AccueilÉpanouissement personnelPsychologieComprendre la trichotillomanie : l’envie de s’arracher les cheveux

Comprendre la trichotillomanie : l’envie de s’arracher les cheveux

Écrit par MentorShow
Le 29 August 2023 | 6 minutes de lecture

La trichotillomanie (TTM) est parfois liée à certains troubles mentaux, tels que l’anxiété et la dépression. Bien qu’elle puisse également apparaître pour d’autres raisons, la trichotillomanie est souvent cyclique. Les traitements se concentrent sur les émotions et les comportements sous-jacents.

Nous gérons tous l’anxiété et le stress à notre manière. Pour les personnes atteintes de trichotillomanie, cela peut se traduire par une envie irrésistible de s’arracher les cheveux. Au fil du temps, l’arrachage répété des cheveux peut entraîner une calvitie et une détresse émotionnelle encore plus grande.

Voici les signes et les symptômes de la trichotillomanie et les moyens de la traiter.

Qu’est-ce que la trichotillomanie?

La trichotillomanie (TTM) est un trouble mental dans lequel les personnes ressentent un besoin impérieux de s’arracher les cheveux. La recherche suggère que 0,5 à 2 pour cent des personnes souffrent de TTM.

Dans l’enfance, de nombreux patients atteints de trichotillomanie se concentrent sur l’arrachage des cheveux sur leur cuir chevelu, souvent sur une ou deux zones seulement. Cependant, les personnes atteintes de MTT ne limitent pas toujours l’arrachage des cheveux au cuir chevelu.

Elles peuvent s’arracher les poils d’autres zones, comme les sourcils, les cils ou toute autre zone du corps pourvue de poils. La trichotillomanie se développe généralement au cours de l’adolescence, mais on sait qu’elle peut également apparaître chez les jeunes enfants. Une fois qu’elle a commencé, elle peut durer plusieurs années jusqu’à l’âge adulte. Elle touche indifféremment les hommes et les femmes pendant l’enfance, mais les femmes sont plus souvent touchées à l’âge adulte.

Certaines femmes déclarent avoir davantage envie de s’arracher les cheveux au début de leur cycle menstruel. Une petite étude de 2018 suggère que les changements hormonaux qui se produisent dans le corps d’une femme au début de son cycle peuvent avoir un impact sur les symptômes de la trichotillomanie, mais les chercheurs ne savent pas exactement pourquoi.

Une étude de cas de 2013 suggère que les symptômes de la trichotillomanie peuvent être influencés par les changements hormonaux au cours de la grossesse. Cependant, d’autres recherches sont nécessaires pour étayer cette hypothèse.


Quels sont les symptômes de la trichotillomanie ?

Les symptômes de la trichotillomanie comprennent :

  • l’arrachage répété des cheveux
  • la rupture de morceaux de cheveux
  • la consommation de cheveux (trichophagie)
  • la sensation de soulagement après l’arrachage des cheveux

Les zones courantes d’arrachage des cheveux sont les suivantes :

  • scalp
  • sourcils
  • cils
  • barbe
  • poils pubiens

Au fil du temps, les personnes atteintes de trichotillomanie peuvent ressentir des effets secondaires tels que :

  • démangeaisons ou picotements à l’endroit où les cheveux ont été arrachés
  • points noirs
  • cheveux clairsemés
  • irritations cutanées
  • anxiété sociale

Qu’est-ce qui cause la trichotillomanie ?

Les chercheurs ne savent pas exactement ce qui cause la trichotillomanie. Il peut y avoir une raison génétique au développement de la trichotillomanie. Des facteurs environnementaux peuvent également jouer un rôle.

Selon une étude de 2016, l’âge typique d’apparition des symptômes se situe entre 10 et 13 ans. Les symptômes commencent généralement par l’arrachage des poils du cuir chevelu, ce qui permet à la personne de se sentir moins anxieuse ou stressée.

De nombreuses personnes ne se rendent même pas compte qu’elles s’arrachent les cheveux. Le fait de se rendre compte qu’elles s’arrachent les cheveux peut renforcer les sentiments d’anxiété et de gêne. Cela crée un cycle d’anxiété, d’arrachage de cheveux, de soulagement temporaire, puis d’anxiété, de gêne et d’arrachage de cheveux à nouveau.

La trichotillomanie est un trouble mental qui est parfois lié à d’autres troubles tels que :

  • le trouble obsessionnel-compulsif (TOC)
  • l’anxiété
  • la dépression
  • l’autisme
  • le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH)

La trichotillomanie n’apparaît pas chez toutes les personnes souffrant de ces troubles. Les symptômes peuvent apparaître pour de nombreuses raisons, notamment :

  • le plaisir de sentir l’épaisseur des cheveux sur leurs doigts
  • le plaisir de sentir la sensation de tirer les cheveux sur le cuir chevelu
  • des émotions comme l’anxiété, l’ennui, la colère, la honte ou le stress

Quels sont les facteurs de risque ?

La trichotillomanie peut toucher les enfants, les adolescents et les adultes de tous sexes. Cependant, elle tend à se manifester plus souvent chez les femmes que chez les hommes, dans un rapport de 9 à 1.

Les facteurs de risque associés au développement de la trichotillomanie peuvent inclure :

  • avoir un problème de santé mentale tel que l’anxiété, les TOC ou la dépression
  • être une femme
  • être un adolescent
  • expérimenter une situation stressante

Cette condition est pensée être sous-déclarée.

Comment la trichotillomanie est-elle diagnostiquée ?

Pour diagnostiquer la trichotillomanie, un médecin vous parlera de vos antécédents médicaux et des symptômes que vous pouvez ressentir. Il utilisera probablement les critères de la nouvelle édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) pour voir si vos symptômes correspondent.

Selon le DSM-5, une personne diagnostiquée comme souffrant de trichotillomanie doit répondre aux critères suivants:

  • l’arrachage récurrent des cheveux, entraînant une chute de cheveux
  • des tentatives répétées pour diminuer ou arrêter l’arrachage des cheveux
  • l’arrachage des cheveux entraîne une détresse cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants
  • la perte de cheveux qui n’est pas attribuable à une autre affection médicale (par ex, une affection dermatologique)
  • l’arrachage de cheveux n’est pas mieux expliqué par les symptômes d’un autre trouble mental (par exemple, les tentatives d’amélioration d’un défaut ou d’une imperfection perçue), les tentatives d’amélioration d’un défaut perçu ou d’une imperfection de l’apparence dans le cas d’une dysmorphie corporelle)

Le médecin éliminera également toute autre cause de perte de cheveux et pourra vous envoyer chez un dermatologue.

Comment la trichotillomanie est-elle traitée?

Le traitement de la trichotillomanie dépend de la gravité des symptômes. Un professionnel de la santé mentale peut recommander les traitements suivants :

Thérapie comportementale

Une étude de 2014 a montré les avantages de l’entraînement à l’inversion des habitudes (HRT) et du contrôle des stimuli dans le traitement de la trichotillomanie. L’HRT agit en :

  • améliorant la prise de conscience des symptômes et des déclencheurs de la MTT
  • remplaçant le comportement d’arrachage de cheveux par un autre comportement
  • trouvant des moyens de rester motivé pour arrêter le comportement d’arrachage de cheveux
  • pratiquant les nouvelles compétences acquises dans différentes situations.

Le contrôle du stimulus agit en :

  • identifier les situations et les facteurs sensoriels qui conduisent à l’arrachage
  • réduire ou éliminer ces situations et ces facteurs sensoriels.

Thérapie axée sur la régulation émotionnelle

Un médecin ou un thérapeute peut vous aider à apprendre à gérer les émotions, telles que l’anxiété, la peur ou la tristesse, qui contribuent à votre envie de vous arracher les cheveux. Comprendre et accepter ces émotions difficiles peut vous aider à modifier votre réaction.

Médicaments

Les médicaments, y compris les antidépresseurs et les antipsychotiques, peuvent avoir un effet sur la trichotillomanie :

  • N-acetylcysteine
  • olanzapine (Zyprexa)
  • clomipramine (Anafranil)
  • quetiapine (Seroquel)

Les chercheurs ont noté que les essais cliniques sur ces médicaments portaient sur des échantillons de très petite taille. D’autres études sont nécessaires pour étayer les résultats.

Est-ce qu’il y a des complications ?

La trichotillomanie peut entraîner une perte de cheveux permanente et des cicatrices. Ce phénomène est plus fréquent chez les personnes qui continuent à s’arracher les cheveux à l’âge adulte.

Certaines personnes atteintes de trichotillomanie peuvent également manger leurs cheveux, un état connu sous le nom de trichophagie. Les cheveux peuvent alors s’accumuler dans le tube digestif et provoquer une obstruction dangereuse.

Quel est le pronostic pour les personnes atteintes de trichotillomanie ?

La trichotillomanie est souvent sous-diagnostiquée. Les personnes qui présentent des symptômes peuvent se sentir gênées ou avoir peur de parler à leur médecin de ce qu’elles vivent. Les symptômes peuvent affecter une personne pendant quelques mois seulement, alors qu’ils peuvent affecter une autre personne de façon intermittente pendant de nombreuses années.

De nombreuses personnes signalent que les symptômes se manifestent par cycles, les envies d’arracher les cheveux pouvant être fréquentes pendant quelques mois, puis disparaître complètement pendant un certain temps.

Comment parler avec des « trichotillomanes » ?

Si vous pensez que votre ami ou votre proche présente les symptômes de la trichotillomanie, il peut être difficile de savoir quoi lui dire. Voici quelques conseils : 

Évitez de dire des choses comme :

  • « Pourquoi n’arrêtez-vous pas de vous tirer les cheveux ?»

Il est fort probable que votre proche se pose la même question tous les jours. Une telle affirmation risque d’aggraver son sentiment de culpabilité et de honte.

  • « Trouve une autre façon de gérer ton stress.»

Il y a de fortes chances qu’ils aient essayé de le faire des centaines de fois. Parlez plutôt à votre proche de ce qu’il ressent et demandez-lui comment vous pouvez le soutenir au mieux.

Dites plutôt ceci :

  • Comment puis-je vous aider ?

Qu’il s’agisse d’aider à trouver un professionnel de la santé expérimenté, de trouver des groupes de soutien locaux ou simplement d’écouter, vous pouvez montrer que vous êtes là pour eux.

Comment prévenir la trichotillomanie ?

Il n’existe pas de méthode unique pour guérir ou prévenir la trichotillomanie. Cependant, le traitement des émotions négatives sous-jacentes peut aider à prévenir le retour de l’envie de s’arracher les cheveux.

La réduction ou le soulagement du stress et la recherche d’exutoires peuvent contribuer à réduire l’envie de se tirer les cheveux. Vous pouvez également envisager une thérapie contre le stress.

Questions fréquentes sur la trichotillomanie

Est-ce que la trichotillomanie est une maladie ?

Oui, la trichotillomanie est une maladie mentale. Elle est classée dans la catégorie des troubles obsessionnels compulsifs (TOC) selon le DSM-5, un guide de diagnostic en santé mentale. La prise en charge professionnelle est cruciale pour un diagnostic précis et la mise en place d’un plan de traitement adapté. Si vous ou quelqu’un que vous connaissez souffrez de trichotillomanie, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé mentale pour obtenir de l’aide. 

Est-ce que les cheveux repousse après la trichotillomanie ?

Oui, en général, les cheveux repoussent après la trichotillomanie. Cependant, le temps que cela prend variee d’une personne à l’autre et dépend de plusieurs facteurs, notamment la gravité de l’arrachage, la durée pendant laquelle le comportement a persisté et les caractéristiques individuelles de croissance des cheveux.

Lorsque les cheveux sont arrachés en raison de la trichotillomanie, les follicules pileux ne sont généralement pas endommagés de manière permanente. Cela signifie que, une fois que le comportement d’arrachage est sous contrôle et que la personne reçoit un traitement approprié, les follicules ont la capacité de se rétablir et de recommencer à produire des cheveux. Cependant, le processus de repousse peut prendre du temps et les cheveux nouvellement repoussés peuvent être plus fins ou avoir une texture différente.

Il est important de noter que certaines personnes peuvent développer des zones de calvitie permanente si les cheveux ont été arrachés de manière répétée pendant de longues périodes. C’est pourquoi il est recommandé de consulter un professionnel de la santé mentale dès que les symptômes de la trichotillomanie sont identifiés, afin de minimiser les dommages potentiels.

Conclusion

La trichotillomanie, un trouble psychique traitable, peut conduire à l’envie irrépressible de s’arracher les cheveux. Certaines personnes touchées par ce problème peuvent rechercher des solutions comme la greffe de cheveux pour restaurer leur apparence.

Cependant, il est essentiel de comprendre que la trichotillomanie est souvent liée à des facteurs neurologiques et psychologiques, notamment la recapture sérotonine, un neurotransmetteur associé à la régulation de l’humeur. Les recherches du psychiatre Jean-Christophe Seznec sur ce sujet ont permis de mieux cerner les mécanismes de ce trouble et d’orienter les approches thérapeutiques.

Laissez-nous un commentaire