Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Les styles d’attachement et leur rôle dans les relations

2 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Les styles d’attachement désignent les modes d’attachement que l’on apprend dans l’enfance et que l’on retrouve dans ses relations à l’âge adulte. Le concept implique la confiance dans la disponibilité de la figure d’attachement en tant que base sûre à partir de laquelle on peut librement explorer le monde lorsqu’on n’est pas en détresse et en tant que refuge auprès duquel on peut chercher soutien, protection et réconfort en cas de détresse.

    Quels sont les styles d’attachement ?

    1. L’attachement sécurisant : les personnes ayant un attachement sécurisant sont à l’aise avec l’intimité et peuvent trouver un équilibre entre la dépendance et l’indépendance dans leurs relations.
    2. L’attachement préoccupé (Anxieux chez les enfants) : Les personnes ayant ce style d’attachement ont besoin d’intimité et peuvent être trop dépendantes et exigeantes dans leurs relations.
    3. L’attachement dédaigneux (Évitant chez les enfants) : Ce style se caractérise par un fort sentiment d’autosuffisance, souvent au point d’avoir l’air détaché. Les personnes ayant un attachement dédaigneux accordent une grande importance à leur indépendance et peuvent sembler peu intéressées par les relations étroites.
    4. L’attachement craintif (désorganisé chez les enfants) : Les personnes ayant un style d’attachement craintif désirent avoir des relations étroites et craignent d’être vulnérables. Elles peuvent se comporter de manière imprévisible dans leurs relations en raison du conflit interne entre le désir d’intimité et la peur de l’intimité.
    Les quatre styles d’attachement sont : sécurisé, préoccupé (anxieux chez les enfants), dédaigneux (évitant chez les enfants) et craintif (désorganisé chez les enfants).

    Chez les humains, le système d’attachement comportemental ne s’achève pas dans la petite enfance ou même dans l’enfance. Au contraire, il est actif tout au long de la vie, les individus trouvant du réconfort dans les représentations physiques et mentales de leurs proches (Bowlby, 1969).

    Il semble y avoir une continuité entre les styles d’attachement précoces et la qualité des relations amoureuses ultérieures à l’âge adulte.

    Cette idée repose sur le modèle de travail interne, selon lequel l’attachement primaire d’un nourrisson forme un modèle (gabarit) pour les relations futures.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Les styles d’attachement de l’adulte

    Les styles d’attachement de l’adulte décrivent l’aisance et la confiance des personnes dans les relations étroites, la peur du rejet et le désir d’intimité, ainsi que la préférence pour l’autosuffisance ou la distance interpersonnelle.

    Les styles d’attachement des adultes dérivés de l’histoire des relations passées sont conceptualisés comme des modèles de travail internes.

    En revanche, le modèle de soi peut être conceptualisé comme la dimension anxieuse de l’attachement, liée aux croyances sur la valeur de soi et sur le fait d’être accepté ou rejeté par les autres (Collins & Allard, 2001).

    Bartholomew et Horowitz ont proposé quatre styles d’attachement pour les adultes concernant les modèles de travail de soi et des autres, à savoir sécurisé, dédaigneux, préoccupé et craintif.

    Les styles d'attachement en tant que diagramme de contour sécurisé, anxieux, évitant ou craintif. Échelle d'axe éducatif étiquetée avec un niveau élevé ou faible d'évitement et d'anxiété comme influence sur le vecteur relationnel

    Caractéristiques de l’attachement sécurisant

    Les adultes attachés de façon sécurisante ont tendance à avoir une image positive d’eux-mêmes et des autres, cela signifie qu’ils ont le sentiment d’être dignes d’intérêt et qu’ils s’attendent à ce que les autres les acceptent et soient réceptifs.

    En tant qu’enfants

    L’attachement sécurisant se produit parce que la mère répond aux besoins émotionnels du nourrisson.

    Les enfants ayant un attachement sécurisant se servent de leur mère comme d’une base sûre pour explorer leur environnement. Ils sont modérément angoissés lorsque leur mère quitte la pièce (anxiété de séparation) et recherchent le contact avec leur mère lorsqu’elle revient.

    Ils manifestent également une anxiété modérée à l’égard des étrangers ; ils montrent une certaine détresse lorsqu’ils sont approchés par un étranger.

    À l’âge adulte

    Les adultes qui démontrent un style d’attachement sécurisant valorisent les relations et affirment l’impact des relations sur leur personnalité.

    Ils affichent une disposition à se rappeler et à discuter des attachements qui suggère une grande réflexion concernant les relations antérieures.

