Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

12 étapes pratiques pour apprendre à suivre le courant

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    « La vie est une série de changements naturels et spontanés. N’y résistez pas – cela ne fait que créer de la tristesse. Laissez la réalité être la réalité. Laissez les choses s’écouler naturellement vers l’avant, de la manière qui leur convient. » – Lao-Tseu

    Quelle que soit la structure que nous créons dans notre vie, quelles que soient les bonnes habitudes que nous prenons, il y aura toujours des choses que nous ne pourrons pas contrôler – et si nous les laissons faire, ces choses peuvent être une énorme source de colère, de frustration et de stress.

    La solution simple : apprendre à suivre le courant.

    « Souriez, respirez et allez-y lentement. » – Thich Nhat Hanh

    Par exemple, disons que vous avez créé une routine matinale paisible et parfaite. Vous avez structuré vos matinées de manière à faire des choses qui vous apportent calme et bonheur. Puis une conduite d’eau éclate dans votre salle de bain et vous passez une matinée stressante à essayer de nettoyer le désordre et de faire réparer la conduite.

    Vous vous mettez en colère. Vous êtes déçu parce que vous n’avez pas pu faire votre routine matinale. Vous êtes stressé par tous ces changements par rapport à ce à quoi vous êtes habitué. Cela gâche votre journée parce que vous êtes frustré pour le reste de la journée.

    Ce n’est pas la meilleure façon de gérer les choses, n’est-ce pas ? Et pourtant, si nous sommes honnêtes, la plupart d’entre nous ont des problèmes de ce genre, avec des choses qui bouleversent notre façon de voir les choses, avec des gens qui changent ce à quoi nous sommes habitués, avec la vie lorsqu’elle ne se déroule pas comme nous le voulons.

    Suivez le courant.

    Qu’est-ce que suivre le courant ? C’est suivre le mouvement. C’est accepter le changement sans se mettre en colère ni se sentir frustré. C’est prendre ce que la vie vous donne, plutôt que d’essayer de la modeler pour qu’elle soit exactement comme vous le souhaitez.

    « Laissez-vous porter par ce qui se passe et laissez votre esprit s’exprimer librement. Restez centré en acceptant ce que vous faites. C’est le summum. » – Chuang Tzu

    Un lecteur m’a récemment demandé d’écrire davantage sur la façon de suivre le courant. Comme toujours, je ne prétends pas à la perfection et j’apprends au fur et à mesure que je m’améliore, mais les conseils ci-dessous devraient aider tout le monde.

