AccueilÉpanouissement personnelPsychologieLa théorie du comportement planifié : L’intention comportementale

La théorie du comportement planifié : L’intention comportementale

Écrit par MentorShow
Le 10 November 2023 | 4 minutes de lecture

La théorie du comportement planifié (TPB) est une théorie cognitive d’Azjen (1985) qui propose que la décision d’un individu de s’engager dans un comportement spécifique, tel que le jeu ou l’arrêt du jeu, peut être prédite par son intention de s’engager dans ce comportement (Fig. 1).

“Les intentions sont censées refléter les facteurs de motivation qui influencent le comportement ; elles indiquent dans quelle mesure les gens sont prêts à faire des efforts, à quel point ils ont l’intention d’en faire, afin d’adopter le comportement en question.

En règle générale, plus l’intention d’adopter un comportement est forte, plus sa réalisation est probable” (Ajzen, 1991, p. 181).

Variables

Selon le TPB, les intentions sont déterminées par trois variables:

1. Attitudes personnelles

Il s’agit de notre attitude personnelle à l’égard d’un comportement particulier. Il s’agit de la somme de toutes nos connaissances, attitudes et préjugés …. positifs et négatifs, auxquels nous pensons lorsque nous envisageons le comportement.

Par exemple, notre attitude individuelle à l’égard du tabagisme pourrait être la suivante : le tabac est relaxant et me fait du bien, mais il me fait tousser le matin, coûte beaucoup d’argent et sent mauvais.

2. Normes subjectives

Il s’agit de la manière dont nous percevons les idées d’autres personnes sur un comportement spécifique, par exemple le tabagisme. Il peut s’agir de l’attitude de la famille, des amis et des collègues à l’égard du tabagisme. Il ne s’agit pas de ce que les autres pensent, mais de notre perception des attitudes des autres.

3. Le contrôle comportemental perçu

Il s’agit de la mesure dans laquelle nous pensons pouvoir contrôler notre comportement.

Cela dépend de notre perception des facteurs internes, tels que nos propres capacités et notre détermination, et des facteurs externes, tels que les ressources et le soutien dont nous disposons. La théorie soutient que notre perception du contrôle comportemental a deux effets:

elle affecte nos intentions de nous comporter d’une certaine manière, c’est-à-dire que, plus nous pensons avoir le contrôle de notre comportement, plus nous avons l’intention de l’exécuter.

Il affecte également notre comportement directement ; si nous pensons avoir un niveau élevé de contrôle, nous ferons plus d’efforts et plus longtemps pour réussir.

La vision actuelle du contrôle comportemental perçu est toutefois plus compatible avec le concept d’auto-efficacité perçue de Bandura (1977, 1982), qui s’intéresse aux jugements sur la capacité à exécuter les plans d’action requis pour faire face à des situations potentielles (Bandura, 1982, p. 122).

La théorie du comportement planifié est une extension de la théorie de l’action raisonnée (Ajzen & Fishbein, 1980 ; Fishbein & Ajzen, 1975)

Selon la théorie du comportement planifié, le contrôle comportemental perçu, ainsi que l’intention comportementale, peuvent être utilisés directement pour prédire la réalisation d’un comportement.

Applications dans le domaine de la santé

La théorie du comportement planifié a des applications pratiques ; elle a été utilisée dans le cadre de campagnes d’éducation à la santé. Les campagnes antidrogue fournissent souvent des données sur le pourcentage de personnes ayant un comportement à risque, comme le tabagisme ou la consommation de drogues, afin de modifier la norme subjective.

Par exemple, les adolescents qui fument font généralement partie d’un groupe de pairs qui fument. Ils peuvent donc penser que fumer est la norme. Cependant, la plupart des adolescents ne fument pas, de sorte que l’exposition à des statistiques leur montrant la véritable ampleur du tabagisme devrait modifier leur norme subjective.

Application de la théorie du comportement planifié au tabagisme

TPB est le modèle le plus utilisé en psychologie de la santé. Il s’est avéré utile pour prédire les intentions relatives au tabagisme et à la consommation d’alcool, comme le confirment Hagger et al. (2011).

Il a constaté que les trois composantes du modèle (attitudes personnelles, normes subjectives et contrôle comportemental perçu) étaient en corrélation avec les intentions des alcooliques de limiter ou d’arrêter leur consommation d’alcool.

Il a également constaté que ces intentions se reflétaient dans leur comportement et qu’elles pouvaient prédire le nombre approximatif d’unités consommées après 1 et 3 mois. Penny (1996) a constaté que les fumeurs étaient moins enclins à croire qu’ils allaient arrêter de fumer et qu’ils étaient donc moins enclins à essayer de le faire plus ils avaient échoué à arrêter auparavant. Cela montre l’importance du contrôle comportemental perçu dans la formation de nos intentions, comme le prédit le TPB.

Cependant, Webb et al. (2006) ont réalisé une méta-analyse de 47 études et ont constaté que, bien qu’il existe un lien entre l’intention et le comportement réel, ce lien est faible.

Cela suggère qu’il existe un écart important entre les intentions et le comportement.

Évaluation critique

Il existe des problèmes méthodologiques associés à la recherche sur cette théorie.

Toutes les composantes du modèle sont évaluées à l’aide de questionnaires ou d’entretiens, de sorte que les réponses sont influencées par la désirabilité sociale.

En outre, ces entretiens ou questionnaires sont réalisés lorsque les participants ne sont pas sous l’influence de drogues ou d’alcool, mais lorsqu’ils se trouvent dans des situations qui déclenchent leur comportement de dépendance (pub, fête ….), leurs intentions peuvent rapidement être oubliées et le comportement repris.

Un point fort de la TPB est qu’elle prend en compte l’influence des pairs (normes subjectives), qui est significative à la fois dans le début du comportement et dans son maintien (SLT et conditionnement opérant).

La théorie du comportement planifié suppose que tous les comportements sont conscients, raisonnés et planifiés ; cependant, elle ne prend pas en compte le rôle des émotions telles que la tristesse, la frustration… qui peuvent jouer un rôle important dans l’influence du comportement.

Références

Ajzen, I. (1985). From intentions to actions : A theory of planned behavior. Dans J. Kuhi & J. Beckmann (Eds.), Action-control : From cognition to behavior (pp. 11-39). Heidelberg : Springer.

Ajzen, I. (1991). La théorie du comportement planifié. (2), 179-211.

Ajzen, 1., & Fishbein, M. (1969). The prediction of behavioral intentions in a choice situation. Journal of Experimental Social Psychology, 5, 400-416.

Ajzen, I., & Fishbein, M. (1970). The prediction of behavior from attitudinal and normative variables. Journal of Experimental Social Psychology, 6, 466-487.

Ajzen, I., & Fishbein, M. (1977). Attitudeóbehavior relations : A theoretical analysis and review of empirical research. Psychological Bulletin, 84, 888-918.

Ajzen, I., & Fishbein, M. (1980). Comprendre les attitudes et prédire le comportement social. Englewood Cliffs, NJ : Prentice Hall.

Fishbein, M., & Ajzen, 1. (1975). <Croyance, attitude, intention et comportement : An introduction to theory and research. Reading, MA : Addison – Wesley

Informations complémentaires

Ajzen, I. (1991). La théorie du comportement planifié. Organizational behavior and human decision processes, 50(2), 179-211.

Madden, T. J., Ellen, P. S., & Ajzen, I. (1992). A comparison of the theory of planned behavior and the theory of reasoned action. Personality and social psychology Bulletin, 18(1), 3-9.

Miniard, P. W., & Cohen, J. B. (1981). An examination of the Fishbein-Ajzen behavioral-intentions model’s concepts and measures. Journal of experimental social psychology, 17(3), 309-339.

Laissez-nous un commentaire