AccueilÉpanouissement personnelPsychologieSociopathes et psychopathes : les différences qui comptent en matière de santé mentale

Sociopathes et psychopathes : les différences qui comptent en matière de santé mentale

Écrit par MentorShow
Le 23 November 2023 | 5 minutes de lecture

Chapitres


« Sociopathe » est un terme que les gens utilisent, souvent de manière arbitraire, pour décrire une personne apparemment sans conscience, haineuse ou digne d’être haïe.

Le terme psychopathe est utilisé pour décrire un sociopathe qui est simplement plus dangereux, comme un meurtrier de masse.

Bien que les termes sociopathe et psychopathe soient souvent utilisés de manière interchangeable et qu’ils puissent se chevaucher, chacun a ses propres lignes de distinction claires.

Par exemple, la sociopathie est le terme officieux pour désigner le trouble de la personnalité antisociale (TPA). La psychopathie, quant à elle, n’est pas un diagnostic officiel et n’est pas considérée comme un TPA.

Différences entre sociopathe et psychopathe

Les psychopathes sont classés comme des personnes ayant peu ou pas de conscience. Mais cependant, ils sont capables de suivre les conventions sociales lorsque cela répond à leurs besoins.

Les sociopathes ont une capacité limitée, quoique faible, à ressentir de l’empathie et des remords. Ils sont également plus susceptibles de s’emporter et de réagir violemment lorsqu’ils sont confrontés aux conséquences de leurs actes.

Sociopathe

C’est quelqu’un qui montre clairement qu’il ne se préoccupe pas de ce que ressentent les autres personnes qui l’entourent. Il se comporte ainsi de manière impulsive et agit sous l’emprise de la colère.

Le sociopathe reconnaît ce qu’il fait, mais rationalise son comportement. Il est incapable de maintenir une vie professionnelle et familiale régulière. Ce sont des personnes qui ont des difficultés à s’attacher émotionnellement aux autres.

Psychopathe

Willem H.J. Martens affirme dans son célèbre article « The Hidden Suffering of the Psychopath » que les psychopathes souffrent parfois de douleur émotionnelle et de solitude. La plupart d’entre eux ont mené des vies pleines de blessures et sont incapables de faire confiance aux gens.

Cependant, comme tout être humain sur la planète, ils veulent eux aussi être aimés et acceptés. Malheureusement, leur propre comportement rend cela extrêmement difficile, voire impossible, et la plupart en sont conscients.

En effet, le psychopathe :

  • Fait semblant de se soucier des autres.
  • Affiche un comportement froid.
  • Ne reconnaît pas la détresse des autres.
  • Il entretient des relations superficielles et factices.
  • Ne parvient pas à créer des liens affectifs authentiques.

Certains se sentent attristés par les actions qu’ils sont incapables de contrôler parce qu’ils savent qu’elles les isolent encore plus des autres.


Comment repérer un sociopathe narcissique ?

Bien qu’il soit courant de penser que les sociopathes et les psychopathes sont intrinsèquement dangereux, il s’agit plus d’une construction d’une série télévisée que d’un véritable reflet du trouble.

La violence, bien que possible, n’est pas une caractéristique inhérente à la sociopathie ou à la psychopathie.

Cela dit, les personnes souffrant de TTA se donnent souvent beaucoup de mal pour manipuler les autres. Que ce soit pour les charmer, les désarmer ou les effrayer, elles le font afin d’obtenir ce qu’elles veulent.

Lorsque les psychopathes deviennent violents, comme dans le cas de Jeffrey Dahmer, ils sont tout aussi susceptibles de se blesser eux-mêmes que de blesser les autres.

Martens note que plus un psychopathe se sent isolé socialement, plus il risque d’être violent et d’avoir un comportement impulsif.

Origines et développement

Certains affirment que « les sociopathes se fabriquent et les psychopathes naissent », mais cette caractérisation est peut-être trop large.

S’il est vrai que la psychopathie aurait des composantes génétiques (peut-être causées par le sous-développement des parties du cerveau qui régulent les émotions et l’impulsivité), il est clair que d’autres facteurs contribuent à ce trouble du comportement.

Une étude très remarquée sur la psychopathie suggère que les psychopathes ont souvent un passé familial instable et/ou ont été élevés dans des quartiers pauvres propices à la violence. Nombre d’entre eux ont eu des parents toxicomanes qui n’ont pas su les guider ou leur accorder de l’attention.

Cela se traduit généralement par des relations instables et ratées à l’âge adulte et par un sentiment obsessionnel d’avoir été « volé » des opportunités et des avantages offerts à tous les autres.

La sociopathie tend également à être associée à des expériences néfastes dans l’enfance, notamment des abus sexuels, des violences physiques ou l’instabilité parentale.

Les sociopathes ont une conscience, même si elle est faible, et justifieront souvent ce qu’ils savent être mal. En revanche, les psychopathes sont convaincus que leurs actes sont justifiés et n’éprouvent aucun remords pour le mal qu’ils ont fait.

Cette différenciation peut suggérer que la nature joue un rôle plus important dans la création d’un psychopathe que d’un sociopathe.

Cette hypothèse est étayée en partie par une analyse d’études réalisée en 2014, selon laquelle un tiers des personnes ayant reçu un diagnostic de sociopathie « abandonnent » leur comportement antisocial à un stade ultérieur de leur vie et développent des relations équilibrées.