    Notamment, de nombreux adultes sécurisés peuvent, en fait, vivre des événements négatifs liés à l’attachement, mais ils peuvent évaluer objectivement les personnes et les événements et attribuer une valeur positive aux relations en général.

    Les amoureux sécurisés ont caractérisé leurs relations amoureuses les plus importantes comme étant heureuses et empreintes de confiance. Ils peuvent soutenir leur partenaire malgré ses défauts.

    Leurs relations ont également tendance à durer plus longtemps. Les amoureux sûrs croient que même si les sentiments romantiques peuvent évoluer, l’amour romantique ne s’estompera jamais.

    L’analyse statistique a révélé que les amoureux sûrs avaient des relations plus chaleureuses avec leurs parents pendant l’enfance.

    Caractéristiques de l’attachement préoccupé

    Les personnes ayant un attachement préoccupé (appelées anxieuses lorsqu’il s’agit d’enfants) ont une image négative d’elles-mêmes et une image positive des autres, ce qui signifie qu’elles ont un sentiment d’indignité mais qu’elles évaluent généralement les autres de manière positive.

    A ce titre, ils s’efforcent de s’accepter eux-mêmes en essayant d’obtenir l’approbation et la validation de leurs relations avec des personnes significatives. Ils ont également besoin d’un niveau plus élevé de contact et d’intimité dans leurs relations avec les autres.

    En tant qu’enfants

    Les enfants ayant ce type d’attachement sont collés à leur mère dans une nouvelle situation et ne sont pas prêts à explorer – ce qui suggère qu’ils n’ont pas confiance en elle.

    Ils sont extrêmement angoissés lorsqu’ils sont séparés de leur mère. Lorsque la mère revient, ils sont heureux de la voir et vont vers elle pour se réconforter, mais ils ne peuvent pas être réconfortés et peuvent montrer des signes de colère envers elle.

    Ce type de style d’attachement se produit parce que la mère répond parfois aux besoins du nourrisson et ignore parfois ses besoins émotionnels, c’est-à-dire que le comportement de la mère est incohérent.

    À l’âge adulte

    Ces personnes ont besoin d’intimité mais restent anxieuses quant à savoir si d’autres partenaires romantiques répondront à leurs besoins émotionnels. L’autonomie et l’indépendance peuvent les rendre anxieux.

    En outre, ils sont préoccupés par la dépendance à l’égard de leurs propres parents et luttent encore activement pour leur plaire.

    En outre, ils peuvent devenir angoissés s’ils interprètent la reconnaissance et la valeur des autres comme n’étant pas sincères ou ne répondant pas à un niveau approprié de réactivité.

    Leur système d’attachement est enclin à l’hyperactivation en période de stress, les émotions peuvent être amplifiées et la dépendance excessive à l’égard des autres est accrue (Mikulincer & Shaver, 2003).

    Les amants préoccupés caractérisent leurs relations amoureuses les plus importantes par l’obsession, le désir de réciprocité et d’union, les hauts et les bas émotionnels, et l’attirance sexuelle et la jalousie extrêmes.

    Les amoureux préoccupés croient souvent qu’il leur est facile de tomber amoureux, mais ils affirment également qu’il est difficile de trouver un amour durable.

    Par rapport aux amoureux sécurisés, les amoureux préoccupés rapportent des relations plus froides avec leurs parents pendant l’enfance.

    L’attachement anxieux est également connu sous le nom d’insécurité résistante ou d’anxiété ambivalente.

    Caractéristiques de l’attachement désinvolte

    Le style d’attachement désinvolte se manifeste chez les adultes qui ont une image positive d’eux-mêmes et une image négative des autres. Leur modèle de fonctionnement interne est basé sur un attachement évitant établi pendant la petite enfance.

    En tant qu’enfants

    Les enfants ayant un attachement évitant n’utilisent pas la mère comme base de sécurité ; ils ne sont pas angoissés par la séparation de leur donneur de soins et ne sont pas joyeux lorsque la mère revient. Ce type d’attachement se produit parce que la mère ignore les besoins émotionnels du nourrisson.

    À l’âge adulte

    Ils préfèrent éviter les relations étroites et l’intimité avec les autres pour conserver un sentiment d’indépendance et d’invulnérabilité. Cela signifie qu’ils ont des difficultés avec l’intimité et qu’ils valorisent l’autonomie et l’autosuffisance (Cassidy, 1994).

    Les adultes évitants nient avoir éprouvé de la détresse associée aux relations et minimisent l’importance de l’attachement en général, considérant les autres personnes comme indignes de confiance.

