Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Comment la facilitation sociale peut améliorer votre performance

4 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    La facilitation sociale est un concept psychologique relatif à la tendance de la présence d’autres personnes à améliorer les performances d’une personne dans une tâche. Bien que cette définition puisse sembler simple, il s’agit en fait d’un concept très complexe qui comporte de nombreuses nuances.

    Elle a également une longue histoire, qui comprend le développement d’une variété de théories pour aider à expliquer le phénomène plus en profondeur. Pour mieux comprendre l’étendue de cette histoire et les niveaux de complexité, il est essentiel de connaître les théories, les concepts connexes et les implications.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Définition de la facilitation sociale

    En termes de définition de base de la facilitation sociale, la facilitation sociale fait référence à l’amélioration de la performance induite par la présence réelle, implicite ou imaginaire d’autres personnes.

    Deux types de facilitation sociale ont également été définis : les effets de coaction et les effets d’audience :

    • Effets de coaction : Un effet de coaction signifie que votre performance est meilleure dans une tâche, simplement parce que d’autres personnes effectuent la même tâche que vous. Un exemple serait de travailler dans un bureau avec des collègues plutôt que dans un environnement solitaire.
    • Effets d’audience : L’effet d’audience signifie que votre performance est meilleure parce que vous faites quelque chose devant un public. Un exemple serait celui d’un pianiste jouant à la maison plutôt que sur scène devant une foule.

    En outre, la facilitation sociale impliquerait trois facteurs : des facteurs physiologiques (pulsion et éveil), des facteurs cognitifs (distraction et attention) et des facteurs affectifs (anxiété et présentation de soi).

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    Histoire de la facilitation sociale

    Commençons par un bref historique de l’évolution du concept. Dans sa forme la plus élémentaire, il a été proposé pour la première fois par le chercheur Norman Triplett en 1898.

    Fasciné par cette idée, Triplett a étudié le même concept auprès d’enfants effectuant une tâche avec un moulinet de pêche. Ses résultats ont montré que sur 40 enfants, la moitié travaillait plus vite lorsqu’ils étaient en compétition avec d’autres enfants, un quart travaillait plus lentement et un quart avait des performances égales.

    Ce n’était pas la première fois que la recherche révélait des résultats contradictoires concernant la facilitation sociale. Pour faire face à ces résultats contradictoires, Zajonc et Sales ont proposé en 1966 que la « réponse dominante » soit le facteur explicatif.

    Ils ont soutenu que pour les tâches qui viennent plus naturellement (ce que l’on appelle la réponse dominante), la performance serait facilitée ou améliorée.

    Mais pour les tâches complexes où cette réponse dominante n’a pas été apprise, la performance peut être altérée

    Exemples de facilitation sociale

    Quels sont les exemples de facilitation sociale en action ? Vous en avez probablement fait l’expérience dans votre propre vie ou vous en avez été témoin chez des personnes que vous connaissez ou dans la sphère publique. Voici quelques exemples :

    • Un musicien, un acteur ou un artiste qui se sent stimulé par la présence d’un public et qui donne une meilleure performance
    • La découverte que vous travaillez mieux si vous allez à la bibliothèque que si vous restez chez vous pour étudier
    • Un haltérophile qui est capable de soulever des poids plus lourds lorsqu’il le fait devant d’autres personnes que lorsqu’il le fait seul

    Concepts-reliés

    La facilitation sociale est liée à plusieurs autres concepts, notamment la loi de Yerkes-Dodson et le loafing social.

    Loi Yerkes-Dodson

    La loi de Yerkes-Dodson est liée à la théorie selon laquelle les performances varient en fonction de la facilité/difficulté d’une tâche (ou de la familiarité avec une tâche). En d’autres termes, pour les tâches que vous connaissez très bien et que vous avez répétées, vos performances seront meilleures. En revanche, pour les tâches complexes ou pour lesquelles vous n’avez pas de « réponse dominante », vos performances seront moindres. Si l’on trace un graphique, cela ressemble à un « U à l’envers »

    Par exemple, si vous avez bien étudié pour un examen, votre performance peut être meilleure en situation de test parce que votre vigilance augmente (votre concentration) et que vous travaillez plus rapidement et avec plus de précision que lorsque vous vous testez simplement à la maison.

    À l’inverse, imaginez une situation dans laquelle vous n’avez pratiquement pas étudié pour un examen. Tout à coup, vous vous retrouvez dans une situation de forte pression, où vous devez vous souvenir de faits que vous maîtrisez mal. Cela augmente votre charge cognitive et rend vos performances encore moins bonnes que si vous vous testiez simplement à la maison.

    Social Loafing

    La vie en société

    Le flottement social est un concept apparenté mais différent de celui de la facilitation sociale. La flânerie sociale renvoie à l’idée que lorsqu’un groupe de personnes travaille ensemble sur une tâche et qu’aucun individu n’est susceptible d’être au centre (de la réussite ou de l’échec), les performances peuvent diminuer dans l’ensemble. On pense que cela est dû au fait que chaque personne se sent moins responsable du résultat.

    Théories sur la facilitation sociale

    Nous avons déjà abordé les différentes théories de la facilitation sociale, mais nous pouvons les passer en revue ici en un seul endroit.

    Théorie de l’activation

    C’est la théorie proposée par Zajonc, qui explique la facilitation sociale comme le résultat d’une excitation déclenchée par la présence des autres (ou l’évaluation perçue des autres).

    Hypothèse de vigilance

    Hypothèse de vigilance

    L’hypothèse de la vigilance, liée à la théorie de l’activation, propose que l’on devienne plus alerte lorsqu’on a des observateurs et que l’on soit donc plus performant.

    Hypothèse d’appréhension de l’évaluation

    L’hypothèse de l’appréhension de l’évaluation (ou approche de l’évaluation) postule que c’est l’évaluation des autres qui importe plutôt que leur simple présence.

    Théorie de la présentation de soi

    La théorie de la présentation de soi affirme que les gens sont motivés pour faire bonne impression auprès des autres et conserver une image positive d’eux-mêmes. En d’autres termes, votre performance ne s’améliorera que si vous avez l’impression que le public vous évalue.

    Théorie de l’orientation sociale

    Cette théorie affirme que les personnes ayant une orientation positive à l’égard des situations sociales bénéficieront d’une facilitation sociale, tandis que celles ayant une orientation négative souffriront d’une déficience.

    Modèle de boucle de rétroaction

    Le modèle de la boucle de rétroaction propose que lorsque vous êtes observé par les autres, vous devenez plus conscient de vous-même, et que cet état vous rend plus conscient des différences entre la façon dont vous voulez vous comporter et la façon dont vous vous comportez réellement. Un exemple de ce phénomène serait de travailler plus assidûment sur une tâche lorsque d’autres personnes vous observent, parce que vous devenez plus sensible aux erreurs que vous auriez normalement commises.

    Modèle de capacité

    Le modèle de capacité fait référence à l’idée que vous avez une capacité limitée en termes de mémoire de travail et que cela influence la manière dont les tâches sont affectées. Celles qui requièrent moins de mémoire de travail (tâches faciles) sont améliorées, tandis que celles qui en requièrent davantage (tâches difficiles) sont moins bien exécutées.

    Recherche sur la facilitation sociale

    Qu’en est-il des recherches récentes sur la facilitation sociale ?

    Une méta-analyse réalisée en 2002 a permis de tirer trois conclusions. Premièrement, il a été déterminé que la présence d’autres personnes n’augmentait l’excitation que lors de la réalisation d’une tâche complexe. Deuxièmement, la présence d’autres personnes augmente la vitesse d’exécution d’une tâche simple, mais la diminue pour une tâche complexe. Enfin, il a été démontré que les effets de facilitation sociale n’étaient pas liés à l’appréhension de l’évaluation.

    Plus tard, en 2012, Murayama et Elliot ont montré dans une autre méta-analyse que les objectifs de performance étaient plus importants en termes d’effets sur la performance que l’effet de la compétition avec d’autres personnes.

    Facteurs d’influence

    Quels sont les facteurs qui influencent la facilitation sociale ? Nous avons déjà examiné un grand nombre d’entre eux, mais faisons un résumé pour nous en souvenir :

    • Si une tâche est difficile ou complexe, la facilitation sociale est moins susceptible de se produire. Au lieu de cela, la performance de la tâche peut être affectée.
    • Les personnes qui sont plus confiantes ou qui voient les situations sociales d’un œil plus favorable peuvent voir leurs performances améliorées par rapport à celles qui les voient d’un œil négatif ou qui ont une faible estime d’elles-mêmes.
    • Des facteurs tels que le soutien de l’auditoire, sa proximité et sa taille peuvent jouer un rôle dans la facilitation sociale.

    Implications de la facilitation sociale

    Quelles implications pouvons-nous tirer de la facilitation sociale ? En d’autres termes, pourquoi avez-vous besoin de connaître ce concept ou pourquoi est-il important pour vous ?

    Si vous y réfléchissez, la compréhension de ce concept peut vous aider à améliorer votre propre performance dans les tâches.

    Voici quelques conseils pour y parvenir, qu’il s’agisse de vos notes à l’école ou de vos performances dans une salle de sport :

    • Faites quelque chose seul au début jusqu’à ce que vous saisissiez des concepts ou des compétences complexes, puis faites-le en groupe pour améliorer votre performance.
    • Pratiquez des tâches jusqu’à ce qu’elles deviennent naturelles (ou la réponse dominante) afin que vous puissiez mieux performer lorsque vous êtes en présence d’un public.

    Un mot de MentorShow

    Le concept de facilitation sociale a une longue histoire et implique une variété d’idées interdépendantes. Le principal enseignement à en tirer est que le fait de travailler avec d’autres personnes (ou de se produire devant un public) peut parfois améliorer votre performance, et d’autres fois l’entraver. Si vous pouvez apprendre les facteurs qui influencent ces résultats, vous pouvez mettre la facilitation sociale à votre service dans toutes les situations.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *