Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo dans

00
heures
00
minutes
00
secondes

Quels sont les signes d’alerte d’un épuisement professionnel ? 

10 minutes de lecture
épuisement professionnel

Sommaire

    Sommaire

    Répondre à tous les mails et à toutes les sollicitations et tout ira bien ? En voilà une bien belle et vicieuse illusion ! Car, le nombre de mails à écrire et de choses à faire ne cessera d’augmenter avec le poids des années… Et nous d’être pris au piège du cercle vicieux du surmenage.

    Apprenez des meilleurs mentors

    Qu’est-ce que l’épuisement professionnel au juste ?

    Dans son livre sur la psychologie au travail “Burnout : The High Cost of High Achievement”, le psychologue Herbert Freudenberger décrit l’épuisement professionnel comme « l’extinction de la motivation ou de l’incitation, en particulier lorsque le dévouement d’une personne à une cause ou à une relation qui ne produit pas les résultats escomptés ». Cette définition résume certainement le résultat de l’épuisement professionnel, mais elle ne dit pas grand-chose sur ce que l’on ressent en cas d’épuisement professionnel.

    Le burn-out se caractérise par trois symptômes principaux :

    • Le manque de plaisir dans son travail, suivi d’un isolement social
    • Le manque de confiance en sa capacité à accomplir les tâches (sentiment d’inefficacité).

    Si vous avez du mal à accomplir les tâches les plus simples, si vous vous sentez facilement frustré par vos collègues ou vos proches et si vous avez l’impression de ne rien pouvoir faire de bien, il se peut que vous soyez en situation de burn-out au travail. 

    Ce que dit la recherche sur l’épuisement professionnel

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit le burnout au travail comme un « état d’épuisement vital », qui n’est que la partie émergée de l’iceberg du burnout au travail. En mai 2020, 41% des employés interrogés se sont déclarés épuisés par le stress lié à la gestion du travail dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Une augmentation par rapport à une étude similaire qui indiquait un épuisement chez environ 23 % des employés quelques mois auparavant. 

    Ce syndrôme n’est pas seulement un « problème pandémique ». Une étude réalisée par Deloitte en 2015 a révélé que 77 % des professionnels interrogés ont déclaré avoir été victimes d’épuisement professionnel sur leur lieu de travail actuel, et 91 % d’entre eux ont reconnu que le fait d’être soumis à une quantité ingérable de stress « avait un impact négatif sur la qualité de leur travail ». On estime que le stress professionnel et l’épuisement professionnel sont à l’origine de près de 120 000 décès et de près de 190 milliards de dollars de dépenses de santé par an. 

    En raison de la prévalence de l’épuisement professionnel et du stress au travail, et de l’impact profond qu’ils peuvent avoir sur la productivité et la santé, l’OMS a élargi sa définition de l’épuisement professionnel dans la 11e édition de la classification internationale des maladies. L’épuisement professionnel est désormais reconnu comme un « phénomène professionnel » qui survient lorsque « le stress chronique sur le lieu de travail… n’a pas été géré avec succès ».

    Excellent
    4.8 out of 5
    Programme confiance en soi : formation éligible au CPF. Coaching individuel et collectif.

    3 types d’épuisement professionnel.

    L’épuisement professionnel peut être subdivisé en trois sous-types :

    1- L’épuisement par la surcharge

    La surcharge est ce à quoi la plupart des gens pensent lorsqu’ils imaginent le burnout. Il s’agit de continuer à travailler à un rythme insoutenable en quête de succès, de sécurité financière ou de reconnaissance.

    2- L’épuisement professionnel par manque de défis

    De même qu’une lourde charge de travail peut conduire à l’épuisement professionnel, un manque de travail stimulant peut également en être la cause. Les gens ont besoin de se sentir stimulés et engagés pour être satisfaits de leur carrière. S’ils ne sont pas passionnés par ce qu’ils font, ils perdent tout intérêt et se déconnectent.

    3- L’épuisement par négligence

    En l’absence de but et d’action au travail, les gens se sentent impuissants. Il est difficile de rester engagé lorsqu’on a l’impression que rien de ce que l’on fait ne change les choses. Si les employés ont l’impression que leur travail est trop complexe ou qu’il y a trop de choses à faire, ils s’épuisent. 

    Quels sont les premiers signes de l’épuisement professionnel ?

    Freudenberger et Gail North, les scientifiques à l’origine de l’identification de l’épuisement professionnel, ont décrit 12 étapes de l’épuisement au travail :

    Les étapes de l’épuisement professionnel :

    • L’obligation de faire ses preuves.
    • L’acharnement du travail.
    • La négligence les besoins personnels.
    • Le report des conflits.
    • La remise en question des valeurs (le travail à l’exclusion de tout le reste).
    • Le déni des problèmes émergents.
    • Le repli sur soi (généralement accompagné d’une automédication).
    • Les changements de comportement étranges.
    • La dépersonnalisation (incapacité à se connecter aux autres ou à ses propres besoins).
    • Un vide intérieur.
    • La dépression.

    Comme pour toute autre maladie, l’astuce pour gérer avec succès l’épuisement professionnel consiste à détecter les premiers symptômes et à commencer à les traiter immédiatement. L’épuisement professionnel n’est pas un phénomène qui se produit du jour au lendemain.  

    La définition officielle de l’épuisement professionnel comprend trois critères principaux. Toutefois, les premiers indicateurs de l’épuisement professionnel peuvent être subtils et varier d’une personne à l’autre. Voici quelques signes précurseurs faciles à ignorer de l’épuisement professionnel :

    « Sentiment de perte d’énergie ou d’épuisement » sentiment d’épuisement malgré la quantité de sommeil, incapacité à se détendre, changements dans les habitudes de sommeil, douleurs corporelles, fréquence accrue des maladies, sauts de repas, apathie et manque de motivation dans les domaines de la vie autres que le travail.

    La « distance mentale accrue par rapport à son travail » peut se manifester par l’évitement, l’irritabilité, la procrastination, l’oubli, le manque de concentration, le fait d’arriver en retard ou de quitter le travail plus tôt, le cynisme et la difficulté à suivre ou à achever les tâches.

    La « diminution de l’efficacité professionnelle » peut se manifester par une réticence à communiquer avec les collègues, des retards dans l’accomplissement de tâches importantes, un manque d’intérêt pour la formation continue et l’amélioration des compétences, le fait de travailler sur d’autres projets pendant le temps de travail, et le sentiment d’être perdu ou déconnecté lors des réunions.

    Les 5 étapes de l’épuisement professionnel

    Dans ses recherches sur l’épuisement professionnel, l’université d’État de Winona simplifie l’épuisement professionnel en cinq étapes :

    1. Le stade de la lune de miel.

    Vous êtes ravi de votre travail et de la manière dont vous le faites. Vous vous sentez créatif, énergique et plein d’entrain. Cela ne vous dérange pas de sauter le déjeuner ou de travailler tard parce que vous êtes tellement excité par votre nouvelle entreprise.

    Malheureusement, la phase de lune de miel dans un nouvel emploi dure rarement longtemps. C’est à ce moment-là que nous commençons à développer des habitudes auxquelles il sera difficile de se soustraire par la suite. Nous pouvons prolonger cette phase en conservant des habitudes saines avant d’en ressentir le besoin.

    2. L’acte d’équilibre.

    Tout va bien, mais le travail a perdu de son éclat. Vous avez des bons et des mauvais jours. Vous remarquerez peut-être que même si vous pouvez maintenir vos performances au travail, cela vous demande plus d’efforts. Il se peut que vous commenciez à oublier des choses ou que vous ne parveniez plus à dormir en raison du stress qui commence à se faire sentir.

    3. Symptômes de stress chronique.

    Vous vous sentez stressé et mal à l’aise plus souvent. Lorsque l’on vous demande quelque chose, que ce soit à la maison ou ailleurs, vous éprouvez du ressentiment. Vous pouvez être épuisé, apathique ou dépendre de la caféine pour passer la journée. Vous pouvez vous sentir déprimé, cynique ou douter que les choses puissent changer.

    Vous commencez à avoir la frousse du dimanche – et elle s’aggrave au fil du temps. Vous passez vos week-ends à vous stresser à l’idée de la semaine de travail à venir. 

    4. L’épuisement professionnel.

    Vous commencez à ressentir les symptômes mentaux, émotionnels et physiques de l’épuisement professionnel. Vous pouvez commencer à sécher le travail, à procrastiner ou à manquer des échéances. Vous envisagez de démissionner, de vous enfuir, de faire n’importe quoi pour vous sortir de cette situation. 

    5. Enchevêtrement.

    Le terme « enchevêtrement » signifie que l’épuisement professionnel est devenu votre nouveau paramètre par défaut. Il se peut que vous ne vous souveniez pas d’une époque où vous vous sentiez comme ça. À ce stade, il se peut que l’on vous diagnostique une anxiété ou une dépression avant que l’épuisement professionnel en soit en réalité la cause sous-jacente.

    Comment diagnostiquer l’épuisement professionnel ?

    Il est courant de vivre des périodes de stress au travail, voire de se sentir parfois désabusé par son travail. Cependant, l’épuisement professionnel est plus profond. Si vous vous demandez si vous commencez à souffrir d’épuisement professionnel, posez-vous les questions suivantes :

    1. Avez-vous plus de mauvais jours que de bons jours au travail ?
    2. Vous sentez-vous anormalement déprimé ou irritable à la fin du week-end ?
    3. Avez-vous des maux d’estomac, des troubles digestifs ou des douleurs dans le dos ou le cou ?
    4. Avez-vous des maux de tête plus fréquents que d’habitude ?
    5. Vos habitudes de sommeil ont-elles changé (beaucoup plus ou beaucoup moins de sommeil que d’habitude) ?
    6. Avez-vous des difficultés à vous concentrer sur votre travail ou à comprendre ce que l’on attend de vous ?
    7. Vous arrive-t-il de ne pouvoir travailler efficacement qu’à la dernière minute ou dans les délais impartis ?
    8. Évitez-vous le travail, les conversations avec vos collègues ou les entretiens avec votre supérieur ?
    9. Vous imaginez-vous presque constamment en train de démissionner ou de perdre votre emploi ?
    10. Êtes-vous trop épuisé pour faire quoi que ce soit d’amusant ou d’intéressant lorsque vous n’êtes pas au travail ? 

    Si vous avez répondu par l’affirmative à la plupart de ces questions, il est probable que vous souffriez d’épuisement professionnel. Si vous n’êtes toujours pas sûr de vous, il existe plusieurs tests que vous pouvez faire pour diagnostiquer vous-même votre épuisement professionnel.

    2 tests pour diagnostiquer l’épuisement professionnel. 

    L’Inventaire de Maslach sur l’épuisement professionnel (MBI), créé par la Doctoresse Christina Maslach et son équipe de recherche, le MBI s’appuie sur ses recherches approfondies dans le domaine. Il existe plusieurs versions spécialisées, notamment pour les étudiants, les éducateurs et le personnel médical.

    1- Échelle de diagnostic professionnel (JDS)

    Le JDS n’est pas un test d’épuisement professionnel, il évalue la nature des tâches liées au travail. Sur la base de vos réponses, vous pouvez vous faire une idée des performances, de la satisfaction et de la motivation au travail. Si l’un de ces aspects n’est pas satisfaisant, il peut s’agir d’un signe d’alerte indiquant que le burn-out au travail n’est pas loin.

    2- Échelle d’engagement au travail d’Utrecht (UWES)

    L’UWES évalue l’engagement et la satisfaction au travail à l’aide d’une échelle d’auto-évaluation. Elle divise l’engagement en trois catégories : la vigueur, le dévouement et l’absorption (tous les éléments clés du flux). Cette échelle propose également une version spécialisée pour les étudiants.

    Si les résultats d’une évaluation auto-déclarée indiquent que vous souffrez d’un niveau élevé de stress, de dépression, d’anxiété ou d’épuisement professionnel, prenez des mesures. Rappelez-vous qu’il n’y a pas de mal à demander de l’aide, mais qu’il faut généralement la demander. Demander est une action forte de votre part.

    Un coach BetterUp peut vous aider à élaborer vos propres stratégies de gestion du stress et de lutte contre l’épuisement professionnel avant qu’elles n’affectent gravement votre bien-être. Dans certains cas, si vous souffrez déjà d’anxiété et de dépression, un professionnel de la santé mentale peut vous aider à traiter les symptômes.

    Quels sont les facteurs de risque et les causes de l’épuisement professionnel ?

    Certains emplois, lieux de travail et situations ont la réputation d’être stressants, mais tous les emplois stressants ne conduisent pas à l’épuisement professionnel. À l’inverse, les employés qui occupent des fonctions moins exigeantes ou qui sont passionnés par leur travail peuvent également être victimes d’épuisement professionnel. 

    Christina Maslach, chercheuse réputée dans le domaine de l’épuisement professionnel, décrit six facteurs de risque organisationnels : la charge de travail, le contrôle, la récompense, la communauté, l’équité et les valeurs. Il n’existe pas d’équation absolue pour l’épuisement professionnel, de sorte que le même facteur de risque ne sera pas nécessairement à l’origine de l’épuisement pour tout le monde. Notre propre perception de ces facteurs joue un rôle dans ce qui peut causer l’épuisement professionnel. Voici une description de chacun de ces facteurs et ce qu’il faut surveiller dans ces causes potentielles d’épuisement professionnel :

    La charge de travail : Le travail dont vous êtes responsable, ainsi que l’accès aux ressources et au soutien dont vous avez besoin pour atteindre ces objectifs, contribuent à votre charge de travail totale. Si vous avez tendance à vous isoler, à satisfaire les gens ou à être perfectionniste, une charge de travail exigeante peut vous sembler impossible.

    Le contrôle : Avez-vous l’impression d’avoir votre mot à dire sur le type de travail que vous effectuez et sur la manière dont vous le faites ? Si vous avez l’impression d’être constamment en train d’essayer de suivre une cible en mouvement, ou si vous ne vous sentez pas capable de changer ou de diriger une partie de votre travail, vous êtes plus susceptible de souffrir d’épuisement professionnel. La capacité à fixer et à maintenir des limites efficaces est étroitement liée à ce facteur de risque, car de nombreuses personnes estiment qu’elles ne peuvent pas dire non aux demandes.

    La récompense : Un proverbe dit que l’on en a pour son argent. Pour produire durablement quelque chose de qualité, il faut dépenser plus. Dans le monde des affaires, vous devrez peut-être investir davantage dans votre personnel pour vous assurer qu’il continue à donner le meilleur de lui-même. Les primes et les promotions sont intéressantes, mais les opportunités de croissance, les nouveaux défis, la visibilité ou simplement les commentaires positifs peuvent également contribuer à remplir leurs verres.

    La communauté : Dans son livre The Burnout Fix, la Doctoresse Jacinta Jimenez souligne l’importance d’un environnement « psychologiquement sûr », c’est-à-dire un environnement qui « permet aux employés de partager leur personnalité et leurs idées sans craindre de conséquences négatives ». Si vous vous sentez soutenu, connecté et que vous n’avez pas peur de vous montrer authentiquement au travail, vous êtes beaucoup moins susceptible de souffrir d’épuisement professionnel.

    L’équité : Les environnements où les dirigeants font du favoritisme, n’établissent pas d’attentes claires pour tous et valorisent les employés de manière incohérente qui favorise l’épuisement professionnel. Malheureusement, de nombreuses personnes ont du mal à plaider en faveur de l’équité, en partie parce qu’elles se sentent seules à être traitées injustement, en particulier lorsqu’un autre facteur (comme le contrôle ou la communauté) fait également défaut.

    Les valeurs : Un travail qui ne correspond pas à vos valeurs vous paraîtra épuisant. Cela peut se produire à un micro-niveau (comme le sentiment de ne pas pouvoir être honnête avec ses collègues ou de devoir constamment faire des économies pour respecter des budgets irréalistes) ou à un macro-niveau (travailler pour une entreprise dont la mission ne correspond pas à la vôtre). Selon Jane Jackson, coach et auteur de Navigating Career Crossroads, les principales raisons pour lesquelles les gens quittent leur emploi sont toutes liées à un conflit de valeurs.

    Les causes de l’épuisement professionnel.

    En général, il est difficile d’attribuer l’épuisement professionnel à une seule cause. Un environnement de travail difficile peut être aggravé par des facteurs de stress liés au mode de vie ou par des traits de personnalité. Par définition, l’épuisement professionnel est un phénomène lié au lieu de travail. Toutefois, si l’un des 10 facteurs de risque susmentionnés est présent dans les circonstances personnelles suivantes, les risques de souffrir d’épuisement professionnel sont beaucoup plus élevés :

    1. Un changement des traits de personnalité
    2. Une tendance au perfectionnisme ou personnalité de type A
    3. Une hypercompétitivité ou comparaison avec les autres
    4. Une difficulté à demander de l’aide ou du soutien
    5. L’incapacité à hiérarchiser les tâches et à ajuster les efforts en conséquence 
    6. S’identifier à son travail comme étant la partie la plus importante de son identité
    7. Maladie soudaine chez soi ou chez un proche
    8. Prendre soin d’un membre de la famille en premier lieu
    9. Manque de temps ou d’implication dans des activités en dehors du travail
    10. Concilier le travail avec un autre changement de vie important, comme un déménagement, l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille ou le retour à l’école.

    6 conséquences possibles de l’épuisement professionnel.

    Si vous avez été élevé dans l’idée que « le travail acharné est sa propre récompense », prendre le temps d’examiner et de traiter votre épuisement professionnel peut vous sembler de la paresse. Cependant, s’attaquer à l’épuisement professionnel peut être la meilleure chose que vous puissiez faire pour vous-même et pour votre carrière. S’il n’est pas traité, l’épuisement professionnel peut avoir des conséquences physiques, mentales et émotionnelles qui se répercutent dans tous les domaines de la vie. 

    Les conséquences d’un burn-out au travail. 

    L’épuisement professionnel peut entraîner une insatisfaction au travail, avec un épuisement mental et physique, parallèlement à des relations de travail tendues, qui amène à une éventuelle démission pouvant être accompagnée de troubles physiques et mentaux et la mort dans certains cas … 

    Vous avez bien lu. Le stress lié à l’emploi peut, en fait, conduire à la mort. Un article publié en 2016 par la BBC décrit le phénomène du karoshi, ou « mort par surmenage ». Si les cas survenus au Japon ont fait la une de l’actualité internationale, des décès attribués au surmenage ont été constatés dans des pays du monde entier – et leur nombre ne cesse d’augmenter. 

    Peut-on être licencié pour épuisement professionnel ?

    L’un des facteurs qui aggravent le stress lié au travail est la peur d’être licencié. Freudenberger et North l’ont décrite comme la « compulsion à faire ses preuves ». Elle crée un cycle dangereux qui nous empêche de nous engager précisément dans le type de réflexion et d’attention qui permettrait d’atténuer les effets de l’épuisement professionnel en premier lieu.

    Malheureusement, si vous ne pouvez pas être licencié pour épuisement professionnel, vous pouvez l’être pour mauvaises performances professionnelles.  Cela peut sembler angoissant, mais pour protéger votre emploi, vous devrez peut-être parler à un gestionnaire ou à un professionnel des ressources humaines. Ils peuvent vous aider à comprendre quelles sont vos options et vos droits. Il peut s’agir d’une modification de vos conditions de travail, de vos horaires ou de vos responsabilités, ou encore d’un congé de courte durée. 

    N’oubliez pas que les entreprises perdent chaque année des sommes considérables en raison du roulement du personnel (environ 322 milliards de dollars par an) ; votre employeur a donc tout intérêt à faire en sorte que vous puissiez vous épanouir au travail. 

    10 façons de traiter et de gérer l’épuisement au travail.

    Bien qu’il puisse sembler accablant, l’épuisement professionnel n’est pas nécessairement un état permanent. Le fait est que l’épuisement professionnel est le résultat de multiples facteurs, de sorte qu’une approche à multiples facettes est souvent la meilleure façon de le traiter.

    La plupart des personnes qui ressentent des signes d’épuisement au travail rêvent de faire leurs valises et de tout laisser derrière elles. Cependant, il n’est peut-être pas possible de partir en vacances de façon permanente, et l’épuisement professionnel ne disparaît pas du jour au lendemain. 

    Même si vous ne pouvez pas encore vous enfuir, vous pouvez commencer à adopter des habitudes qui réduisent les risques d’épuisement professionnel. Voici quelques façons de vous remettre d’un épuisement professionnel (sans avoir à quitter votre emploi) :

    1. Soyez attentif à vos sentiments

    L’épuisement professionnel est indissociable des émotions, et les émotions sont de puissants indices de ce qui est important pour nous. Faire attention aux sentiments qui surgissent et au moment où ils se manifestent peut vous aider à gérer le ressentiment, la frustration et la désillusion avant qu’ils ne se transforment en épuisement professionnel.

    1. Examinez et acceptez vos limites

    Souvent, une charge de travail trop importante est le résultat d’un « oui » à des engagements sans être présent au travail, au temps ou à l’énergie qu’il faudra pour les mener à bien. Si nous avons le sentiment de maîtriser notre temps et nos ressources en fixant des limites saines, nous risquons moins de nous sentir fatigués et débordés.

    1. Cultiver et développer des intérêts en dehors du travail

    Par définition, l’épuisement professionnel est un phénomène lié au travail – mais notre santé dans d’autres domaines de notre vie contribue à notre vitalité au travail. C’est un élément important de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Avoir des activités positives peut vous aider à traverser une période stressante ou frustrante de votre carrière.

    1. Nouez des relations saines avec vos collègues

    L’un des facteurs de risque d’épuisement professionnel identifiés par le Dr Maslach est le manque de communauté. Développer des relations au travail vous donne un sentiment d’appartenance, l’accès à des ressources partagées et vous permet de demander plus facilement de l’aide.

    1. Gardez le travail au travail

    Essayez de fixer et de respecter un horaire de travail qui vous permettra de gérer d’autres priorités importantes de votre vie personnelle d’une manière qui vous semble équilibrée. Vous pouvez même essayer de fixer des limites physiques, comme fermer votre bureau à clé à la fin de la journée ou supprimer les comptes de messagerie professionnelle de vos appareils personnels.

    1. Recherchez une victoire rapide

    L’un des principaux indicateurs de l’épuisement professionnel est le sentiment d’inefficacité. Cependant, vous pouvez renforcer votre efficacité – et une victoire dans n’importe quel domaine de votre vie vous permettra de vous sentir plus compétent au travail. Essayez de terminer un livre, de suivre un atelier, d’achever un projet plus court ou même de ranger un tiroir.

    1. Faites part de vos préoccupations à un responsable ou à un proche

    Le risque d’épuisement professionnel se joue souvent au niveau de l’organisation. Votre équipe de direction peut faire une différence décisive dans la manière dont vous vivez votre lieu de travail et dans le soutien auquel vous avez accès. Vous n’êtes probablement pas le seul à rencontrer des difficultés, et un changement de culture peut s’avérer nécessaire.

    1. Prenez soin de vous

    L’une des étapes de l’épuisement professionnel est le manque d’intérêt pour les soins personnels. Dans les cas extrêmes, vous pouvez perdre le contact avec votre boussole intérieure. Veillez à prendre le temps de satisfaire vos besoins fondamentaux, tels que manger, boire, faire de l’exercice et passer du temps avec d’autres personnes. Si vous travaillez de longues heures, envisagez d’utiliser un tracker pour vous assurer que vous dormez suffisamment.

    1. Pratiquer la pleine conscience

    Lorsque nous faisons passer notre liste de tâches avant nos besoins, il est facile de sombrer dans l’épuisement. Prenez l’habitude de faire le point avec vous-même. Vous pouvez programmer un rappel sur votre téléphone ou prévoir quelques minutes pour respirer entre deux réunions successives. Le simple fait de se demander « De quoi ai-je besoin en ce moment ? » peut avoir un effet puissant.

    1. Osez demandez de l’aide à un proche, à votre médecins ou à un responsable

    L’épuisement professionnel est souvent le résultat d’une charge de travail exigeante, de priorités contradictoires et de valeurs non respectées, mais il découle tout aussi souvent de besoins non exprimés. Demandez de l’aide à votre famille, à vos entraîneurs, à vos collègues et à vos dirigeants. Vous découvrirez peut-être que vous avez plus de soutien que vous ne le pensez.

    Dans sa masterclass sur MentorShow, Fabrice Midal vous donne 3 conseils à appliquer pour sortir du cercle vicieux du surmenage :

    • Consommation de boissons sucrées, qualité de sommeil, niveau de stress, etc… Essayez de « calculer » votre empreinte de surmenage.
    • Alternez concentration extrême et fait simplement d’être là.
    • Sortez de l’illusion que seule la volonté peut tout, comme y invite justement.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?