    1. Réalisez que vous ne pouvez pas tout contrôler. Je pense que nous le savons tous à un certain niveau, mais la façon dont nous pensons, agissons et ressentons les choses contredit souvent cette vérité fondamentale. Nous ne contrôlons pas l’univers, et pourtant nous semblons souhaiter pouvoir le faire. Tous les vœux pieux ne suffiront pas. Vous ne pouvez même pas tout contrôler à l’intérieur de votre petite sphère d’influence – vous pouvez influencer certaines choses, mais beaucoup d’autres sont tout simplement hors de votre contrôle. Dans l’exemple ci-dessus, vous pouvez contrôler votre routine matinale, mais il y aura des choses qui se produiront de temps en temps (quelqu’un est malade, un accident se produit, un appel téléphonique arrive à 5 heures du matin et perturbe les choses, etc. La première étape consiste à prendre conscience que ces choses arriveront. Non pas qu’elles pourraient se produire, mais qu’elles se produiront. Il y a des choses que nous ne pouvons pas contrôler et qui affectent tous les aspects de notre vie, et nous devons l’accepter, sinon nous serons constamment frustrés. Méditez sur ce point pendant un certain temps.
    2. Devenir conscient. J’ai déjà mentionné cette étape dans des articles précédents sur d’autres sujets, mais c’est parce qu’elle est extrêmement importante. Vous ne pouvez pas changer les choses dans votre tête si vous n’en êtes pas conscient. Vous devez devenir un observateur de vos pensées, un auto-examinateur. Il faut être conscient que l’on s’énerve, afin de pouvoir y remédier. Il est utile de noter les points dans un petit carnet pendant une semaine – à chaque fois que vous vous énervez, inscrivez un petit point. C’est tout, il suffit de noter. Et bientôt, grâce à ce petit geste, vous deviendrez plus conscient de votre colère et de votre frustration.
    3. Respirez. Lorsque vous vous sentez en colère ou frustré, respirez profondément. Prenez-en plusieurs. Il s’agit d’une étape importante qui vous permet de vous calmer et de faire le reste des choses sur cette liste. Pratiquez ce geste seul et vous aurez déjà fait un bon bout de chemin.
    4. Mettre les choses en perspective. Cela m’aide toujours. Je me mets en colère à cause d’un événement – ma voiture tombe en panne, mes enfants détruisent mon micro-ondes – puis je respire profondément et je prends du recul. Vous savez quand vous regardez un film et que la caméra zoome et que vous pouvez voir beaucoup plus du monde sur l’écran que vous ne pouviez le faire auparavant ? Vous passez d’un gros plan à une vue plus large et panoramique des choses ? C’est ce qui se passe dans mon esprit. Je commence à zoomer, jusqu’à ce que je sois assez loin des choses. Ce qui s’est passé ne semble alors plus si important. Dans une semaine, dans un an, ce petit incident n’aura pas la moindre importance. Personne ne s’en souciera, pas même vous. Alors pourquoi s’énerver ? Laissez tomber, et bientôt ce ne sera plus un problème.
    5. Pratique. Il est important de comprendre que, tout comme lorsque vous apprenez n’importe quelle compétence, vous ne serez probablement pas bon dans ce domaine au début. Qui est doué lorsqu’il apprend à écrire, à lire ou à conduire ? Personne que je connaisse. Les compétences s’acquièrent avec la pratique. Ainsi, lorsque vous apprendrez à suivre le courant, vous vous tromperez. Vous allez trébucher et tomber. Ce n’est pas grave, cela fait partie du processus. Continuez à vous entraîner et vous finirez par comprendre. Un jour, vous deviendrez peut-être même un maître zen et écrirez un article sur ce que vous avez appris pour Zen Habits 🙂
    6. Baby steps (petits pas). Dans le même ordre d’idées, faites les choses à petits pas. N’essayez pas de devenir le maître zen mentionné ci-dessus du jour au lendemain. N’essayez pas de prendre d’énormes morceaux, mais plutôt de commencer par de petites choses. Faites donc vos premières tentatives pour suivre le courant : concentrez-vous d’abord sur les marques de pointage (mentionnées ci-dessus). Ensuite, concentrez-vous sur la respiration. Essayez ensuite de prendre du recul après avoir respiré. Si vos problèmes professionnels sont plus faciles à accepter que vos frustrations avec vos enfants, par exemple, commencez par le travail.
    7. Rire. Cela m’aide à voir les choses comme drôles, plutôt que comme frustrantes. La voiture est tombée en panne au milieu de la circulation et je n’ai ni téléphone portable ni pneu de rechange ? Rire de ma propre incompétence. Rire de l’absurdité de la situation. Cela demande un certain détachement – vous pouvez rire de la situation si vous êtes au-dessus d’elle, mais pas à l’intérieur. Et ce détachement est une bonne chose. Si vous pouvez apprendre à rire des choses, vous avez fait un grand pas en avant. Essayez de rire même si vous ne pensez pas que c’est drôle – cela le deviendra très probablement.
    8. Tenez un journal. C’est l’une des meilleures utilisations d’un journal. Une fois par jour, essayez de vous rappeler à quoi correspondaient toutes vos marques de pointage, puis écrivez sur ces situations. Pourquoi t’es-tu énervé ? Qu’avez-vous essayé de faire ? Cela a-t-il fonctionné et, si ce n’est pas le cas, pourquoi ? Que pouvez-vous faire la prochaine fois ? Ce genre de réflexion et d’examen, après coup, vous aidera à tirer des leçons du processus.
    9. Méditer. Si vous n’êtes pas doué pour tenir un journal, faites au moins un bilan quotidien dans votre tête. Faites de la méditation, prenez un bain ou une tasse de thé chaud, et pendant que vous déstressez, passez en revue votre journée et examinez-la. Ne vous sentez pas frustré, vous êtes en train d’apprendre. Respirez profondément, puis passez en revue chaque situation, en essayant de la voir comme un observateur détaché. Ce genre d’examen vous aidera à vous améliorer dans le processus d’apprentissage.
    10. Réalisez que vous ne pouvez pas contrôler les autres. Ah, l’un des plus grands défis. Nous sommes frustrés par les autres parce qu’ils n’agissent pas comme nous le voudrions. Il peut s’agir de nos enfants, de notre conjoint ou de notre partenaire, de notre collègue ou de notre patron, de notre mère ou de notre meilleure amie. Mais nous devons nous rendre compte qu’ils agissent selon leur personnalité, selon ce qu’ils pensent être juste, et qu’ils ne vont pas toujours faire ce que nous voulons. Et nous devons l’accepter. Accepter que nous ne pouvons pas les contrôler, les accepter pour ce qu’ils sont, accepter les choses qu’ils font. Ce n’est pas facile, mais encore une fois, il faut de la pratique.
    11. Accepter le changement et l’imperfection. Lorsque nous obtenons les choses comme nous les aimons, nous ne voulons généralement pas qu’elles changent. Mais elles changeront. C’est une réalité de la vie. Nous ne pouvons pas garder les choses telles que nous voulons qu’elles soient… au lieu de cela, il vaut mieux apprendre à accepter les choses telles qu’elles sont. Accepter que le monde change constamment et que nous faisons partie de ce changement. De plus, au lieu de vouloir que les choses soient « parfaites » (et qu’est-ce que la perfection de toute façon ?), nous devrions accepter qu’elles ne seront jamais parfaites, et nous devons accepter le bien à la place.
    12. Profitez de la vie comme d’un flux de changement, de chaos et de beauté. Vous vous souvenez que j’ai demandé ce qu’était la « perfection » dans le paragraphe ci-dessus ? C’est en fait une question très intéressante. La perfection signifie-t-elle la vie et le monde idéaux que nous avons en tête ? Avons-nous un idéal auquel nous essayons de conformer le monde ? Parce que cela n’arrivera probablement jamais. Essayez plutôt de voir le monde comme parfait tel qu’il est. Il est désordonné, chaotique, douloureux, triste, sale… et complètement parfait. Le monde est beau, tel qu’il est. La vie n’est pas quelque chose de statique, mais un flux de changement, qui ne reste jamais le même, qui devient toujours plus désordonné et chaotique, mais qui est toujours beau. Il y a de la beauté dans tout ce qui nous entoure, si nous le considérons comme parfait.

    « J’accepte le chaos. Je ne suis pas sûr qu’il m’accepte. » – Bob Dylan

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *