles.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Types de masochisme

    Si le masochisme sexuel vient souvent à l’esprit des gens lorsqu’ils entendent ce terme, il existe d’autres formes non sexuelles de masochisme.

    Le psychanalyste Sigmund Freud a décrit trois types de masochisme :

    1. Erotique (sexuel)
    2. Féminin (psychologique)
    3. Moral
    • Masochisme sexuel : Freud a qualifié ce type de masochisme de masochisme érotique. Il consiste à trouver un plaisir sexuel dans l’expérience de la douleur.
    • Masochisme psychologique : il s’agit d’un type de masochisme non sexuel qui consiste à tirer du plaisir de la douleur psychologique. Cette douleur peut être auto-infligée ou causée par d’autres personnes
    • Masochisme moral : il s’agit d’une forme de masochisme qui consiste à invoquer la souffrance pour soulager des sentiments de culpabilité. Il peut s’agir d’autopunition et d’une forme de complexe de culpabilité, mais aussi d’actes d’autosacrifice, prosociaux ou altruistes qui profitent à autrui
    • Masochisme adaptatif : ce type de masochisme consiste à tirer du plaisir de périodes temporaires de douleur ou d’inconfort qui aboutissent finalement à une gratification différée. Par exemple, une personne peut garder une friandise préférée pour la savourer plus tard parce qu’elle aime l’agonie de l’anticipation.

    Une revue systématique de 2018 a révélé que le masochisme lié à l’inhibition de la gratification (c’est-à-dire le masochisme adaptatif) était le type de masochisme le plus sain. L’étude a montré que le fait de se sentir en conflit avec le masochisme, ou d’éprouver de la culpabilité, de la honte ou de la tristesse à trouver du plaisir dans la douleur, était le type de masochisme le moins sain et le plus pénible. De tels conflits étaient associés aux caractéristiques des troubles de la personnalité et de la dépression.

    Qu’est-ce que le trouble de la personnalité autodestructrice ?

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Masochiste vs. sadique

    Masochiste vs. sadique

    Bien que les termes « sadique et « masochiste soient souvent associés, ils ont des significations différentes.

    • Un sadiste est une personne qui tire du plaisir, y compris sexuel, à infliger de la douleur ou de l’humiliation à autrui. Dans le contexte du BDSM, cette pratique se fait avec consentement et intérêt partagé. Le terme peut également être utilisé pour désigner les personnes qui aiment être cruelles et blessantes.
    • Un masochiste, quant à lui, trouve du plaisir dans le déni, la dégradation ou la douleur physique.

    Comment savoir si quelqu’un est masochiste

    Le seul moyen de savoir si quelqu’un est masochiste est qu’il vous dise directement que c’est quelque chose qu’il aime. Vous pouvez percevoir certains indices si vous êtes son partenaire sexuel, mais la seule façon de le savoir est que cette personne choisisse de vous le dire.

    En ce qui concerne les comportements masochistes plus généraux, vous pourriez être en mesure de repérer des signes indiquant que vous ou une personne que vous connaissez êtes masochiste.

    Voici quelques indicateurs potentiels :

      • Recherche de situations qui impliquent un sacrifice de soi : Les personnes masochistes peuvent se mettre dans des situations où elles doivent faire passer les besoins des autres avant les leurs, souvent au point d’en souffrir.
      • Refus de demander de l’aide face à des situations douloureuses ou difficiles : Face à une situation difficile ou douloureuse, un masochiste peut choisir d’endurer la douleur plutôt que de demander aux autres de l’aide ou du soulagement.
      • S’engager dans des relations avec des personnes dominatrices ou narcissiques : Les masochistes peuvent se retrouver dans des relations avec des personnes dominantes ou qui ne s’intéressent qu’à elles-mêmes. Leurs partenaires peuvent les humilier, leur faire honte, les manipuler ou les négliger, avec ou sans leur consentement
      • Manque d’assertivité : Certains masochistes sont accommodants au point d’être soumis. Lorsqu’ils sont exploités, certains masochistes se défendent rarement ou ripostent. D’autres masochistes comprennent mieux comment leurs désirs et leurs besoins peuvent être satisfaits et peuvent s’affirmer pour les satisfaire d’une manière consensuelle et mutuellement agréable.
      • Perfectionnisme : Les personnes perfectionnistes s’imposent souvent à elles-mêmes et aux autres des normes impossibles à respecter. Lorsqu’elles ne parviennent pas à répondre aux attentes qu’elles se sont imposées, elles peuvent prendre plaisir à se punir pour ce qu’elles perçoivent comme des échecs.
      • L’absence de soins personnels, de petits plaisirs et de joies quotidiennes : le déni de soi est souvent un signe de masochisme. Un masochiste peut négliger ses besoins au point de souffrir ou prendre plaisir à se priver des choses qu’il aime. Il aime créer son propre inconfort.
      • Texte intérieur négatif : Une autocritique constante et un discours négatif sur soi peuvent parfois être le signe d’un masochisme. Un masochiste ne fait aucun effort pour changer ou réfuter ce discours auto-infligé et blessant.
      • Sabotage de soi : Les masochistes ont également tendance à saboter leurs propres chances de réussite. Bien que cela soit parfois lié à la peur du succès, certaines personnes peuvent tirer du plaisir de leur propre défaite. Lorsque les choses vont trop bien, une personne masochiste peut trouver un moyen de se saboter elle-même afin d’éprouver un sentiment de déception ou de misère.

    Qu’est-ce qui cause les gens à être masochistes ?

    Les causes exactes du masochisme ne sont pas tout à fait claires. Les différents types de masochisme peuvent avoir des causes différentes et des recherches supplémentaires sont nécessaires

    Une théorie sur l’origine des tendances masochistes remonte à l’enfance.

    Les racines d’une personnalité masochiste ou « autodestructrice » peuvent être le résultat d’une lutte précoce de volonté entre un enfant en développement et des parents déterminés à garder le contrôle de l’enfant à tout prix.

    Les parents qui exigent une obéissance et une conformité totales ne permettent pas à l’enfant d’avoir ses propres besoins, opinions, sentiments et désirs. L’amour et l’acceptation sont conditionnels et, lorsqu’ils sont poussés à l’extrême, les parents contrôlants peuvent châtier, abuser et humilier l’enfant, le menaçant d’abandon ou d’une punition pire encore s’il ne se conforme pas.

    Élevés dans cet environnement, les enfants peuvent réagir en gardant leurs blessures et leur ressentiment, en souhaitant se défendre contre leurs parents mais en n’ayant pas la capacité ou le pouvoir de le faire. Ce désir de douleur, de punition ou de vengeance peut être redirigé vers l’intérieur, l’enfant se punissant lui-même. Le comportement contrôlant ou critique d’un parent peut devenir la voix intériorisée d’un critique intérieur tyrannique et autodestructeur qui dit à l’enfant qu’il mérite le traitement qu’il reçoit.

    À l’âge adulte, cela peut se poursuivre de manière autodestructrice, ou ces pulsions peuvent être sexualisées et exprimées dans le contexte d’une relation BDSM consensuelle, communicative et mutuellement respectueuse.

    Masochisme non sexuel

    Bien que le sadisme et le masochisme soient distincts, certaines recherches ont montré que les personnes qui aiment se faire du mal ou être blessées sont également plus susceptibles de prendre du plaisir à faire souffrir d’autres personnes ou à leur causer de l’inconfort

    Une étude publiée en 2020 dans le Journal of Personality a établi un lien entre le masochisme non sexuel et les traits de personnalité antisociale.

    Dans cette étude, les personnes masochistes aimaient manger des plats épicés, recevoir des massages douloureux et entendre des blagues dégoûtantes. Ces personnes présentaient également des niveaux élevés de traits antisociaux, y compris ce que les chercheurs ont appelé le sadisme quotidien, la psychopathie subclinique et de faibles niveaux d’honnêteté et d’humilité.

    Masochisme sexuel

    Bien que la participation et l’intérêt pour le masochisme sexuel et les pratiques BDSM aient été historiquement liés à des facteurs tels que les traumatismes de l’enfance ou une fixation sexuelle malsaine, la recherche indique que ce n’est pas le cas.

    Une étude réalisée en 2020 n’a pas établi un tel lien. Les chercheurs suggèrent plutôt que ces intérêts représentent un élargissement des intérêts sexuels, et non une fixation.

    Dans une étude publiée dans The Journal of Sex Research, les participants ont déclaré qu’ils avaient un intérêt intrinsèque pour le masochisme et la soumission qu’ils avaient expérimentés pour la première fois à un âge précoce.

    L’étude a également mis en évidence d’autres facteurs associés à l’intérêt pour le masochisme :

    • Échange de pouvoir : Les participants ont déclaré aimer abandonner leur pouvoir et être forcés d’être vulnérables.
    • Douleur : Les participants ont suggéré qu’une « bonne » douleur pouvait être agréable.
    • Conscience modifiée : Certains participants ont également rapporté que le masochisme leur permettait de faire l’expérience d’un état modifié de conscience méditative et détendue, également appelé « sub espace ».

    Recherche sur la douleur

    Faire face aux traits masochistes

    Être masochiste n’est pas toujours négatif. Il n’est pas rare d’apprécier certains types de douleur dans des contextes spécifiques (comme le fait de prendre du plaisir en regardant des films tristes), et cela peut même être sain (comme le fait d’intégrer le masochisme sexuel dans une relation consensuelle et sexuellement positive).

    Mais si les tendances masochistes causent du tort, de la détresse ou conduisent à un comportement potentiellement risqué, il est important de demander de l’aide et de trouver des moyens efficaces de faire face à la situation.

    Parlez à un professionnel

    Si le fait d’être masochiste vous pose des problèmes, il peut être utile de parler à un professionnel de la santé mentale. Un thérapeute peut vous aider à comprendre pourquoi vous recherchez la douleur

    Pratiquer des stratégies de relaxation

    Cherchez à résoudre toute anxiété qui pourrait vous pousser à rechercher le plaisir par le masochisme. Les techniques de relaxation qui peuvent être utiles pour gérer le stress et l’anxiété sont les suivantes :

    Gérer les émotions négatives

    Les tendances masochistes sont plus susceptibles d’émerger lorsque vous êtes confronté à des sentiments négatifs, comme le fait de se sentir mal dans sa peau ou impuissant.

    Il peut être utile de trouver des moyens de mieux tolérer la détresse et de pratiquer l’acceptation émotionnelle lorsqu’il s’agit d’émotions négatives.

    Développer des mécanismes d’adaptation à la santé

    Vous êtes peut-être plus enclin à adopter des comportements masochistes lorsque vous ne savez pas comment faire face à la situation. L’apprentissage de mécanismes d’adaptation plus sains peut vous offrir des alternatives plus saines et plus productives.

    Les techniques d’adaptation positives peuvent inclure la recherche de soutien social, la tenue d’un journal, la distraction, l’exercice, la méditation, l’écoute de musique et le recadrage cognitif.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?