AccueilForme et SantéSantéSurpoids et obésité : Ce qu’ils signifient et pourquoi ils importent

Surpoids et obésité : Ce qu’ils signifient et pourquoi ils importent

Écrit par MentorShow
Le 28 July 2023 | 7 minutes de lecture
Ce sont des problèmes de santé légitimes, qui ne dépendent pas entièrement de vous

Ce sont des mots que nous entendons tout le temps, mais cela ne les rend pas moins rébarbatifs : surpoids et obésité.

Il peut être difficile de ne pas prendre ces termes comme une critique. Comme une indication que vous avez fait quelque chose de mal ou que vous ne faites pas assez d’efforts.

Mais nous espérons que vous savez que ce n’est pas le cas. Et nous le savons aussi.

“On pense à tort que l’obésité est uniquement un trouble du comportement”, explique la psychologue Leslie Heinberg, spécialisée dans le traitement de l’obésité. “Le comportement joue un rôle, mais il y a tellement de facteurs génétiques et biologiques, de facteurs hormonaux, votre microbiome, le code postal dans lequel vous vivez, votre accès à des activités saines, à des aliments sains, à des soins de santé et bien d’autres choses encore. Malheureusement, les personnes souffrant d’obésité sont souvent stigmatisées, voire intériorisées.”

Nous avons discuté avec le Dr Heinberg du surpoids et de l’obésité, des risques de vivre avec ces affections, de la vérité sur leurs causes et de la manière de les gérer.

Comment nous parlons du surpoids et de l’obésité

Le surpoids et l’obésité sont plus que des chiffres sur une balance. Il s’agit de conditions métaboliques qui vous exposent à un certain nombre de problèmes de santé chroniques.

Étant donné qu’il s’agit de problèmes de santé, la plupart des prestataires de soins de santé ne parlent plus de “surpoids” ou d'”obésité”, mais de “surcharge pondérale” ou d'”obésité”

Ce changement de langage reconnaît que le surpoids et l’obésité sont des états avec lesquels les gens vivent, plutôt que des jugements sur les individus eux-mêmes. C’est comme si l’on disait d’une personne qu’elle “a de l’hypertension” ou qu’elle “a la cheville cassée” Pour les amateurs de grammaire, il s’agit d’utiliser le surpoids et l’obésité comme des noms (des choses) plutôt que comme des adjectifs (des mots qui décrivent).

“L’obésité est une maladie”, affirme le Dr Heinberg. lorsque nous utilisons des termes tels que “Untel est obèse”, nous définissons cette personne en fonction de sa maladie, au lieu de reconnaître que nous sommes tous des êtres incroyablement complexes. Aucun d’entre nous n’est défini par une seule chose, et cela inclut nos problèmes de santé.”

Dire d’une personne qu’elle “souffre d’obésité” ou qu’elle “vit avec l’obésité” semble assez naturel. Mais le Dr Heinberg reconnaît que certaines personnes considèrent que des expressions comme “avoir une surcharge pondérale” ou “vivre avec une surcharge pondérale” sont grammaticalement déplaisantes. En effet, dans la plupart des pays anglophones, nous avons l’habitude d’utiliser “overweight” comme description devant un nom, plutôt que comme nom lui-même.

Mais comme nous le savons, la langue évolue. Si nous entendons plus souvent des expressions comme “avoir de l’embonpoint”, elles deviendront une seconde nature, de la même manière que “Google” est devenu un verbe ou que “selfie” est un raccourci pour prendre une photo de soi.

Le Dr Heinberg suggère qu’à l’avenir, il vaudrait peut-être mieux décrire le surpoids comme une “préobésité”, de la même manière que l’on peut diagnostiquer un “prédiabète” Il s’agirait d’une description plus appropriée de la condition, et plus agréable sur le plan grammatical.

Définition du surpoids et de l’obésité

Les professionnels de la santé utilisent généralement l’indice de masse corporelle (IMC) comme première indication pour comprendre votre risque de surpoids et d’obésité et les affections qui y sont associées. Vous pouvez utiliser cette calculatrice en ligne des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) pour déterminer votre IMC.

