Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Web-conférence gratuite en direct avec Anne Tuffigo

00
heures
00
minutes
00
secondes

Un guide pour un contentement pratique

5 minutes de lecture

Sommaire

    Sommaire

    Beaucoup de gens cherchent des moyens de trouver le bonheur, mais j’ai trouvé l’idée du contentement plus importante que celle du bonheur.

    Pourquoi le contentement plutôt que le bonheur ? Quelques raisons importantes :

    1. Le bonheur peut augmenter ou diminuer chaque jour (ou moment), mais le contentement est quelque chose de plus stable.
    2. Nous avons tendance à chercher à augmenter le bonheur en ajoutant des choses (de la nourriture, de l’excitation, un bain chaud, du temps avec un être cher), mais le contentement est une compétence qui vous permet de soustraire des choses et d’être quand même satisfait.
    3. Le contentement peut en fait être un bon point de départ lorsque vous faites des changements (les changements et le contentement peuvent sembler paradoxaux pour certains, mais écoutez-moi).

    Qu’est-ce que le contentement ? Pour moi, il s’agit d’être heureux avec ce que l’on est. Dans ma vie, j’ai appris à mieux maîtriser l’art du contentement (non pas que je sois parfait, mais j’ai appris). Je suis heureux dans ma vie. Je suis heureux avec moi-même. Je suis heureuse de ma situation professionnelle, et je ne cherche pas à augmenter le nombre de mes lecteurs, de mes pages vues ou de mes revenus. Je suis heureux là où je suis.

    Et bien que beaucoup pourraient dire « Bien sûr, vous pouvez dire cela maintenant que vous avez atteint un certain niveau de succès », je pense que c’est une erreur. De nombreuses personnes qui réussissent ne trouvent pas le contentement, sont toujours poussées à vouloir plus et ne sont pas satisfaites d’elles-mêmes. De nombreuses personnes qui sont pauvres ou qui n’ont pas une carrière « réussie » ont également trouvé le contentement. De plus, je pense que la recherche du contentement a été le moteur de tous les succès que j’ai connus – elle m’a aidé à me libérer de mes dettes, à changer mes habitudes, à devenir un meilleur mari, un meilleur père, un meilleur ami et un meilleur collaborateur, et peut-être même un meilleur écrivain.

    Le pire, avec l’attitude qui consiste à dire « vous pouvez être satisfait parce que vous avez réussi », c’est que les gens qui disent cela rejettent la voie du contentement… quand c’est quelque chose qu’ils peuvent faire tout de suite. Pas plus tard, lorsqu’ils auront atteint certains objectifs ou un certain niveau de réussite financière. Jetons un coup d’œil sur le chemin du contentement, sur la façon dont il constitue un bon endroit pour changer les habitudes et sur la façon de s’engager sur ce chemin.

    Le chemin du contentement

    Nous commençons notre vie en pensant que nous sommes géniaux. À 5 ans, nous pouvons danser en public sans nous soucier de ce que les autres pensent de nous. À l’âge adulte, nos pairs, nos parents, les médias et les situations embarrassantes nous ont fait perdre ce sentiment de supériorité.

    En tant qu’adultes, nous doutons de nous-mêmes. Nous nous jugeons mal. Nous critiquons notre corps, notre personnalité, notre manque de discipline, tous nos défauts. Nous n’aimons pas notre vie.

    En conséquence, nous essayons d’améliorer ce moi déficient, nous essayons de nous améliorer parce que nous sommes si nuls. Ou bien nous doutons de notre capacité à nous améliorer et nous sommes très malheureux. Ce dégoût de soi se traduit par des relations plus difficiles, une carrière stagnante, une vie malheureuse, des plaintes à propos de tout et souvent des habitudes malsaines comme manger de la malbouffe, boire trop d’alcool, ne pas faire d’exercice, faire trop de shopping, être accro aux jeux vidéo ou à l’Internet.

    Alors, comment faire pour être satisfait de soi et de sa vie ?

    Le premier problème est que vous n’avez pas confiance en vous. C’est un point important sur lequel il faut travailler.

    Votre relation avec vous-même est comme votre relation avec n’importe qui d’autre. Si vous avez un ami qui est constamment en retard et qui ne tient pas sa parole, qui ne se présente pas quand il l’a dit, vous finirez par ne plus lui faire confiance. C’est la même chose avec vous-même. Il est difficile d’aimer quelqu’un en qui on n’a pas confiance, et il est difficile de s’aimer soi-même si on n’a pas confiance en soi.

    Travaillez donc sur cette confiance avec vous-même (je donne quelques étapes pratiques dans la dernière section ci-dessous). Augmentez-la lentement, et vous finirez par vous faire confiance pour être génial.

    Le deuxième problème, c’est que vous vous jugez mal. Vous vous comparez à un idéal irréel, dans tous les domaines. Vous voulez un beau corps de mannequin. Vous voulez atteindre certains objectifs, personnellement et professionnellement. Vous voulez voyager dans le monde entier, apprendre des langues, apprendre un instrument de musique, être un chef extraordinaire, avoir une vie sociale extraordinaire, un conjoint et des enfants parfaits, des réussites incroyables et être la personne la plus en forme de la planète. Bien sûr, il s’agit là d’idéaux tout à fait réalistes, n’est-ce pas ?

    Et lorsque nous avons ces idéaux, nous nous comparons à eux, et nous ne sommes jamais à la hauteur.

    Le chemin du contentement consiste donc à cesser de se comparer à ces idéaux. Cesser de nous juger. Lâcher prise sur les idéaux. Et apprendre progressivement à se faire confiance.

    Lisez la suite pour les étapes pratiques.

    Changer les habitudes et le contentement

    Avant d’aborder les étapes pratiques, parlons du contentement et du changement. Beaucoup de gens pensent que si l’on est satisfait, on peut rester allongé sur une plage à ne rien faire toute la journée. Pourquoi faire quelque chose si vous êtes satisfait de la façon dont les choses sont ?

    Mais en fait, le contentement est un bien meilleur endroit pour commencer à faire des changements que le mécontentement de ce que vous êtes.

    La plupart d’entre nous sont poussés par le besoin ou le désir de s’améliorer, de corriger certaines choses à propos de nous que nous n’aimons pas. Si vous pensez qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez vous et qui doit être amélioré, vous serez poussé à vous améliorer, mais vous n’y parviendrez pas forcément. Supposons que vous échouiez dans votre changement d’habitude. Vous commencez alors à vous sentir moins bien dans votre peau et vous vous retrouvez dans une spirale descendante où chaque fois que vous essayez de vous améliorer, vous échouez et vous vous sentez moins bien dans votre peau, et vous continuez à descendre. Vous commencez à saboter vos changements, parce que vous ne croyez vraiment pas que vous pouvez y arriver. Sur la base des preuves passées, vous ne vous faites pas confiance pour y arriver, ce qui vous fait vous sentir encore plus mal. Et vous vous sentez encore plus mal.

    C’est le cas si vous échouez. Mais admettons que vous réussissiez, et que vous soyez vraiment doué pour réussir. Vous pouvez être satisfait et rester allongé, mais vous pouvez aussi être satisfait et vouloir aider les autres. Vous pouvez être satisfait et avoir de la compassion pour les autres, et vouloir les aider. Vous pouvez être heureux avec ce que vous êtes, mais en même temps vous pouvez vouloir aider les autres et soulager leurs souffrances. De cette façon, vous pouvez vous offrir au monde et accomplir de grandes œuvres dans le monde, mais vous n’avez pas nécessairement besoin de cela pour être heureux.

    Même si, pour une raison quelconque, votre travail vous était enlevé, vous auriez toujours ce contentement intérieur.

    Étapes pratiques vers le contentement

    La question est de savoir comment y parvenir. Comment passer de l’insatisfaction à la satisfaction ?

    Le chemin passe par l’apprentissage de quelques compétences cruciales :

    1. Construire la confiance en soi. La seule façon de remédier à un manque de confiance est de procéder par petites étapes. Si vous, l’ami peu fiable, voulez rétablir la confiance avec vous, la bonne façon n’est pas de vous dire « Maintenant, confie-moi ta vie » – il faut plutôt commencer à établir la confiance par petites étapes. Faites de petites choses et voyez si la confiance est maintenue. Avec le temps, vous vous ouvrez de plus en plus.

    Ce que je fais habituellement pour établir la confiance, c’est de commencer par de petites choses que je suis tout à fait certain de pouvoir faire – boire un verre d’eau tous les jours est un exemple facile. Je veux boire plus d’eau, alors je me fixe un certain nombre de rappels pour boire un verre d’eau au réveil. Si vous parvenez à tenir ce rythme pendant une semaine ou deux, cela vous aidera à vous faire confiance. La plupart des gens essaient de changer des choses difficiles, échouent, et la confiance disparaît. Commencez donc par les petites choses.

    2. Connaissez vos idéaux. L’autre problème pour trouver le contentement est que nous nous sentons constamment mal dans notre peau, parce que la réalité de nous-mêmes ne correspond pas à un idéal que nous avons. Cet idéal peut provenir des médias, des magazines et des stars de cinéma. Il peut également provenir d’une certaine idée de la perfection que nous devrions avoir. La vérité, c’est que la réalité de nous-mêmes n’est pas mauvaise, elle ne l’est que par rapport à l’idéal que nous avons de nous-mêmes. Lorsque nous laissons tomber l’idéal, il nous reste la réalité qui peut être jugée comme parfaitement géniale. C’est un être humain unique qui est beau à sa manière.

    Demandez-vous donc si vous vous sentez mal à propos de qui vous êtes et de la façon dont vous vous êtes comportés. Si c’est le cas, c’est à cause de l’idéal. Pour le reconnaître, il faut d’abord en prendre conscience. Remarquez vos idéaux.

    3. Laissez tomber les idéaux. Une fois que nous avons remarqué les idéaux, nous devons cesser de nous comparer à eux. Lâchez l’idéal. La seule façon d’abandonner l’idéal est de voir la douleur qu’il provoque en vous et de réaliser que vous voulez mettre fin à cette douleur, et abandonner un idéal qui vous fait du mal, c’est faire preuve d’auto-compassion. Observez la douleur. Soyez compatissant avec vous-même et cessez de vous faire du mal en vous comparant à des idéaux.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Web-conférence gratuite
    Comment et pourquoi nos défunts communiquent avec nous ?