Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Le syndrome du dormeur court

4 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Apprenez des meilleurs mentors

    Qu’est-ce que le syndrome du dormeur court ?

    Le syndrome du sommeil court (SSC) est un trouble du sommeil caractérisé par une durée de sommeil inférieure à six heures par nuit. La plupart des adultes ont besoin de sept heures de sommeil ou plus chaque nuit pour se sentir reposés le matin. Les personnes atteintes du SSS peuvent toutefois fonctionner normalement tout au long de la journée malgré un manque de sommeil. Elles n’ont pas besoin de faire des siestes ou de dormir plus que la normale pour récupérer du manque de sommeil. Ces personnes sont différentes des petits dormeurs qui choisissent de limiter leur sommeil.

    Le besoin minimal de sommeil se produit naturellement chez les personnes atteintes de SSS. Elles n’ont pas l’intention de restreindre ou d’éviter le sommeil. En fait, leur schéma de sommeil court est le même la plupart des nuits, y compris les week-ends et les jours fériés.

    Le schéma de sommeil court commence généralement dans l’enfance ou l’adolescence et se poursuit à l’âge adulte. Les chercheurs pensent que ce phénomène peut être dû à une mutation génétique. Cette mutation pourrait permettre aux personnes de bien fonctionner avec moins de six heures de sommeil par nuit.

    Symptômes du syndrome du dormeur court

    Les personnes atteintes du syndrome du dormeur court dorment moins de six heures par nuit et sont toujours capables de bien fonctionner tout au long de la journée. Elles peuvent être performantes au travail ou à l’école malgré leur courte durée de sommeil. En outre, elles ne ressentent pas le besoin de faire des siestes ou de dormir davantage le week-end.

    Bien que le SSS ne soit pas considéré comme un trouble du sommeil, il se peut que vous ayez un problème de sommeil si vous :

    • vous sentez fatigué tout au long de la journée
    • avez besoin d’au moins une sieste par jour
    • avez des difficultés à vous endormir le soir
    • avez des difficultés à rester endormi le soir
    • réveillez-vous fréquemment tout au long de la nuit

    Prenez rendez-vous avec votre médecin si vous ressentez l’un de ces symptômes plusieurs fois par semaine.

    Causes du syndrome du dormeur court

    Les données scientifiques suggèrent que le syndrome du dormeur court pourrait être associé à une mutation génétique.

    Une étude réalisée en 2014 à l’université de Pittsburgh a révélé qu’un petit pourcentage de personnes possédait un gène du sommeil court. L’étude a comparé des jumeaux identiques, l’un porteur de la mutation du gène du sommeil court et l’autre dépourvu de cette mutation. Les jumeaux ont effectué des tâches cognitives après avoir dormi le même nombre d’heures la nuit précédente. Ce changement dans les gènes permet aux personnes porteuses de la mutation de penser et de fonctionner normalement avec moins de sommeil que les autres. Cette altération a également été constatée chez une mère et sa fille qui dormaient en moyenne 6,25 heures par nuit, alors que les membres de leur famille dormaient environ 8 heures régulièrement.

    Lorsque cette même mutation génétique a été introduite dans des souris et des drosophiles, les deux espèces dormaient naturellement moins que leurs homologues qui n’avaient pas subi la modification génétique. Cependant, les chercheurs notent que la complexité du sommeil humain ne s’explique pas par un seul gène. Les scientifiques pensent que plusieurs gènes sont impliqués.

    Diagnostic du syndrome du petit dormeur

    Pour établir un diagnostic précis, votre médecin voudra probablement discuter de vos habitudes de sommeil. Il pourra également vous remettre un questionnaire appelé Morningness-Eveningness Questionnaire. Cet outil d’évaluation contient 19 questions qui aident à déterminer à quel moment vous effectuez généralement vos activités quotidiennes. De même, le questionnaire sur le chronotype de Munich peut être utilisé pour vous classer en tant que personne « du matin » ou « du soir ». Ces questionnaires peuvent aider votre médecin à évaluer votre état.

    Votre médecin peut également vous demander de tenir un journal du sommeil dans lequel vous notez:

    • le temps total passé endormi et éveillé
    • le nombre de fois où vous vous réveillez chaque nuit
    • les symptômes pendant la journée tels que la somnolence ou la fréquence des siestes

    Les personnes souffrant de SSS « naturel » n’ont pas besoin d’autres tests ou traitements, car elles ne souffrent pas d’un trouble proprement dit. Cette situation est différente de celle des personnes qui se privent délibérément de sommeil. Si votre médecin soupçonne que vous avez des habitudes de sommeil malsaines, il peut effectuer certains tests de laboratoire, y compris l’un ou l’ensemble des tests suivants:

    Polysomnographie (étude du sommeil)

    Une polysomnographie, ou étude du sommeil, est effectuée dans un laboratoire spécial pendant que vous êtes complètement endormi(e). Votre médecin vous observera pendant que vous dormez, enregistrera des données sur vos habitudes de sommeil et recherchera les signes d’un trouble du sommeil. Pour l’aider à établir un diagnostic, il mesurera vos ondes cérébrales, vos niveaux d’oxygène et vos fréquences cardiaque et respiratoire.

    Actigraphie

    L’actigraphe est un appareil portable que vous pouvez porter au poignet ou à la cheville. Il mesure l’heure de la journée et le niveau de vos activités. Cela peut aider à déterminer certains aspects du sommeil, comme la durée totale du sommeil et les périodes d’éveil. Ce test dure généralement une semaine. Les résultats sont souvent utilisés conjointement avec les informations recueillies dans l’agenda du sommeil.

    Traitement des troubles du sommeil

    Le traitement des troubles du sommeil se concentre souvent sur les moyens de vous aider à réguler vos horaires de sommeil et d’éveil. Le corps humain est programmé pour dormir lorsqu’il fait sombre et pour se réveiller lorsqu’il fait clair. Cependant, si vous souffrez de troubles du sommeil, il est peu probable que vous dormiez pendant ces heures « naturelles ». Le traitement peut vous aider en utilisant la lumière et l’obscurité pour rétablir le rythme naturel de votre corps.

    L’hygiène du sommeil

    L’hygiène du sommeil est une combinaison d’outils utilisés pour retrouver un sommeil réparateur. Prendre ces habitudes peut être un bon moyen de maintenir un sommeil sain. C’est souvent un point de départ utile pour les personnes qui ont des difficultés à s’endormir ou à rester endormies. Voici quelques-unes des recommandations de la National Sleep Foundation:

    • Limiter les siestes à 30 minutes ou moins.
    • Ne pas utiliser de stimulants comme la caféine et la nicotine avant le coucher.
    • Éviter l’alcool avant le coucher. Bien qu’il puisse aider certaines personnes à s’endormir, il perturbe souvent le sommeil une fois que l’alcool est traité par l’organisme.
    • L’exercice physique quotidien régulier (30 minutes par jour pendant cinq jours par semaine) peut améliorer la qualité du sommeil.
    • Évitez de manger avant de vous coucher, en particulier les aliments connus pour provoquer des indigestions.
    • Développez une routine nocturne qui inclut la relaxation et une heure de coucher constante.
    • Assurez un environnement de sommeil confortable : Une chambre à coucher fraîche entre 60˚F et 67˚F (15,55˚C et 19,44˚C), pas de lumière supplémentaire provenant d’écrans, de fenêtres ou de lampes, et des bouchons d’oreille ou des masques pour les yeux pour réduire les distractions sonores ou lumineuses.

    Pour plus de soutien au sommeil, consultez notre boutique du sommeil.

    Luminothérapie

    La luminothérapie consiste en l’utilisation de la lumière artificielle pour réguler le sommeil. Pour suivre une thérapie par la lumière, vous devrez peut-être acheter une boîte à lumière. Il s’agit d’une machine spéciale qui produit une lumière à spectre complet qui ressemble à la lumière du soleil.

    La luminothérapie peut être particulièrement utile pour les personnes qui ont besoin de synchroniser leurs habitudes de sommeil et de veille avec leur horaire de travail. Par exemple, si vous travaillez de nuit, le caisson lumineux peut aider votre corps à vivre la nuit comme le jour, ce qui vous aidera à dormir plus tard Cela vous aidera à dormir plus tard.

    La chronothérapie

    Cette technique cognitivo-comportementale exige que vous suiviez un programme strict de sommeil et d’éveil. L’objectif est de réentraîner votre cerveau. Vous suivez l’horaire pendant un mois avant d’introduire des changements mineurs. Aucune sieste n’est autorisée. Vous retarderez votre heure de coucher de trois heures successives pendant six jours, jusqu’à ce que vous atteigniez la quantité de sommeil nécessaire.

    Perspectives pour les personnes atteintes du syndrome du sommeil court

    Pour les personnes atteintes du syndrome du sommeil court, aucun traitement spécifique n’est nécessaire.

    Si vous souffrez d’un trouble du sommeil, le succès du traitement dépend du type de trouble du sommeil dont vous souffrez.

    Il est important que vous adhériez à tout traitement et à tout changement de mode de vie recommandés par votre médecin. L’hygiène du sommeil, la luminothérapie et le réaménagement des horaires de sommeil peuvent être des solutions à long terme. Cependant, il est important de respecter ces routines afin d’obtenir les meilleurs résultats.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?