Le tableau suivant permet de définir les différentes pathologies liées au poids chez l’adulte. (Notez que ce tableau doit être utilisé pour les adultes de 18 ans et plus. Il existe d’autres mesures pour comprendre le surpoids et l’obésité chez les enfants et les adolescents. Nous y reviendrons plus tard)

Les limites de l’IMC

Mais voilà : l’IMC n’est pas une mesure parfaite. Il peut ne pas refléter fidèlement votre état de santé, en particulier si vous avez une masse musculaire élevée. Les muscles étant plus denses que la graisse, le fait d’être très musclé peut augmenter votre IMC, sans pour autant accroître votre risque d’obésité et de maladies liées à l’obésité.

Votre prestataire de soins doit considérer l’IMC comme un premier examen de votre état de santé. Il peut également tenir compte d’indications telles que le tour de taille ou effectuer des tests de composition corporelle plus poussés, tels qu’un scanner DEXA ou une analyse de l’impédance bioélectrique, afin de recueillir davantage d’informations.

“Votre médecin doit considérer votre IMC comme un élément de compréhension de votre état de santé général”, explique le Dr Heinberg. “Dans de nombreux cas, ce n’est pas la seule indication du risque d’obésité et des pathologies associées, mais c’est un facteur important à prendre en compte.”

Surcharge pondérale et obésité chez les enfants et les adolescents

Pour savoir si les enfants et les adolescents sont exposés à un risque d’obésité et de maladies connexes, les prestataires de soins utilisent moins souvent l’IMC seul. Ils ont plutôt tendance à considérer la position de l’IMC d’un enfant par rapport à d’autres personnes de son âge. C’est ce qu’on appelle un percentile.

Selon les CDC, les enfants et les adolescents dont l’IMC se situe dans le 95e percentile ou plus (ce qui signifie que leur IMC est supérieur à celui de 95 % de leurs pairs) sont considérés comme présentant un risque de maladies liées à l’obésité.

Mais le Dr Heinberg note que les enfants et les adolescents ont un sérieux avantage lorsqu’il s’agit de gérer leur poids : Ils sont encore en pleine croissance.

“Pour les enfants, les interventions ne sont souvent pas axées sur la perte de poids, mais plutôt sur le maintien de leur poids et la possibilité de rattraper leur taille”, ajoute-t-elle.

Comment le surpoids et l’obésité affectent votre santé

Dans un monde parfait, l’idéal pour votre santé et votre qualité de vie est de vivre dans la fourchette optimale de l’IMC (entre 19 et 24).

Mais nous savons que le monde n’est pas parfait et qu’il est plus difficile pour certaines personnes que pour d’autres de se situer dans cette fourchette. Néanmoins, il est important de comprendre comment un IMC situé dans la fourchette du surpoids ou de l’obésité peut affecter votre santé.

Le surpoids et l’obésité sont souvent associés, mais ils comportent des risques différents pour la santé et le bien-être général.

Le surpoids et votre santé

Selon le Dr Heinberg, une surcharge pondérale (IMC compris entre 25 et 29) n’augmente pas nécessairement en soi le risque de complications de santé.

Considérez le surpoids plutôt comme une bifurcation, où vous avez la possibilité de gérer votre poids et de vous rapprocher de la plage optimale avant de passer à l’obésité et à ses risques potentiels plus graves.

“La surcharge pondérale est l’occasion pour vous et votre médecin de discuter des facteurs qui contribuent à votre IMC et des stratégies pour gérer votre poids”, explique le Dr Heinberg. “C’est un tournant potentiel pour les gens

Santé liée à l’obésité

En revanche, lorsque vous vivez avec l’obésité, votre risque de souffrir de maladies graves augmente considérablement.

L’obésité a été associée à des dizaines, voire des centaines de problèmes de santé. Parmi les plus courants, citons

  • Diabète de type 2.
  • Hypertension (pression artérielle élevée).
  • Hyperlipidémie (taux de cholestérol élevé).
  • Maladie du foie gras.
  • Apnée du sommeil.
  • Syndrome d’hypoventilation.
  • Plusieurs types de cancer.
  • L’arthrose.
  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).
  • Infertilité.

La vérité sur la gestion de votre poids

La plupart des facteurs qui influencent notre poids sont indépendants de notre volonté. Votre patrimoine génétique vous prédispose à avoir une certaine forme et une certaine taille. L’endroit où vous vivez influe sur votre accès aux soins de santé et sur vos possibilités de maintenir un mode de vie sain. Votre race et votre sexe à la naissance font une différence. Notre corps lui-même est programmé par l’évolution pour lutter contre la perte de poids. Nous sommes souvent désavantagés.

Le Dr Heinberg affirme que pour les personnes souffrant de surpoids ou d’obésité, toute perte de poids est importante pour réduire le risque de maladies liées à l’obésité, pour gérer ces maladies et pour vivre au mieux.

“Les personnes en surpoids sont particulièrement bien placées pour améliorer leur santé”, poursuit le Dr Heinberg. “La surcharge pondérale est une opportunité d’intervention et de prévention. Il suffit de quelques petites modifications pour passer de la surcharge pondérale à l’état optimal”

De même, passer d’une obésité de classe II (IMC compris entre 35 et 39) à une obésité de classe I (IMC compris entre 30 et 34), par exemple, peut améliorer votre qualité de vie et vous faire gagner des années. De même, passer d’une obésité de classe I à un surpoids peut réduire le risque de maladies graves.

l’industrie des régimes peut nous donner l’impression que la seule option pour une vie saine est de vivre dans la fourchette “saine” de l’IMC, mais ce n’est pas vrai”, affirme le Dr Heinberg.

“Pour certaines personnes, entrer dans la fourchette optimale de l’IMC peut signifier perdre 100 livres, ce qui est décourageant et accablant et incroyablement difficile à faire et à maintenir. En réalité, toute perte de poids est bénéfique. Les petits changements ont des effets bénéfiques importants

Toute perte de poids peut réduire la pression sur les articulations et faciliter les activités quotidiennes, l’exercice, les jeux avec les enfants ou les petits-enfants, la montée des escaliers, etc. Elle vous aidera également à améliorer votre état de santé général.

Il s’agit donc de se fixer des objectifs de perte de poids gérables et de modifier son mode de vie pour atteindre cet objectif. Encore une fois, une grande partie de la situation échappe à votre contrôle. Ce n’est pas grave. Mais si vous pouvez contrôler quelques éléments qui sont à votre portée, ces changements peuvent améliorer considérablement votre santé et votre vie quotidienne.

Ce que vous pouvez faire pour contrôler votre poids

Le Dr Heinberg décrit les stratégies de perte de poids comme une sorte de pyramide.

Au niveau inférieur se trouvent les adaptations du mode de vie que nous devrions tous considérer comme des possibilités d’améliorer notre santé. Ce sont les choses dont vous entendez parler tout le temps – bien manger et faire de l’exercice.

Réduisez votre consommation d’aliments transformés et optez plutôt pour des protéines maigres, des fruits et des légumes lorsque vous le pouvez. Choisissez des exercices qui vous plaisent et essayez différentes façons de bouger votre corps pour ne pas vous lasser de la même chose. Garez-vous un peu plus loin de la porte que d’habitude. Prenez les escaliers au lieu de l’ascenseur si vous le pouvez.

Au deuxième niveau de la pyramide se trouvent les interventions dont vous devez discuter avec votre médecin. Il s’agit d’options telles que les médicaments contre l’obésité et les régimes alimentaires médicalement supervisés.

Au sommet de la pyramide se trouvent les interventions chirurgicales, comme la chirurgie bariatrique, dont il a été démontré qu’elle aide les personnes à perdre beaucoup de poids et à le conserver à long terme.

“La raison pour laquelle nous considérons la gestion du poids comme une pyramide est que même si vous prenez des médicaments ou si vous subissez une intervention chirurgicale, vous devez toujours travailler à la base de la pyramide”, explique le Dr Heinberg. “Il faut toujours penser au régime alimentaire et à l’activité physique

Conclusion ? Vous êtes plus que votre IMC. La communauté des soins de santé en apprend chaque jour davantage sur les conditions du surpoids et de l’obésité et sur la manière de vous aider à optimiser votre santé.

Si vous présentez un risque d’obésité ou si vous vivez avec l’obésité et des pathologies liées à l’obésité, vous pouvez obtenir de l’aide. Parlez-en à un professionnel de la santé. Et sachez que votre IMC ne vous définit pas.

Laissez-nous un commentaire