    Selon le Dr Julie Smith, psychologue clinicienne, voici les signes d’un style d’attachement évitant dans les relations adultes :

    1. Lorsque votre partenaire cherche à être intime avec vous, les barrières s’élèvent. Plus il essaie de se rapprocher de vous, plus vous reculez.
    2. Vous hésitez à entamer de nouvelles relations parce qu’il est difficile de faire confiance aux gens.
    3. Vous mettez parfois fin à des relations pour avoir un sentiment de liberté.
    4. Vous gardez votre partenaire à distance sur le plan émotionnel parce que vous vous sentez plus en sécurité, mais il vous accuse souvent d’être distant.

    Les amoureux dépressifs se caractérisent par la peur de l’intimité, des hauts et des bas émotionnels et de la jalousie. Ils sont souvent incertains de leurs sentiments envers leur partenaire romantique, croient que l’amour romantique peut rarement durer et qu’il leur est difficile de tomber amoureux (Hazan & Shaver, 1987).

    La recherche de proximité est évaluée comme peu susceptible d’atténuer la détresse résultant de la désactivation délibérée du système d’attachement, de l’inhibition de la quête de soutien et de l’engagement à gérer seul la détresse, en particulier la détresse résultant de l’échec de la figure d’attachement à être disponible et réceptive (Mikulincer & Shaver, 2003).

    Cela a des conséquences négatives en termes de coupure avec les sentiments forts, que ce soit les leurs ou ceux des autres, influençant ainsi leur expérience des relations amoureuses.

    Caractéristiques de l’attachement craintif

    Les adultes ayant un style d’attachement craintif-évitant (également appelé désorganisé) ont un modèle négatif de soi et un modèle négatif des autres, craignant à la fois l’intimité et l’autonomie.

    En tant qu’enfants

    Ils présentent des comportements d’attachement typiques des enfants évitants, devenant socialement retirés et ne faisant pas confiance aux autres.

    Le comportement d’un enfant craintif-évitant est très désorganisé, d’où le nom d’attachement désorganisé.

    Si l’enfant et la personne qui s’occupe de lui devaient être séparés pendant un certain temps, lors des retrouvailles, l’enfant agirait de manière conflictuelle. Il peut d’abord courir vers son fournisseur de soins, mais semble ensuite changer d’avis et s’enfuir ou agir.

    Aux yeux d’un enfant ayant un attachement évitant craintif, ses fournisseurs de soins ne sont pas dignes de confiance.

    Les enfants ayant un attachement évitant craintif risquent de conserver ces comportements à l’âge adulte s’ils ne reçoivent pas le soutien nécessaire pour surmonter ce problème. Ils peuvent avoir du mal à se sentir en sécurité dans n’importe quelle relation s’ils ne reçoivent pas d’aide pour leur style d’attachement.

    À l’âge adulte

     » Comme les évitants rejetants, ils prennent souvent leurs distances avec leurs partenaires, mais contrairement aux individus rejetants, ils continuent d’éprouver de l’anxiété et des besoins concernant l’amour, la fiabilité et la confiance de leur partenaire  » (Schachner, Shaver & Mikulincer, 2003, p. 248).

    Un évitant craintif préfère les relations occasionnelles et peut en rester au stade des rendez-vous galants pendant une période prolongée, car cela lui semble plus confortable.

    Ce n’est pas toujours parce qu’ils le veulent, mais parce qu’ils craignent de se rapprocher de quelqu’un.

    Une étude a révélé que les personnes ayant un style d’attachement évitant craintif sont susceptibles d’avoir plus de partenaires sexuels et une conformité sexuelle plus élevée que les autres styles d’attachement (Favez & Tissot, 2019).

    Ils pourraient préférer avoir plus de partenaires sexuels pour se rapprocher physiquement de quelqu’un sans avoir à être également émotionnellement vulnérable envers lui – répondant ainsi à leur besoin de proximité.

    Ils pourraient également être plus conformes sexuellement parce qu’ils ont de moins bonnes limites et qu’ils ont appris dans l’enfance que leurs limites n’ont pas d’importance. Il est important de se rappeler que ce n’est pas le cas de tous les évitants craintifs.

    Un partenaire ayant ce style d’attachement peut préférer garder son partenaire à distance afin que les choses ne deviennent pas trop intenses sur le plan émotionnel.

    Ils peuvent être réticents à partager trop d’eux-mêmes afin de se protéger d’une éventuelle blessure. Si la relation devient trop profonde ou si on lui demande de raconter des anecdotes personnelles, la personne craintive-évitante peut se fermer rapidement.

    Il est courant pour les personnes ayant un style d’attachement craintif d’avoir grandi dans un foyer très chaotique et toxique. Ainsi, l’évitant craintif peut s’attendre à ce que ses relations amoureuses à l’âge adulte soient également chaotiques.

    S’il est dans une relation avec quelqu’un de sûr et de calme, il peut se demander pourquoi il en est ainsi. Ils peuvent croire que quelque chose ne va pas et peuvent défier leur partenaire ou créer un problème pour rendre la relation plus instable mais familière pour eux.

    Ils ont tendance à toujours s’attendre à ce que quelque chose de mauvais arrive dans leur relation et trouveront probablement n’importe quelle raison pour endommager la relation afin de ne pas être blessés.

    Ils peuvent blâmer ou accuser leur partenaire de choses qu’ils n’ont pas faites, menacer de quitter la relation, ou tester leur partenaire pour voir si cela le rend jaloux. Toutes ces stratégies peuvent amener leur partenaire à envisager de mettre fin à la relation.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    L’attachement dans les relations adultes

    Les styles d’attachement sont des attentes que les gens développent à propos des relations avec les autres, et le premier attachement est basé sur la relation que les individus ont eue avec leur principal fournisseur de soins lorsqu’ils étaient bébés.

    Le style parental

    Il existe des preuves que les styles d’attachement peuvent être transmis d’une génération à l’autre.

    Les recherches indiquent une continuité intergénérationnelle entre les types d’attachement des adultes et leurs enfants, y compris l’adoption par les enfants des styles parentaux de leurs parents. Les gens ont tendance à fonder leur style parental sur le modèle de travail interne, de sorte que le type d’attachement tend à se transmettre d’une génération à l’autre dans une famille.

    Main, Kaplan et Cassidy (1985) ont constaté une forte association entre la sécurité du modèle de travail d’attachement des adultes et celle de leurs nourrissons, avec une corrélation particulièrement forte entre les mères et les nourrissons (par opposition aux pères et aux nourrissons).

    En outre, la même étude a également constaté que les adultes dédaigneux étaient souvent les parents de nourrissons évitants. En revanche, les adultes préoccupés étaient souvent les parents de nourrissons résistants/ambivalents, ce qui suggère que la façon dont les adultes conceptualisent les relations d’attachement a un impact direct sur la façon dont leurs nourrissons s’attachent à eux.

    Une autre explication de la continuité des relations est l’hypothèse du tempérament, qui soutient que le tempérament d’un nourrisson affecte la façon dont un parent réagit et peut donc être un facteur déterminant dans le type d’attachement du nourrisson. Le tempérament du nourrisson peut expliquer les problèmes (bons ou mauvais) qu’il rencontre dans ses relations plus tard dans la vie.

    Relations amoureuses

    Il semble également y avoir une continuité entre les styles d’attachement précoces et la qualité des relations amoureuses plus tard à l’âge adulte. Cette idée repose sur le modèle de travail interne, selon lequel l’attachement primaire d’un nourrisson forme un modèle (template) pour les relations futures.

    Le modèle de travail interne influence les attentes d’une personne quant à ses relations ultérieures, et donc ses attitudes à leur égard. En d’autres termes, il existe une continuité entre les premières expériences d’attachement et les relations ultérieures.

    Les relations adultes sont susceptibles de refléter le style d’attachement précoce car l’expérience d’une personne avec son fournisseur de soins dans l’enfance conduirait à s’attendre à vivre les mêmes expériences dans les relations ultérieures.

    Cela est illustré dans l’expérience du questionnaire sur l’amour de Hazan et Shaver. Ils ont mené une étude pour recueillir des informations sur les styles d’attachement précoces des participants et sur leurs attitudes à l’égard des relations amoureuses. Ils ont constaté que les personnes ayant un attachement sûr lorsqu’elles étaient bébés avaient tendance à avoir des relations heureuses et durables.

    En revanche, les personnes ayant un attachement peu sûr trouvaient les relations adultes plus difficiles, avaient tendance à divorcer et pensaient que l’amour était rare. L’hypothèse de la continuité est accusée d’être réductionniste parce qu’elle suppose que les personnes qui ont un attachement insécurisant en tant qu’enfants ont des relations de mauvaise qualité à l’âge adulte. Ce n’est pas toujours le cas. Les chercheurs ont constaté que de nombreuses personnes avaient des relations heureuses malgré un attachement insécurisant. Par conséquent, la théorie pourrait être une simplification excessive.

    Brennan et Shaver (1995) ont découvert qu’il existait une forte association entre le propre type d’attachement et le type d’attachement du partenaire romantique, ce qui suggère que le style d’attachement pourrait avoir un impact sur le choix des partenaires.

    Pour être plus précis, l’étude a montré qu’un adulte sécurisé avait plus de chances d’être associé à un autre adulte sécurisé, tandis qu’un adulte évitant avait moins de chances d’être associé à un adulte sécurisé ; lorsqu’un adulte sécurisé n’était pas associé à un partenaire sécurisé, il avait plus de chances d’avoir un partenaire anxieux et préoccupé à la place.

    Le style d’attachement de l’adulte a également un impact sur le comportement dans les relations amoureuses (jalousie, confiance, recherche de proximité, etc.) et sur la durée de ces relations, comme nous l’avons vu dans les paragraphes précédents concernant les résultats de Hazan et Shaver (1987).

    Ces éléments sont, à leur tour, liés à la satisfaction globale de la relation. Brennan et Shaver (1995) ont constaté que le fait de tendre vers un type d’attachement sécurisant était en corrélation positive avec la satisfaction relationnelle, tandis que le fait d’être plus évitant ou anxieux était associé négativement à la satisfaction relationnelle.

    En ce qui concerne les comportements liés à l’attachement dans les relations, le fait d’être enclin à rechercher la proximité et à faire confiance aux autres était en corrélation positive avec la satisfaction relationnelle.

    Le style d’attachement et les comportements connexes des partenaires ont également eu un impact sur la satisfaction relationnelle. Cependant, un partenaire évitant est le seul type de partenaire qui semble contribuer négativement à la satisfaction relationnelle, tandis qu’un partenaire anxieux n’a pas d’impact significatif sur cet aspect.

    La tendance du partenaire à rechercher la proximité et à faire confiance aux autres augmentait la satisfaction, tandis que l’ambivalence et la frustration du partenaire envers lui-même diminuaient la satisfaction.

    Santé mentale

    Une nouvelle étude publiée dans le British Journal of Clinical Psychology met en lumière la façon dont nos styles d’attachement affectent notre santé mentale et nos comportements pendant les périodes difficiles comme la pandémie de COVID-19.

    A l’aide de techniques statistiques avancées, les chercheurs ont découvert que les personnes ayant un style d’attachement insécurisant (en particulier les attachements anxieux et craintifs-évitants) souffraient davantage de dépression, d’anxiété et de solitude que leurs pairs ayant un attachement sécurisant.

    Les chercheurs ont interrogé plus de 1300 adultes britanniques à deux moments entre avril et août 2020 afin de comprendre les liens entre les styles d’attachement, l’adhésion aux lignes directrices de distanciation sociale et la santé mentale. Ils ont utilisé des méthodes de modélisation causale de pointe pour estimer les effets causaux probables.

    Les résultats ont montré que les participants anxieux et craintifs-évitants présentaient une dépression et une anxiété environ 5 à 6 % plus élevées, et étaient 17 à 18 % plus solitaires que les individus sécurisés.

    Au fil du temps, ils ont maintenu ces symptômes de santé mentale élevés, tandis que les niveaux des participants sécurisés ont diminué. Une plus grande solitude explique la moins bonne santé mentale des groupes insécurisés.

    Les participants évitants étaient moins susceptibles de suivre les règles de distanciation sociale que les individus sécurisés, bien que l’ampleur de l’effet soit faible. Le style d’attachement n’a pas permis de prédire les changements de santé mentale entre les points de repère 1 et 2.

    La conclusion ?

    Notre style d’attachement est un facteur de risque d’aggravation des crises de santé mentale au cours d’expériences collectives difficiles telles que les lockdowns. Les personnes insécurisées sont plus sujettes à la solitude, qui est à l’origine de leur anxiété et de leur dépression.

    L’étude souligne la nécessité d’interventions ciblées pour atténuer la solitude et promouvoir la sécurité.

    L’utilisation de mesures catégorielles de l’attachement constitue une limite, mais les statistiques avancées fournissent des preuves convaincantes de l’influence causale de l’attachement sur notre santé mentale et nos comportements au cours de la COVID-19.

    Modèles de travail internes

    • Les réponses sociales et émotionnelles du principal dispensateur de soins (généralement un parent) fournissent au nourrisson des informations sur le monde et les autres personnes, ainsi que sur la façon dont il se perçoit en tant qu’individu.
    • Par exemple, la mesure dans laquelle un individu se perçoit comme digne d’amour et d’attention et les informations concernant la disponibilité et la fiabilité des autres.
    • John Bowlby (1969) a qualifié ces connaissances de modèle de travail interne, qui commence par une représentation mentale et émotionnelle de la première relation d’attachement du nourrisson et constitue la base du style d’attachement d’un individu.
    • Les relations romantiques sont susceptibles de refléter le style d’attachement précoce car l’expérience d’une personne avec son fournisseur de soins dans l’enfance conduirait à s’attendre à vivre les mêmes expériences dans des relations ultérieures, telles que les parents, les amis et les partenaires romantiques (Bartholomew et Horowitz, 1991)
    • Cependant, d’autres chercheurs ont proposé qu’au lieu d’un modèle de travail interne unique, généralisé à toutes les relations, chaque type de relation comprend un modèle de travail différent. Cela signifie qu’une personne peut être attachée de manière sécurisée à ses parents, mais de manière insécurisée dans ses relations amoureuses.

    internal working model of attachment

    Comment le style d’attachement est mesuré

    Enfants : La situation étrange d’Ainsworth

    Ainsworth a proposé l’hypothèse de la sensibilité, selon laquelle plus la mère est réceptive au nourrisson au cours des premiers mois, plus son attachement est sûr.

    Pour tester cette hypothèse, elle a conçu la « situation étrange » afin d’observer la sécurité de l’attachement chez les enfants dans le contexte des relations avec les donneurs de soins.

    L’enfant et la mère font l’expérience d’une série de scénarios dans une pièce qu’ils ne connaissent pas. La procédure comprend une série de huit épisodes d’environ 3 minutes chacun, au cours desquels une mère, un enfant et un étranger sont présentés, séparés et réunis.

    Mary Ainsworth a classé les nourrissons dans l’un des trois styles d’attachement suivants : insécurisé évitant (« A »), sécurisé (« B ») ou insécurisé ambivalent (« C »).

    Un quatrième style d’attachement, désorganisé, a été identifié par la suite (Main & Solomon, 1990).

    Chaque type de style d’attachement comprend un ensemble de stratégies comportementales d’attachement utilisées pour obtenir une proximité avec le donneur de soins et un sentiment de sécurité.

    D’un point de vue évolutif, la classification de l’attachement d’un nourrisson (A, B ou C) est une réponse adaptative aux caractéristiques de l’environnement de soins.

    L’hypothèse de la sensibilité maternelle d’Ainsworth soutient que le style d’attachement d’un enfant dépend du comportement de sa mère à son égard.

    • Les mères « sensibles » sont attentives aux besoins de l’enfant et réagissent correctement à ses humeurs et à ses sentiments. Les mères sensibles sont plus susceptibles d’avoir des enfants solidement attachés.
    • En revanche, les mères qui sont moins sensibles à l’égard de leur enfant, par exemple celles qui répondent mal aux besoins de l’enfant, qui sont impatientes ou qui ignorent l’enfant, sont susceptibles d’avoir des enfants solidement attachés.

    Entretien sur l’attachement chez l’adulte

    Mary Main et ses collègues ont mis au point l’entretien sur l’attachement chez l’adulte, dans lequel on demande aux adultes de décrire les événements liés à l’attachement au début de leur vie et d’expliquer comment ces relations et ces événements ont influencé leur personnalité à l’âge adulte (George, Kaplan, & Main, 1984).

    Il est intéressant de noter que l’entretien d’attachement pour adultes évalue  » la sécurité du soi par rapport à l’attachement dans sa généralité plutôt que par rapport à une relation particulière présente ou passée  » (Main, Kaplan, & Cassidy, 1985).

    Par exemple, l’état d’esprit général par rapport à l’attachement plutôt que la façon dont on est attaché à une autre personne en particulier.

    1. Sécuritaire (autonome)
    2. Dismissif-Avoidant Attachment
    3. Preoccupied (Anxious) Attachment

    L’attachement tout au long de la vie

    La théorie de l’attachement, élaborée par Bowlby pour expliquer les liens affectifs entre les nourrissons et les personnes qui s’occupent d’eux, a des implications pour la compréhension des relations amoureuses.

    Selon John Bowlby (1969), les relations ultérieures sont susceptibles d’être une continuation des styles d’attachement précoces (sécurisant et insécurisant) parce que le comportement de la principale figure d’attachement du nourrisson favorise un modèle de travail interne des relations, ce qui amène le nourrisson à s’attendre à la même chose dans ses relations ultérieures. C’est ce qu’on appelle l’hypothèse de la continuité.

    Selon l’hypothèse de la continuité, les expériences avec les figures d’attachement de l’enfance sont conservées au fil du temps et utilisées pour guider les perceptions du monde social et les interactions futures avec les autres.

    Toutefois, il existe des preuves que les styles d’attachement sont fluides et présentent des fluctuations tout au long de la vie (Waters, Weinfield, & Hamilton, 2000).

    Par conséquent, plutôt qu’un modèle interne unique, généralisé à travers les relations, chaque type de relation peut comprendre un modèle de travail différent, ce qui signifie qu’une personne peut être attachée de manière sécurisée à ses parents mais attachée de manière insécurisée à ses relations amoureuses.

    Par exemple, le modèle de niveau le plus élevé comprend les croyances et les attentes concernant tous les types de relations, et les modèles de niveau inférieur contiennent des règles générales concernant des relations spécifiques, telles que les relations amoureuses ou parentales, étayées par des modèles spécifiques aux événements survenant dans le cadre d’une relation avec une seule personne.

    Le style d’attachement peut-il changer ?

    Dans le monde des études sur l’attachement, une grande question est de savoir si nos idées sur les relations sont une sorte de modèle unique, fonctionnant de la même manière dans toutes les relations, ou si elles sont spécifiques à des relations particulières. Certains experts, comme Kobak (1994), se sont penchés sur cette question.

    Ainsi, une façon de l’envisager est de la considérer comme une « différence individuelle » Cela signifie que nos styles d’attachement, nos guides intérieurs sur la façon dont nous nous connectons avec les gens, restent à peu près les mêmes au fil du temps. Ces styles sont basés sur nos expériences avec les personnes qui nous sont proches, comme nos parents, nos amis et nos partenaires romantiques. Bartholomew et Horowitz (1991) pensent que la façon dont nous agissons dans les relations a tendance à être cohérente, quelle que soit la personne avec qui nous sommes.

    D’un autre côté, certains pensent que nos styles d’attachement peuvent changer en fonction du type de relation. Ainsi, au lieu d’un modèle intérieur global pour les relations, nous pourrions avoir différents modèles pour différents types de relations. Cela signifie que vous pourriez vous sentir en sécurité avec vos parents, mais en insécurité dans vos relations amoureuses.

    Une étude menée auprès de jeunes adultes a montré que les gens ont différents styles d’attachement pour divers types de relations, comme avec les parents, les amis et les partenaires romantiques (Caron et al., 2012).

    Des chercheurs ont suggéré que ces modèles intérieurs sont comme un ensemble de poupées russes, avec une grande qui couvre tous les types de relations et des plus petites pour des types spécifiques, comme la relation amoureuse ou la famille. Ces modèles plus petits sont construits sur des modèles encore plus petits, comme les croyances sur les choses qui se produisent au sein d’une relation.

    Il y a des preuves qui soutiennent l’idée que nous avons plusieurs modèles de travail internes parce que les gens peuvent avoir beaucoup de pensées et de sentiments différents à propos d’eux-mêmes et des autres. Et, bien que ces modèles relationnels spécifiques soient liés à nos modèles internes généraux, le lien n’est pas très fort.

    Cela signifie que nos croyances sur nous-mêmes et sur nos partenaires dans un type de relation sont quelque peu séparées de nos points de vue plus généraux (Cozzarelli, Hoekstra, & Bylsma, 2000).

    En résumé, nos idées générales sur les relations couvrent un large éventail, tandis que nos pensées spécifiques sur certaines relations ne sont qu’une partie de l’ensemble.

    En outre, il convient de noter que le style d’attachement d’une personne peut également changer au fil du temps.

    Une autre chose intéressante est que votre style d’attachement peut changer au fil du temps. Dans différentes études, environ 70 % des personnes avaient un style d’attachement relativement stable, tandis que les 30 % restants étaient plus flexibles.

    Baldwin et Fehr (1995) ont découvert que 30 % des adultes changeaient de style d’attachement assez rapidement, parfois en l’espace d’une semaine ou de quelques mois seulement. Les personnes qui s’identifiaient initialement comme anxieuses-ambivalentes étaient les plus susceptibles de changer.

    Dans une étude longitudinale sur 20 ans, Waters et al. (2000) ont mené l’Adult Attachment Interview auprès de jeunes adultes qui avaient participé à l’expérience Strange Situation il y a 20 ans. Ils ont constaté que 72 % des participants avaient reçu les mêmes classifications d’attachement sécurisant ou insécurisant que pendant la petite enfance.

    Les autres participants ont changé en termes de modèles d’attachement, la majorité d’entre eux – mais pas tous – ayant connu des événements de vie négatifs majeurs.

    Ces résultats suggèrent que les évaluations des styles d’attachement devraient être interprétées avec plus de prudence ; en outre, il y a toujours une possibilité de changement – et il n’est pas nécessaire qu’il soit lié à des événements négatifs, non plus.

    Plus d’informations

    • Comment savoir si votre partenaire a un style d’attachement sécurisant
    • Comment passer d’un attachement anxieux à un attachement sécurisant
    • Article du BPS- Overrated : Le pouvoir prédictif de l’attachement
    • Cotation pour la situation étrange
    • Un examen théorique de la relation nourrisson-mère
    • Situation étrange d’Ainsworth
    • Modèles interculturels d’attachement : Une méta-analyse de la situation étrange
    • Comment le style d’attachement change à travers plusieurs décennies de vie

    Références

    Ainsworth, M. D. S., Blehar, M. C., Waters, E., & Wall, S. (1978). Modèles d’attachement : Une étude psychologique de la situation étrange. Lawrence Erlbaum.

    Baldwin, M.W., & Fehr, B. (1995). On the instability of attachment style ratings. Personal Relationships, 2, 247-261.

    Bartholomew, K., & Horowitz, L.M. (1991). Attachment Styles Among Young Adults : A Test of a Four-Category Model. Journal of Personality and Social Psychology, 61 (2), 226-244.

    Bowlby, J. (1969). L’attachement et la perte : Volume I. L’attachement. London : Hogarth Press.

    Brennan, K. A., Clark, C. L., & Shaver, P. R. (1998). Self-report measurement of adult attachment : An integrative overview. In J. A. Simpson & W. S. Rholes (Eds.), Théorie de l’attachement et des relations étroites (p. 46-76). The Guilford Press.

    Brennan, K. A., & Shaver, P. R. (1995). Dimensions of adult attachment, affect regulation, and romantic relationship functioning. Personnality and Social Psychology Bulletin, 21 (3), 267-283.

    Caron, A., Lafontaine, M., Bureau, J., Levesque, C., et Johnson, S.M. (2012). Comparaisons des relations étroites : Une évaluation de la qualité des relations et des modèles d’attachement aux parents, aux amis et aux partenaires romantiques chez les jeunes adultes. Journal canadien des sciences du comportement, 44 (4), 245-256.

    Collins, N. L., & Read, S. J. (1994). Cognitive representations of adult attachment : The structure and function of working models. In K. Bartholomew & D. Perlman (Eds.) Advances in personal relationships, Vol. 5 : Attachment processes in adulthood (pp. 53-90). Londres : Jessica Kingsley.

    George, C., Kaplan, N., & Main, M. (1984). The Adult Attachment Interview. Manuscrit non publié, Université de Californie à Berkeley.

    Harlow, H. (1958). La nature de l’amour. , 573-685.

    Hazan, C., & Shaver, P. (1987). L’amour romantique conceptualisé comme un processus d’attachement. Journal of Personality and Social Psychology, 52 (3), 511-524.

    Main, M., Kaplan, N., & Cassidy, J. (1985). Security in infancy, childhood and adulthood : A move to the level of representation. Dans I. Bretherton & E. Waters (Eds.), Growing points of attachment theory and research. Monographs of the Society for Research in Child Development, 50 (1-2), 66-104.

    Main, M., & Solomon, J. (1986). Discovery of an insecure-disorganized/disoriented attachment pattern. In T. B. Brazelton & M. W. Yogman (Eds.), Affective development in infancy . Ablex Publishing.

    Vowels, L. M., Vowels, M. J., Carnelley, K. B., Millings, A., & Gibson-Miller, J. (2023). Vers un lien de causalité entre les styles d’attachement et la santé mentale pendant la pandémie de COVID-19. British Journal of Clinical Psychology.

    Waters, E., Merrick, S., Treboux, D., Crowell, J., & Albersheim, L. (2000). Attachment security in infancy and early adulthood : A twenty-year longitudinal study. (3), 684-689.

    Waters, E., Weinfield, N. S., & Hamilton, C. E. (2000). La stabilité de la sécurité de l’attachement de la petite enfance à l’adolescence et au début de l’âge adulte : General discussion. Développement de l’enfant, 71 (3), 703-706.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?