Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Taxonomie de Bloom de l’apprentissage

2 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    La taxonomie de Bloom est un ensemble de trois modèles hiérarchiques utilisés pour classer les objectifs d’apprentissage éducatif en niveaux de complexité et de spécificité. Les trois listes couvrent les objectifs d’apprentissage dans les domaines cognitif, affectif et sensoriel, à savoir : les capacités de réflexion, les réactions émotionnelles et les aptitudes physiques.

    Principaux enseignements

    • La taxonomie de Bloom est un modèle hiérarchique qui classe les objectifs d’apprentissage en fonction de différents niveaux de complexité, depuis les connaissances de base et la compréhension jusqu’à l’évaluation avancée et la création.
    • En 2001, la taxonomie initiale de Bloom a été révisée pour refléter le fait que l’apprentissage est un processus actif et non passif.
    • Même si la taxonomie de Bloom fait l’objet de plusieurs critiques valables, elle est encore largement utilisée dans le milieu éducatif aujourd’hui.
    blooms

    Prenez un moment et repensez à votre classe de sciences humaines de 7e année. Ou à n’importe quelle classe, de la maternelle à l’université. En entrant dans la salle, vous jetez un coup d’œil au tableau blanc pour voir les objectifs de la classe.

    « Les étudiants seront capables de… » est écrit au marqueur rouge. Ou peut-être quelque chose comme « à la fin du cours, vous serez capable de… » Ces objectifs d’apprentissage auxquels nous sommes exposés quotidiennement sont un produit de la taxonomie de Bloom.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Qu’est-ce que la taxonomie de Bloom ?

    La taxonomie de Bloom est un système de modèles hiérarchiques (disposés dans un rang, avec certains éléments en bas et d’autres en haut) utilisé pour classer les objectifs d’apprentissage selon différents niveaux de complexité (Bloom, 1956).

    Vous avez peut-être déjà entendu le mot « taxonomie » en cours de biologie, car il est le plus souvent utilisé pour désigner la classification des êtres vivants, du règne à l’espèce.

    De la même manière que cette taxonomie classe les organismes, la taxonomie de Bloom classe les objectifs d’apprentissage des étudiants, du rappel de faits à la production d’un travail nouveau et original.

    La taxonomie de Bloom comprend trois domaines d’apprentissage : cognitif, affectif et psychomoteur. Au sein de chaque domaine, l’apprentissage peut se faire à un certain nombre de niveaux allant du simple au complexe.

    Développement de la taxonomie

    Benjamin Bloom était un psychologue de l’éducation et le président du comité des éducateurs de l’université de Chicago.

    Au milieu des années 1950, Benjamin Bloom a travaillé en collaboration avec Max Englehart, Edward Furst, Walter Hill et David Krathwohl pour concevoir un système qui classe les niveaux de fonctionnement cognitif et donne un sens à la structure des divers processus mentaux que nous connaissons (Armstrong, 2010).

    En menant une série d’études axées sur les résultats des élèves, l’équipe a pu isoler certains facteurs, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’environnement scolaire, qui influent sur la manière dont les enfants apprennent.

    L’un de ces facteurs était le manque de variation dans l’enseignement. En d’autres termes, les enseignants ne répondaient pas aux besoins individuels de chaque élève et s’appuyaient plutôt sur un programme universel.

    Pour remédier à ce problème, Bloom et ses collègues ont postulé que si les enseignants fournissaient des plans éducatifs individualisés, les élèves apprendraient beaucoup mieux.

    Cette hypothèse a inspiré le développement de la procédure d’apprentissage par la maîtrise de Bloom, dans laquelle les enseignants organisaient des compétences et des concepts spécifiques en unités d’une semaine.

    L’achèvement de chaque unité était suivi d’une évaluation au cours de laquelle l’élève réfléchissait à ce qu’il avait appris. L’évaluation permet d’identifier les domaines dans lesquels l’élève a besoin d’un soutien supplémentaire, et des activités correctives lui sont alors proposées pour renforcer sa maîtrise du concept (Bloom, 1971).

    Cette théorie selon laquelle les élèves sont capables de maîtriser les matières lorsque les enseignants s’appuient sur des conditions d’apprentissage adéquates et des objectifs d’apprentissage clairs est guidée par la taxonomie de Bloom.

