Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Ce qu’il faut savoir sur la dépression infantile

4 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Bien que la plupart des gens considèrent la dépression comme une maladie d’adulte, les enfants et les adolescents peuvent également en souffrir. Malheureusement, de nombreux enfants atteints de dépression ne sont pas traités parce que les adultes ne reconnaissent pas qu’ils sont déprimés.

    Il est important que les parents, les enseignants et les autres adultes s’informent sur la dépression infantile. Lorsque vous comprenez les symptômes de la dépression chez les enfants et les raisons pour lesquelles ils la développent, vous pouvez intervenir de manière utile.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Symptômes

    La dépression chez les enfants et les adolescents se présente souvent différemment de celle des adultes. L’irritabilité et/ou la colère sont des signes plus courants de dépression chez les enfants et les adolescents. En outre, les jeunes enfants ont souvent du mal à expliquer ce qu’ils ressentent, tandis que les adolescents peuvent tenter de cacher leur douleur émotionnelle par crainte du jugement des autres.

    Comme les comportements normaux varient au fur et à mesure que les enfants se développent, il peut être difficile de savoir si votre enfant traverse une phase ou s’il s’agit de quelque chose de plus grave. La première étape pour aider votre enfant à lutter contre la dépression est d’apprendre à la détecter.

    Selon l’American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, les signes courants de dépression chez les enfants et les adolescents durent plus de deux semaines et comprennent :

    • Modifications de l’appétit ou du poids
    • Sentiment ou apparence de dépression, de tristesse, de larmes, ou irritable
    • Fatigue ou manque d’énergie perçu
    • Sentiment de culpabilité ou de honte
    • Plus grande difficulté à se concentrer
    • Perte d’intérêt ou de plaisir pour des activités auparavant appréciées
    • Ralentissement psychomoteur ou agitation
    • Pensées récurrentes de suicide et/ou de mort
    • Troubles du sommeil : Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours

    Les enfants sont souvent moins susceptibles de répondre aux critères de dépression du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux(DSM-5). Avec l’âge, la présentation des symptômes correspond davantage aux critères du DSM-5.

    Note : il est important de faire la distinction entre la faible estime de soi et la dépression de l’enfant. L’association de ces deux concepts n’est plus à prouver mais cela ne signifie pas qu’ils soient identiques.

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Causes

    Si les événements stressants de la vie, comme le divorce, peuvent contribuer à la dépression, ils ne constituent qu’une petite partie du puzzle. De nombreux autres facteurs, dont la génétique, jouent également un rôle dans son développement.

    Un certain nombre de facteurs différents peuvent contribuer à la dépression infantile, notamment :

    • La chimie du cerveau : Les déséquilibres de certains neurotransmetteurs et hormones peuvent jouer un rôle dans le fonctionnement du cerveau, ce qui peut affecter les humeurs et les émotions et augmenter le risque de dépression.
    • Les facteurs environnementaux : Un environnement familial stressant, chaotique ou instable peut également rendre les enfants plus susceptibles de souffrir de dépression. Le rejet et les brimades à l’école peuvent également être un facteur contributif.
    • Antécédents familiaux : Les enfants dont des membres de la famille souffrent de troubles de l’humeur tels que la dépression risquent davantage de présenter également des symptômes de troubles dépressifs.
    • Stress ou traumatisme:Des changements soudains tels qu’un déménagement ou un divorce, ou des événements traumatisants tels qu’un abus ou une agression peuvent également contribuer à des sentiments de dépression.

    Tout le monde peut souffrir de dépression, et ce n’est pas un signe de faiblesse. Ce n’est pas non plus votre faute si votre enfant est déprimé.

    Diagnostic

    Si vous pensez que votre enfant présente des signes de dépression, prenez rendez-vous avec son pédiatre pour lui faire part de vos inquiétudes.

    Avant de parvenir à un diagnostic, votre enfant devra subir une évaluation physique et médicale complète. Ces deux examens permettront d’exclure toute affection sous-jacente susceptible de contribuer aux symptômes que vous observez. Par exemple, les problèmes de thyroïde, l’anémie et les carences en vitamines peuvent tous imiter les symptômes de la dépression.

    Bien qu’il n’existe pas de test spécifique pour la dépression, un médecin peut utiliser une ou plusieurs évaluations psychologiques pour mieux évaluer le type et la gravité de la dépression dont souffre votre enfant.

    Classification de la dépression

    Lorsqu’un trouble dépressif est diagnostiqué chez votre enfant, il est généralement classé en fonction de sa gravité :

    • Moyen
    • Modéré
    • Sévère (également appelée « majeure » ou « clinique »)

    Selon le DSM-5, cette classification est basée sur le nombre, le type et la sévérité des symptômes et le degré d’interférence avec votre vie quotidienne.

    Traitement de la dépression

    Si votre enfant est diagnostiqué comme souffrant d’une dépression légère, son médecin surveillera activement ses symptômes avant de recommander une quelconque forme de traitement. Si les symptômes persistent après 6 à 8 semaines de soutien, l’enfant sera orienté vers une psychothérapie. Si votre enfant est diagnostiqué comme souffrant d’une dépression modérée à sévère, son médecin sautera probablement cette étape et commencera le traitement immédiatement.

    Il a été démontré que la psychothérapie, les médicaments ou une combinaison des deux peuvent aider les jeunes souffrant de dépression. Le type de traitement recommandé pour votre enfant dépendra de la nature et de la gravité de sa dépression.

    Psychothérapie

    Si votre enfant est diagnostiqué comme souffrant d’une dépression légère, l’APA recommande la psychothérapie comme traitement de première intention. Pour les adolescents souffrant de dépression modérée à sévère, la recherche a montré qu’une combinaison de psychothérapie et de médicaments donne les meilleurs résultats.

    Dans le cadre d’une psychothérapie, un professionnel de la santé mentale aidera votre enfant à développer les compétences nécessaires pour gérer ses symptômes dépressifs afin qu’il puisse fonctionner correctement à la maison et à l’école. Deux types de psychothérapie sont reconnus comme le traitement de choix pour les enfants souffrant de dépression :

    • Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : aide à améliorer l’humeur de l’enfant en identifiant les schémas de pensée et de comportement négatifs et en les remplaçant par des schémas positifs.
    • Thérapie interpersonnelle (TIP) : Une approche dans laquelle les thérapeutes aident les adolescents à apprendre à gérer les problèmes relationnels qui peuvent contribuer à leur dépression ou en résulter

    Médicaments

    Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont considérés comme les antidépresseurs de première intention pour les jeunes souffrant de dépression. Seuls deux ISRS – le Prozac (fluoxétine) et le Lexapro (escitalopram) – sont approuvés par la FDA pour une utilisation chez les jeunes souffrant de dépression.

    Le médecin peut également prescrire un autre ISRS ou un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN) s’il pense que c’est dans l’intérêt de votre enfant. C’est ce qu’on appelle l’utilisation non indiquée sur l’étiquette, et c’est une pratique assez courante.

    Antidépresseurs et pensées suicidaires

    Pour d’autres ressources en matière de santé mentale, consultez notre base de données nationale de lignes d’assistance.

    Pensées suicidaires et dépression chez les enfants

    Dans les cas de dépression légère, les changements de mode de vie peuvent souvent être un moyen efficace de lutter contre les sentiments de dépression. Trouver des moyens de gérer le stress, faire régulièrement de l’exercice physique, utiliser des techniques de relaxation et mettre en place un système de soutien social plus solide, par exemple, peut contribuer à améliorer les sentiments de l’enfant.

    Voici quelques mesures proactives que vous pouvez prendre pour encourager des capacités d’adaptation saines et soutenir la santé mentale :

    • Parlez de la façon dont le fait de prendre soin de son corps aide aussi l’esprit. Expliquez-lui que manger des aliments nutritifs et faire beaucoup d’exercice est bon pour sa santé mentale
    • Veillez à ce que votre enfant ait un horaire de sommeil cohérent. Éteignez les appareils avant l’heure du coucher et veillez à ce que votre enfant se couche et se réveille à la même heure chaque jour.
    • Aidez votre enfant à développer une vie sociale riche sans le surcharger. Attribuez-lui des responsabilités et récompensez-le lorsqu’il est responsable.
    • Apprenez à votre enfant à résoudre des problèmes, à gérer ses émotions de manière saine et à développer des stratégies qui l’aideront à faire face aux échecs et aux revers. Parlez également de votre santé mentale et faites de la santé une priorité dans votre famille.

    En fin de compte, c’est aux tuteurs qu’il revient de décider des options thérapeutiques à employer. Il est important que les parents et les enfants s’informent sur les traitements et sur les risques et avantages potentiels de chaque option.

    Dépression chez les adolescents : Comment obtenir de l’aide pour votre enfant

    L’essentiel

    La dépression infantile peut avoir de graves répercussions sur la vie d’un enfant, c’est pourquoi il est toujours important d’être à l’affût des signes avant-coureurs d’une dépression chez votre enfant. Parlez à votre enfant de ce qu’il ressent et veillez à le soutenir et à ne pas le juger.

    Heureusement, des interventions précoces peuvent aider les enfants à se remettre sur les rails avant que les symptômes de la dépression n’affectent gravement leur vie et leur capacité à fonctionner.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    CES ARTICLES POURRAIENT VOUS INTÉRESSER

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?