Signes de psychopathie chez les enfants

signes psychopathie chez les enfants

La psychopathie chez les enfants est rare, mais peut avoir des conséquences graves pour leur développement.

Si vous observez l’un ou l’autre des comportements suivants chez votre enfant, il est important de consulter un professionnel de la santé mentale pour obtenir de l’aide et des conseils.

Le diagnostic

Le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) classe les TTA en fonction d’une série de traits de personnalité et de comportement.

Chacun d’eux décrit le mode de fonctionnement d’une personne, ses relations avec les autres et la manière dont ses croyances s’expriment par des actions.

Caractéristiques d’auto-fonctionnement

Les caractéristiques d’autofonctionnement sont celles qui reflètent la nature d’une personne et la façon dont elle perçoit ses actions ou ses objectifs.

Pour qu’un diagnostic de TPA soit posé, il faut que vous présentiez toutes les caractéristiques suivantes :

  • Estime de soi fondée sur le pouvoir, le gain personnel ou le plaisir.
  • Égocentrisme.
  • Fixation d’objectifs basés sur la gratification personnelle, sans se soucier de la loi ou de l’éthique.

Caractéristiques interpersonnelles

Les caractéristiques interpersonnelles sont celles qui décrivent la manière dont une personne interagit avec les autres en général. Vous devez également présenter ces caractéristiques pour qu’un diagnostic de TTA soit posé :

  • Un manque d’empathie à l’égard de la souffrance ou de la douleur d’autrui ou lorsqu’il est confronté à la douleur ou à la colère de personnes qu’il a manipulées.
  • L’incapacité d’avoir une véritable relation émotionnelle intime en raison de l’instinct de contrôle (par la domination ou l’intimidation), de la coercition ou de la tromperie.

Caractéristiques comportementales

Les caractéristiques comportementales complètent le diagnostic clinique en décrivant la voie qu’empruntera une personne pour contrôler, contraindre ou tromper :

Une forte tendance à ne pas respecter les engagements, les promesses et les accords, y compris les accords financiers.

Difficulté à faire des projets, préférant croire qu’elle est capable d’affronter les problèmes avec agilité lorsqu’ils se présentent.

Il n’est pas rare qu’une personne souffrant de TPA soit impliquée dans des bagarres ou des agressions répétées.

Mentir pour s’insérer dans la société ou obtenir un avantage, par exemple en se proclamant héros de guerre décoré alors qu’il n’a jamais servi.

Prendre des décisions sous l’impulsion du moment, sans se soucier des conséquences si l’on veut atteindre un objectif immédiat.

Colère ou irritabilité persistante, même pour des choses insignifiantes, ainsi qu’un comportement méchant et rancunier.

Réaction insensible, agressive, sans remords ou même sadique face aux conséquences de ses actes.

Prise de risques, ennui facile, capacité à ignorer les limites personnelles et à justifier les actions les plus scandaleuses.

La manipulation émotionnelle des autres – par exemple, faire semblant de s’intéresser à quelqu’un simplement pour atteindre un objectif.

Traitement

Il n’existe pas de traitement curatif ni de traitement de première intention recommandé pour le TPA. Les stratégies thérapeutiques se concentrent souvent sur les comportements problématiques, les capacités d’adaptation et les comorbidités telles que les troubles liés à l’utilisation de substances psychoactives.

Les approches typiques sont les suivantes :

  • Thérapie par la parole (individuelle et en groupe)
  • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC)
  • La thérapie basée sur la mentalisation (MBT)
  • Communauté thérapeutique démocratique (CTD)
  • Conseils sur le mode de vie impulsif.
  • Médicaments (antidépresseurs, antipsychotiques, stabilisateurs d’humeur)

Psychopathes et sociopathes vs. narcissiques

Malgré l’usage courant et un certain chevauchement des caractéristiques, toutes les personnes atteintes de narcissisme ne sont pas des sociopathes/psychopathes, et tous les sociopathes/psychopathes ne sont pas des narcissiques.

La sociopathie fait partie de la classification des troubles de la personnalité antisociale, qui se caractérisent par « un modèle envahissant de mépris et de violation des droits d’autrui ».

En revanche, le narcissisme est un trouble de la personnalité à part entière.

Qu’est-ce que le trouble de la personnalité narcissique ?

Cependant, le DSM-V classe les troubles de la personnalité antisociale et narcissique dans le groupe B des troubles de la personnalité.

Il s’agit d’une catégorie qui comprend également les troubles de la personnalité borderline et histrionique.

Sociopathe ou narcissique ? Quelle est la différence ?

En termes d’application pratique dans la vie quotidienne, les principales différences résident dans l’intention de la personne. Les personnes souffrant d’un trouble de la personnalité narcissique (TPL) sont égocentriques.

Elles exagèrent leur importance, ont besoin d’être constamment félicitées, se donnent beaucoup de mal pour nourrir leur ego et sont excessivement soucieuses de leur image. Contrairement aux sociopathes, certains narcissiques sont capables d’empathie et de remords. Les personnes que le narcissique blesse ne sont que des victimes involontaires sur le chemin du résultat souhaité.

En revanche, les sociopathes ont l’intention de nuire à autrui et prennent souvent plaisir à le faire. Ils ne se préoccupent pas de ce que les autres pensent d’eux. Ils n’ont pas le souci d’image du narcissique, ce qui se traduit souvent par une incapacité à conserver un emploi et à entretenir des relations.

Laissez-nous un commentaire

CES ARTICLES POURRAIENT VOUS INTERESSER