    La taxonomie originale (1956)

    La taxonomie de Bloom a été publiée à l’origine en 1956 dans un document intitulé Taxonomie des objectifs éducatifs (Bloom, 1956).

    La taxonomie propose différents niveaux d’objectifs d’apprentissage, divisés en fonction de leur complexité. Ce n’est qu’après avoir maîtrisé un niveau d’objectifs d’apprentissage, grâce à des évaluations formatives, des activités correctives et d’autres exercices d’enrichissement, que l’élève peut passer au niveau suivant (Guskey, 2005).

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Domaine cognitif (1956)

    Concerné par la pensée et l’intellect

    La version originale de la taxonomie, le domaine cognitif, est la première et la plus courante des hiérarchies d’objectifs d’apprentissage (Bloom, 1956). Elle se concentre sur l’acquisition et l’application des connaissances et est largement utilisée dans le milieu éducatif.

    Ce modèle cognitif initial s’appuie sur des noms, ou des mots plus passifs, pour illustrer les différents repères éducatifs.

    Original Bloom

    Parce qu’elle est hiérarchique, les niveaux supérieurs de la pyramide dépendent de l’acquisition des compétences des niveaux inférieurs.

    Les différents niveaux du modèle cognitif, de bas en haut, avec des exemples, sont les suivants:

    1. Connaissances : le rappel d’informations ou de connaissances est le fondement de la pyramide et une condition préalable à tous les niveaux ultérieurs →
      Exemple : Nommez trois types de viande courants.
    2. Compréhension : donner un sens à l’information →
      Exemple : résumer les caractéristiques du steak, du porc et du poulet.
    3. Application : utiliser les connaissances sous une forme nouvelle mais similaire →
      Exemple : La consommation de viande contribue-t-elle à améliorer la longévité ?
    4. Analyse : décomposer les connaissances et explorer les relations →
      Exemple : Comparer et opposer les différentes façons de servir la viande et comparer les bénéfices pour la santé.
    5. Synthèse : utiliser des informations pour créer quelque chose de nouveau →
      Exemple : Transformer une recette de viande « malsaine » en une recette « saine » en remplaçant certains ingrédients. Argumentez les avantages pour la santé d’utiliser les ingrédients que vous avez choisis plutôt que les ingrédients originaux.
    6. Évaluation : examiner de façon critique les informations pertinentes et disponibles pour porter des jugements →
      Exemple : Quelles sortes de viande sont les meilleures pour préparer un repas sain et pourquoi ?

    Types de connaissances

    Bien que la connaissance puisse être le bloc le plus intuitif de la pyramide du modèle cognitif, cette dimension est en fait décomposée en quatre types de connaissances différents:

    1. La connaissance factuelle fait référence à la connaissance de la terminologie et de détails spécifiques.
    2. La connaissance conceptuelle décrit la connaissance des catégories, des principes, des théories et des structures.
    3. La connaissance procédurale englobe toutes les formes de connaissances liées à des compétences, des algorithmes, des techniques et des méthodes spécifiques.
    4. Les connaissances métacognitives définissent les connaissances liées à la pensée – les connaissances sur les tâches cognitives et la connaissance de soi (« Revised Bloom’s Taxonomy », n.d.).

    Cependant, cela ne veut pas dire que cet ordre reflète le degré de concrétude ou d’abstraction de ces formes de connaissances (par exemple, les connaissances procédurales ne sont pas toujours plus abstraites que les autres), néanmoins, il est important de présenter ces différentes formes de connaissances pour montrer qu’elles sont plus dynamiques qu’on ne le pense et qu’il existe de nombreux types de connaissances qui peuvent être rappelées avant de passer à la phase de compréhension.

    Alors que la taxonomie originale de 1956 se concentrait uniquement sur un modèle cognitif de l’apprentissage pouvant être appliqué en classe, un modèle affectif de l’apprentissage a été publié en 1964 et un modèle psychomoteur dans les années 1970.

    Le domaine affectif (1964)

    Concernant les sentiments et les émotions

    Le modèle affectif est venu comme un deuxième manuel (le premier étant le modèle cognitif) et une extension du travail original de Bloom (Krathwol et al…, 1964).

     Bloom

    Ce domaine se concentre sur la manière dont nous gérons tout ce qui est lié aux émotions, comme les sentiments, les valeurs, l’appréciation, l’enthousiasme, les motivations et les attitudes (Clark, 2015).

    Du plus bas au plus haut, avec des exemples inclus, les cinq niveaux sont :

    1. Recevoir : conscience de base →
      Exemple : Écouter et se souvenir des noms de ses camarades de classe lorsqu’on les rencontre le premier jour d’école.
    2. Réagir : participation active et réaction à des stimuli, en mettant l’accent sur la réponse →
      Exemple : participer à une discussion en classe.
    3. Valorisation : la valeur associée à un objet particulier ou à un élément d’information, allant de l’acceptation de base à l’engagement complexe ; les valeurs sont d’une certaine manière liées aux connaissances et expériences antérieures →
      Exemple : Valoriser la diversité et être sensible aux antécédents et croyances des autres.
    4. Organiser : classer les valeurs en priorités et créer un système de valeurs unique en mettant l’accent sur la comparaison et la mise en relation de valeurs précédemment identifiées →
      Exemple : Accepter les normes éthiques professionnelles.
    5. Caractériser : construire un savoir abstrait basé sur les connaissances acquises aux quatre niveaux précédents ; le système de valeurs est maintenant pleinement en vigueur et contrôle la façon dont vous vous comportez →
      Exemple : Afficher un engagement professionnel à l’égard des normes éthiques sur le lieu de travail.

    Le domaine psychomoteur (1972)

    Concernant le comportement habile

    Le domaine psychomoteur de la taxonomie de Bloom se réfère à la capacité de manipuler physiquement un outil ou un instrument. Il comprend le mouvement physique, la coordination et l’utilisation des domaines de compétences motrices. Il se concentre sur le développement des compétences et la maîtrise des tâches physiques et manuelles.

    La maîtrise de ces compétences spécifiques est marquée par la vitesse, la précision et la distance. Ces compétences psychomotrices vont de tâches simples, comme laver une voiture, à des tâches plus complexes, comme faire fonctionner un équipement technologique complexe.

    Comme pour le domaine cognitif, le modèle psychomoteur n’est pas sans modifications. Ce modèle a été publié pour la première fois par Robert Armstrong et ses collègues en 1970 et comprend cinq niveaux:

    1) imitation ; 2) manipulation ; 3) précision ; 4) articulation ; 5) naturalisation. Ces niveaux représentent différents degrés d’exécution d’une compétence, de l’exposition à la maîtrise.

    domaine psychomoteur de l'apprentissage et des objectifs
    Le troisième et dernier domaine de la taxonomie de Bloom est le domaine psychomoteur. Deux ans plus tard, Anita Harrow (1972) a proposé une version révisée comportant six niveaux:

    1) mouvements réflexes ; 2) mouvements fondamentaux ; 3) capacités perceptives ; 4) capacités physiques ; 5) mouvements habiles ; 6) communication non discursive.

    Ce modèle vise à développer la condition physique, la dextérité, l’agilité et le contrôle du corps et met l’accent sur divers degrés de coordination, des réflexes aux mouvements hautement expressifs.

    La même année, Elizabeth Simpson (1972) a créé une taxonomie qui progresse de l’observation à l’invention.

    Les sept niveaux, accompagnés d’exemples, sont énumérés ci-dessous:

    1. Perception : conscience de base →
      Exemple : Estimer où une balle va atterrir après avoir été lancée et guider ses mouvements pour être en position de l’attraper.
    2. Ensemble : disposition à agir ; état d’esprit mental, physique et émotionnel qui vous fait agir comme vous le faites →
      Exemple : désir d’apprendre à lancer un coup parfait, en reconnaissant son incapacité actuelle à le faire.
    3. Réponse guidée : stade initial de la maîtrise d’une habileté physique. Elle nécessite des essais et des erreurs →
      Exemple : Lancer un ballon après avoir observé un entraîneur le faire, tout en portant une attention particulière aux mouvements requis.
    4. Mécanisme : l’étape intermédiaire de la maîtrise d’une habileté. Il s’agit de convertir les réponses apprises en réactions habituelles afin qu’elles puissent être exécutées avec confiance et compétence →
      Exemple : Lancer avec succès une balle au receveur.
    5. Réponse manifeste complexe : exécuter habilement des mouvements complexes de façon automatique et sans hésitation →
      Exemple : Lancer un coup parfait dans le gant du receveur.
    6. Adaptation : les habiletés sont tellement développées qu’elles peuvent être modifiées en fonction de certaines exigences →
      Exemple : Lancer une prise parfaite au receveur même si un frappeur est debout à la plaque.
    7. Origination : la capacité de créer de nouveaux mouvements en fonction de la situation ou du problème. Ces mouvements sont dérivés d’un ensemble de mouvements physiques déjà développés →
      Exemple : Prendre l’ensemble des compétences nécessaires pour lancer une balle rapide parfaite et apprendre à lancer une balle courbe.

    La taxonomie révisée (2001)

    En 2001, le modèle cognitif original a été modifié par les psychologues de l’éducation David Krathwol (avec qui Bloom a travaillé sur la taxonomie initiale) et Lorin Anderson (un ancien étudiant de Bloom) et publié sous le titre A Taxonomy for Teaching, Learning, and Assessment (Une taxonomie pour l’enseignement, l’apprentissage et l’évaluation).

    Revised Bloom

    Cette taxonomie révisée met l’accent sur une approche plus dynamique de l’éducation au lieu d’enfermer les objectifs éducatifs dans des espaces fixes et immuables.

    Pour refléter ce modèle actif d’apprentissage, la version révisée utilise des verbes pour décrire le processus actif d’apprentissage et supprime les noms utilisés dans la version originale (Armstrong, 2001).

    La figure ci-dessous illustre les mots qui ont été changés et un léger ajustement de la hiérarchie elle-même (l’évaluation et la synthèse ont été échangées). Les modèles cognitif, affectif et psychomoteur constituent la taxonomie de Bloom.

    Comment la taxonomie de Bloom peut aider à la conception des cours

    Grâce à la taxonomie de Bloom, les enseignants disposent au niveau national d’un outil pour guider l’élaboration des devoirs, des évaluations et des programmes d’études dans leur ensemble.

    Ce modèle aide les enseignants à identifier les principaux objectifs d’apprentissage qu’ils souhaitent que les étudiants atteignent pour chaque unité, car il détaille de manière succincte le processus d’apprentissage.

    La taxonomie explique que (Shabatura, 2013) :

    1. Avant de comprendre un concept, il faut s’en souvenir;
    2. Pour appliquer un concept, il faut d’abord le comprendre;
    3. Pour évaluer un processus, il faut d’abord l’analyser;
    4. Pour créer quelque chose de nouveau, il faut avoir effectué une évaluation approfondie

    Cette hiérarchie fait passer les élèves par un processus de synthèse des informations qui leur permet de faire preuve d’esprit critique. Non seulement la taxonomie de Bloom aide les enseignants à comprendre le processus d’apprentissage, mais elle fournit également des conseils plus concrets sur la manière de créer des objectifs d’apprentissage efficaces.

    Niveau de Bloom Verbes clés (mots-clés) Exemple d’objectif d’apprentissage
    Créer concevoir, formuler, construire, inventer, créer, composer, générer, dériver, modifier, développer. À la fin de cette leçon, l’élève sera capable de concevoir un problème original de devoir traitant du principe de conservation de l’énergie.
    Évaluer choisir, soutenir, relier, déterminer, défendre, juger, classer, comparer, contraster, argumenter, justifier, soutenir, convaincre, sélectionner, évaluer. À la fin de cette leçon, l’élève sera en mesure de déterminer si l’utilisation de la conservation de l’énergie ou de la conservation de la quantité de mouvement serait plus appropriée pour résoudre un problème de dynamique.
    Analyser classer, décomposer, catégoriser, analyser, schématiser, illustrer, critiquer, simplifier, associer. À la fin de cette leçon, l’élève sera capable de différencier l’énergie potentielle de l’énergie cinétique.
    Appliquer calculer, prédire, appliquer, résoudre, illustrer, utiliser, démontrer, déterminer, modéliser, exécuter, présenter. À la fin de cette leçon, l’élève sera capable de calculer l’énergie cinétique d’un projectile.
    Comprendre décrire, expliquer, paraphraser, reformuler, donner des exemples originaux de, résumer, contraster, interpréter, discuter. À la fin de cette leçon, l’élève sera capable de décrire les trois lois du mouvement de Newton dans ses propres mots
    Souvenir lister, réciter, souligner, définir, nommer, faire correspondre, citer, rappeler, identifier, étiqueter, reconnaître. À la fin de cette leçon, l’élève sera capable de réciter les trois lois du mouvement de Newton.

    La version révisée rappelle aux enseignants que l’apprentissage est un processus actif, soulignant l’importance d’inclure des verbes mesurables dans les objectifs.

    Et la structure claire de la taxonomie elle-même souligne l’importance de garder les objectifs d’apprentissage clairs et concis par opposition à vagues et abstraits (Shabatura, 2013).

    La taxonomie de Bloom s’applique même au niveau plus large du cours. En d’autres termes, la taxonomie de Bloom peut non seulement être appliquée à des unités de cours spécifiques, mais aussi à l’ensemble d’un cours afin de déterminer les objectifs d’apprentissage de ce cours.

    Particulièrement, les cours d’introduction de niveau inférieur, généralement destinés aux étudiants de première année, cibleront les compétences d’ordre inférieur de Bloom au fur et à mesure que les étudiants acquièrent des connaissances fondamentales.

    Le fait de disposer de ces objectifs clairs et organisés permet aux enseignants de planifier et de dispenser un enseignement approprié, de concevoir des tâches et des évaluations valables et de s’assurer que cet enseignement et ces évaluations correspondent effectivement aux objectifs définis (Armstrong, 2010).

    Dans l’ensemble, la taxonomie de Bloom aide les enseignants à enseigner et les étudiants à apprendre !

    Évaluation critique

    La taxonomie de Bloom accomplit la tâche apparemment intimidante de prendre le sujet important et complexe de la pensée et de lui donner une structure concrète.

    La taxonomie continue de fournir aux enseignants et aux éducateurs un cadre pour guider la façon dont ils fixent les objectifs d’apprentissage pour les étudiants et la façon dont ils conçoivent leur programme d’études.

    En outre, en posant des questions spécifiques ou en proposant des devoirs généraux qui s’alignent sur les principes de Bloom, les étudiants sont encouragés à s’engager dans une réflexion de niveau supérieur.

    Cependant, même si elle est encore utilisée aujourd’hui, cette taxonomie n’est pas exempte de défauts. Comme nous l’avons déjà mentionné, la taxonomie initiale de 1956 présentait l’apprentissage comme un concept statique.

    Bien que ce problème ait finalement été résolu par la version révisée de 2001 qui incluait des verbes actifs pour souligner la nature dynamique de l’apprentissage, la structure mise à jour de Bloom fait toujours l’objet de multiples critiques.

    De nombreux psychologues contestent la nature pyramidale de la taxonomie. La forme crée la fausse impression que ces étapes cognitives sont distinctes et doivent être réalisées indépendamment les unes des autres (Anderson & Krathwol, 2001).

    Pourtant, la plupart des tâches exigent que plusieurs compétences cognitives travaillent en tandem les unes avec les autres. En d’autres termes, une tâche ne sera pas seulement une tâche d’analyse ou de compréhension. La structure donne également l’impression que certaines de ces compétences sont plus difficiles et plus importantes que d’autres. Cependant, l’adoption de cet état d’esprit fait que l’on accorde moins d’importance à la connaissance et à la compréhension, qui sont tout aussi importantes, sinon plus, que les processus situés au sommet de la pyramide.

    En outre, l’auteur Doug Lemov (2017) affirme que cela contribue à une tendance nationale à dévaloriser l’importance de la connaissance. Il va même plus loin en affirmant que les élèves à faible revenu, qui sont moins exposés aux sources d’information, souffrent d’un déficit de connaissances dans les écoles.

    Un troisième problème avec la taxonomie est que l’ordre même des éléments est inexact. Lorsque nous apprenons, nous ne commençons pas toujours par nous souvenir, puis nous passons à la compréhension et à la création de quelque chose de nouveau. Par exemple, vous ne savez pas comment rédiger un essai tant que vous ne l’avez pas fait. Et vous ne saurez peut-être pas comment parler espagnol tant que vous ne l’aurez pas fait (Berger, 2020).

    C’est dans l’action que réside l’apprentissage, par opposition à un processus régimenté et linéaire. Malgré ces critiques valables de la taxonomie de Bloom, ce modèle est encore largement utilisé aujourd’hui.

    FAQs

    Qu’est-ce que la taxonomie de Bloom ?

    La taxonomie de Bloom est un modèle hiérarchique des compétences cognitives en éducation, développé par Benjamin Bloom en 1956.

    La taxonomie de Bloom expliquée aux étudiants?

    La taxonomie de Bloom est un cadre qui vous aide à comprendre et à aborder l’apprentissage d’une manière structurée. Imaginez-la comme une échelle à six échelons.

    1. Se souvenir : C’est la première étape, où vous apprenez à vous rappeler ou à reconnaître des faits et des concepts de base.

    2. Comprendre : Vous expliquez les idées ou les concepts et donnez un sens à l’information.

    3. Appliquer : Vous appliquez ce que vous avez compris pour résoudre des problèmes dans de nouvelles situations.

    4. Analyser : À cette étape, vous divisez l’information en plusieurs parties afin d’explorer la compréhension et les relations.

    5. Évaluer : il s’agit de juger de la valeur des idées ou du matériel.

    6. Créer : il s’agit de l’étape supérieure au cours de laquelle vous combinez des informations pour former un nouvel ensemble ou proposer des solutions alternatives.

    La taxonomie de Bloom vous aide à apprendre plus efficacement en construisant vos connaissances à partir d’une simple mémorisation jusqu’à des niveaux de pensée plus élevés.

    Références

    Anderson, L. W., Krathwohl, D. R. (2001). Une taxonomie pour l’apprentissage, l’enseignement et l’évaluation : A Revision of Bloom’s Taxonomy of Educational Objectives. New York : Longman.

    Armstrong, P. (2010). . Consulté sur le site https://cft.vanderbilt.edu/guides-sub-pages/blooms-taxonomy/

    Armstrong, R. J. (1970). Développement et rédaction d’objectifs comportementaux.

    Berger, R. (2020). Voici ce qui ne va pas avec la taxonomie de Bloom : Une perspective d’apprentissage plus profond (opinion). Récupéré de https://www.edweek.org/education/opinion-heres-whats-wrong-with-blooms-taxonomy-a-deeper-learning-perspective/2018/03

    Bloom, B. S. (1956). Taxonomie des objectifs éducatifs. Vol. 1 : Domaine cognitif. , 20, 24.

    Bloom, B. S. (1971). Mastery learning. In J. H. Block (Ed.), Mastery learning : Theory and practice (pp. 47-63). New York : Holt, Rinehart and Winston.

    Clark, D. (2015). Taxonomie de Bloom : le domaine affectif. Consulté sur http://www.nwlink.com/~donclark/hrd/Bloom/affective_domain.html

    Guskey, T. R. (2005). L’évaluation formative en classe et Benjamin S. Bloom : Theory, Research, and Implications. Online Submission.

    Harrow, A.J. (1972). A taxonomy of the psychomotor domain. New York : David McKay Co.

    Krathwohl, D. R. (2002). Une révision de la taxonomie de Bloom : An overview. (4), 212-218.

    Krathwohl, D.R., Bloom, B.S., & Masia, B.B. (1964). Taxonomie des objectifs éducatifs : La classification des objectifs éducatifs. Manuel II : Domaine affectif. New York : David McKay Co.

    Lemov, D. (2017). Lemov, D. (2017). La taxonomie de Bloom – cette pyramide est un problème. Consulté sur https://teachlikeachampion.com/blog/blooms-taxonomy-pyramid-problem/

    Revised Bloom’s Taxonomy. (n.d.). Consulté sur le site https://www.celt.iastate.edu/teaching/effective-teaching-practices/revised-blooms-taxonomy/

    Shabatura, J. (2013). Utilisation de la taxonomie de Bloom pour rédiger des objectifs d’apprentissage efficaces. Consulté sur le site https://tips.uark.edu/using-blooms-taxonomy/

    Simpson, E. J. (1972). The classification of educational objectives in the Psychomotor domain, Université de l’Illinois. Urbana.

    Lectures complémentaires

    • Kolb’s Learning Styles
    • Bloom’s Taxonomy Verb Chart
    • Bloom, B. S. (1956). Taxonomie des objectifs éducatifs. Vol. 1 : Cognitive domain. New York : McKay, 20, 24.
    • Krathwohl, D. R. (2002). Une révision de la taxonomie de Bloom : An overview. Theory into practice, 41(4), 212-218.
    • Méthode d’éducation Montessori

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *