Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Comment apprendre à lâcher prise pour vivre plus sereinement ?

9 minutes de lecture
Comment lâcher prise

Sommaire

    Sommaire

    Dans notre parcours de vie, il arrive que nous soyons aux prises avec des blessures du passé qui nous tourmentent et nous empêchent d’avancer. C’est à ce moment-là que le lâcher-prise entre en jeu. Cette notion, souvent sous-estimée, détient le pouvoir de nous libérer des fardeaux émotionnels qui entravent notre chemin vers la paix intérieure et la croissance personnelle.

    Dans cet article, nous explorerons l’importance du lâcher-prise dans le processus de guérison et de transformation personnelle. S’accrocher au passé peut être une décision consciente, tout comme lâcher prise et aller de l’avant peut être une décision consciente.

    Dans sa masterclass sur MentorShow (18 vidéos), Frédéric Lenoir vous enseigne sa méthode pour enfin lâcher prise et vous mettre dans la joie. Vous y apprendrez à vivre libre et ne plus subir.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Que signifie lâcher prise ?

    Le lâcher-prise est une notion qui englobe plusieurs aspects, mais en général, il s’agit d’une attitude mentale et émotionnelle qui implique de libérer sa prise sur le contrôle excessif, les attachements, les inquiétudes et les attentes par rapport à certaines situations, personnes ou événements.

    Cela signifie accepter que certaines choses sont hors de notre contrôle et être capable de les laisser partir. Le lâcher-prise ne signifie pas l’indifférence ou la passivité, mais plutôt la capacité de gérer les circonstances de la vie avec une plus grande flexibilité, d’adopter une attitude de non-jugement et de vivre l’instant présent.

    En pratiquant le lâcher-prise, on cherche à réduire le stress, l’anxiété et la souffrance liée à l’attachement excessif aux résultats ou aux attentes. Cela peut favoriser une meilleure santé mentale, des relations plus harmonieuses et une plus grande paix intérieure. Le lâcher-prise est souvent encouragé dans des contextes de développement personnel, de méditation, de psychothérapie et de spiritualité, mais il peut être utile dans de nombreux aspects de la vie quotidienne pour trouver un équilibre entre le contrôle nécessaire et l’acceptation de l’incertitude.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Pourquoi on arrive pas à lâcher prise ?

    Tout d’abord, les êtres humains ont tendance à s’attacher émotionnellement aux idées, aux personnes et aux souvenirs, ce qui rend difficile le détachement. De plus, la peur de l’inconnu et de l’incertitude peut entraver le processus de lâcher-prise, car cela implique de faire confiance à ce qui viendra.

    Le désir de contrôler notre environnement et de prévoir les résultats est un autre obstacle majeur, car il peut nous retenir dans des schémas mentaux de préoccupation constante. Les ruminations sur le passé et les soucis pour l’avenir nous empêchent souvent de vivre le moment présent. Les pressions sociétales en faveur de la réussite et de la perfection contribuent également à des attentes élevées, ce qui rend le lâcher-prise d’autant plus complexe.

    Enfin, le manque de compétences en matière de gestion du stress et de stratégies de lâcher-prise peut rendre la tâche difficile. Cependant, avec de la pratique, de la patience et de la persévérance, il est possible d’apprendre à lâcher prise progressivement et de trouver un équilibre entre le contrôle nécessaire et l’acceptation de l’incertitude.

    Comment réussir à lâcher prise ?

    L’une des choses qui nous relient en tant qu’êtres humains est notre capacité à ressentir la douleur. Que cette douleur soit physique ou émotionnelle, nous avons tous fait l’expérience d’être blessés. Ce qui nous sépare cependant, c’est la façon dont nous gérons cette douleur.

    Des experts ont découvert que lorsque la douleur émotionnelle vous empêche de guérir d’une situation, c’est le signe que vous n’allez pas de l’avant dans une optique de croissance.

    L’une des meilleures façons de guérir d’une blessure est de tirer des leçons de la situation et de les utiliser pour se concentrer sur la croissance et l’élan vers l’avant. Si nous restons bloqués à penser à ce qui « aurait dû être », nous risquons d’être immobilisés par des sentiments et des souvenirs douloureux.

    Si vous essayez d’aller de l’avant après une expérience douloureuse, mais que vous ne savez pas comment vous y prendre, voici 12 conseils pour vous aider à lâcher prise.

    1. Créez un mantra positif pour contrer les pensées douloureuses

    La façon dont vous vous parlez à vous-même peut soit vous faire avancer, soit vous bloquer. Souvent, un mantra que vous vous répétez en cas de douleur émotionnelle peut vous aider à recadrer vos pensées.

    Par exemple, selon la psychologue clinicienne Carla Manly, PhD, au lieu de rester bloqué sur « Je n’arrive pas à croire que cela m’est arrivé », essayez un mantra positif tel que « J’ai de la chance de pouvoir trouver un nouveau chemin dans la vie – un chemin qui est bon pour moi ».

    2. Créez une distance physique

    Il n’est pas rare d’entendre quelqu’un dire qu’il faut s’éloigner de la personne ou de la situation qui vous perturbe.

    Selon la psychologue clinicienne Ramani Durvasula, PhD, ce n’est pas une mauvaise idée. « Créer une distance physique ou psychologique entre nous et la personne ou la situation peut aider à lâcher prise pour la simple raison que nous n’avons pas à y penser, à la traiter ou à nous la remémorer autant« , explique-t-elle.

    L’éloignement physique et la patience sont parmi les étapes nécessaires à tout détachement émotionnel avec une personne, que ce soit en amour ou amitié.

    3. Faites votre propre travail

    Il est important de se concentrer sur soi-même. Vous devez faire le choix d’aborder la blessure que vous avez subie. Lorsque vous pensez à une personne qui vous a fait souffrir, revenez au présent. Ensuite, concentrez-vous sur quelque chose dont vous êtes reconnaissant.

    4. Pratiquer la pleine conscience

    Selon Lisa Olivera, thérapeute conjugale et familiale agréée, plus nous nous concentrons sur le moment présent, moins notre passé ou notre avenir a d’impact sur nous.

    « Lorsque nous commençons à pratiquer l’instant présent, nos blessures ont moins d’emprise sur nous et nous sommes plus libres de choisir la façon dont nous voulons réagir à notre vie« , ajoute-t-elle.

    En effet, la pleine conscience joue un rôle central dans la pratique du lâcher-prise et de la méditation, offrant un moyen puissant de cultiver la paix intérieure, la clarté mentale et l’équilibre émotionnel. Cédric Michel, tout comme le célèbre défenseur francophone de ces approches, Christophe André, consacre son travail à aider les individus à atteindre la sérénité grâce à la pleine conscience et au lâcher-prise.

    La pratique quotidienne de la méditation prise permet de développer une conscience profonde du moment présent, tandis que le lâcher-prise consiste à se libérer des préoccupations liées au passé et à l’avenir. En les combinant, ces pratiques favorisent la réduction du stress, l’amélioration de la concentration, et l’acceptation des circonstances telles qu’elles se présentent, contribuant ainsi au bien-être global.

    5. Soyez indulgent avec vous-même

    Si votre première réaction face à une situation douloureuse est de vous critiquer, il est temps de faire preuve de gentillesse et de compassion.

    Selon Mme Olivera, il s’agit de se traiter comme on traiterait un ami, de s’offrir de l’auto-compassion et d’éviter les comparaisons entre notre parcours et celui des autres.

    « La douleur est inévitable et nous ne pouvons pas l’éviter, mais nous pouvons choisir de nous traiter avec gentillesse et amour lorsqu’elle survient ».

    6. Laissez les émotions négatives s’exprimer

    Si la peur de ressentir des émotions négatives vous pousse à les éviter, ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas seul. En fait, les gens ont souvent peur de sentiments tels que le chagrin, la colère, la déception ou la tristesse.

    Plutôt que de les ressentir, ils essaient de les refouler, ce qui peut perturber le processus de lâcher-prise. Ces émotions négatives sont comme des raz-de-marée. Laissez-les s’écouler hors de vous… Cela peut nécessiter une intervention en santé mentale, mais lutter contre elles peut vous bloquer.

    7. Accepter que l’autre personne ne s’excuse pas

    Attendre des excuses de la part de la personne qui vous a blessé ralentira le processus de lâcher-prise. Si vous êtes blessé et souffrez, il est important que vous preniez soin de votre propre guérison, ce qui peut signifier accepter que la personne qui vous a blessé ne s’excusera pas.

    8. Prenez soin de vous

    Lorsque nous souffrons, nous avons souvent l’impression qu’il n’y a rien d’autre que de la douleur. Prendre soin de soi peut consister à fixer des limites, à dire non, à faire les choses qui nous apportent de la joie et du réconfort, et à écouter d’abord nos propres besoins.

    Plus nous intégrons l’auto soin dans notre vie quotidienne, plus nous sommes autonomes. À partir de cet espace, nos blessures ne nous semblent pas aussi accablantes.

    9. Entourez-vous de personnes qui vous comblent

    Ce conseil simple mais puissant peut vous aider à surmonter de nombreuses blessures.

    Nous ne pouvons pas vivre seuls, et nous ne pouvons pas non plus nous attendre à surmonter nos blessures seuls. Se permettre de s’appuyer sur ses proches et sur leur soutien est un moyen merveilleux non seulement de limiter l’isolement, mais aussi de se rappeler les bonnes choses qui font partie de notre vie.

    10. Autorisez-vous à en parler

    Lorsque vous êtes confronté à des sentiments douloureux ou à une situation qui vous a blessé, il est important de vous donner la permission d’en parler. Parfois, les gens n’arrivent pas à lâcher prise parce qu’ils pensent qu’ils n’ont pas le droit d’en parler. Cela peut être dû au fait que l’entourage ne veut plus en entendre parler ou que la personne est gênée ou a honte d’en parler.

    Cependant, il est important d’extérioriser ce que vous avez vécu. D’ailleurs, de nombreux professionnels de la santé recommandent de trouver un ami ou un thérapeute qui soit patient et tolérant, et qui accepte d’être votre interlocuteur.

    11. Autorisez-vous à pardonner

    Comme le fait d’attendre que l’autre personne s’excuse peut retarder le processus de lâcher-prise, vous devrez peut-être travailler sur votre propre pardon.

    Le pardon est essentiel au processus de guérison, car il vous permet de vous défaire de la colère, de la culpabilité, de la honte, de la tristesse ou de tout autre sentiment que vous pouvez ressentir et d’aller de l’avant.

    12. Demandez de l’aide à un professionnel

    Si vous avez du mal à vous défaire d’une expérience douloureuse, il peut être utile de parler à un professionnel. Il est parfois difficile de mettre en œuvre ces conseils seul, et vous avez besoin d’un professionnel expérimenté pour vous guider tout au long du processus.

    En bonus, voici les 3 conseils principaux de Frédéric Lenoir pour lâcher prise :

    • Dites oui à la vie !
    • Montez à cheval pour apprendre à épouser le mouvement.
    • Cherchez toujours comment transformer une colère, une peur, un
      obstacle, un échec.

    Pour approfondir vos connaissances, accédez à notre sélection de livres sur le lâcher prise.

    Comment lâcher prise psychologiquement ?

    Lâcher prise psychologiquement est un chemin vers la paix intérieure et l’équilibre émotionnel. C’est un processus qui permet de réduire le stress et l’anxiété en adoptant une attitude de détachement vis-à-vis des préoccupations inutiles.

    1. Gérer l’attachement émotionnel

    Lâcher prise commence par reconnaître nos liens émotionnels aux personnes, aux objets et aux expériences. En acceptant que tout est impermanent, nous pouvons progressivement relâcher notre attachement sans pour autant diminuer l’amour ou l’appréciation que nous ressentons.

    2. Surmonter la peur de l’inconnu

    La peur de l’inconnu est un obstacle commun au lâcher-prise. En cultivant la confiance en soi et en adoptant une attitude d’exploration, vous pouvez réduire cette peur et être plus ouverts aux possibilités que l’avenir vous réserve.

    3. Éviter de sombrer dans le contrôle excessif

    Le besoin de tout contrôler peut engendrer du stress. Pratiquer la flexibilité mentale et se rappeler que certaines choses échappent à notre contrôle peut aider à réduire le besoin de tout régir.

    4. Rompre avec les ruminations mentales

    Les pensées obsessionnelles sur le passé ou l’avenir peuvent créer de l’anxiété. La méditation et la pleine conscience peuvent vous aider à ancrer votre esprit dans le présent, réduisant ainsi les ruminations. Découvrez dans notre article dédié les bienfaits de la méditation lâcher prise.

    5. Changer les habitudes de pensée

    Les schémas de pensée négatifs ou perfectionnistes peuvent entraver le lâcher-prise. Identifiez ces habitudes et remplacez-les par des pensées plus constructives et réalistes pour libérer votre esprit de l’auto-critique constante.

    En travaillant sur ces aspects, vous pouvez progressivement apprendre à lâcher prise psychologiquement, réduisant ainsi le stress et augmentant votre bien-être mental.

    Comment décompresser mentalement ?

    Pour décompresser mentalement, il est essentiel de prendre du temps pour se détendre et relâcher le stress accumulé. La méditation, la pleine conscience et la pratique de la respiration profonde sont des moyens efficaces pour calmer l’esprit et favoriser la relaxation.

    L’exercice physique régulier peut également aider en libérant des endorphines qui améliorent l’humeur. Il est important de prendre des pauses régulières, de créer un environnement propice à la détente et de trouver des activités qui vous apaisent, que ce soit la lecture, la musique, ou le contact avec la nature.

    En intégrant ces pratiques dans votre vie quotidienne, vous pouvez favoriser une meilleure santé mentale et une plus grande sérénité.

    Est-ce que le lâcher-prise fatigue ?

    Le lâcher-prise en lui-même n’est pas censé fatiguer, mais il peut être exigeant sur le plan émotionnel et mental, surtout au début. Lâcher prise implique souvent de faire face à des émotions, des pensées et des situations qui peuvent être stressantes ou difficiles. Cela peut créer un sentiment de vulnérabilité ou d’incertitude, ce qui peut être émotionnellement éprouvant.

    Cependant, avec la pratique régulière du lâcher-prise, il est plus probable que cela contribue à réduire la fatigue mentale et le stress. En apprenant à ne pas s’accrocher à des pensées et des préoccupations inutiles, vous pouvez libérer de l’énergie mentale pour des choses plus constructives. Cela peut finalement améliorer votre bien-être et votre niveau d’énergie.

    Répression émotionnelle Vs Lâcher prise

    La répression émotionnelle, qui consiste à refouler ou à cacher ses émotions au lieu de les exprimer, peut entraver le lâcher-prise. Lorsque vous réprimez vos émotions, elles s’accumulent et créent un fardeau émotionnel qui peut être difficile à gérer.

    Le lâcher-prise implique de reconnaître et d’accepter ses émotions, même les plus inconfortables, pour ensuite les relâcher. C’est un processus qui permet de se libérer des tensions émotionnelles et de retrouver un équilibre mental et émotionnel.

    En confrontant vos émotions, en les comprenant et en les laissant aller, vous pouvez trouver une plus grande paix intérieure et une meilleure capacité à faire face aux défis de la vie. Le lâcher-prise est ainsi étroitement lié à l’expression émotionnelle saine et à la gestion de vos sentiments.

    La répression émotionnelle peut-elle induire des manifestations physiques de mal être ?

    « Vous vous dites peut-être : « Attendez ! « Mes émotions ne me rendent pas malade… n’est-ce pas ? »

    En fait, elles le peuvent, d’une certaine manière.

    Bien entendu, rien ne prouve que les émotions provoquent directement des maladies. La tristesse ne peut pas vous donner la grippe et la colère ne provoque pas de cancer.

    Mais des recherches ont établi un lien entre la répression des émotions et la diminution du fonctionnement du système immunitaire. Si votre système immunitaire ne fonctionne pas correctement, vous risquez de tomber malade plus fréquemment et de vous rétablir plus lentement.

    Les émotions refoulées peuvent également jouer un rôle dans les problèmes de santé mentale, tels que le stress, l’anxiété et la dépression.

    Ces problèmes provoquent souvent des symptômes physiques, notamment :

    • Tensions et douleurs musculaires
    • Nausées et problèmes digestifs
    • Changements d’appétit
    • Fatigue et troubles du sommeil

    Les traumatismes de l’enfance, l’une des causes possibles des émotions refoulées, peuvent également jouer un rôle dans les maladies chroniques.

    Une colère non résolue peut également avoir des conséquences importantes sur la santé. Si vous avez du mal à exprimer votre colère de manière productive, vous risquez davantage de développer :

    • Hypertension artérielle
    • Problèmes digestifs
    • Maladies cardiovasculaires

    Quels sont les types d’émotions refoulées ?

    Dans l’ensemble, les gens ont tendance à refouler les émotions fortes, en particulier celles associées à un malaise ou à d’autres expériences désagréables.

    Il s’agit notamment d’émotions telles que la :

    • colère
    • frustration
    • tristesse
    • peur
    • déception

    Vous remarquez une tendance ? Ces émotions sont souvent qualifiées de négatives. Il est courant de réprimer des émotions que l’on considère comme « mauvaises » ou que l’on pense que d’autres personnes pourraient vous juger pour les avoir exprimées.

    Comment savoir si j’ai des émotions refoulées et pouvoir enfin lâcher prise ?

    Il n’est pas toujours facile de savoir si l’on est en présence d’un refoulement émotionnel, et il n’existe pas de test définitif. Cependant, si vous souffrez d’émotions refoulées, vous pouvez remarquer quelques signes clés. Ces signes peuvent se manifester dans vos sentiments ou dans votre comportement, que ce soit envers vous-même ou envers les autres.

    Les personnes qui refoulent leurs émotions ont souvent du mal à nommer et à comprendre leur expérience émotionnelle. Cela peut rendre difficile la description de ce que vous ressentez aux autres, bien sûr, mais aussi la reconnaissance de certains aspects de votre vie qui ne répondent pas à vos besoins.

    Vous pourriez :

    • Vous sentir régulièrement engourdi ou vide
    • Vous sentir nerveux, déprimé ou stressé la plupart du temps, même si vous ne savez pas exactement pourquoi
    • Avoir tendance à oublier des choses
    • Ressentir un malaise ou une gêne lorsque d’autres personnes vous font part de leurs sentiments
    • Vous vous sentez joyeux et calme la plupart du temps parce que vous ne laissez jamais vos pensées s’attarder sur quelque chose d’important ou de bouleversant
    • Vous vous sentez affligé ou irrité lorsque quelqu’un vous demande ce que vous ressentez.

    Ainsi, il faut comprendre que les émotions refoulées se manifestent souvent dans le comportement et peuvent affecter la façon dont vous réagissez aux autres. Si vous avez du mal à exprimer vos sentiments de manière saine, vos émotions peuvent s’accumuler jusqu’à ce qu’elles finissent par exploser, parfois en réponse à de très petits déclencheurs. Cela peut contribuer à des problèmes dans vos relations interpersonnelles.

    Impacts négatifs de la répression émotionnelle

    La répression émotionnelle peut affecter votre capacité à :

    • Parler des choses qui comptent pour vous
    • Établir des relations intimes
    • Comprendre ce que ressentent les autres
    • Vous encourager ou vous féliciter

    Vous pouvez également remarquer que vous :

    • vous laissez faire au lieu d’exprimer ce que vous voulez vraiment et ce dont vous avez besoin
    • utilisez des substances, la télévision, les médias sociaux ou d’autres activités pour vous aider à engourdir et à éviter les sentiments que vous ne voulez pas explorer
    • passez la plupart de votre temps avec d’autres personnes pour éviter d’être seul(e)
    • adopter des comportements passifs-agressifs pour faire face aux situations qui vous contrarient.

    Comment faire pour lâcher prise et enfin se libérer ?

    Si vous avez du mal à exprimer ou à réguler vos émotions, la première chose à faire est d’en parler à un professionnel de la santé mentale.

    Un thérapeute peut vous aider à explorer les causes potentielles de vos émotions refoulées et vous offrir des conseils et un soutien lorsque vous commencez à vous attaquer à ces raisons.

    La thérapie offre également un espace sûr pour :

    • travailler à nommer et à comprendre vos sentiments
    • d’être plus à l’aise pour parler de vos émotions
    • apprendre des méthodes plus utiles de régulation émotionnelle

    La thérapie centrée sur les émotions (EFT) est une approche qui peut s’avérer particulièrement bénéfique contre la répression émotionnelle. L’EFT met l’accent sur l’expression émotionnelle comme l’une des composantes les plus importantes de votre expérience personnelle et de votre capacité à établir des relations avec les autres.

    Selon la théorie de l’EFT, les personnes qui ont du mal à accéder à leurs sentiments et à les comprendre ont également du mal à avoir des relations significatives avec les autres. Cette approche est souvent utilisée dans le cadre de la thérapie de couple, mais elle peut également vous aider à surmonter les traumatismes de l’enfance, la dépression, l’anxiété et d’autres symptômes de santé mentale.

    Ce qu’il faut retenir

    Pour oublier les blessures du passé, vous devez prendre la décision consciente de reprendre le contrôle de la situation. Toutefois, cela peut prendre du temps et de l’entraînement et ne doit donc pas être confondu avec la répression émotionnelle. En effet, il ne s’agit pas de nier ou de refouler vos émotions, mais plutôt de les accepter, de les comprendre et de les relâcher. Soyez bienveillant envers vous-même lorsque vous vous entraînez à recentrer votre vision de la situation et célébrez les petites victoires que vous remportez lors de la pratique de cet exercice mental.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?