Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Comportements d’évitement et trouble d’anxiété sociale

2 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Les comportements d’évitement, dans le contexte du trouble d’anxiété sociale (TAS), sont des choses que les gens font ou ne font pas pour réduire l’anxiété liée aux situations sociales. Ces comportements sont problématiques car, à long terme, ils ne font qu’accroître la peur. Les comportements d’évitement peuvent prendre trois formes différentes : l’évitement, la fuite ou l’évitement partiel.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Evitement

    Les véritables comportements d’évitement consistent à éviter complètement la situation sociale redoutée. Par exemple, une personne qui a peur de parler en public pourrait.. :

    • Supprimer un cours dans lequel il doit faire un discours
    • Changer d’emploi pour éviter de faire des présentations
    • Ne pas se présenter à un événement tel qu’un mariage ou une cérémonie de remise de prix où il doit s’exprimer devant d’autres personnes
    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Fuite

    Lorsque l’évitement total est impossible, les comportements de fuite peuvent être utilisés pour faire face aux situations redoutées. La fuite consiste à quitter ou à s’échapper d’une situation sociale ou professionnelle redoutée. Voici quelques exemples de comportements de fuite

    • Quitter une réunion plus tôt que prévu
    • Sortir au milieu d’un discours
    • Se cacher dans les toilettes pendant un dîner

    Evitement partiel

    • Eviter le contact visuel
    • Réduction de la communication verbale
    • Baisser la voix quand on parle

    Utilisez-vous des comportements de sécurité ?

    Si les comportements de sécurité sont devenus un mode de vie pour vous, il peut être difficile de reconnaître que vous les utilisez. Ils sont peut-être devenus des comportements habituels et vous ne savez même plus ce que ce serait de ne pas les utiliser. Si vous continuez à vous sentir anxieux dans des situations même après les avoir affrontées plusieurs fois, c’est un indice que vous utilisez peut-être des comportements de sécurité.

    L’évitement entretient l’anxiété

    Le problème des comportements d’évitement est qu’ils entretiennent les symptômes de l’anxiété. Les comportements de sécurité sont souvent valorisés pour « survivre » à l’anxiété sociale, mais la responsabilité de l’anxiété ou de la maladresse est toujours rejetée sur le soi, ce qui perpétue le cycle.

    Si vous évitez toujours de faire des discours, ou si vous ne faites que des discours sans contact visuel, votre anxiété à l’idée de faire un discours ne diminuera jamais.

    Ces comportements vous empêchent de rassembler des preuves qui réfutent vos croyances inadaptées sur les situations sociales. Par exemple, si vous quittez toujours une fête au premier signe d’anxiété, vous n’aurez jamais l’occasion d’apprendre que si vous restez suffisamment longtemps dans la situation, votre anxiété finira par diminuer.

    Au lieu d’éviter de prononcer des discours ou de les prononcer uniquement de manière « sûre », vous devez vous familiariser avec les discours sans les éviter, les fuir ou utiliser des comportements de sécurité.

    • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) vise à identifier les comportements d’évitement et à fournir une exposition aux situations redoutées.
    • La thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) vous apprend à réduire l’impact de vos pensées anxieuses qui perpétuent le cycle de la panique et de l’anxiété.

    Solution en cinq minutes

    Vous cherchez un moyen rapide de réduire votre évitement ? Inspirez-vous des principes des thérapies mentionnées ci-dessus. Par exemple, vous pourriez faire ce qui suit :

    Si vous avez envie de vous cacher dans les toilettes lors de la prochaine fête à laquelle vous participerez, promettez-vous de sortir pendant au moins cinq minutes avant de revenir.

    Augmentez progressivement les périodes de retour à la fête

    Si vous avez des pensées telles que la suivante :

    Tout le monde doit penser que je suis maladroit et ennuyeux

    dites-vous quelque chose comme

    C’est intéressant, mais ce n’est qu’une idée. Je n’ai pas à la laisser me déranger. C’est juste ce que mon esprit fait quand je suis dans ces situations

    Un mot de MentorShow

    Si l’évitement entretient l’anxiété, il faut veiller à passer progressivement à des situations d’exposition après une longue période d’utilisation de la sécurité et de l’évitement. Il est préférable de réduire progressivement l’utilisation de ces comportements tout en augmentant le temps passé dans les situations qui vous causent de l’anxiété.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *