AccueilÉpanouissement personnelParentalitéTypes de styles d’attachement et leur signification

Types de styles d’attachement et leur signification

Écrit par MentorShow
Le 27 October 2023 | 6 minutes de lecture

La théorie de l’attachement est probablement l’une des plus étudiées en matière de parentalité. Cela n’a rien d’étonnant. Bien que l’attachement dans les premières années soit centré sur la relation entre un enfant et la personne qui s’occupe de lui (généralement sa mère), il influence également les relations futures, y compris les relations amoureuses.

Examinons de plus près comment vous déterminez (sciemment ou non) la façon dont votre enfant réagit dans certaines situations – et comment cela se résume au style d’attachement.

Qu’est-ce que la théorie de l’attachement ?

Les parents ont de nombreux rôles à jouer : Vous enseignez à vos enfants, vous les disciplinez et vous les emmenez chez le dentiste. Et que vous vous en rendiez compte ou non, vous les influencez également par votre simple présence.

Votre présence permet à votre enfant de se sentir aimé, en sécurité et protégé. La théorie de l’attachement a été élaborée dans les années 1960 et 1970 par le psychologue britannique John Bowlby et la psychologue canadienne d’origine américaine Mary Ainsworth.

Cette théorie explique comment les parents (en particulier les mères) qui sont présents et sensibles aux besoins de leur bébé lui donnent une base sûre à partir de laquelle il peut s’aventurer avec confiance pour explorer le vaste monde, puis y revenir pour y trouver du réconfort.

Donc, vous construisez votre avenir. Et voici pourquoi:

  • Élever votre enfant de manière à ce qu’il croie que vous êtes là pour lui signifie qu’il éprouve moins de peur que les enfants qui ne sont pas élevés de cette manière.
  • Ce précieux sentiment de confiance se construit pendant la petite enfance, l’enfance et l’adolescence – ouf, vous avez quelques bonnes années pour bien faire les choses ! – et influence les relations futures. Notez toutefois qu’à 6 mois, votre bébé commence déjà à anticiper vos réponses à sa détresse. Et il façonne déjà ses propres comportements en fonction de ces réponses.
  • En faisant vivre à votre enfant des expériences positives avec le fournisseur de soins, il aura confiance que les autres peuvent en faire autant.

Ainsworth a défini trois principaux types d’attachement. Des chercheurs ultérieurs ont ajouté quatre types. Ces types sont les suivants :

  • attachement sécurisant
  • attachement anxieux-insécurisant
  • attachement évitant-insécurisant
  • attachement désorganisé-insécurisant

Qu’est-ce que l’attachement sécurisant ?

L’attachement sécurisant est ce à quoi vous aspirez. Il se produit lorsque les parents ou les autres personnes qui s’occupent de l’enfant sont :

  • disponibles
  • sensibles
  • répondants
  • acceptants

Dans les relations d’attachement sécurisant, les parents laissent leurs enfants sortir et se promener, mais ils sont là pour eux lorsqu’ils reviennent et qu’ils ont besoin de sécurité et de réconfort.

Ces parents prennent leur enfant dans leurs bras, jouent avec lui et le rassurent lorsque c’est nécessaire. Ainsi, l’enfant apprend qu’il peut exprimer ses émotions négatives et que quelqu’un l’aidera.

Les enfants qui développent un attachement sécurisant apprennent à faire confiance et ont une bonne estime d’eux-mêmes. C’est le bonheur ! À l’âge adulte, ces enfants sont en contact avec leurs sentiments, sont compétents et ont généralement des relations fructueuses.

Qu’est-ce que l’attachement anxieux-insécurisant ?

Ce type d’attachement survient lorsque les parents répondent aux besoins de leur enfant de façon sporadique. Les soins et la protection sont parfois présents – et parfois non.

Dans l’attachement anxieux-insécurisé, l’enfant ne peut pas compter sur ses parents pour être là quand il en a besoin. De ce fait, l’enfant ne parvient pas à développer un sentiment de sécurité vis-à-vis de la figure d’attachement.

Et comme l’enfant ne peut pas compter sur la présence de son parent s’il se sent menacé, il ne s’éloignera pas facilement de lui pour explorer.

L’enfant devient plus exigeant et même collant, espérant que sa détresse exagérée forcera le parent à réagir.

Dans le cas de l’attachement anxieux-insécurisé, le manque de prévisibilité signifie que l’enfant finit par devenir nécessiteux, en colère et méfiant.

Qu’est-ce que l’attachement évitant-insécurisé?

Parfois, un parent a du mal à accepter les besoins de son enfant et à y répondre de manière sensible. Au lieu de réconforter l’enfant, le parent :

  • minimise ses sentiments
  • rejette ses demandes
  • ne l’aide pas pour les tâches difficiles

Ce qui conduit à un attachement évitant-insécurisant.

En outre, on peut s’attendre à ce que l’enfant aide le parent à répondre à ses propres besoins. L’enfant apprend qu’il est préférable d’éviter d’impliquer le parent. Après tout, le parent ne réagit pas de manière utile.

Dans le cas de l’attachement évitant-insécurisant, l’enfant apprend que sa meilleure option est de taire ses sentiments et de devenir autonome.

Ainsworth a montré que les enfants ayant un attachement évitant-insécurisant ne se tournent pas vers le parent lorsqu’ils sont en détresse et essaient de minimiser leurs émotions négatives.

Qu’est-ce que l’attachement désorganisé-insécurisant ?

Environ 15 % des bébés dans les groupes à faible risque psychosocial – et jusqu’à 82 % de ceux qui se trouvent dans des situations à haut risque – développent un attachement désorganisé-insécurisé, selon une recherche de 2004.

Dans ce cas, les parents ont un comportement atypique : Ils rejettent, ridiculisent et effraient leur enfant.

Les parents qui adoptent ces comportements ont souvent un passé qui comprend des traumatismes non résolus. Tragiquement, lorsque l’enfant s’approche du parent, il ressent de la peur et une anxiété accrue au lieu de soins et de protection.

Les trois premiers styles d’attachement sont parfois qualifiés d'”organisés” C’est parce que l’enfant apprend comment il doit se comporter et organise sa stratégie en conséquence.

Ce quatrième style d’attachement, en revanche, est considéré comme “désorganisé” parce que la stratégie de l’enfant est désorganisée – et le comportement qui en résulte l’est aussi.

Eventuellement, l’enfant commence à développer des comportements qui l’aident à se sentir en quelque sorte en sécurité. Par exemple, l’enfant peut :

  • devenir agressif envers le parent
  • refuser les soins du parent
  • devenir tout simplement très autonome

Exemples de scénarios

Donc, comment les enfants ayant des styles d’attachement différents réagissent-ils dans une situation donnée ?

L’attachement sécurisant

  • Dans sa célèbre étude (The Strange Situation), Ainsworth a montré que les enfants qui ont un attachement sécurisant vont chercher de l’apaisement auprès de leur parent (ou d’une autre personne qui s’occupe d’eux) lorsqu’ils ne se sentent pas en sécurité et qu’ils sont réconfortés assez facilement.
  • L’enfant fait part de ce qu’il ressent : “
  • L’enfant fait preuve d’empathie envers les autres et tente de réconforter un autre enfant en détresse.

L’attachement anxieux-insécurisant

  • Dans La situation étrange, les enfants ayant un attachement anxieux-insécurisant n’étaient pas facilement réconfortés lorsqu’ils étaient en détresse et mettaient beaucoup de temps à se calmer.
  • L’enfant est réticent à explorer un nouveau terrain de jeu.
  • L’enfant s’accroche et pleure de façon exagérée lorsqu’il est laissé à une nouvelle personne qui s’occupe de lui.

Avoidant un attachement insécure

  • L’enfant est à l’aise d’interagir avec un étranger et ne se tournera pas vers son parent pour obtenir du réconfort.
  • L’enfant est très heureux de courir et d’explorer et ne retournera pas à la base sécuritaire de son parent pour un câlin rapide.
  • L’enfant est très autonome et préfère trouver par lui-même comment faire face à un couvercle de boîte de jouets qui ne s’ouvre tout simplement pas.

Désorganisation de l’attachement insécurisant

  • L’enfant peut courir vers son parent pour obtenir du réconfort lorsqu’il est en détresse, mais en même temps, il se débat et donne des coups de pied lorsque le parent essaie de le réconforter.
  • L’enfant ignore totalement la présence du parent.
  • L’enfant semble hébété ou confus en présence du parent.

Les relations futures et les troubles de l’attachement

Les styles d’attachement de l’enfance peuvent influencer la façon dont les adultes se sentent et se comportent dans leurs relations. Bien que cela représente un lourd fardeau pour les parents, il est important de se rappeler que chacun fait ses propres choix.

L’attachement sécurisant

Les enfants qui ont connu un attachement sécurisant pendant leur enfance ont généralement des relations intimes réussies à l’âge adulte.

Ils sont honnêtes, se soutiennent et sont à l’aise pour partager leurs sentiments. L’attachement sécurisant peut préparer un enfant à relever d’autres défis sociaux, ce qui contribue à sa réussite.

L’attachement anxieux-insécurisant

Les enfants collants peuvent devenir des adultes collants.

Les adultes ayant un attachement anxieux-insécurisé sont plus susceptibles de devenir exigeants et possessifs dans leurs relations, voire codépendants. Ils sont constamment en train de se demander s’ils en ont trop fait – ou pas assez – pour leur relation.

Relaté : 8 conseils pour surmonter la codépendance

L’attachement évitant-insécurisant

Vous connaissez quelqu’un qui ne veut tout simplement pas s’engager ? Les adultes qui ont un attachement évitant-insécurisant peuvent éviter les relations, tout simplement. Ils sont plus susceptibles d’être dédaigneux et craintifs et de garder les autres à distance.

L’attachement désorganisé-insécurisé

La recherche de 2004 mentionnée précédemment suggère que les adolescents qui avaient ce type d’attachement avec leur principal fournisseur de soins lorsqu’ils étaient bébés présentaient des niveaux plus élevés de psychopathologie globale à l’âge de 17 ans.

Ils étaient également plus susceptibles de présenter des compétences opérationnelles formelles altérées et d’avoir des problèmes d’autorégulation en vieillissant.

Pouvez-vous changer votre style d’attachement ou obtenir de l’aide à ce sujet ?

Bowlby pense que les styles d’attachement que vous développez au cours de vos premières années restent relativement inchangés pour le reste de votre vie. Il suggère que les gens réagissent selon le paradigme du “si, alors” : “Si je suis contrarié, alors je peux compter sur mon partenaire pour me soutenir (ou non)”

Les neurosciences nous ont heureusement montré que les choses ne sont pas aussi simples que cela.

Nous pouvons modifier le fonctionnement de notre cerveau. La première étape consiste à prendre conscience de l’existence d’un problème et à décider d’opérer un changement. La deuxième étape consiste à effectuer ce changement.

Une étude de 2018, par exemple, montre que la thérapie cognitivo-comportementale peut entraîner des changements significatifs.

L’essentiel

Parentalité, c’est sculpter l’avenir de votre enfant. En vous efforçant d’être là pour lui – émotionnellement et physiquement – vous pouvez encourager l’attachement sécurisant qui mène aux comportements les plus sains à l’âge adulte.

Ne vous inquiétez pas si vous n’y arrivez pas toujours. Et si vous souhaitez modifier votre propre style d’attachement, n’oubliez pas que rien n’est gravé dans la pierre.

Laissez-nous un commentaire